Le Messie de HAENDEL au Québec

messie-haendel-festival-classica-marc-boucher-baryton-noel-2019-annonce-concert-evenemnt-classiquenewsFESTIVAL CLASSICA. QUEBEC, HAENDEL : LE MESSIE : 3 – 8 dĂ©c 2019. CĂ©lĂ©brer la magie de NoĂ«l avec l’oratorio le plus saisissant de Georg Friedrich Haendel. VoilĂ  une invitation qui ne se refuse pas. A la fois dramatique comme un opĂ©ra, Le Messie est une partition de maturitĂ©, emblĂ©matique de Haendel dans le genre de l’oratorio anglais et qui a le souci d’une vĂ©ritable intention spirituelle, permettant de mĂ©diter sur les thèmes de la Passion, de la RĂ©surrection…

Premier acteur de la vie musicale classique au QuĂ©bec, le Festival Classica s’associe Ă   L’Harmonie des saisons pour une nouvelle lecture du Messie de Haendel du 3 au 8 dĂ©cembre 2019, soit 6 concerts en tournĂ©e, en MontĂ©rĂ©gie ; poursuivant ainsi une nouvelle aventure automnale amorcĂ©e en 2017 ; les musiciens chanteurs et instrumentistes se retrouvent dans cette mĂŞme Ĺ“uvre phare du temps des fĂŞtes jouĂ©e sur instruments d’époque. Le chef Eric Milnes dirige les musiciens et chanteurs directement du clavecin, comme le fit Haendel Ă  son Ă©poque.

Mélisande Corriveau
Direction artistique

Magali Simard-Galdès
Soliste, soprano

Florence Bourget
Soliste, mezzo-soprano

Emmanuel Hasler
Soliste, ténor

Marc Boucher
Soliste, baryton

SAINT-LAMBERT
Mardi 3 décembre 2019, 19 h 30
Paroisse catholique de Saint-Lambert
RESERVEZ ici
https://app.beavertix.com/fr/billetterie/achat-de-billet/1034/4878

GRANBY
Mercredi 4 décembre 2019, 19 h 30
Église Sainte-Famille
https://app.beavertix.com/fr/billetterie/achat-de-billet/1034/4874

VAUDREUIL-DORION
Jeudi 5 décembre 2019, 19 h 30
Église Saint-Michel
https://www.trestler.qc.ca/content/concert-bénéfice-de-noël#top-menu

SAINT-BENOĂŽT-DU-LAC
Samedi 7 décembre 2019, 14 h
Abbaye de Saint-Benoît-du-Lac
https://app.beavertix.com/fr/billetterie/achat-de-billet/1034/4872

REPENTIGNY
Dimanche 8 décembre 2019, 15 h
Église de la Purification
https://hector-charland.com/programmation/le-messie-de-haendel/

BOUCHERVILLE
Dimanche 8 décembre, 19 h 30
Église Sainte-Famille
https://app.beavertix.com/fr/billetterie/achat-de-billet/1034/4871

 

 

Pour toute information
Le Messie de Haendel, Saint-Lambert
nhoude@festivalclassica.com
(450) 912-0868

 

DUBLIN, 1742…

handel haendel portrait vignette dossier handel haendel 2016 496px-George_Frideric_Handel_by_Balthasar_DennerIncontestablement, l’oratorio en anglais Le Messie (1742) marque le triomphe des efforts de Georg Friedrich Handel (1685-1759) dans le genre de l’opéra sacré. Certes pas de mise en scène, mais le souffle dramatique des chœurs, le raffinement de l’orchestre et surtout la beauté mélodique des airs, solos et duos, incarnent un âge d’or lyrique en langue anglaise, qui tout en prolongeant le travail du compositeur saxon à Londres après ses tentatives (malheureuses) pour perpétuer l’opéra seria italien, parvient à créer de toute pièce, un nouveau genre en Angleterre, l’oratorio anglais. Depuis Trevor Pinnock en 1988, il n’y a guère d’interprètes aujourd’hui qui réussise cette alliance rare de l’intelligibilité, de la subtilité et de la nervosité expressive, tout en restituant aussi cette élégance du geste et de l’intonation qui fonde la singularité du style haendélien. Après La Resurrezzione (1708), Esther (1720), Deborah (1733), Athalia (1733), saul (1739), Israel en Egypte (1739), Le Messie est avant Londres un triomphe irlandais…

DUBLIN, 1742. LONDRES, 1750… Le Messie évoque le succès de Haendel, hors de Londres, en particulier à Dublin, répondant à l’invitation du Lord Lieutenant d’Irlande : créé en avril 1742, Le Messie suscite un triomphe immense (près de 700 spectateurs dès sa création). A Londres, les spectateurs furent plus réservés, hostiles mêmes, choqués d’écouter des textes sacrés au théâtre.
Il fallut attendre 1750 pour que Le Messie s’impose à Londres quand Handel, reprenant la vocation altruiste de ses concerts, imagina de le donner au Foundling Hospital au profit des nécessiteux de Londres. Enrichie de hautbois et de bassons, la partition devait connaître une faveur croissante au point d’être jouée devant une salle comble, chaque année.

Prémices, Passion, Résurrection… Dans la première partie, les Prophètes annoncent l’arrivée du Messie, figure du sauveur, lumière du monde en une succession d’airs, hymnes, prières d’une joie éperdue… tandis que le choeur, plus inspiré et mystique que précédemment, en exprimant son omnipotence, glorifie Dieu.

La seconde partie s’interroge sur le sens de la Passion ; puis la troisième et courte dernière partie, se concentre surtout sur le sens de la Résurrection. Elégantissime, inspiré, plein d’espoir et de tendresse lumineuse, Haendel à la différence des Passions de Bach, plus âpre (Saint-Jean) ou fraternel et déploratif (Saint-Matthieu) explore une ferveur des plus étincelantes où les promesses du pardon envoûtent l’auditeur à force de nobles et très humaines prières. Architecte inspiré, il sait ciseler la délicate modénature entre choeurs méditatifs, airs solos, parure orchestrale de plus en plus raffinée et inspirée. Avec Haendel, l’oratorio anglais devient poésie musicale.

LIRE aussi notre dossier spécial les oratorios de Haendel:
http://www.classiquenews.com/hanendel-handel-les-oratorios/

Festivals 2020 : les 10 ans du festival CLASSICA (QuĂ©bec), de Beethoven, Bowie Ă  MIGUELA…

classica-festival-canada-logo-vignette-classiquenews-annonce-concerts-festivals-operaFESTIVALS 2020. Printemps 2020 (mai et juin 2020) : le Festival CLASSICA au Québec prépare une prochaine édition exceptionnelle pour ses 10 ans. Le succès est là (60 000 festivaliers chaque année) : il a fait de l’événement rayonnant à Saint-Lambert (Montérégie, rive sud du Saint-Laurent) le premier festival qui ouvre la saison estivale et le plus populaire au Québec. Intitulé « de Beethoven à Bowie », CLASSICA 2020 programme un vaste volet Beethoven (250è anniversaire oblige), mais aussi plusieurs grandes soirées symphoniques sous les étoiles, sans omettre son 4è Récital-Concours de mélodies françaises, et la création mondiale du dernier opéra de Théodore Dubois : Miguela (1891), emblème de l’écriture dramatique et mélodique du « Verdi français ».

 Québec : Festival CLASSICA 2019, jusqu'au 16 juin 2019

CLASSICA 2020, L’ANNÉE DE TOUS LES DÉFIS : 

De Beethoven à Miguela…

En 2020, un cycle supérieur en nombre devrait marquer la programmation (entre 3 et 5 grands concerts symphoniques sous les étoiles, alternant rock symphonique et programme purement classique), de quoi séduire de nombreuses phalanges, soucieuses de renouveler leur image et de conquérir de nouveaux spectateurs.

Mais l’édition CLASSICA 2020 élargit encore son champs d’activité. Intitulé de « Beethoven à David Bowie » (comme il y eut « De Schubert aux Rolling Stones » et « De Berlioz aux Bee Gees »)  : un très riche cycle BEETHOVEN est annoncé afin de célébrer l’anniversaire du grand Ludwig. Au programme d emai et juin 2020 : intégrale des Sonates pour piano, Sonates pour violoncelle, pour violon, lieder et aussi Bagatelles (joyaux méconnus), sans omettre en grand format justement et sur la grande scène en plein air : la Missa Solemnis, l’oratorio Le Christ au mont des Oliviers (en partenariat avec l’Atelier Lyrique de Tourcoing), les Symphonies n°3 et 5…

MIGUELA DE DUBOIS, UNE CRÉATION MONDIALE TRES ATTENDUE

 

dubois_theodoreCLASSICA comme tous les grands festivals internationaux cultive les genres symphoniques et populaires, les récitals chambristes, mais aussi le goût du chant, mélodies et opéra. CLASSICA n’est rien sans la présence de la voix. Les Festivaliers retrouveront la 4è édition du Récital-Concours de mélodies françaises (juin 2020, édition programmée comme chaque année comme conclusion de l’événement). Enfin, l’année prochaine est celle de tous les défis car y sera réalisée aussi la création du dernier opéra de Théodore Dubois, compositeur romantique français récemment ressuscité ici et là, mais de façon trop disparate pour juger pleinement de son écriture comme de son tempérament lyrique. Marc Boucher prolonge ainsi le travail pionnier, réalisé dans un véritable esprit de famille et de troupe, avec son mentor, le regretté chef, fondateur de l’Atelier Lyrique de Tourcoing, Jean-Claude Malgoire. Le chef français avait le souci de jouer les œuvres de Dubois : à Tourcoing furent ainsi créés en première mondiale, l’oratorio Le Paradis perdu (dans une version orchestrale restaurée), puis l’opéra ABEN HAMET, éblouissante production qui réunissait Marc Boucher, Guillaume Andrieux, Ruth Rosique, Hasnaa Bennani, Nora Sourouzian…).

SOMMET LYRIQUE DU VERDI FRANCAIS

Rétablir la création de ce qui serait bien le dernier ouvrage de Théodore Dubois, Miguela, dans le sillon de ces œuvres déjà recréées est d’autant plus pertinent que son livret souligne les mêmes thèmes que Aben Hamet (1884) : l’élan amoureux ici entre une espagnole et un officier français (dans Aben Hamet, il s’agit d’un arabe et d’une princesse catholique) confronté à la violence de la guerre, du terrorisme, des armes. « Théodore Dubois est pour moi, le Verdi français », précise Marc Boucher. « Comme Verdi, Dubois connaît la voix ; il choisit les tessitures selon le profil dramatique des personnages ; sa prosodie est parfaite : chanter Dubois, c’est parler et respirer ; il n’y a aucun arrangement à concéder, aucune transposition à envisager : tout coule de source, en parfaite connexion avec la situation dramatique, et les ressources de chaque tessiture ».

Le baryton en parle avec d’autant plus d’assurance qu’il a interprété ses œuvres et chantera aussi lors de la création de Miguela (le rôle du méchant, Fernandes, l’agent de la barbarie et de la haine, celui qui ne cesse de rappeler Miguela à son devoir…). La haine des autres contre l’amour de tous. Voilà un schéma déjà passionnant qui suscite la plus grande attente d’ici au printemps 2020 au Québec. Déjà, le directeur de CLASSICA, heureux de poursuivre l’enthousiasme et la curiosité de Jean-Claude Malgoire par delà l’Atlantique, prépare le matériel musical laissé par Théodore Dubois. L’auteur du livret de Miguela est Jules Barbier, d’après les dernières découvertes : Dubois a pu ainsi s’appuyer sur un homme d’expérience.

C’est Marc Boucher qui dans les cahiers constituant l’inventaire des œuvres déposées à BNF avait repéré et identifié le dernier opus lyrique de Théodore Dubois, probablement composé en 1891 : un ouvrage ambitieux (en trois actes et six tableaux), dans le style du grand opéra français qui témoigne des dernières évolutions lyriques du directeur du Conservatoire, au début des années 1890.

Miguela serait-il ce grand opéra romantique oublié, jalon essentiel de l’opéra français de la fin du XIXè et au début du XXè, à l’époque du dernier Verdi et des opéras de Massenet ? L’idée est séduisante. Pour Marc Boucher, Miguela se rapprocherait « de Manon de Massenet, dans une forme en route vers Falstaff où le récit accompagné est prédominant et où l’intrigue bien qu’ayant ses protagonistes principaux, est soutenue par les rôles secondaires. »

A l’heure des résurrections plus ou moins heureuses révélant souvent de façon tronquée, des partitions exhumées que l’on croyait connaître, Marc Boucher a décidé de tout jouer : Miguela pourra ainsi être jugée dans sa continuité originelle. A la BNF, de fait, tout le matériel existait (le conducteur, la partie chant / piano, les parties d’orchestre…) ; ils attendaient d’être ressuscitées pour une création intégrale. Probablement pour une réalisation partielle décidée pour la Palais Garnier en 1916. « la genèse de l’opéra demeure mystérieuse ; beaucoup d’éléments de la genèse restent dans l’ombre » précise Marc Boucher. Et d’ajouter en interprète connaisseur :  « Il y a 12 rôles : 2 pour voix de femmes dont un soprano lyrique pour le rôle-titre ; et 10 voix masculines, le héros amoureux étant ici chanté par un ténor ; fait assez surprenant quand on sait le goût de Dubois pour la voix de baryton – comme Verdi : Aben Hamet est chanté par un baryton ». En somme, Miguela est le sommet lyrique de Théodore Dubois, et certainement une prochaine révélation majeure pour notre connaissance de l’opéra romantique français.

______________________________

classica-festival-canada-logo-vignette-classiquenews-annonce-concerts-festivals-operaRéservez dès à présent votre séjour au Québec, au moment du festival CLASSICA : concerts chambristes, grands événements symphoniques en plein air, opéra en création, mais aussi le cycle Beethoven 2020… promettent une nouvelle édition mémorable, celle des 10 ans (« de Beethoven à David Bowie »). Le rendez-vous est d’ores et déjà pris.

TOUTES LES INFOS sur le site du FESTIVAL CLASSICA

https://www.festivalclassica.com

FESTIVAL CLASSICA : l’Ă©vĂ©nement au QuĂ©bec, classique et populaire. Bilan 2019 et 10è Ă©dition en 2020

Marc-BOUCHER baryton festival classica-200x300COMPTE-RENDU, festivals. QuĂ©bec, Festival CLASSICA Ă  Saint-Lambert – 9è Ă©dition 2019 : portant la dĂ©jĂ  9è Ă©dition de son festival CLASSICA, Ă©vĂ©nement majeur au sein de l’agenda des festivals du printemps au QuĂ©bec, le baryton Marc Boucher confirme un rare talent, capable de concilier musique classique et grand public, concerts en salles fermĂ©es et Ă©vĂ©nements en plein air, partitions hyperconnues et joyaux oubliĂ©es… C’est une vision large et lĂ©gitime, aux Ă©quilibres exemplaires, qui cultive l’éclectisme et l’accessibilitĂ© des rĂ©pertoires, la diversitĂ© des formes choisies, telles les fondamentaux d’une offre Ă  prĂ©sent inscrite dans le paysage musical quĂ©bĂ©cois. En terres francophones, l’évĂ©nement fĂ©dĂ©rateur situĂ© en MontĂ©rĂ©gie, soit sur la rive sud du Saint-Laurent, fidĂ©lise Ă  prĂ©sent un très large public canadien ; il a toutes les chances d’attirer aussi Ă  MontrĂ©al, un nombre de plus en plus importants de visiteurs et touristes français, depuis l’autre rive de l’Atlantique. Mais l’édition 2019 n’est qu’un prĂ©lude Ă  la grande Ă©dition 2020, … celle des 10 ans du Festival et des cĂ©lĂ©brations Beethoven (250ème anniversaire en 2020).

 

 

 

I
RÉCITAL – CONCOURS DE MÉLODIES : LA PASSION DE LA LANGUE FRANCAISE…
 
Mais l’évĂ©nement – nous le disions dĂ©jĂ  en 2018, pourrait marquer tout simplement l’histoire des festivals francophones : l’interprète directeur dĂ©fend la langue française et la culture quĂ©bĂ©coise comme peu (les deux notions ne sont-elles pas liĂ©es?) ; d’oĂą son idĂ©e depuis 3 ans dĂ©jĂ , d’organiser une compĂ©tition pour les chanteurs qui chantent en français : ainsi est nĂ©e le RÉCITAL-CONCOURS international de mĂ©lodies françaises (3è Ă©dition en juin 2019). Son originalitĂ© est dans son titre : c’est d’abord un rĂ©cital en public, avant d’être une compĂ©tition. Ici, chaque interprète chante l’intĂ©gralitĂ© de son programme : pas de coupures ni de commentaires expĂ©ditif de la part d’un jury narquois et arrogant. Le public comme les 6 « juges » prĂ©sents dans la salle jaugent, analysent, et notent enfin les interprètes les plus mĂ©ritants : ceux qui articulent un texte et qui savent en exprimer l’intensitĂ© Ă©motionnelle. Celles et ceux qui savent emporter avec eux, les auditeurs dans une histoire qui se vit au moment de la prestation, Ă  travers les images de textes souvent très poĂ©tiques. Rien de moins.
CONCOURS-MELODIES-FRANCAISES-annonce-2019-quebec-2019Quoi de plus naturel en vérité que d’expliquer et faire rayonner l’art si difficile de la mélodie française au Québec ? : articulation, prononciation, intonation… le français y est plus qu’ailleurs, une passion régionale ardemment défendue ; de la même façon, n’y a-t-il pas depuis des décennies, et même bien avant, une école de chanteurs francophones Québécois, dont la maîtrise et l’intelligibilité, la musicalité et l’engagement dépassent bien souvent les chanteurs français eux-mêmes ? Voilà expliquées deux réalités indiscutables qui légitiment aujourd’hui l’initiative depuis le Québec.
Son fonctionnement est moderne et devrait inspirer moult compĂ©titions françaises, rigidifiĂ©es par des pratiques d’un autre âge. Le concours est ici d’abord, un rĂ©cital : c’est un concert Ă  l’adresse du public, dans lequel l’interprète est invitĂ© Ă  dĂ©fendre son propre programme (5 mĂ©lodies françaises dont une canadienne pour la demi finale – puis, un cycle intĂ©grale, quelle que soit sa durĂ©e… pour la finale).
A chaque séance, le public vote comme les 6 juges : au total, chaque vote compte pour 50% de l’évaluation globale. Il s’agit de distinguer les chanteurs professionnels ou en professionnalisation qui défendent leur interprétation ; qui sont capables de raconter leur conception de l’histoire, à niveau de technique égale. L’art du diseur, l’articulation naturelle et l’intelligibilité sont ici des qualités essentielles dont la maîtrise fait les plus grands chanteurs. En défendant cette conception du beau chant français, Marc Boucher, émule d’un Philippe Martinon, grand spécialiste de diction au milieu du XXè, devient un défenseur incontournable de la mélodie, laquelle favorise et enrichit l’expérience du chanteur lyrique.

Demain, le RÉCITAL-CONCOURS qui a lieu à Saint-Lambert, épicentre du festival depuis ses débuts, reconnaîtra les tempéraments les plus convaincants, le temps de ce récital unique au monde, comme une étape décisive et obligée pour qui veut affirmer sa maestria et sa légitimité dans le genre. Et lorsque l’on songe au vivier impressionnant de chanteurs francophones au Québec, tous les espoirs pour de prochaines éditions passionnantes sont désormais possibles. A l’issue de la Finale 2019 (16 juin 2019), c’est la soprano Caroline Gélinas qui a obtenu le Premier Prix (fusionnant les votes du jury et du public).

DU CONCERT AU DISQUE. Des romances de Berlioz aux mélodies de Massenet. Marc Boucher sait aussi conserver la trace de programmes défricheurs qui ont fait l’événement du festival CLASSICA. Lors du grand week-end à Saint-Lambert, étaient recrées les 25 romances de Berlioz, pour voix et guitare ; un dispositif original et intimiste qui après avoir été réalisé en concert (samedi 1er juin 2019) était dans la foulée enregistré (prochaine parution prévue à l’automne 2019 chez Atma / avec la soprano Magali Simard-Galdès, lauréate 2018 du Récital Concours de mélodies françaises, et le ténor Antonio Figueroa, avec le guitariste David Jacques). Un programme qui en s’inscrivant dans l’année des célébrations Berlioz 2019, dévoile un pan méconnu de l’écriture du Romantique français.

faure integrale melodies marc boucher olivier godin pour ATMA classique 4 cd par classiquenews la critique du cd En novembre 2019, un nouveau projet au long cours occupera Marc Boucher : une nouvelle intégrale… de mélodies bien sûr, celles de Jules Massenet, soit plus de 300 airs restitués avec une pléiade de chanteurs diseurs triés sur le volet, et avec la singularité sonore (mais si légitime, et même bénéfique pour la ligne vocale des solistes) du piano historique, un Erard 1854 (avec lequel s’est d’ailleurs déroulé le dernier Récital-Concours de mélodies françaises : la nuance est d’importance car elle révèle aussi le souci du format sonore le plus proche de l’époque des salons parisiens où ont été chantés la majorité des mélodies françaises). Visionnaire, infatigable défricheur, surtout interprète et perfectionniste, Marc Boucher ne cède rien à la qualité artistique de chacun de ses projets. C’est d’ailleurs ce qui avait fondé la réussite de sa précédente intégrale, dédiée aux mélodies de Gabriel Fauré, somptueux et délectable somme artistique, aujourd’hui de référence (4 cd Atma, CLIC de CLASSIQUENEWS, paru à l’été 2018).

 

 

 

II
SUR LES TRACES DE BERLIOZ : REINVENTER L’EXPÉRIENCE ORCHESTRALE DU XXIE SIECLE… UNE CERTAINE IDÉE DU PLEIN AIR.
 
En visionnaire, Marc Boucher devance aussi l’évolution des orchestres, telle qu’elle se manifeste déjà en France. Le temps des phalanges routinières, souvent fonctionnarisée, qui demeurent dans le seul cadre fermé du concert en salle (souvent dans les théâtres d’opéra dont ils assurent aussi la saison symphonique), est révolu, dépassé. Le classique souffre de son image élitiste, cloisonnée, confinée, poussiéreuse. A l’heure numérique et des réseaux sociaux, l’expérimentation, le renouvellement des formes du concert, le déroulement et la réalisation des programmes sont un chantier désormais ouvert, qui permet aux orchestres 2.0 de toucher les jeunes publics, naturellement connectés. Les formations sont bien inspirées de vouloir réinventer à l’adresse des audiences, l’expérience musicale et la relation aux instruments.

classica-festival-plein-air-concert-bee-gees-classica-2019-concerts-festivals-annonce-critique-festivals-crtiique-concerts-opera-classiquenews-plein-airCette annĂ©e, anniversaire BERLIOZ 2019, Marc Boucher offre un avant goĂ»t de ce qui pourrait devenir une expĂ©rience orchestrale digne de ce qu’inventait au XIXè, le grand Hector. Sur les pas de l’auteur de La Damnation de Faust et du Requiem, – rĂ©formateur de l’expĂ©rience orchestrale dès 1845 avec ses concerts gĂ©ants au Cirque Olympique-, Marc Boucher tente le pari du tout symphonique en plein air, rĂ©alisĂ© par presque 100 musiciens d’orchestre regroupĂ©s sur une scène, sous arabesque (vaste podium fermĂ© protĂ©geant les instrumentistes en cas de pluie). On sait les puristes, recroquevillĂ©s et plutĂ´t rĂ©tifs Ă  l’idĂ©e d’écouter un orchestre hors des salles acoustiques. Mais tout l’enjeu du classique pour demain n’est-il pas lĂ  justement ? Exposer le plus grand nombre Ă  une expĂ©rience orchestrale inouĂŻe, oĂą la spatialisation, les effets visuels, le choix rythmĂ© des Ĺ“uvres (composant une thĂ©matique) suivent un programme unifiĂ©, orchestrent un spectacle mĂ©morable. Ouvert pour tous.

Toutes les institutions musicales en France souffrent d’un trop faible renouvellement des publics. Les plus grands orchestres menacés d’isolement et de moins d’adhésion citoyenne, cherchent à tout prix à séduire le plus grands nombre : concerts bébés, concerts connectés, opéras et symphonies dans les stades, dans les gares ou dans les musées… Ce décloisonnement de mieux en mieux pensé constitue pour les années à venir un vaste et décisif laboratoire dont l’enjeu concerne les orchestres et leur faculté à fédérer.
En proposant demain aux orchestres canadiens de s’exposer le temps d’une soirée hors normes chaque année à CLASSICA, Marc Boucher rencontre cette évolution inéluctable qui pourrait bien assurer le futur du classique orchestral. D’autant qu’au Québec, les orchestres dignes de ce nom de manquent pas.

Le Festival CLASSICA organise depuis ses débuts de grands concerts de rock symphonique (hommage sur instruments classiques et avec la coopération de choristes préparés, aux Rolling Stones ; aux Bee Gees, cette année ; en 2020, il s’agira de David Bowie). La ville de Saint-Lambert et son parc de la Voie maritime accueilleront bientôt un grand orchestre, des choristes et des solistes pour une soirée exceptionnelle, avec arabesque et grands écrans, où les grands noms de la variété française côtoient des airs d’opéra français, où le classique montrera sa forte attractivité quand il est intelligemment métissé. Tout est affaire de goût et de dosage ; de ce point de vue, le directeur de CLASSICA maîtrise les équilibres.

 

 

 

III
2020, L’ANNÉE DE TOUS LES DÉFIS : De Beethoven à Miguela…
 
Cycle BEETHOVEN sur Arte les 2, 9, 16, 23 et 30 octobre 2016 En 2020, un cycle supérieur en nombre devrait marquer la programmation (entre 3 et 5 grands concerts symphoniques sous les étoiles, alternant rock symphonique et programme purement classique), de quoi séduire de nombreuses phalanges, soucieuses de renouveler leur image et de conquérir de nouveaux spectateurs.
Mais l’édition CLASSICA 2020 élargit encore son champs d’activité. Intitulé de « Beethoven à David Bowie » (comme il y eut « De Schubert aux Rolling Stones » et « De Berlioz aux Bee Gees »)  : un très riche cycle BEETHOVEN est annoncé afin de célébrer l’anniversaire du grand Ludwig. Au programme d emai et juin 2020 : intégrale des Sonates pour piano, Sonates pour violoncelle, pour violon, lieder et aussi Bagatelles (joyaux méconnus), sans omettre en grand format justement et sur la grande scène en plein air : la Missa Solemnis, l’oratorio Le Christ au mont des Oliviers (en partenariat avec l’Atelier Lyrique de Tourcoing), les Symphonies n°3 et 5…

 

 

MIGUELA DE DUBOIS, UNE CRÉATION MONDIALE TRES ATTENDUE.
CLASSICA comme tous les grands festivals internationaux cultive les genres symphoniques et populaires, les récitals chambristes, mais aussi le goût du chant, mélodies et opéra. CLASSICA n’est rien sans la présence de la voix. Les Festivaliers retrouveront la 4è édition du Récital-Concours de mélodies françaises (juin 2020, édition programmée comme chaque année comme conclusion de l’événement). Enfin, l’année prochaine est celle de tous les défis car y sera réalisée aussi la création du dernier opéra de Théodore Dubois, compositeur romantique français récemment ressuscité ici et là, mais de façon trop disparate pour juger pleinement de son écriture comme de son tempérament lyrique. Marc Boucher prolonge ainsi le travail pionnier, réalisé dans un véritable esprit de famille et de troupe, avec son mentor, le regretté chef, fondateur de l’Atelier Lyrique de Tourcoing, Jean-Claude Malgoire. Le chef français avait le souci de jouer les œuvres de Dubois : à Tourcoing furent ainsi créés en première mondiale, l’oratorio Le Paradis perdu (dans une version orchestrale restaurée), puis l’opéra ABEN HAMET, éblouissante production qui réunissait Marc Boucher, Guillaume Andrieux, Ruth Rosique, Hasnaa Bennani, Nora Sourouzian…).

LE VERDI FRANCAIS
dubois_theodoreRétablir la création de ce qui serait bien le dernier ouvrage de Théodore Dubois, Miguela, dans le sillon de ces œuvres déjà recréées est d’autant plus pertinent que son livret souligne les mêmes thèmes que Aben Hamet (1884) : l’élan amoureux ici entre une espagnole et un officier français (dans Aben Hamet, il s’agit d’un arabe et d’une princesse catholique) confronté à la violence de la guerre, du terrorisme, des armes. « Théodore Dubois est pour moi, le Verdi français », précise Marc Boucher. « Comme Verdi, Dubois connaît la voix ; il choisit les tessitures selon le profil dramatique des personnages ; sa prosodie est parfaite : chanter Dubois, c’est parler et respirer ; il n’y a aucun arrangement à concéder, aucune transposition à envisager : tout coule de source, en parfaite connexion avec la situation dramatique, et les ressources de chaque tessiture ».
Le baryton en parle avec d’autant plus d’assurance qu’il a interprété ses œuvres et chantera aussi lors de la création de Miguela (le rôle du méchant, Fernandes, l’agent de la barbarie et de la haine, celui qui ne cesse de rappeler Miguela à son devoir…). La haine des autres contre l’amour de tous. Voilà un schéma déjà passionnant qui suscite la plus grande attente d’ici au printemps 2020 au Québec. Déjà, le directeur de CLASSICA, heureux de poursuivre l’enthousiasme et la curiosité de Jean-Claude Malgoire par delà l’Atlantique, prépare le matériel musical laissé par Théodore Dubois. L’auteur du livret de Miguela est Jules Barbier, d’après les dernières découvertes : Dubois a pu ainsi s’appuyer sur un homme d’expérience.
C’est Marc Boucher qui dans les cahiers constituant l’inventaire des œuvres déposées à BNF avait repéré et identifié le dernier opus lyrique de Théodore Dubois, probablement composé en 1891 : un ouvrage ambitieux (en trois actes et six tableaux), dans le style du grand opéra français qui témoigne des dernières évolutions lyriques du directeur du Conservatoire, au début des années 1890.
Miguela serait-il ce grand opéra romantique oublié, jalon essentiel de l’opéra français de la fin du XIXè et au début du XXè, à l’époque du dernier Verdi et des opéras de Massenet ? L’idée est séduisante. Pour Marc Boucher, Miguela se rapprocherait « de Manon de Massenet, dans une forme en route vers Falstaff où le récit accompagné est prédominant et où l’intrigue bien qu’ayant ses protagonistes principaux, est soutenue par les rôles secondaires. »
A l’heure des rĂ©surrections plus ou moins heureuses rĂ©vĂ©lant souvent de façon tronquĂ©e, des partitions exhumĂ©es que l’on croyait connaĂ®tre, Marc Boucher a dĂ©cidĂ© de tout jouer : Miguela pourra ainsi ĂŞtre jugĂ©e dans sa continuitĂ© originelle. A la BNF, de fait, tout le matĂ©riel existait (le conducteur, la partie chant / piano, les parties d’orchestre…) ; ils attendaient d’être ressuscitĂ©es pour une crĂ©ation intĂ©grale. Probablement pour une rĂ©alisation partielle dĂ©cidĂ©e pour la Palais Garnier en 1916. « la genèse de l’opĂ©ra demeure mystĂ©rieuse ; beaucoup d’élĂ©ments de la genèse restent dans l’ombre » prĂ©cise Marc Boucher. Et d’ajouter en interprète connaisseur :  « Il y a 12 rĂ´les : 2 pour voix de femmes dont un soprano lyrique pour le rĂ´le-titre ; et 10 voix masculines, le hĂ©ros amoureux Ă©tant ici chantĂ© par un tĂ©nor ; fait assez surprenant quand on sait le goĂ»t de Dubois pour la voix de baryton – comme Verdi : Aben Hamet est chantĂ© par un baryton ». En somme, Miguela est le sommet lyrique de ThĂ©odore Dubois, et certainement une prochaine rĂ©vĂ©lation majeure pour notre connaissance de l’opĂ©ra romantique français.

 

 

 

 

 

______________________________

classica-festival-canada-logo-vignette-classiquenews-annonce-concerts-festivals-operaRéservez dès à présent votre séjour au Québec, au moment du festival CLASSICA : concerts chambristes, grands événements symphoniques en plein air, opéra en création, mais aussi le cycle Beethoven 2020… promettent une nouvelle édition mémorable, celle des 10 ans (« de Beethoven à David Bowie »). Le rendez-vous est d’ores et déjà pris.

 

 

TOUTES LES INFOS sur le site du FESTIVAL CLASSICA
https://www.festivalclassica.com

 

 

 

QUÉBEC, Festival CLASSICA 2019. Palmarès du Récital Concours international de Mélodies françaises

classica-festival-canada-logo-vignette-classiquenews-annonce-concerts-festivals-operaQUÉBEC, Festival CLASSICA 2019. Palmarès du RĂ©cital Concours international de MĂ©lodies françaises. Au terme de la seconde Ă©preuve 2019 (FINALE qui s’est tenue dimanche 16 juin 2019 Ă  Saint-Lambert, Paroisse Catholique) voici le palmarès du 3è RĂ©cital-Concours 2019:

 

 

Caroline GĂ©linas (Canada) : PREMIER PRIX
Jacqueline Woodley (Canada) : SECOND PRIX

Ellen Weiser (Canada), Prix Spécial artiste émergent

 

autres finalistes récompensés

  • Axelle Fanyo (France)
  • Suzanne Taffot (Canada)
  • Geoffroy Salvas (Canada)

 

Alex Soloway, Prix spécial meilleur pianofortiste (ERARD 1854)

 

 

 

recital-concours-classica-2019-international-de-melodies-francaises-palmares-2019-solistes-premier-prix-prix-special-pianofirtiste-classica-classiquenews-2019

 

 

 

recital concours mélodies françaises quebec saint lambert festival classica

 

Illustrations : photo / les 10 solistes et les pianofortistes (jouant sur l’ERARD 1854), les membres du jury, les prĂ©sidents d’honneur et mĂ©cènes, … / CLASSICA 2019

 

 

 

 

 

 

 

RÉPARTITION DES PRIX REMIS

DĂ©tail de la rĂ©partition des Prix du 3è RECITAL-CONCOURS international de MĂ©lodies Françaises 2019 qui s’est tenu Ă  Saint-Lambert, le 16 juin 2019 :

 

 

Le Festival CLASSICA a tenu son 3e Récital-concours international de mélodies françaises sous la présidence d’honneur de madame Marie-Paule Rouvinez ainsi que de messieurs Gilles Beauregard et Jacques Marchand.

Un concours sur deux jours

Pour la première fois, ce récital-concours s’est déroulé en deux temps, dix demi-finalistes ayant tout d’abord chanté la première journée, soit le 14 juin dernier, chacun cinq mélodies françaises de leur choix dont une mélodie canadienne.

Lors de la finale tenue le surlendemain, soit le dimanche 16 juin, cinq finalistes ont chanté un cycle de leur choix. Les mélomanes qui ont assisté au récital-concours ont été au cœur de l’émotion et ont pu participer directement sur place à la notation des lauréats.

 
Des bourse totalisant 45 000 $

Une somme de 45 000 $ a été distribuée aux concurrents, un montant de 5 000 $ ayant été ajouté le jour de la finale par un généreux donateur anonyme.
 

Palmarès 2019

 

 

Grand prix de 10 000 $
Caroline GĂ©linas

Prix de 7 500 $
 Jacqueline Woodley

Prix de 5 500 $
Geoffroy Salvas

Prix de 3 000 $
Axelle Fanyo et Suzanne Taffot

Prix de 2 000 $
Florence Bourget, Clémentine Decouture, Lila Duffy, Leah Gordon et Ellen Wieser

Prix spécial de 3000 $ Meilleur pianiste
Alex Soloway

Prix de 2 000 $ Meilleure mélodie canadienne
Axelle Fanyo

Prix de 1 000 $ Artiste émergent
Ellen Wieser

Alex Soloway
Prix spécial Meilleur pianiste

Axelle Fanyo
Prix Meilleure mélodie canadienne

Ellen Wieser
Prix Artiste Ă©mergent

 

 

PRINTEMPS 2020 : /strong>
4
e Récital-concours international de mélodies françaises

La période de candidature pour le prochain récital-concours débutera à la fin de l’automne 2019. Ce 4e rendez-vous avec les plus belles mélodies françaises aura lieu en 2020 à l’occasion de la 10e édition du Festival Classica sous le thème De Beethoven à Bowie!

 

 

 

 

______________________________

 

LIRE aussi notre présentation les 5 demi finalistes du 3ème RECITAL CONCOURS international de mélodies françaises 2019 / FESTIVAL CLASSICA 2019

 

______________________________

LIRE aussi notre présentation du Récital-Concours international de mélodies françaises fondé par Marc Boucher et présenté chaque année dans le cadre du dernier week end du Festival CLASSICA / les 10 candidats en lice pour la 3è édition 2019

https://www.classiquenews.com/quebec-festival-classica-recital-concours-de-melodies-francaises-14-16-juin-2019/

 

 

classica 2019 festival saint lambert canada annonce critique classiquenews

 

 

QUÉBEC, Festival CLASSICA 2019. Palmarès de la DEMI-FINALE du Récital Concours international de Mélodies françaises

classica-festival-canada-logo-vignette-classiquenews-annonce-concerts-festivals-operaQUÉBEC, Festival CLASSICA 2019. Palmarès de la DEMI-FINALE du Récital Concours international de Mélodies françaises. Au terme de la première épreuve 2019, les 5 finalistes sélectionnés par le public et les membres du jury, sont :

 

 

5 FINALISTES pour la FINALE 2019 :

Axelle Fanyo (France)
Caroline GĂ©linas (Canada)
Geoffroy Salvas (Canada)
Suzanne Taffot (Canada)
Jacqueline Woodley (Canada)

 

 

recital concours mélodies françaises quebec saint lambert festival classicaProchaine épreuve, dimanche 16 juin 2019 à 16h. Outre les Prix habituels récompensant les meilleur(e)s diseuses/eurs, la 3è édition du Récital-Concours remettra aussi 3 Prix spéciaux : Prix de la meilleure interprétation de la mélodie québécoise, Prix spécial Artiste émergent, enfin Prix spécial pour le meilleur pianiste ; cette dernière distinction est spécifique et mérite d’être soulignée, car cette année, le Récital se déroule avec le concours d’un piano ERARD 1854 dont la mécanique et la sonorité particulière obligent à une attention décuplée dans la ciselure musicale ; paramètre oublié ou écarté de la plupart des autres concours dans le monde. La présence d’un clavier historique ajoute à la pertinence de la compétition en public créée par Marc Boucher. Tout l’art du chanteur diseur est d’articuler et incarner un texte, en fusion avec les couleurs du clavier mais en développant aussi projection et intonation à l’adresse du public. Car le Récital-Concours est avant tout un concert où la présence des auditeurs et des spectateurs est primordiale. Qu’en sera-t-il dimanche 16 juin à l’issue de la dernière épreuve ? Vous le saurez en assistant à la FINALE qui promet bien des découvertes.

 

__________________________________________

 

RECITAL-CONCOURS international de Mélodies Françaises

FINALE

Dimanche 16 juin 2019, 16h
SAINT-LAMBERT, Paroisse catholique
41, avenue Lorne, Saint-Lambert

Les 5 chanteurs et chanteuses finalistes interprètent un cycle de mélodies, complet. Dans la salle les 5 juges évaluent et distinguent les plus convaincants. Le public est invité à voter (son vote global compte pour 50% dans le palmarès). Au terme de cette seconde et dernière épreuve seront remis l’ensemble des PRIX (valeur totale 40 000 dollars canadiens) :

Grand prix : 10 000 $ CA
2e prix : 7 500 $ CA
3e prix : 5 500 $ CA

4e prix : 3 000 $ CA
5e prix : 3 000 $ CA

6e prix : 1 000 $ CA
7e prix : 1 000 $ CA
8e prix : 1 000 $ CA
9e prix : 1 000 $ CA
10e prix : 1 000 $ CA

Prix spécial Meilleur(e) pianiste : 3 000 $ CA
Prix Meilleure mélodie canadienne : 2 000 $ CA
Prix Artiste Ă©mergent : 1 000 $ CA

 

 

______________________________

LIRE aussi notre présentation du Récital-Concours international de mélodies françaises fondé par Marc Boucher et présenté chaque année dans le cadre du dernier week end du Festival CLASSICA / les 10 candidats en lice pour la 3è édition 2019

https://www.classiquenews.com/quebec-festival-classica-recital-concours-de-melodies-francaises-14-16-juin-2019/

 

 

classica 2019 festival saint lambert canada annonce critique classiquenews

 

 

COMPTE-RENDU, critique, concert. QUÉBEC, Festival CLASSICA 2019. Saint-Benoit de Mirabel, le 6 juin 2019. “Les chants du crĂ©puscule” : StĂ©phane TĂ©treault, Kateryna Bragina, violoncelles. Duos de JACQUES OFFENBACH

classica-festival-canada-logo-vignette-classiquenews-annonce-concerts-festivals-operaCOMPTE-RENDU, critique, concert. QUÉBEC, Festival CLASSICA 2019. Saint-Benoit de Mirabel, le 6 juin 2019. “Les chants du crĂ©puscule” : StĂ©phane TĂ©treault, Kateryna Bragina, violoncelles. Duos de JACQUES OFFENBACH. C’est un visage mĂ©connu d’Offenbach que nous dĂ©voile ce soir le violoncelliste StĂ©phane TĂ©treault, partenaire familier du Festival CLASSICA… Marc Boucher, directeur de CLASSICA, a le souci du compagnonnage et le respect sacrĂ© des itinĂ©raires artistiques ; qu’il s’agisse de prise de risques, de dĂ©frichement, d’évolution notoire : en tĂ©moigne l’accomplissement auquel nous assistons ce soir, celui du violoncelliste StĂ©phane TĂ©treault – trop peu connu en France hĂ©las, dont le tempĂ©rament sensible et expressif Ă©gale les plus grands noms du violoncelle. On savait le jeune interprète capable de fulgurances ; nous l’avions dĂ©couvert l’an dernier (CLASSICA 2018 dans plusieurs programmes : Tango, Mathieu et aussi Rolling Stones : transcriptions pour quatuor instrumental). Ici la diversitĂ© des formes et des rĂ©pertoires servis n’empĂŞchent pas la profondeur. C’est que l’artiste est prĂ©sent depuis ses dĂ©buts sur la scène de Classica : 9 annĂ©es d’un parcours sans fautes, qui affirme aujourd’hui une puissance Ă©motionnelle rare, irrĂ©sistible, originale. L’Ă©quivalent en France des gestes si percutants des Patrick Langot (dernier cd : Præludio), Christian-Pierre La Marca… sans omettre le jeune Edgar Moreau, lui aussi très inspirĂ© par Offenbach, ou de l’ambassadrice du Festival Menuhin Ă  GSTAAD, l’Ă©blouissante Sol Gabetta). Au QuĂ©bec, pour son festival CLASSICA, Marc Boucher a laissĂ© carte blanche ce soir au violoncelliste qui a choisi sa consĹ“ur ukrainienne Kateryna Bragina elle aussi violoncelliste, comme partenaire de ce fabuleux concert.

Bicentenaire OFFENBACH 2019Son mĂ©rite est de prĂ©senter en crĂ©ation un programme inĂ©dit, et de dĂ©voiler une facette mĂ©connue d’Offenbach : une dĂ©couverte mĂŞme pour beaucoup en cette annĂ©e du 200è anniversaire de la naissance de Jacques, lui aussi violoncelliste Ă  Paris, instrumentiste cachetoneur, dont la volontĂ© Ă  percer dans la Capitale française Ă©gale sa très grande culture lyrique : dans la fosse des théâtres parisiens, Jacques Offenbach apprend son mĂ©tier, se passionne pour le théâtre, suit l’actualitĂ© lyrique de la capitale… En dĂ©coulent ces pièces somptueuses que StĂ©phane TĂ©treault a sĂ©lectionnĂ© (parmi un myriade difficile Ă  dĂ©partager) : Offenbach en verve et en imagination, se rĂ©alise dans moult partitions pour deux violoncelles, c’est le cĹ“ur de cette soirĂ©e, qui lève le voile ainsi sur un compositeur Ă  la verve et au dramatisme aussi flamboyant qu’Ă©blouissant : l’opĂ©ra italien (Rossini), la vocalitĂ  ardente sont ici sublimĂ©s par une Ă©criture qui sait aussi colorer et nuancer, Ă  l’aulne des opĂ©ras français et germaniques que Offenbach, violoncelliste virtuose, connaĂ®t comme sa poche.

Fidèle au titre du concert, « les chants du crĂ©puscule », StĂ©phane TĂ©treault a sĂ©lectionnĂ© des climats plus schubertiens que weberiens, autant de perles qui lui permettent de creuser la sincĂ©ritĂ© de son instrument. Jamais le violoncelle n’a semblĂ© au plus prĂŞt de sa nature spirituelle et intime. Le violoncelliste nous rĂ©serve un Offenbach non pas lĂ©ger et insouciant, mais plutĂ´t douĂ© d’une conscience grave voire tragique, sensible aux Ă©panchements solitaires, au renoncement murmurĂ©, au vertige de l’introspection parfois inquiĂ©tante… ; un poète des nuances miroitantes et lunaires surgit en place de l’amuseur des boulevards. En jouant trois Duos (n°1 et 3 opus 52 ; n°3 opus 53), la dĂ©couverte s’avère splendide tant l’écriture du compositeur sait ĂŞtre virtuose, profonde et introspective; lyrique jusqu’à l’ivresse. Evidemment, la sensibilitĂ© et la sincĂ©ritĂ© de l’interprète permettent d’en recueillir la subtile vĂ©ritĂ© : autant de qualitĂ©s qui ressuscitent la quĂŞte d’Offenbach pour un chant franc et bouleversant, parfois dĂ©pouillĂ© et bouleversant. Celui des Contes d’Hoffmann, son grand Ĺ“uvre lyrique, fantastique et noir.

 

 

 

 

Pour CLASSICA 2019,
le violoncelliste Stéphane Tétreault rétablit
OFFENBACH, en poète crépusculaire…

 

 
CLASSICA 2019 festival annonce critique concerts opera par classiquenews ETI_3579_LR

 

 

C’est bien toute la valeur de ce concert-primeur, que de s’intéresser au visage d’un Offenbach, proche des poètes saturniens et mélancoliques, volontiers introspectif, génie aussi des mélodies comme des variations et des surprises harmoniques. Stéphane Tétreault dévoile d’Offenbach, l’épaisseur insoupçonnée d’un romantique sombre et grave, mais capable aussi de finesse presqu’insouciante, totalement désarmante.

Le chant dont il est question, est celui des deux violoncelles, en fusion fluide et scintillante, en dialogue concertĂ©. StĂ©phane TĂ©treault s’il rĂ©alise souvent la partie mĂ©lodique, laisse parfois la première partie Ă  sa consĹ“ur qu’il connaĂ®t depuis plus d’une dĂ©cennie ; leur complicitĂ© et leur entente font miracle. Les timbres mĂŞlĂ©s Ă  la fois proches mais si distincts, n’en finissent pas de troubler comme s’il s’agissait du chant dĂ©doublĂ© d’un seul cĹ“ur. Le jeu les transporte aussi, en particulier dans les contrastes et les rĂ©ponses des variations du premier duo pour violoncelle (opus 52 n°3) jouĂ© en ouverture. L’Adagio, – lamento funèbre et mĂ©lancolique, est un volet central qui Ă©blouit par le chant somptueux et doloriste du violoncelle de StĂ©phane TĂ©treault dont on mesure l’infinie pudeur, le tact naturel, la souplesse articulĂ©e et accentuĂ©e, …cette Ă©lĂ©gance sombre qui saisit. Puis le galop du III (Mouvement de valse – Tempo di Marcia – Mouvement de valse) emporte et berce Ă  la fois, dans l’esprit de Johann Strauss ; Offenbach manie la finesse, l’élĂ©gance, la parodie avec un Ă©quilibre souverain. Le violoncelliste faisant chanter son violoncelle comme un acteur lyrique douĂ© d’une exceptionnelle articulation, comme s’il dĂ©fendait un texte.

On relève le même éclat mélancolique sous le masque de la virtuosité agile dans le Duo opus 53 n°1 ; l’Adagio là encore se distingue par sa solitude extrême qui tend au dénuement, à l’épure, au repli ultime. Autant d’éclairs profonds qu’Offenbach contrebalance par un jaillissement soudain d’un grande rêverie ou d’un allegro, pétillant (finale).

 

 

Tetreault stephane violoncelle duos offenbach concert critique classica festival CLASSICA 2019 juin saint benoit de MIRABEL quebec critique concert par classiquenews ETI_3578_LR

 

 

Dans ce portrait d’Offenbach, en orfèvre de la matière mélancolique et lunaire, quelle belle idée d’inscrire ici, le chant crépusculaire et quasi hypnotique à deux voix, des Baroques français du début du XVIIIè ; d’abord François Couperin, souple et soyeux (Concert pour deux violoncelles, arrangement de Paul Bazelaire), d’une pudeur infinie (Chaconne) ; ensuite le moins connu encore, Jean-Baptiste Barrière (mort en 1747) à la verve opératique, quasi fantasque (Sonate pour deux violoncelles en sol majeur n°10), dramatiquement proche d’un … Rameau. C’est dire la qualité des choix défendus, et aussi la pertinence de la filiation d’Offenbach aux Baroques. La sensibilité particulière de Stéphane Tétreault, la complicité de sa consœur Kateryna Bragina font le miel de ce récital à deux voix qui vient fort opportunément renouveler notre perception d’Offenbach.

 

 

 

 

______________________________

 

PROCHAIN CONCERT…

classica-festival-quebec-2019-annonce-critique-presentation-sur-classiquenews-festival-CLASSICA-2019Voici Ă  coup sĂ»r, un autre concert majeur de CLASSICA 2019… Mardi 11 juin 2019,  les festivaliers retrouveront StĂ©phane TĂ©treault (Paroisse Our Lady of the Annonciation, MONT-ROYAL, 19h) dans un programme intitulĂ© « Les larmes de Jacqueline » (infos et rĂ©servation sur le site du Festival CLASSICA 2019) : Ĺ“uvres de Berlioz, Offenbach, Roussel, couplĂ© avec le Concerto pour piano n°2 du compositeur quĂ©bĂ©cois Jacques HĂ©tu (Jean-Philippe Sylvestre, piano). Avec l’Orchestre MĂ©tropolitain (Alain Trudel, direction). Billets, information : www.festivalclassica.com/programme ou au 450 912-0868.

Illustrations : © Étienne Boucher Cazabon / Festival CLASSICA 2019

 

 

  

 

 

DETAIL DU PROGRAMME :

 

 

Jacques Offenbach (1819 – 1880)

Duo pour deux violoncelles, opus 52, no 3

I. Tempo di marcia – 1ère variation – 2e variation
II. Adagio
III. Mouvement de Valse – Tempo di marcia – Mouvement de Valse

 

 

François Couperin (1668 – 1733)

Concert pour deux violoncelles

(arrangement par Paul Bazelaire)

I. PrĂ©lude – Vivement
II. Air – AgrĂ©ablement
III. Sarabande – Tendrement
IV. Chaconne – LĂ©gèrement
V. Le Je-Ne-Scay Quoy – GayĂ«ment

 

 

Jacques Offenbach

Duo pour deux violoncelles, opus 53, no 1

I. Allegro
II. Adagio
III. Rondo – Allegro

 

 

Jacques Offenbach

Duo pour deux violoncelles, opus 53, no 3

I. Allegro Moderato
II. Andante
III. Allegro

 

 

Jean-Baptiste Barrière (1707 – 1747)

Sonate pour deux violoncelles en sol majeur, no 10

I. Andante
II. Adagio
III. Allegro prestissimo

 

 

 

 

 

 

QUÉBEC, Festival CLASSICA 2019 : ACTE 1, suite. Temps fort du dimanche 2 juin 2019

classica-festival-quebec-2019-annonce-critique-presentation-sur-classiquenews-festival-CLASSICA-2019QUÉBEC, Festival CLASSICA 2019 : ACTE 1 suite : week end 1er-2 juin. Temps fort du dimanche 2 juin 2019. Seconde journée hyperactive à Saint-Lambert ce jour : le Festival CLASSICA a donné hier soir sa grande soirée de rock symphonique dédiée aux Bee-Gees (Saturday night fever). Aujourd’hui dimanche 2 juin, même lieu, même diversité de concerts (en salle) et d’activités (en plain air), concentrés dans le centre ville de Saint-Lambert, sur la rive sud de Montréal (en Montérégie)… avec toujours à l’honneur, les 3 compositeurs français fêtés en 2019 : Berlioz, Offenbach, Roussel…

 

 

CONCERTS EN SALLE
CLASSICA mozart JC Malgoire festuval classica edition 2018 2019 concerts festival critique classiquenews saint lambert quebec canadaA ne pas manquer aujourd’hui : 13h : Block 15 ou la musique en résistance (Pascal Amoyel, piano) ; 15h30 : Quatuors pour piano par I Giardini (œuvres de Mel Bonis, Fauré, Dubois) ; surtout à 20h : concert « Clair de lune » / Les étoiles du Festival : fleurons de la musique française signés Hahn, Gounod, Debussy, Satie, Fauré et Berlioz (Nuits d’été par Marc Boucher et Laetitia Grimaldi). Avec entre autres, Stéphane Tétreault, Ammiel Bushakevitz…
RESERVEZ : https://www.festivalclassica.com/programme

 

 

CONCERTS ET ACTIVITES EN PLEIN AIR
Yoga dès 9h, tatouage Henna Art (9h-15h), Notes gourmandes et restauration (11h-18h) ; Scène de la relève / jeunes talents : 11h : les enfants chantent la vie / 14h45 : Combo jazz par l’Ecole de musique V D’Indy … PLACE HYDRO QUEBEC, scène Loto-Québec : Symphonie Fantastique de Berlioz à 13h / Marc Hervieux, « un après-midi entre amis »… à 16h30.

classica-festival-critique-annonce-concerts-classiquenews-festival-classica-saint-lambert-2018

 

 

________________________________________________________________________________________________

TOUTES LES INFOS et LES RESERVATIONS
sur le site du Festival CLASSICA 2019
https://www.festivalclassica.com/programme

 

QUÉBEC : Festival CLASSICA 2019

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

PROCHAINS EVENEMENTS & CONCERTS

 

 

Lundi 3 juin 2019, Longueil : DAVID JACQUES, histoires de guitares
Mardi 4 juin, Boucherville : La Petite bande de Montréal : Requiem (Fauré et Duruflé)
Mercredi 5 juin, saint-Lambert : Bach réinventé (M Herskowitz / C Papasoff)
Jeudi 6 juin, Mirabel : Stéphane Tétreault, Kateryna Bragina (violoncelles)
Les chants du crépuscules
Vendredi 7 juin, Saint-Lambert : Mômes de Paris (Clémentine Decouture)
Samedi 8 juin, Par Gerry-Boulet, St-Jean sur Richelieu : Hommage aux Rolling-Stones / Rock Symphonique
Mardi 11 juin, Mont-Royal : Les larmes de Jacqueline
Orchestre MĂ©tropolitain, JP Sylvestre (piano), S TĂ©treault (violoncelle)

 

 

SAMEDI 15 JUIN 2019
un samedi d’exception à Saint-Lambert : concert en salle, pique nique et grand concert sous les étoiles…

19h
Luc Beauséjour / Jean-Phlippe Sylvestre, pianos
Claviers en folie
SAINT-LAMBERT, Paroisse catholique
En primeur au Festival Classica, Luc Beauséjour et Jean-Philippe Sylvestre unissent leur talent pour offrir un programme exceptionnel. Disposant de deux magnifiques clavecins et d’un piano Érard datant du milieu du 19e siècle, les deux musiciens complices seront entendus en duo et en solo. Durée : 1h15mn
https://app.beavertix.com/fr/billetterie/achat-de-billet/1034/3912/WEB/SVQ

21h
FRANCOPHONIQUE
Grand concert sous les Ă©toiles
Parc de la Maritime, Saint-Lambert
(pique-nique Ă  partir de 17h)
https://www.festivalclassica.com/programme
En grande nouveauté cette année, les festivaliers sont invités à célébrer la fusion symphonique des plus belles voix populaires et lyriques du Québec par un grand concert événement hommage à Charles Aznavour, Michel Legrand et Gilles Vigneault, ponctué des plus belles pages symphoniques du répertoire de la musique française de Gounod à Massenet. Ce concert rassemblera des artistes de renom, accompagnés par l’Orchestre symphonique de Longueuil (OSDL) sous la direction de Marc David. Durée : 1h30mn.

 

 

 

 

fc-recital-concours_1200x6281-9900000000079e3cRECITAL CONCOURS de mélodies françaises (3è édition)
Saint-Lambert, paroisse catholique
Vendredi 14 juin 2019, 19h : demi finale
Dimanche 16 juin 2019, 16h : finale
https://www.festivalclassica.com/programme

à suivre…

QuĂ©bec : 9è Festival CLASSICA, jusqu’au 16 juin 2019 (Acte 1)

classica-festival-canada-logo-vignette-classiquenews-annonce-concerts-festivals-operaQUEBEC, Festival CLASSICA 2019. 31 mai-2 juin 2019 (ACTE 1). C’est un festival exemplaire et pluriel qui rétablit le classique avec le grand public. Décomplexé, ouvert, généreux, le Festival CLASSICA conçu par le baryton Marc Boucher, bat son plein ce week end, du 31 mai au 2 juin 2019. La 9è édition confirme l’envol d’un événement unique et fédérateur, qui ouvre avec ampleur et chaleur, la série des grands festivals du printemps et de l’été.

 

 

 

Une fin de semaine bien remplie Ă  Saint-Lambert
du 31 mai au 2 juin avec le Festival Classica!

Sur la rive sud de MONTREAL…

 

 

 

 

classica-festival-critique-annonce-concerts-classiquenews-festival-classica-saint-lambert-2018 

 

 

Saint-Lambert (rive sud de MONTREAL) – Débuté le 24 mai dernier, le 9e Festival Classica se poursuivra jusqu’au 16 juin 2019 dans plusieurs villes de la Rive-Sud, de la Rive-Nord et de Montréal sous le thème De Berlioz aux Bee Gees.
Ainsi, le Festival vous accueille à Saint-Lambert du 31 mai au 2 juin. Les festivaliers auront accès à un impressionnant programme de concerts en salle offerts à prix doux et de concerts et d’activités extérieurs gratuits. C’est un rendez-vous pour une expérience musicale exceptionnelle dans un cadre familial et chaleureux.

Des artistes de chez nous et de l’international
« Le Festival Classica est très heureux de participer au rayonnement des artistes de chez nous afin de leur permettre de mieux vivre de leur art, tout en accueillant des artistes internationaux, contribuant ainsi au fait que la grande région métropolitaine soit reconnue internationalement comme un haut lieu de la musique classique. Bref, les amateurs de musique pourront apprécier des artistes de grande renommée! » a indiqué Marc Boucher, directeur général art artistique du Festival.

 
 

 

 

classica-festival-plein-air-concert-bee-gees-classica-2019-concerts-festivals-annonce-critique-festivals-crtiique-concerts-opera-classiquenews-plein-air

 

 

classica-festival-quebec-annonce-concerts-festival-critique-annonce-classiquenews-2019 

 

 
 

 

 

Notre sélection

 

 

CONCERTS
ET ACTIVITÉS EXTÉRIEURS GRATUITS

Viens danser!
Dès le vendredi 31 mai, venez admirer les prestations de danseurs professionnels et, pourquoi pas, apprendre quelques pas de danse. Le plancher vous appartient!

Cirque Éloize
L’ambiance sera à la fête alors que le Cirque Éloize assurera encore cette année l’animation dans les rues.

Opérette en folie!
Le public sera invité à assister à une folle soirée lyrique en présence d’artistes renommés. Dans une atmosphère de French cancan, ils vous feront découvrir les plus belles œuvres de Jacques Offenbach, considéré comme le plus grand compositeur d’opérettes, dont le Festival célèbre cette année le 200e anniversaire de naissance.

Poésie en folie, Notes gourmandes et Salon audio Classica
Un événement de poésie improvisée aura lieu avec la complicité de musiciens, d’écrivains et de chanteurs, une réelle fabrique de poèmes et de chansons d’amour en direct. Tous les sens seront en éveil durant le Festival, notamment grâce aux Notes gourmandes et au Salon audio Classica.

Peinture en direct
Une quarantaine d’artistes créeront des œuvres inspirées par la musique classique. Les toiles seront exposées, un encan silencieux électronique sera tenu et le public pourra faire ses mises sur téléphone intelligent. Une toile et un immense mandala collectifs seront peints sous la supervision de l’artiste Orniartho et mis en vente à l’encan.

Yoga grégorien avec l’Ensemble Scholastica
Un atelier yoga parents-enfants sera tenu le samedi avec Katrina Besner. Le dimanche matin, Lyne St-Roch proposera un grand rassemblement yogique où les chants grégoriens inciteront au voyage intérieur, au recueillement et à la spiritualité!

Voces de España
Dirigés par Xavier Brossard-Ménard et accompagnés à la guitare par Jonathan Barriault, Les Rugissants sont 12 chanteurs professionnels qui vous feront vivre la chaleur espagnole, de la Castille à la Catalogne. La danse flamenco de Myriam Allard, couplée à la poésie de Lorca, vous offriront un régal pour les sens!

Radiotango
Radiotango est, sans conteste, l’ensemble le plus enraciné dans la tradition centenaire du tango argentin! Ils vous présentent les tangos que vous pouviez entendre à l’âge d’or du tango à Buenos Aires! Venez découvrir ou redécouvrir cet ensemble qui vous fera tourner la tête!

Concerts de la relève
De nombreux jeunes artistes se produiront pour la première fois sur la scène de la Relève Desjardins. Venez les encourager et découvrir les vedettes de demain!

Classica Rock – Saturday Night Fever
Venez entendre les plus grands succès de l’ère disco dans une prestation rock symphonique réunissant près de 125 artistes sur scène. Avec la participation d’Élizabeth Blouin-Brathwaite, l’Orchestre symphonique du Conservatoire de la Montérégie (OSCM) et le Chœur Classica, sous la direction de Simon Fournier.

Un après-midi entre amis avec Marc Hervieux
Le tĂ©nor Marc Hervieux, en compagnie de cinq de ses amis musiciens, invite les festivaliers à un après-midi de bonheur, de plaisir, de rire et, bien sĂ»r, de musique. Ce concert sera l’occasion de se remĂ©morer des anecdotes et d’évoquer d’heureux souvenirs vĂ©cus sur des chansons emblĂ©matiques. Il y en aura pour tous les goĂ»ts
!

 

 

 

 

CONCERTS EN SALLE A PRIX DOUX

Colores

En primeur au Festival Classica, le dernier projet de Natalie Choquette et de sa fille Florence K vous fera voyager en émotions sur les musiques qui auront inspiré les artistes au contact des œuvres picturales célèbres de Picasso, de Rembrandt, de Velasquez, etc.

Pas de géant
La vocaliste française virtuose, Camille Bertault, présente en primeur son spectacle. Mêlant notamment Maurice Ravel, Claude Debussy, Jean-Sébastien Bach à John Coltrane, l’artiste nous transporte dans son univers éclaté grâce à sa voix d’une étonnante agilité.

Les cités d’or
L’Harmonie des saisons propose un concert unique autour des musiques des fastueuses citĂ©s coloniales de l’AmĂ©rique Centrale et du Sud : Las ciudades de oro (Les CitĂ©s d’or). Des Ĺ“uvres magnifiques de la Nouvelle-Espagne, en compagnie de cinq chanteurs solistes internationaux et d’un groupe exceptionnel d’instrumentistes. L’enregistrement de ce projet, sur Ă©tiquette ATMA Classique, s’est mĂ©ritĂ© un prestigieux prix JUNO.

Sorcière Malbouffa
En compagnie de Natalie Choquette, entrez dans le monde fascinant de la Sorcière Malbouffa qui rêve de chanter l’opéra comme sa célèbre cousine, la Diva Malbouffa. Participation, folie, rires et bonnes (et fausses) notes assurés!

L’amant jaloux
Ce récital théâtralisé autour de la musique au temps de Louis XVI constitue la première et nouvelle création de la harpiste Valérie Milot, du bassoniste Mathieu Lussier et de la soprano Marianne Lambert. Venez assister à un spectacle humoristique présentant des œuvres de Mozart, de Grétry, de Méhul et de Devienne qui vous plongera dans l’atmosphère galante mais hypocrite du Versailles d’avant la révolution française.

Le jour où j’ai rencontré Franz Liszt
En primeur nord-américaine, le pianiste Pascal Amoyel présente ce spectacle. Sur des musiques de Bach, de Mozart, de Chopin, de Schumann et de Liszt, c’est avec un regard émerveillé d’enfant que le pianiste nous convie à rencontrer « son » Franz Liszt, alors âgé de 7 ans et vivant dans une petite ville de Hongrie.

Romances pour voix et guitare
En première mondiale, le cahier des 25 romances pour voix et guitare de Hector Berlioz, tout récemment retrouvées, sera donné par la soprano Magali Simard-Galdès et le ténor Antonio Figueroa accompagnés par le guitariste David Jacques sur sa guitare Jean-Joseph Coffe 1829.

Trio Con moto Impressions françaises
Venez entendre ce trio montréalais à la fois improbable et d’une grande cohérence. Valérie Milot (harpiste), Jocelyne Roy (flûtiste) et Elvira Misbakhova (alto) vous proposent un concert atmosphérique autour de la sonate de Claude Debussy composée pour cette formation. Une création du compositeur montréalais Airat Ichmouratov et la Sonatine de Maurice Ravel seront également visitées.

Bea Box invite Pascale Croft-Quatuor Ă  Cordes
Avec son projet Bea Box, Joannie Labelle nous entraîne dans son univers de compositions électro contemporaines où la voix nous porte en douceur et en profondeur, où les percussions soudainement explosent de joie. Pour l’occasion en formule inédite, elle sera accompagnée d’un quatuor à cordes sous la direction de Pascale Croft.

L’art français du trio
Dans ce 2e récital commandé au violoncelliste Stéphane Tétreault afin de célébrer la musique française, il s’entoure du violoniste et récipiendaire du Mécénat Musica Prix Goyer 2017-18, Marc Djokic, et du réputé pianiste Jean-Philippe Sylvestre. Au programme, Albert Roussel et Théodore Dubois.

Jardins des tambours
J’entends, je vois, je sens, je perçois, je touche et je goĂ»te. Je joue avec les mouvements et je danse avec les rythmes. Je fais pousser des tambours ». La percussionniste Marise Demers et la danseuse Karine Cloutier s’unissent pour offrir aux petits et grands un spectacle lumineux, ludique et dynamique.

Block 15 ou la musique en résistance
En primeur nord-américaine, Pascal Amoyel donnera le concert théâtralisé Block 15. Accompagné de la violoncelliste Emmanuelle Bertrand, ils nous feront revivre avec émotion cette expérience incroyable découlant des témoignages des musiciens Anita Lasker-Wallfisch et Simon-Laks, littéralement sauvés par la musique du camp d’Auschwitz.

Quatuors pour piano
L’ensemble de musique de chambre I Giardini, habitué des programmations du Palazetto Bru Zane de Venise, viendra donner un programme consacré à Mel Bonis, à Gabriel Fauré et à Théodore Dubois. Ce programme est issu de leur dernier enregistrement sur Harmonia Mundi.

Clair de lune Les Ă©toiles du Festival
Ce concert offrira un bouquet des plus belles pages de la musique française. Sous la direction de Marc David. Solistes invités : la soprano Laetitia Grimaldi et le baryton Marc Boucher donneront le célèbre cycle Les nuits d’été de Hector Berlioz et compléteront ce voyage intime avec un florilège mélodique accompagnés par l’ensemble orchestral; Fauré, Hahn et Gounod. Jocelyne Roy, flûtiste, Aïrat Ichmouratov, clarinettiste, Mathieu Lussier, bassoniste, Antoine Bareil, violoniste, Chloé Chabanole, violoniste, Elvira Misbakhova, altiste, Stéphane Tétreault, violoncelliste, et Ammiel Bushakevitz, pianiste.

 

 
 

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

Transport gratuit offert par le RTL pour tout le week-end
« C’est avec plaisir que nous nous associons à ce festival de musique classique à la programmation variée et accessible à tous, qui se tiendra en partie au cœur de la magnifique ville de Saint-Lambert. Nous vous invitons à utiliser le transport en commun, un moyen abordable, fiable et sans tracas de stationnement », a déclaré Pierre Brodeur, président du conseil d’administration du RTL.

Le RTL (Réseau de transport de Longueuil), transporteur officiel du Festival Classica, offrira un service gratuit sur ses lignes 1 et 6 du vendredi 31 mai, à compter de 18 h, jusqu’au dimanche 2 juin, fin du service.
Afin de faciliter l’accès au concert rock symphonique Saturday Night Fever, une navette entre le métro Longueuil et le centre-ville de Saint-Lambert sera effective le samedi 1er juin de 19 h 30 à 23 h 30 : coupon disponible à www.rtl-longueuil.qc.ca/fr-CA/classica/.

 

 

classica-festival-quebec-2019-annonce-critique-presentation-sur-classiquenews-festival-CLASSICA-2019

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

PROGRAMME COMPLET
Programme détaillé et billets pour les concerts en salle : www.festivalclassica.com/programme
ou 450 912-0868.

LIRE aussi notre prĂ©sentation du Festival CLASICA 2019 – 9è Ă©dition

VOIR notre reportage vidĂ©o exclusif sur le fonctionnement du Festival CLASSICA au QuĂ©bec : ligne  artistique, fonctionnement, l’offre au festivalier : concerts en salle, activitĂ©s et Ă©vĂ©nements en plein air…

 

 

 
 

 

 

COMPTE-RENDU, CRITIQUE, opéra. TOURCOING, le 7 fév 2019. MOZART : La Clémence de Titus. Duffau, Tilquin, Boucher, …Olivier, Schiaretti.

titus-clemence-tourcoing-duffau-tilquin-boucher-mozart-critique-opera-trio-classiquenews-compte-rendu-critiqueCOMPTE-RENDU, CRITIQUE, opéra. TOURCOING, le 7 fév 2019. MOZART : La Clémence de Titus. Duffau, Tilquin, Boucher, …Olivier, Schiaretti. Tourcoing, fabrique lyrique unique. Presque un après la disparition de son fondateur Jean-Claude Malgoire (le 14 avril 2018), L’Atelier Lyrique poursuit très haut cette exigence salvatrice et magicienne qui réalise l’équation ténue du chant, de la musique, et du théâtre. Détenteur d’un secret fédérateur, Jean-Claude Malgoire comme nul autre, savait choisir les œuvres, les interprètes, surtout ses complices à la mise en scène : une intelligence globalisante unique qui a permis et permet encore aujourd’hui, de proposer des lectures toujours justes et fines des oeuvres du répertoire ou moins connues. Une vision et une façon de travailler qui font désormais la réputation de la ville de Tourcoing.

C’est assurĂ©ment le cas de cette nouvelle production du dernier seria de Wolfgang, La ClĂ©mence de Titus (crĂ©Ă©e Ă  Prague en septembre 1791). InspirĂ© de Racine (moins du sujet que de sa vision intimiste et psychologique) et d’abord du livret de MĂ©tastase, la partition tĂ©moigne du dernier Mozart, lequel avec son librettiste Mazzola, tout en rĂ©pondant Ă  une commande de circonstance (pour le couronnement de l’Empereur Leopold II), propose sa version du genre seria : Ă©purĂ©e, franche, directe. En deux parties, l’action ne faiblit pas et musicalement produit des enchaĂ®nements fabuleux qui renforcent ce flux orchestral inĂ©dit, d’un souffle expressif nouveau – dĂ©jĂ  dĂ©veloppĂ© dans son seria antĂ©rieur Idomeneo (n’écoutez que la succesion des airs finaux du I, depuis le fameux « Parto » de Sesto, au trio puis Ă  l’incendie de Rome et au chĹ“ur funèbre qui pleure la mort supposĂ©e de l’Empereur….). Tout cela est d’un sang neuf, visionnaire mĂŞme.

 
 
 

A Tourcoing, poursuite d’une excellence lyrique
TITUS ou l’opéra du cœur

 

 

TITUS-clemence-MOZART-atelier-lyrique-tourcoing-Publio-Marc-boucher-tito-jeremy-duffaut-opera-annonce-critique-opera-sur-classiquenews

 

 

Ici, un vrai travail d’équipe éclaire dans l’opéra politique de Mozart, sa force émotionnelle qui distingue les personnalités clés de Titus et Vitellia… Le chef Emmanuel Olivier qui a travaillé avec Jean-Claude Malgoire, prolonge l’esprit de troupe et cette implication collective qui continue de distinguer Tourcoing des autres foyers de création lyrique. La direction est vive, imaginative, au diapason d’une partition affûtée dont il sait souligner la force dramatique (malgré les idées fausses distillées contre elle). Le brio et la sensualité sombre des airs avec la clarinette d’amour (ou clarinette de basset), pour l’air précité de Sesto : « Parto » au I ; ou avec le cor de basset pour l’air capital de Vitellia « Non più di fiori »), l’acuité des timbres instrumentaux, l’allant des cordes (dès l’ouverture), et chaque final (avec chœur) … au dessin à la fois claire et puisant, accréditent une direction que n’aurait pas renié Malgoire lui-même.
D’autant que Titus était son opéra préféré. On peut déduire que le choix du maestro défunt quant au metteur en scène, était lui aussi capital. La présence de Christian Schiaretti est évidente ; les deux hommes ont travaillé à Tourcoing pour 12 productions, dont un somptueux Pelléas créé en 2015, repris à Tourcoing en 2018 ; cette Clémence aurait du être leur 13è. S’y cristallise le vœu esthétique de Malgoire : la fusion parfaite du théâtre et de la musique ; l’un et l’autre ne tirant jamais la couverture à soi, surtout pas au détriment de l’autre. De sorte que sur scène, se déploie une action lyrique produite comme une pièce de théâtre (économie et lisibilité discrète des décors / peut-être davantage de lumière parfois aurait été profitable, en particulier pour éclairer le relief mordant et essentiel ici des récitatifs, parmi les mieux écrits des opéras mozartiens ; qu’ils aient été pour partie écrits par son élève Süsmayer…). Qu’importe l’œil du compositeur a veillé à la cohérence dramatique, à la force de l’architecture globale, à la violence des passions qui s’affrontent, révélant comme toujours chez Mozart, la vérité des âmes, et la sincérité des cœurs.
Conçue comme un théâtre simplifié, presque symbolique (Le serment des Horaces de David n’est pas loin), la scène lyrique prend souvent des airs de bas-relief antique dont le diamant synthétique du texte, l’intensité émotionnelle des airs accrochent l’écoute par leur justesse et leur vérité.

 

 

 

 

 

LES CHANTEURS… Piliers de la distribution, trois voix se distinguent nettement. La vaillance du ténor Jérémy Duffau dans le rôle-titre fait mouche. On lui reprocherait certaines notes mal négociées ou des aigus parfois tendus… n’empêche, la franchise de l’émission et l’intonation globale crédibilisent son incarnation, une réalisation solide d’un empereur tiraillé entre devoir et affection (pour Sesto, voire davantage), en proie à l’inflexibilité mais au final, porté par cet idéal des Lumières qui en fait un Prince vertueux et… clément. S’il sait pardonner à ceux qui ont intrigué pour sa mort, Sesto et Vitellia, Titus sait aussi les tenir fermement, les obligeant à un vœu de loyauté s’ils veulent désormais conserver la vie. Cette tension politique est bien présente, idéalement incarnée par la posture du ténor.

 

 

boucher-marc-publius-clemence-de-titus-opera-de-mozart-critique-opera-sur-classiquenews-opera-livres-cd-dvd-livres-cd-critique-classiquenews-musique-classique

 

 Marc Boucher (Publius)

 

 

Double discret et permanent, Ă  la silhouette d’acteur très aboutie, Ă  la fois souple et investie, le Publio du baryton Marc Boucher soigne les nuances de son personnage dont il fait le garant coĂ»te que coĂ»te de l’autoritĂ© impĂ©riale. En lui s’affirme malgrĂ© les avatars et pĂ©ripĂ©ties de l’action, une conscience politique et morale imperturbable, de surcroĂ®t dotĂ©e surtout d’une clairvoyance exceptionnelle : c’est lui qui rĂ©vèle au dĂ©tour d’une tirade (II) que la relation entre Titus et Sesto serait de nature amoureuse… Le chanteur, ailleurs très fin diseur (il poursuit l’enregistrement de mĂ©lodies françaises, travail Ă  long terme et d’un apport majeur, hier dĂ©diĂ© Ă  FaurĂ©, prochainement Ă  Massenet). La couleur du timbre est superbe (il fut cet Ă©tĂ© Ă  QuĂ©bec un Golaud embrasĂ©) et par son seul air (au II dĂ©cidĂ©ment), le baryton canadien, ciselant le mĂ©tal argentĂ© de ses rĂ©citatifs, apporte une Ă©paisseur remarquable au rĂ´le qui assoit aussi harmoniquement les ensembles auxquels il participe.

 
 

TITUS-MOZART-clemence-TOURCOING-marc-boucher-publio-Duffau-titus-critique-opera-critique-concert-par-classiquenews

 

Marc Boucher (Publio) et Jérémy Duffau (Titus)

  

 

Enfin, torche vivante et palpitante qui fait de Titus un opĂ©ra du cĹ“ur avant d’être un manifeste politique, la soprano suisse ClĂ©mence Tilquin illumine les planches par l’intelligence captivante de sa Vitellia : aussi haineuse, infecte, manipulatrice au I (envoĂ»tant Sesto jusqu’à en faire l’assassin de l’Empereur), que ravagĂ©e par la culpabilitĂ© de son intrigue criminelle au II, – hyène dĂ©truite, vĂ©ritablement terrassĂ©e par une triple prise de conscience : celle du meurtre qu’elle a pilotĂ© (contre Titus), celle de la trahison Ă  Sesto (exploitant l’amour de ce dernier dont elle n’avait pas su mesurer jusque lĂ   la puissance ni la sincĂ©ritĂ©), enfin celle de sa propre lâchetĂ© qui lui inspirent alors dans son air essentiel « Non piĂą di fiori », le sentiment de sa mort. Il est vrai que le jeu tout en simplicitĂ© et profondeur onirique du clarinettiste Lorenzo Coppola (jouant alors du cor de basset Ă  l’exotisme lugubre et glaçant) renforce l’impact ahurissant de cet air qui bien qu’il ait Ă©tĂ© recyclĂ© dans l’opĂ©ra, fonctionne Ă  merveille, faisant de Vitellia, le personnage clĂ© de la partition par cette sublime mĂ©tamorphose (l’intrigante est saisie par une humanitĂ© inconnue qui la dĂ©passe soudainement). Une passionnante prise de rĂ´le qui confirme les vertus dramatiques et vocales de la jeune soprano, dĂ©jĂ  remarquĂ©e par CLASSIQUENEWS pour son interprĂ©tation du rĂ´le de Colombe dans Ascanio de Saint-SaĂ«ns, opĂ©ra rĂ©vĂ©lĂ© en 2018 par le chef Guillaume Tourniaire (CLIC de classiquenews d’octobre 2018).

 

 

tilquin-clemence-vitellia-titus-tourcoing-critique-opera-actualites-opera-concerts-sur-classiquenews

 

Amaya Dominguez (Sesto) et Clémence Tilquin (Vitellia)

  

 

Théâtrale et intimiste, d’une épure et lisibilité affûtée, bien dans l’esprit de l’écriture mozartienne, cette nouvelle production de La Clémence de Titus prolonge la leçon de Jean-Claude Malgoire. La continuité est donc assurée à Tourcoing. Une « aventure » qui se poursuit et comptera un nouveau volet passionnant du 17 au 21 mai prochains avec la burletta d’une ineffable finesse, L’Occasione fa il ladro de Rossini, autre production choisie par Jean-Claude Malgoire, et dirigée également par Emmanuel Olivier (avec les mêmes Jérémy Duffau et Clémence Tilquin)… A suivre.

  

  
  
 

________________________________________________________________________________________________

 

 

COMPTE-RENDU, CRITIQUE, opéra. TOURCOING, le 7 fév 2019. MOZART : La Clémence de Titus. Duffau, Tilquin, Boucher, …Olivier, Schiaretti.

Wolfgang Amadeus Mozart : La Clémence de Titus (1791)
OpĂ©ra en deux actes – Livret de Caterino Mazzola d’après Pietro Metastasio

Tito: Jérémy Duffau, ténor
Vitellia: Clémence  Tilquin, soprano
Sesto: Amaya Dominguez, mezzo-soprano
Annio: Ambroisine Bré, soprano
Servilia: Juliette Raffin Gay, soprano
Publio: Marc Boucher, baryton-basse

ChĹ“ur de l’Atelier Lyrique de Tourcoing
La Grande Écurie et la Chambre du Roy
Direction musicale : Emmanuel Olivier
Mise en scène : Christian Schiaretti

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

Approfondir
LIRE nos dossiers dédiés au dernier seria de Mozart La Clémence de Titus de Mozart
http://www.classiquenews.com/tag/la-clemence-de-titus/

 

 

VOIR notre reportage vidéo de la production de Pelléas et Mélisande par le duo Schiaretti et Malgoire, créée en 2015, reprise à Tourcoing en mars 2018 pour le centenaire Debussy

 

TOURCOING, La ClĂ©mence de Titus par l’Atelier Lyrique de Tourcoing

MOZART wolfgang vienne 1780 1790 classiquenews 1138381-portrait-wolfgang-amadeus-mozartTOURCOING, 3-7 février 2019. MOZART : La Clémence de Titus. Créé au Théâtre National de Prague le 6 septembre 1791, sur le livret de Caterino Mazzolà d’après Pietro Metastasio, l’opéra « La Clémence de Titus » est l’ultime « opera seria » de Mozart, commandé l’année de sa mort, pour le couronnement de Léopold II sacré roi de Bohème. L’œuvre de circonstance devient par le génie mozartien, chef d’oeuvre absolu, encore mésestimé, et qui illustre l’idéal du politique vertueux, une vision influencée par l’esprit des Lumières, Leopold, alors qu’il était Grand-Duc de Toscane, décide la fin des pratiques de torture et abolit la peine de mort.  Sur le métier de son autre chef d’oeuvre, la Flûte enchantée, Mozart voulait composer La Titus en allemand comme La Flûte, mais le théâtre destinataire (l’opéra de Prague) a été construit pour produire des opéras italiens (il y a créé Don Giovanni).
Mozart imagine à Rome, Titus, vertueux, est promis à Bérénice, (la princesse orientale lui a transmis les valeurs morales les plus hautes…). Or dans la capitale impériale, l’empereur est la proie d’une trahison et d’un complot contre sa personne. Vitellia qui aime Titus, manipule le meilleur ami de Titus, Sextus (d’auant plus facilement que ce dernier aime Vitellia).
Dans ce nœud passionnel et politique, Titus révèle sa valeur : la responsabilité, la justice, la clémence. A son contact, même la perfide et haineuse Vitellia se transforme et évolue. En associant émotion, sentiment et devoir, Mozart réalise un sommet de l’inspiration seria. La Clémence de Titus est un opéra à réévaluer d’urgence.
Le compositeur qui écrit aussi le Requiem (laissé inachevé), conçoit des ensembles qui annonce le final à la Rossini : synthèse dramatique et réunion des personnages qui dans ce temps suspendu, expriment chacun leur propre pensée et sentiments.
Parmi les instruments choisis qui colorent la partition, la clarinette de basset pour Sextus, le cor de basset pour le grand air de Vitellia au II (où l’intrigante bascule en une révélation intime qui la rend enfin plus humaine et compatissante). Pour écrire les parties de chacun de ces instruments, Mozart profite de sa proximité avec son frère de loge, Anton Stadler (1753-1812), joueur virtuose de cor de basset et clarinettiste… il a inventé la clarinette de basset avec l’aide du fabricant Theodor Lotz. Toute l’action mène à la scène finale, éloquente manifestation des vertus du pouvoir : la clémence de Titus avec laquelle l’empereur accepte de pardonner à tous ceux qui ont voulu le tuer. Avant de mourir, Mozart nous laisse un message humaniste et profondément fraternel.

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : La Clémence de Titus
Opéra en deux actes
3 représentations, Du 3 au 7 février 2019

OPÉRA, CRÉATION, dès 10 ans
2h45
ITALIEN SURTITRE FRANÇAIS

Dimanche 3 février 2019 15h30
Mardi 5 février 2019 20h
Jeudi 7 février 2019 20h

TOURCOING, Théâtre Municipal Raymond Devos
de 6 à 45€
RÉSERVEZ
http://www.atelierlyriquedetourcoing.fr/spectacle/la-clemence-de-titus/

________________________________________________________________________________________________

 

 

 


Tito / Titus : Jérémy Duffau, ténor
Vitellia : Clémence Tilquin, soprano
Sesto : Amaya Dominguez, mezzo-soprano
Annio : Ambroisine Bré, soprano
Servilia : Juliette Raffin Gay, soprano
Publio : Marc Boucher, baryton-basse

Chœur de l’Atelier Lyrique de Tourcoing
La Grande Écurie et la Chambre du Roy
Direction musicale : Emmanuel Olivier

Mise en scène : Christian Schiaretti
Chef de chant : Flore Merlin

________________________________________________________________________________________________

 

 

titus-clemence-mozart-1791-opera-tourcoing-atelier-lyrique-de-tourcoing-fevrier-2019-annonce-dossier-presentation

 

 

QUÉBEC, Saint-Lambert : 3è RÉCITAL-CONCOURS INTERNATIONAL DE MÉLODIES FRANÇAISES 2019 (14 et 16 juin 2019)

fc-2019-bandeau-rm-fr-9900000000079e3cQUÉBEC, Saint-Lambert : 3è RÉCITAL-CONCOURS INTERNATIONAL DE MÉLODIES FRANÇAISES 2019. APPEL A CANDIDATURES. Chanteurs de tous les pays, passionnĂ©s de mĂ©lodies françaises, jeunes tempĂ©raments, professionnels dĂ©jĂ  reconnus, prĂ©sentez votre candidature pour la 3è Ă©dition du RÉCITAL-CONCOURS INTERNATIONAL DE MÉLODIES FRANÇAISES Ă  Saint-Lambert au QuĂ©bec (Canada). Volet du formidable festival de printemps, CLASSICA, portĂ© par son directeur, le baryton Marc Boucher (9è Ă©dition en 2019 – du 24 mai au 16 juin 2019), le RĂ©cital-Concours de Saint-Lambert dĂ©fend le rĂ©pertoire français et la langue française, en distinguant chaque printemps, le/la/ meilleur(e) interprète, habile diseur(euse), capable d’articuler et d’enchanter chez Berlioz, FaurĂ©, Debussy, Massenet… Au final, après sĂ©lection, 10 finalistes se prĂ©senteront Ă  Saint-Lambert, les 14 juin (demi-finale) puis 5 candidats le 16 juin 2019, pour la finale Ă  16h. Tous les candidats sont invitĂ©s Ă  interprĂ©tĂ© un cycle de mĂ©lodies françaises. Cette annĂ©e, nuance d’importance : les Ă©preuves se dĂ©roulent avec un PIANO ERARD de concert 1854 (accordĂ© au diapason 435 Hz), note d’élĂ©gance et musicalement d’importance. L’intimisme et la sonoritĂ© propre aux salons, Ă©crins habituels des mĂ©lodies françaises au XIXè, sont ainsi respectĂ©s. Une touche Ă  la fois historique et Ă©lĂ©gante qui accrĂ©dite davantage la valeur artistique du Concours en langue française au QuĂ©bec.

 
 
   
 
 

APPEL A CANDIDATURES
sans restriction d’âge
Dotation des prix : 40 000 dollars canadiens
Grand Prix : 10 000 dollars canadiens

3è RECITAL CONCOURS INTERNATIONAL
DE MELODIE FRANCAISE

 

Vendredi 14 juin 2019
DEMI FINALE

Dimanche 16 juin 2019
FINALE

 

INSCRIPTIONS EN LIGNE
jusqu’au dimanche 31 MARS 2019

Le public sera appelĂ© Ă  voter, ce vote comptant pour 50 % de la note finale accordĂ©e Ă  chaque participant.  
 
   
 
 

 

fc-recital-concours_1200x6281-9900000000079e3c

   
 
 

 

PRIX
Des bourses totalisant 40 000 $ CA seront attribuées. Le jury décernera treize prix dont un grand prix d’une valeur de 10 000 $ et douze autres prix répartis comme suit : 7 500 $, 5 500 $, deux prix de 3 000 $, cinq prix de 1 000 $, un prix spécial de 3 000 $ au meilleur(e) pianiste, un prix de 2 000 $ pour la meilleure mélodie canadienne ainsi qu’un prix de 1 000 $ pour l’artiste émergent.

 
 
 

Les critères d’admissibilité sont disponibles sur le site Internet du Festival Classica à
http://www.festivalclassica.com/recital-concours.html.