DISPARITION. MORT du ténor allemand PETER SCHREIER, mercredi 25 déc 2019

peter-schreier--muenchener-bach-orchester--karl_arien-aus-bach-kantaten portrait peter schreier mort decembre 2019 classiquenews_1MORT du ténor allemand PETER SCHREIER, mercredi 25 déc 2019. Ce mercredi 25 déc, selon un communiqué de la Westdeustche Rundfunk, le ténor et chef d’orchestre saxon Peter Schreier est mort à l’âge de 84 ans. Né en Saxe, le 29 juillet 1935 (envrions de Dresde), le jeune musicien fait ses débuts comme chanteur au sein du Kreuzchor de Dresde, apprenant et maîtrisant toutes les nuances du chant baroque (comme de l’opéra romantique). Avant d’embraser par son timbre clair et claironnant, une musicalité raffinée et flexible les Weber, Mozart (Tamino, Belmonte, Ottavio, Ferrando…), … Peter Schreier aura surtout marqué l’articulation de la langue allemande comme Evangéliste des passions de JS BACH et aussi convaincant dans son oratorio de Noël et ses cantates…, en un verbe incarné, un style sobre et ciselé, conscient du sens des paroles et porteur d’une tension fervente, tragique, lumineuse comme peu avant lui. C’est un artiste marqué par l’organisation de la musique pendant la guerre froide, étant surtout engagé à Berlin (Opéra de Berlin-Est Unter den Linden), Dresde… de la fin des années 1950 à 1970. Mais son aura et son intégrité dépasse les frontières, et le ténor se produit à l’Ouest jusqu’au Metropolitan Opera de New York, Milan, Vienne… Il devient l’invité continu du Festival de Salzbourg dès 1967… Comme Dietrich-Fischer Dieskau ou Elisabeth Schwarzkopf, Peter Schreier fut un diseur éblouissant, dans le lied (Schubert, Schumann, Mahler…). Dans les années 1960 et 1970, participant à l’essor du compact disc, Peter Schreier enregistre sans sourciller, gravant des témoignages majeurs sous la direction des grands chefs Böhm, Karajan, Abbado…


PETER SCHREIER tenor mort classiquenews deces peter schreier hommage51ovl2Q6VsL._SY355_Chanteur admiré à juste titre, Peter Schreier n’a pas manqué de conduire ensuite les orchestre avec ce même souci du détail comme de l’architecture dramatique (le sens toujours). Comme chef, Peter Schreier a surtout dirigé les baroques tardifs et les classiques : Bach, Mozart, Haydn. En 2005, dans l’Oratorio de Noël de JS Bach, à la fois soliste et chef, il tirait sa révérence.

VIDEO
sur ARTE jusqu’au 14 juin 2020
Peter Schreier chante les lieder de Beethoven

https://www.arte.tv/fr/videos/093851-001-A/peter-schreier-chante-les-lieder-de-beethoven/

Comments are closed.