jeudi, décembre 8, 2022

Concerts Paraty 2010-201. Roland de Lassus. L’Echelle Paris, Chapelle St-Louis. Mardi 21 septembre 2010 à 20h

A ne pas rater
Concerts Paraty
au musée de l’Armée

saison 2010 – 2011

Proche des jeunes artistes prometteurs et des nouveaux talents, le label Paraty fondé par Bruno Procopio invite les meilleurs solistes et ensembles de l’heure à la rencontre du public parisien. La nouvelle saison des 5 concerts Paraty propose plusieurs programmes novateurs donc incontournables au Musée de l’Armée, (Invalides et Chapelle Saint-Louis de l’Ecole Militaire). Le concert du 21 septembre dévoile une part méconnue de l’oeuvre de l’immense Roland de Lassus par un effectif
qui regroupe de jeunes et nouveaux virtuoses, chanteurs et instrumentistes…

Premier concert de la série
Roland de Lassus
Intégrale des duos instrumentaux et vocaux, trios vocaux et quintettes

Mardi 21 septembre 2010 à 20h

Paris, Chapelle Saint-Louis de l’Ecole Militaire

Ensemble l’Échelle
Véronique Bourin, cantus
Caroline Marçot , altus
Charles Barbier, ténor

Lambert Colson, flûtes, cornets
Sandie Griot, sacqueboute

En 1h10mn sans entracte, l’intégrale Lassus présentée à Paris par l’Ensemble L’Echelle regroupe plusieurs inédits faisant l’objet d’un enregistrement à venir pour le label discographique Paraty (annoncé au printemps 2011).

Roland de Lassus ou Orlando di Lasso (1532-1594) est un immense compositeur de la Renaissance, de stature européenne: poète et humaniste, espion et diplomate (il fut comme Titien le confident des grands de son époque), farceur mélancolique, pédagogue au rayonnement solaire, amoureux de la langue, il entretient avec son éditeur parisien une fructueuse amitié musicale qui donne naissance à de nombreux recueils. Paris est donc tout indiqué pour faire rayonner la dimension visionnaire, personnelle et universelle de son oeuvre vocale.
L’Ensemble L’Echelle

Nouvellement fondé (septembre 2010), l’Ensemble L’Echelle réunit
pour ce programme les 5 membres qui le composent: deux instrumentistes
et trois chanteurs qui sont tous solistes de premier plan, appelés à
réaliser le 21 septembre prochain, leur premier concert important: la
soprano Véronique Bourin (familière de l’Ensemble Doulce Mémoire,
entre autres, dont la virtuosité interprétative rehausse toujours la
valeur et l’engagement des projets auxquels elle participe), Caroline Marçot (également compositrice) et Charles Barbier
(qui est ténor et sopraniste). Ce sont d’ailleurs Caroline Marçot et Charles Barbier, qui assurent la direction
artistique de la formation.
A leurs côtés, Lambert Colson (flûtes à bec, cornet à bouquin et cornet muet) et Sandie Griot (sacqueboute ténor) enrichissent l’éloquence spécifique des oeuvres de Lassus. La nouvelle formation a choisi de servir une certaine musique de la Renaissance, par goût pour les idéaux profondément humanistes qu’elle véhicule. Solistes invités à mettre en avant leur art interprétatif, les musiciens entendent aussi renouveler le dispositif traditionnel du concert frontal… au chant des voix et des instruments, les artistes soignent aussi la mise en espace voire la mise en mouvement des oeuvres sélectionnées.
Vocalité virtuose de Lassus
Le programme a le mérite de réunir plusieurs pièces qui
offrent pour connaisseurs et élèves en classe d’analyse, ces fameux
modèles de contrepoint que tout le monde commente mais que personne n’a
écouté, certainement pas au concert où Lassus demeure rare. Les
néophytes y trouvent de la même manière, une source de délectation grâce
à leur durée courte, leur caractérisation ciselée, ce travail d’orfèvre opéré en quelques minutes sur le verbe et sa projection agissante.
Duos et trios précisent la vie musicale à la Cour
de Munich
où travaillait Roland de Lassus: il s’agit non pas de pièces
solennelles destinées aux célébrations pompeuses, mais de joyaux
intimistes destinés à la ferveur privée, celle du Prince et de ses
proches. En poète subtile, Lassus compose louanges et
questionnements qui en latin, constituent une musique réservée: les
sujets développés (en particulier la relation centrale de l’homme à
Dieu) inspirent des pièces vocales parmi les plus stimulantes de la fin
de la Renaissance.
Choisir Lassus signifie approfondir et ciseler le rapport au texte: le compositeur travaille une prosodie personnelle liée à sa grande liberté linguistique car en tant que diplomate, il parlait plusieurs langues dont le latin (aux côtés de l’allemand, du français, de l’italien…). Ses pièces vocales même sacrées abordent chaque texte, avec un tact millimétré, un souci poétique, riche et dense, suggestif et inventif, à l’image de ce que le compositeur réussit en matière profane quand il explore ailleurs, d’autres champs poétiques, entre contemplation pétrarquiste, et truculence rabelaisienne. C’est un monde contrasté et complexe mais vivant et palpitant, destiné à la délectation des élites, elles-mêmes désireuses d’exercer leur talent vocal dans un contexte privé.
La virtuosité de Lassus n’empêche pas une volonté assumée de décantation et d’épure croissante: effets mesurés, proximité expressive avec chaque mot du texte, il s’agit pour le compositeur exigeant et critique de revenir aux sources du contrepoint en réinterrogeant les fondements du langage modal. Concert découverte d’autant plus captivant qu’il dévoile un répertoire méconnu pourtant en lien avec l’histoire parisienne; qu’il révèle, fidèle à la ligne artistique des Concerts Paraty, les nouveaux talents de la scène actuelle…

Roland de Lassus. Concert du mardi 21 septembre à 20h à la Chapelle Saint-Louis de l’École Militaire. 13, place Joffre – 75007 Paris. Tarif: 7 euros. Réservations aux Musée de l’Armée : accueilnord-ma@invalides.org et par téléphone au : 01 44 42 35 07
- Espace publicitaire -spot_img
- Sponsorisé -
Derniers articles

Cinéma. Maestro(s), le nouveau film de Bruno Chiche (7 déc 2022) 

Cinéma. Maestro(s), le nouveau film de Bruno Chiche (7 déc 2022)  -  Maestro(s), le nouveau film de Bruno Chiche,...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img