Vivaldi: Concertos (Gli Incogniti, 2011)

Après leurs Quatre Saisons anthologiques, nouvelle référence de l’interprétation vivaldienne, voici une Nuova stagione (nouvelle saison), les Incogniti et leur leader, la violoniste Amandine Beyer ont-ils toujours ce feu sacré, cette ivresse magicienne qui jusque là leur a tant réussi ?

Deux premières mondiales accréditent tout d’abord ce nouvel opus: le Concerto pour violon et orgue RV 808, prélude prometteur; puis le Concerto pour violon RV 194: deux immersions pleines de suavité curieuse, de vitalité engageante, avec point crucial de l’interprétation, cette liberté du geste, illusoirement décontractée, d’un fini musical concrètement enthousiasmant (mais fruit d’un long travail d’une pratique informée).
Au cœur du geste d’Amandine Bayer qui signe une notice lumineuse et fine en ce sens, la multiplicité vivace, souvent vertigineuse d’un Vivaldi, saisi par l’inspiration; sa prodigieuse versatilité; sa finesse d’intonation: il en ressort la diversité dans l’instrumentation des concertos présentés; leur constante générosité et aussi leur profonde gravité (largo du Concerto pour orgue initial) sans omettre cette suspension poétique, véritable bouffée d’énergie printanière (la réalité des climats et des atmosphères est bien l’une des clés des paysages vivaldiens); la motricité électrique dont sont capables les instrumentistes rétablit le lien avec leurs précédents disques. Le chatoiement caractérisé de chaque pièce (où jaillit la personnalité du violoncelle, du traverso, de l’orgue donc) confirme la passion des Incogniti pour le génie vivaldien. On rêve dès lors de les entendre à l’opéra: les associer au chant de solistes serait une expérience certainement déterminante aujourd’hui. Qui s’y engage bientôt?

Antonio Vivaldi: Concertos divers RV 808, 420, 431, 194, 440, 403 235, 517. Gli Incogniti. Amandine Beyer, violon et direction. Enregistrement réalisé au Portugal, en septembre 2012. 1 cd Zig Zag.

Comments are closed.