COMPTE-RENDU, Concert. Lourmarin, Le Temple, le 9 août 2019. Dana Ciocarlie, piano. Schumann.

COMPTE-RENDU, Concert. Festival de La Roque d’Anthéron 2019. Lourmarin. Le Temple, le 9 août 2019. R. SCHUMANN. D. CIOCARLIE. Le Festival de La Roque d’Anthéron ne se limite pas au Parc du Château de Florans à la Roque. Nous avions été ravis de découvrir le cloître de l’Abbaye de Sylvacane, il y a deux ans et le parvis de l’église de Lambesc, cette année. Le temple de Lourmarin nous a désagréablement surpris. En effet une acoustique lourde, tournoyante et trop réverbérée ne nous a pas permis d’écouter sereinement le beau piano de Schumann.

 

 

Ciocarlie_© Christophe GREMIOT_09082019-5

 

 

Le programme paraissait extrêmement bien construit. Trois œuvres de Schumann, de son début d’écriture pianistique qui sont autant de coups d’essais, encouragés par ses pairs que de géniales partitions. Le jeu de la pianiste roumaine Dana Ciocarlie ne semble pas en cause. Son intégrale Schumann a confirmé ses qualités d’interprète schumanienne. Mais Le Carnaval de Vienne plein de brio et souvenirs de fête a été noyé dans un son trop fort et flou donnant l’impression de bien trop d’utilisation de la pédale. En se déplaçant au fond du temple et avec la délicatesse des Scènes d’enfants, la beauté du piano de Dana Cioarlie nous a permis de déguster ces pages sublimes, plus sereinement. De belles nuances et des phrasés intéressants avec une belle caractérisation de chaque pièce sont les marques de cette interprétation.
Pour Kreisleriana, la reprise de nuances trop fortes a brouillé l’écoute d’un jeu assurément virtuose, … probablement inspiré. Les bis de Ravel et Mozart en particulier avec une texture plus fluide, plus claire et un toucher plus perlé nous ont vraiment permis d’apprécier la délicatesse du jeu de la pianiste. C‘est tout particulièrement le rondo mozartien empli de fraîcheur qui a  été savoureux.

Tenir compte de l’acoustique du lieu pour choisir sa manière de jouer est important pour l’artiste. Programmer un répertoire convenant à une acoustique donnée et savoir conseiller afin d’éviter la saturation du son d’un répertoire inadapté, tout cela revient aux organisateurs. A prendre en compte également : la question de l’horaire de 17h, dans un temple où le soleil touchait les spectateurs tour à tour malchanceux essayant de changer de places.

 

 
 

 

________________________________________________________________________________________________

COMPTE-RENDU, concert. 39ème festival international de La Roque d’Anthéron. Lourmarin. Le Temple, le 9 août 2019. Robert Schumann (1816 – 1856 ) : Carnaval de Vienne Op.26 ; Scènes d ‘enfants Op.15 ; Kreisleriana, Op.16 ; Dana Ciocarlie, piano. Illustration / photo : © Christophe Gremiot

 

 

 

 

Comments are closed.