TOURS. Benjamin Pionnier dirige une nouvelle TOSCA


Benjamin Pionnier, nouveau directeur de l'OpĂ©ra de ToursTOURS, OpĂ©ra. PUCCINI: Tosca. 21 – 27 avril 2017. Benjamin Pionnier
dirige l’Orchestre Symphonique maison (qui porte aussi le nom de la rĂ©gion : Centre – Val de Loire) pour une nouvelle production de Tosca, rĂ©unissant des voix peu connues en France et qui promettent de relever les dĂ©fis multiples d’une partition Ă©laborĂ©e comme une piĂšce de thĂ©Ăątre et au drame rĂ©aliste : au devant de la scĂšne, se dĂ©roule la tragĂ©die d’un trio amoureux opposant les deux amants artistes (Tosca la chanteuse et Mario le peintre), pris dans les filets du diabolique Scarpia (prĂ©fet de Rome), Ă©pris de la belle cantatrice. Puccini sait Ă©largir le spectre dramatique en fouillant par le chant d’un orchestre fabuleusement orchestrĂ©, le contexte et les rĂ©sonances historiques, sociales de ce huit clos Ă©touffant : l’Italie dont il est question, est celle des Monarchistes contre les RĂ©publicains, c’est Ă  dire en une seconde opposition, celle lĂ  politique, qui confronte le royaliste Scarpia contre le bonapartiste Mario
 Les 3 actes sont parfaitement dĂ©limitĂ©s, chacun inscrit dans un lieu bien identifiĂ© de Rome : l’église San Andrea della Valle au I ; Ă©crin des amours artistes dont nous avons parlĂ©, puis cĂ©lĂ©bration collective en un Te Deum qui assoit le redoutable prĂ©fet ; le II se dĂ©roule ensuite au Palais FarnĂšse chez Scarpia, dans les salons et le bureau de son palais officiel oĂč il torture Mario ; c’est lĂ  qu’en une scĂšne fantastique et macabre, la belle Tosca poignarde le prĂ©fet sadique avant de lui rendre un dernier hommage posthume (l’actrice Sara Bernhardt a laissĂ© un souvenir mĂ©morable dans la piĂšce originelle de Victorien Sardou, comme Maria Callas ensuite sur la scĂšne de l’OpĂ©ra de Paris ; enfin, l’acte III, au ChĂąteau Saint-Ange oĂč est emprisonnĂ© Mario ; l’acte s’ouvre sur une Ă©vocation champĂȘtre et pastorale par le chant d’un jeune berger - sur les collines environnantes de Rome, Tosca retrouve son amant Mario emprisonnĂ© pour le dĂ©livrer, aprĂšs une prĂ©tendue fausse exĂ©cution qui s’avĂšre cependant fatale pour celui qui a osĂ© se rĂ©clamer de l’idĂ©al bonapartiste
 Ainsi mĂȘme aprĂšs sa mort Scarpia poursuit son Ɠuvre diabolique. DĂ©munie, trahie, veuve
 Tosca se jette dans le vide, de la terrasse du ChĂąteau Saint-Ange. Puccini rĂ©ussit dans Tosca, l’équation dĂ©licate du drame sentimental et de la fresque Ă©vocatrice au rĂ©alisme accru : Ă  la passion qui dĂ©vore les trois protagonistes (le fameux trio verdien : soprano / tĂ©nor / baryton, ce dernier Ă©tant le rival du premier) rĂ©pond le souffle irrĂ©sistible des Ă©vocations orchestrales. Oui, Tosca est un opĂ©ra sublime qui est autant psychologique que dramatique.

Il est peintre, elle est chanteuse… TOSCA, l’opĂ©ra des artistes libres

 

Nouvelle Tosca à l'Opéra de TOURS
 

C’est en Ă©coutant une reprĂ©sentation d’AĂŻda de Verdi que le jeune Puccini reçoit la vocation du lyrique. Ainsi, l’un de ses chefs d’oeuvre de la plaine maturitĂ©, Tosca, crĂ©Ă© en 1900 en tĂ©moigne. Viendront ensuite aprĂšs ce premier sommet dramatique et vocal, Butterfly (1904) puis l’inachevĂ©e Turandot (crĂ©ation posthume en 1926).
L’unitĂ© dramatique et la superbe gradation dans la tension de l’ouvrage viennent en partie, de sa construction spatiale: Ă  chaque tableau correspond un lieu diffĂ©rent dans la Rome du dĂ©but XIXĂšme siĂšcle: l’Ă©glise San Andrea della Valle Ă  l’acte I, puis le Palazzo FarnĂšse ou Palais de la justice au II; enfin pour la mort des amants magnifiques, les gĂ©oles et la terrasse sommitale du chĂąteau Saint-Ange au III.
Rares sont les ouvrages lyriques qui collent Ă  ce point Ă  l’esprit d’une ville… Rome est l’autre acteur de l’opĂ©ra puccinien. Son souffle, son esprit, ses climats, son atmosphĂšre en sont distillĂ©s par l’orchestre, autre grand acteur du l’action musicale. La Tosca de Puccini, qui a alors 42 ans, et est bien au sommet de son Ă©criture, est adaptĂ©e de la piĂšce Ă©ponyme de Victorien Sardou, crĂ©Ă©e treize annĂ©es auparavant, en 1887.
En septembre et octobre 2016, la production de Tosca Ă  Bastille compte une distribution vocale prometteuse : Anja Harteros (17, 20, 23 septembre) puis Liudmyla Monastyrska pour Tosca, la cantatrice amoureuse passionnĂ©e ; Marcelo Alvarez en Mario Cavaradosi, le peintre bonapartiste et libertaire ; enfin Bryn Terfel pour le prĂ©fet Scarpia, autoritĂ© noire, dĂ©vorĂ©e par la jalousie et le pouvoir…

OPERA INCANDESCENT… En un torrent continu qui reste resserrĂ©, autorisant quelques rares airs aux solistes, la musique de Puccini exprime tout ce que les actes
ne disent pas: les pensĂ©es secrĂštes, les soupçons incandescents (croyante et loyale, Floria est une femme terriblement jalouse), le machiavĂ©lisme cynique astucieusement tu (Scarpia est un monstre de perversitĂ© manipulatrice, ivre d’une insondable frustration et objet incontrĂŽlable de son dĂ©sir pour Tosca), la loyautĂ© fraternelle de Mario (il est antimonarchiste, farouchement opposĂ© Ă  toute forme de despotisme, en cela dangereusement bonapartiste, rĂ©volutionnaire et libertaire)
 En dĂ©finitive, la plume de Puccini inscrit au devant de la scĂšne, la passion qui animent chacun des trois protagonistes. Le compositeur crĂ©e un opĂ©ra qui conserve le rythme et l’intelligence dramatique de la piĂšce originelle signĂ© Victorien Sardou. Sur le plan musical aussi, le compositeur rehausse davantage la rĂšgle du trio vocal, – noyau lyrique central depuis Bellini, Donizetti et surtout Verdi, – base de l’opĂ©ra romantique et post romantique: une soprano amoureuse, un tĂ©nor ardent, un baryton nĂ©faste, manipulateur, sombre et tĂ©nĂ©breux. Mais ici, contrairement Ă  tant d’hĂ©roĂŻnes soumises ou sacrifiĂ©es, Tosca est une femme qui rugit et rĂ©siste. Elle dĂ©cide elle-mĂȘme du moment et du contexte de sa mort.

C’est aussi le portrait de deux artistes magnifiques, elle est chanteuse; lui est peintre; qui se trouvent broyĂ©s par la machine politico-policiĂšre incarnĂ©e par le diabolique Scarpia.

________________________

TOSCA de PUCCINI Ă  l’OpĂ©ra de Tours
Nouvelle production en 4 dates

Vendredi 21 avril 2017, 20h
Dimanche 23 avril 2017, 15h
Mardi 25 avril 2017, 20h
Jeudi 27 avril 2017, 20h

RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.operadetours.fr/tosca

Billetterie
Ouverture du mardi au samedi
10h00 Ă  12h00 / 13h00 Ă  17h45

02.47.60.20.20
theatre-billetterie@ville-tours.fr

Grand Théùtre de Tours
34 rue de la Scellerie
37000 Tours

ConfĂ©rence de prĂ©sentation de l’Ɠuvre
Samedi 8 avril 2017, 14h30
Grand Théùtre, Salle Jean Vilar / entrée gratuite dans la limite des places disponibles

PUCCINI : TOSCA, opéra en trois actes
Livret de Luigi Illica et Giuseppe Giacosa, d’aprĂšs Victorien Sardou
Création le 14 janvier 1900 à Rome
Coproduction OpĂ©ra de Tours & Conseil DĂ©partemental d’Indre et Loire

Direction musicale : Benjamin Pionnier
Mise en scĂšne : Pier-Francesco Maestrini
Décors  : Guillermo Nova
Costumes : Luca dall’Alpi
LumiĂšres : Bruno Ciulli

Floria Tosca : Maria Katzarava
Mario Cavaradossi : Angelo Villari
Scarpia : Valdis Jansons
Cesare Angelotti : Zyan Atfeh
Spoletta : Raphael Brémard
Sciarrone : François Bazola
Il sagrestano : Francis Dudziak
Pastore : Julie Girerd

MaĂźtrise du Conservatoire Francis Poulenc – CRR de Tours
Choeurs de l’OpĂ©ra de Tours
Orchestre Symphonique RĂ©gion Centre-Val de Loire/Tours

 

Comments are closed.