vendredi, décembre 9, 2022

Cuenca (Espagne, Castilla La Mancha). 49è Semana de musica religiosa. Présentation générale des comptes rendus

A ne pas rater
Cuenca 2010,
festival exemplaire

Dans l’histoire du festival castillan, 2010 est assurément l’une des éditions parmi les plus convaincantes de ces dernières années: Cuenca n’est pas seulement l’un des plus beaux sites de Castille en Espagne (160 km de Madrid) qui s’est portée candidate pour être capitale européenne de la culture en 2016; c’est depuis plusieurs saisons, un festival étonnant, – 49 è me édition cette année-, dont l’exigence et la cohérence artistique s’imposent immédiatement et font de l’événement l’un des plus captivants sur le plus européen et international.
La diversité des formes conviées autour de la musique (littérature, peinture, et cette année cinéma…), le dialogue et les points de convergences entre les programmes, évidemment la qualité des interprètes choisis spécifiquement pour des partitions précises font la singularité d’un festival exemplaire.

Dialogues et convergences…

Programmé de surcroît au moment de la Semaine Sainte, en une gradation fervente concentrée sur la Passion et la Résurrection du Christ, le festival sait tirer bénéfice d’un contexte particulier. La concordance des concerts proposés avec le temps des processions dans la cité augmente l’attrait d’une offre artistique et musicale, plurielle et dynamique qui compose une remarquable interrogation critique sur le thème du Sacré.
Pilar Tomas directrice artistique du Festival de Cuenca, plus précisément intitulé Semana de musica religiosa (Semaine de musique religieuse), porte la ligne artistique, soucieuse de favoriser les confrontations et la découverte, la conceptrice sait stimuler l’inédit, l’exceptionnel, le captivant: elle sait qui inviter pour quel type de répertoire précis. Et souvent, la magie opère, dévoilant des interprètes inoubliables dans des oeuvres qu’ils servent comme peu.

… au moment de Pâques

A l’aube de ses 50 ans, en 2011, la Semana de musica religiosa s’affirme chaque année, par sa thématique forte – le Mexique en 2010- qui permet les mises en perspectives et assure l’unité des propositions. Aux côtés des programmes de musique religieuse, évidemment baroques où les noms de Bach, Literes, Fiocco entre autres se détachent, Cuenca 2010 offrait une immersion dans les textes de la religieuse mystique Sor Ignes de la Cruz. Mais aussi (surtout), des programmes « chocs » totalement nouveaux qui ont fait la valeur de cette nouvelle édition. En voici les temps forts, vécus lors de notre séjour au moment de la 49è édition de la Semana de musica religiosa de Cuenca.

Cuenca 2010: 1
Programme Piotr Anderszewski, piano. Szymanowski, Janacek, Bartok. Le 31 mars 2010

Cuenca 2010: 2
Récital Andreas Martin, archiluth. Jean-Sébastien Bach: oeuvres pour luth. Le 1er avril 2010

Cuenca 2010: 3
Forma Antiqva, Aaron Zapico. Fiocco: Leçons de Ténèbres. Le 1er avril 2010

Cuenca 2010: 4
Robert King. Jean-Sébastien Bach: Passion selon Saint-Matthieu, 1727. Le 1er avril
2010

Illustrations: Pilar Tomas © Santiago Torralba SMR 2009

- Espace publicitaire -spot_img
- Sponsorisé -
Derniers articles

CD, portrait. Dimitri Naïditch, pianiste – compositeur (SoLiszt, Ukraine)

DIMITRI NAÏDITCH... C’est un artiste inclassable qui ressuscite les figures emblématiques de la virtuosité romantique. Quand on lui demande...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img