COMPTE-RENDU, concert. BLAGNAC, le 3 déc 2018. Rebel. Delalande. À Bout de souffle. S Delincak.

A bout de souffle stephane delincak blagnac concert classiquenews critiqueCompte rendu concert. Blagnac. Odyssud, le 3 décembre 2018. Rebel. Delalande. Bach Ensemble vocale et instrumental À Bout de souffle. Stéphane Delincak, direction musicale. Avec À bout de souffle, Stéphane Delincak nous avait régalé de plusieurs œuvres scéniques dont Platée et plus récemment Actéon, deux productions qui nous avaient enchantés sur cette même scène. Ce soir, pour le concert de ce 3 décembre 2018, le propos est tout autre. Le chef présente d’abord son orchestre dans de très beaux extraits des Éléments de Jean-Ferry Rebel. La direction est souple ; les instruments, ductiles, d’autant que la danse et la fantaisie s’invitent dans ces belles pièces. Agréables couleurs des bois, souplesse des cordes, présence intelligente des percussions apportent une belle variété à l’ensemble.

Concert baroque admirablement dramatisé

Puis c’est l’entrée du chœur. Agréable surprise car tous les chanteurs ne sont pas embarrassés par les partitions. Ils chanteront donc ce programme exigeant par cœur. C’est avec beaucoup d’émotion qu’ils interprètent la pièce assez sombre de Delalande. Son Dies Irae est en effet une composition à l’émotion piétiste avec dramatisation de la mort. Les phrasés sont amples, les nuances creusées jusqu’au bout et la réactivité du chœur aux propositions du chef, est magnifique. Puis ce sera dans la joie du Magnificat de JS Bach que le chœur exulte véritablement. Les trompettes sont royales, les timbales caracolent et le chœur vocalise avec vivacité et élégance. Précision des attaques, beauté des couleurs vocales et enthousiasme constant sont les belles qualités du chœur.
Les solistes méritent aussi nos éloges. D’abord les deux sopranos. Laure Touya a la présence vocale la plus exacte permettant à sa voix lumineuse de développer ses harmoniques. Plus prudente en terme de projection, Anaïs Constans semble trop maîtriser un instrument qui prend sa largeur dans le vaste répertoire lyrique. Souvenons nous de sa merveilleuse Micaela, dans Carmen, il y a peu au Capitole. La somptueuse voix de mezzo de Caroline Champy apporte la touche d’émotion et de passion que nous aimons tant. Le ténor Bastien Rimondi au timbre clair est d’une présence agréable et la basse de Matthieu Lelevreur se tire aussi bien de la délicatesse de Delalande que de la puissance dans Bach, avec des vocalises précises.
Ce concert théâtralisé par la très belle présence du chœur et la direction enthousiaste de Stéphane Delincak a remporté un beau succès dans une salle comble.

________________________________________________________________________________________________

Compte rendu concert. Blagnac. Odyssud, le 3 décembre 2018. Jean-Ferry Rebel (1666-1747) : Les Éléments, extraits ; Michel- Richard Delalande (1657-1726) : Dies Irae ; Johann Sebastian Bach ( 1685-1750) : Magnificat en ré majeur BVW 243 ; Ensemble vocale et instrumental A Bout de souffle : Anaïs Constans et Laure Touya, sopranos ; Caroline Champy-Tursan, mezzo-soprano ; Bastien Rimondi, ténor ; Matthieu Lelevreur, basse ; Stéphane Delincak, direction musicale. Illustration : © Hubert Stoecklin 2018

Comments are closed.