vendredi, décembre 9, 2022

Johann Strauss II: La Chauve Souris, 1874. Krivine France Musique, le 6 juin 2009 à 19h30

A ne pas rater

Johann Strauss II
La Chauve Souris
, 1874

France Musique
Le 6 juin 2009 à 19h30


Opérette enchantée

La Chauve Souris est depuis des lustres la partition reine à l’approche des fêtes de fin d’année. C’est que sous l’apparente légèreté du drame, se cache l’une des partitions les plus attachantes du répertoire. Ecouter ici ce qu’en fit l’éblouissant Carlos Kleiber chez DG (il est vrai avec une distribution de rêve: Schwarzkopf, Streich…). Les spectateurs Lyonnais de la production mise en scène par Peter Langdal avaient applaudi en décembre 2008, à l’Opéra de Lyon, l’opérette de Johann Strauss II, empereur de la valse et ici, relecteur original et endiablé du genre vaudevillesque. Le délire le dispute au fantasque. Le mari, la femme et l’amant se retrouvent tout d’abord dans un riche décor bourgeois très Vienne fin de siècle. Puis, chez le Prince Orlofsky, les péripéties redoublent en farces et quiproquos illusoires: les masques assemblent en un manège rythmé, serviteurs, maîtres, femmes maîtresses, hommes amants et maris trompés. Enfin, dans la prison où chacun cuve son vin (ou plutôt son champagne), l’heure est aux aveux, pardons, réconciliations.

Musicalement, la fosse pétille grâce à la direction aérienne et savoureuse du russo-polonais Emmanuel Krivine dont l’appétit des nuances et l’envie des subtilités relisent la partition du compositeur, sa versatilité, sa nostalgie, son entrain. Ecoutez l’orchestre: autant de joie, d’énergie, de suavité chantante emportée avec finesse et légèreté. Avec parmi les solistes le baryton Dietrich Henschel (Eisenstein), la soprano Nicola Beller Carbone, présence convaincante et émouvante en fausse comtesse patriote; la soprano Olga Peretyako (piquante Adèle…). Un travail de dentelle et d’audace (l’un n’empêche pas l’autre). Version captivante. Et dire que l’opéra de Strauss fut créé à Vienne en 1874 en pleine débâcle financière sans détendre les maxillaires des spectateurs ruinés. Pourtant la poésie et l’élan vital, expressif, allusif, sont là – leur désir d’un ailleurs aussi-, en particulier dans cette interprétation engagée.
Radiophoniquement légitime.

Johann Strauss
La Chauve-Souris

Opéra en trois actes de Strauss, livret de Karl Haffner et Franz-Richard Genée
d’après le Vaudeville de Meilhac et Halévy « Le Réveillon »
Dietrich Henschel : Eisentein
Nicola Beller Carbone : Rosalinde
Olga Peretyatko : Adèle
Stéphanie Houtzeel : Prince Orlofsky
Bernhard Berchtold : Alfred
Otto Katzameier : Docteur Falke
Eberhard Francesco Lorenz : Docteur Blind
Andreas Macco : Frank
Timo Dierkes : Frosch
Choeur et Orchestre de l’Opéra de Lyon
Direction : Emmanuel Krivine

Livret de Karl Haffner et Richard Genée d’après Le Réveillon, vaudeville de Henri Meilhac et Ludovic Halévy. Production Det Kongelige Teater, Copenhague. Direction musicale : Emmanuel Krivine. Mise en scène : Peter Langdal. Scénographie : Mia Stensgaard. Costumes : Pernille Egeskov. Chorégraphie : Niclas Bendixen. Enregistré à l’Opéra de Lyon, en décembre 2008.

- Espace publicitaire -spot_img
- Sponsorisé -
Derniers articles

CD, portrait. Dimitri Naïditch, pianiste – compositeur (SoLiszt, Ukraine)

DIMITRI NAÏDITCH... C’est un artiste inclassable qui ressuscite les figures emblématiques de la virtuosité romantique. Quand on lui demande...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img