La Grande Fugue joue La Fontaine pour ses 400 ans

la grande fugue iakovos pappas la fontainePARIS, lun 18 oct 2021, 20h. CONCERT JEAN DE LA FONTAINE. Notre fabuliste inspire les compositeurs
 ainsi ClĂ©rambault, Godard, Offenbach, Lecocq, Caplet et de nos jours : Isabelle Aboulker. Pour fĂȘter les 400 ans de Jean de la Fontaine la compagnie La Grande Fugue incarne les personnages et les situations dramatiques conçus par La Fontaine, le poĂšte favori du surintendant Fouquet, orfĂšvre du mot autant que de la morale, observateur et connaisseur de l’ñme et des passions humaines.
En bonus,  la troupe de chanteurs et de musiciens jouera avec la complicitĂ© de Iakovos Pappas, deux extraits d’OpĂ©ras comiques : « Les Deux Chasseurs et la laitiĂšre » de Dune et « Blaise savetier » de Philidor, tous deux sur les livrets d’aprĂšs des Ɠuvres de La Fontaine. Des partitions succulentes dont Iakovos Pappas, en spĂ©cialiste Ă©clairĂ© et inspirĂ©, avait rĂ©vĂ©lĂ© la finesse et la verve il y a plusieurs annĂ©es. D’ailleurs, Blaise le savetier de Philidor - perle lyrique de 1759, avait fait l’objet d’un remarquable enregistrement du mĂȘme Iakovos Pappas, Ă  la tĂȘte de son ensemble Almazis

RÉSERVEZ VOS PLACES ici
http://www.studio-raspail.fr/agenda/concert-lyrique/la-grande-fugue-opus-38-musiciens-en-quete-d-auteur-s.html

01 40 05 02 98 – missive@wanadoo.fr | https://societelitteraire.fr/
Prix de la place : 10 euros.

STUDIO RASPAIL
216 bd Raspail 75014 PARIS / MĂ©tro : Raspail

Renseignements sur la compagnie La Grande Fugue :

https://www.facebook.com/lagfugue

https://lagrandefugue.com/

CRITIQUE concert. TOULOUSE. CHAPELLE DES CARMELITES, le 18 juil 2021. Le bestiaire baroque de La Fontaine. ENSEMBLE FAENZA. M. HORVAT.

lafontaine muses en dialogue concert toulouse critique classiquenewsCRITIQUE concert. TOULOUSE. CHAPELLE DES CARMELITES, le 18 juil 2021. Le bestiaire baroque de La Fontaine. ENSEMBLE FAENZA. M. HORVAT. Nous fĂȘtons cette annĂ©e le 400Ăšme anniversaire de la naissance de Jean de La Fontaine. Musique en dialogue aux CarmĂ©lites consacre sa saison Ă  cet Ă©vĂ©nement avec cinq concerts. L’Ensemble Faeza dirigĂ© par Marco Horvat est Ă  gĂ©omĂ©trie variable et se rĂ©clame du chant auto accompagnĂ©. Seule la claveciniste reste sur son unique instrument. Ce concert d’un Ă©tonnant Bestiaire Baroque fait la part belle aux textes des fables de La Fontaine. Les musiciens des XVII et XVIII Ăšmes siĂšcles n’ont pas tari de rĂ©fĂ©rences Ă  la nature. Les plus cĂ©lĂšbres compositeurs François Couperin et Marin Marais, les plus rares : Jacques-Martin de Hautteterre, François Campion, Jean-Baptiste Drouart de Bousset partagent beaucoup d’esprit et une fantaisie dĂ©bridĂ©e pour illustrer le thĂšme. L’agencement du concert est habile et les artistes rivalisent de bonne humeur et de fantaisie. Il permet aux cinq musiciens des effets trĂšs variĂ©s : chant seul a capella, chant accompagnĂ©, polyphonies, piĂšces pour clavecin seul, piĂšces instrumentales, piĂšces pour voix et instruments, 
 tout se complĂšte avec art en un voyage trĂšs instructif dans ce bestiaire baroque. Les fables de La Fontaine parfois trĂšs rares portent toujours aussi haut qu’à leur crĂ©ation leurs prĂ©cieux messages. Celle qui ouvre le concert des « grenouilles qui demandent un roi » peut avoir une allure trĂšs contemporaine.

L’esprit est donc l’élĂ©ment marquant de ce concert. Chaque musicien se distingue par sa finesse, sa virtuositĂ© et son partage gĂ©nĂ©reux. Les deux sopranos Olga Pitarch et Sarah Lefeuvre sont des diseuses dĂ©licates avec des voix trĂšs musicales et trĂšs pures. Marco Horvat a une voix de baryton naturelle avec une diction admirable. Les flĂ»tes et la cornemuse Ă©voquent un cotĂ© champĂȘtre trĂšs bien venu. Le clavecin donne la couleur aristocratique qui revient Ă  La Fontaine, homme de cours. La Chapelle des CarmĂ©lites demeure un Ă©crin idĂ©al pour des concerts si subtils entre mots et notes.

D’autres concerts seront consacrĂ©s par Musique en Dialogue au grand La Fontaine dont on ne peut se lasser de la sagesse aujourd’hui comme de tous temps. Que n’avons nous un La Fontaine pour nous parler, grĂące Ă  nos amis les animaux, de nos rĂ©actions parfois si insensĂ©es face Ă  un certain virus venu de Chine ?

Prochains concerts Musique en Dialogue aux Carmélites :
https://musiquendialogue.org/

CRITIQUE, concert. TOULOUSE, le 18 juil 2021. Chapelle des Carmélites. Musique en dialogue aux Carmélites. Le Bestaire Baroque de Jean de Lafontaine. Musiques diverses des XVII et XVIIIe siÚcles.

Ensemble Faenza, direction Marco Horvat ; Sarah Lefeuvre, chant et flûtes ; Hermine Martin, flûtes et musette ; Olga Pitarch, chant, danse et ottavio ; Ayumi Nakagawa, clavecin ; Marco Horvat, chant, archiluth et guitare.

ALMAZIS, Iakovos Pappas jouent les FABLES de LA FONTAINE

la-fontaine jean de la fontaine 400 ans en juillet 2021LA FONTAINE, 400 ans. Le 17 juillet 2021 : Almazis. Pour cĂ©lĂ©brer les 400 ans en 2021 de la naissance de l’illustre conteur, l’ensemble ALMAZIS et son chef Iakovos Pappas abordent 9 fables de Jean de La Fontaine mises en musique par ClĂ©rambault et plusieurs extraits des « Deux chasseurs et la laitiĂšre », opĂ©ra comique d’Egidio Duni, que les interprĂštes connaissent bien pour les avoir dĂ©jĂ  jouĂ©s entre autres en VendĂ©e, il y a quelques annĂ©es. Outre la portĂ©e moraliste des textes, souvent frappĂ©s du bon sens, l’écriture musicale sait exploiter une langue Ă  plusieurs degrĂ©s de lecture, aussi poĂ©tique que riche en situations dramatiques cocasses, parfois dĂ©lirantes. Chacune rĂ©vĂšle de la part du fabuliste, une fabuleuse connaissance de la psychĂ© humaine, ses faiblesses comme ses indĂ©crottables travers (jalousie, envie, manipulation, mensonge, 
). Mais toujours l’esprit de La Fontaine garde l’espoir et une certaine tendresse fraternelle pour ses hĂ©ros qu’envisage l’élĂ©gance de sa prose, d’une rare acuitĂ© poĂ©tique.

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

Samedi 17 juillet 2021
SOIRÉE MUSICALE au CHÂTEAU de VASCOEUIL
Jean de La Fontaine :
« LES FABLES EN MUSIQUE »
Ensemble ALMAZIS
IAKOVOS PAPPAS, direction
RÉSERVEZ vos places
(formule spéciale : exposition, dßner, concert)
http://www.chateauvascoeuil.com/Almazis.php

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

almazis-vasta-iakovos-pappas-vasta-concert-annonce-critique-classiquenews-582FondĂ© depuis 1992 par l’excellent claveciniste et chef Iakovos Pappas, l’ensemble Almazis poursuit dans ce programme son goĂ»t des rĂ©pertoires oubliĂ©s, des compositeurs Ă  fort tempĂ©rament dont l’écriture musicale sert et articule la rhĂ©torique du texte : le dernier disque rĂ©alisĂ© par Iakovos Pappas dĂ©diĂ© aux Sonates du mĂ©connu ClĂ©ment en a tĂ©moignĂ© rĂ©cemment encore en dĂ©cembre 2020 – CLIC de CLASSIQUENEWS). Le chant de la musique, la qualitĂ© des textes sont ici servis par des interprĂštes pour lesquels le souci d’éloquence et la subtilitĂ© du geste ne sont pas de vains mots. Le travail spĂ©cifique sur la prononciation dans le chant, la dĂ©clamation, et la gestuelle, la curiositĂ© du chef pour les autres disciplines artistiques, sa grande culture et sa sensibilitĂ© Ă  servir le rĂ©pertoire baroque français des XVIIĂš et XVIIIĂš, confirment la singularitĂ© prĂ©cieuse d’Almazis.

 
 

 
 

Au programme :
9 fables de Jean de la Fontaine mises en musique par Louis-Nicolas ClĂ©rambault, contemporain du poĂšte et trois airs extraits de « Deux Chasseurs & La LaitiĂšre », opĂ©ra-comique d’Egidio Duni sur un livret d’Anseaume, inspirĂ© de deux fables.

Louis-Nicolas Clérambault (1676-1749)
et les Fables de La Fontaine
Bien que destinĂ©es Ă  ĂȘtre originellement rĂ©citĂ©es, les Fables de La Fontaine, mises en musique, gagnent un souffle dramatique inĂ©dit du fait mĂȘme des rythmes et des tempos ; le dĂ©bit plus rapide, l’articulation et l’accentuation permises par le chant les rendent mĂȘmes plus accessibles en particulier du jeune public.

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

PROGRAMME 

 
Louis-Nicolas Clérambault (1676-1749) / La Fontaine
La tortue et l’aigle (VanitĂ© opiniĂątre)

La chÚvre, le chevreau et le loup (La méfiance)

Jean-François Dandrieu (1681-1738)
La Chasse (clavecin seul)

Louis-Nicolas Clérambault (1676-1749) / La Fontaine
Le cerf se mirant dans l’eau (L’utile et le beau)

Louis-Claude Daquin (1694-1772)
Le coucou (clavecin seul)

Louis-Nicolas ClĂ©rambault (1676–1749) / La Fontaine
La grenouille et le bƓuf (L’ambition)
L’ñne et le chien (Secours mutuel)

François FrancƓur (1698-1787)
Sonate en RĂ© mineur
Adagio-Allemande,
marqué Rondeau-Sarabande-Rondeau, gay.

Louis-Nicolas ClĂ©rambault (1676–1749) / La Fontaine
Le rat et l’huitre (Le badaud)
La fourmi et la sauterelle (L’oisivetĂ©)
Le loup et le chien (La liberté)

Egidio Duni (1709-1775)
Les deux Chasseurs et la Laitiùre (La peau d’ours et le pot de lait)
VoilĂ  la petite LaitiĂšre
Voici tout mon projet
HĂ©las j’ai rĂ©pandu mon lait

Louis-Nicolas ClĂ©rambault (1676–1749) / La Fontaine
Les grenouilles qui demandent un roi (L’amour du changement)

Elizabeth Fernandez, soprano
CĂ©line Martel, violon
Pierre Charles, violoncelle
Iakovos Pappas, clavecin et direction

 
 

 
 

Concert présenté dans le respect des rÚgles sanitaires

Les différentes formules de la Soirée :
DĂšs 18h, visite du site et de l’exposition 2021 « LES FABLES »
ThĂ©matique : les Fables de la Fontaine (1621-1695) pour les 400 ans de la naissance du poĂšte fabuliste. A leur parution Ă  partir de 1668, Les Fables connaissent le succĂšs grĂące Ă  leur stratĂ©gie narrative – la mise en scĂšne d’animaux permet aux textes de critiquer et de dĂ©noncer- et dĂ©jĂ  leurs illustrations complĂštent leur impact immĂ©diat ; c’est un pan de notre patrimoine culturel et leurs morales enrichissent le fonds de la sagesse populaire. 17 artistes ont « interprĂ©tĂ© » selon leur sensibilitĂ© et leur maniĂšre (fantastique,
surrĂ©alisme et symbolisme) : La cigale et la fourmi, Le corbeau et le renard, Le loup et l’agneau, La grenouille qui se veut aussi grosse que le bƓuf, Le liĂšvre et les grenouilles
et tant d’autres. Au total, 65 toiles pour 65 fables.
A partir de 19h (sur réservation) AVANT le concert de 20h,
formule dinatoire à la Cascade: 19,50€ /12,50€ enfants

 

 

RÉSERVATION TÉLÉPHONIQUE OBLIGATOIRE :
02 35 236 235
ATTENTION PLACES LIMITÉES

TARIFS (visite incluse) : 25€ et 15€ (enfants + 7 ans, Ă©tudiants, pĂŽle emploi)
AccĂšs : 20 Km ROUEN ou GOURNAY sur RN 31 et 10 Km FLEURY sur ANDELLE ou LYONS

 

 

 

 

__________________

 

 

LIRE aussi notre dossier spécial 400 ANS de JEAN DE LA FONTAINE

la-fontaine jean de la fontaine 400 ans en juillet 2021GĂ©nie poĂ©tique, narrateur subtile autant que douĂ© d’une impertinence raffinĂ©e, le contemporain de Racine, n’eut pas contrairement Ă  ce dernier, les faveurs du Roi Soleil. Proche du surintendant Fouquet Ă  Vaux le Vicomte, La Fontaine prit la dĂ©fense du ministre malgrĂ© les foudres royales ; et la disgrĂące qui foudroya Fouquet, Ă©claboussa le poĂšte, Ă  jamais Ă©cartĂ© des privilĂšges et pensions de la Cour. Mais Ă  force de louanges et sollicitudes ciblĂ©es, il rĂ©ussira nĂ©anmoins Ă  se faire Ă©lire Ă  l’AcadĂ©mie, aprĂšs son contemporain (et ami) Boileau. On connaĂźt Ă©videmment ses fables (inspirĂ©es d’Esope), toujours Ă©tudiĂ©es, piliers dans l’apprentissage de notre langue, terrain propice pour aiguiser l’esprit critique de ous les Ă©coliers de France et de Navarre. Au total 3 recueils fondamentaux de Fables sont publiĂ©s en 1668, 1678 puis Ă  l’extrĂ©mitĂ© de la carriĂšre en 1694 (Livre XII) ; on connaĂźt moins ses Contes. La Fontaine autant moraliste que fabuliste de gĂ©nie, et orfĂšvre-narrateur devient acadĂ©micien en 1684.

  

  

 

CD, compte rendu critique. Bien que l’Amour
 (Les Arts Florissants. William Christie)

christie william les arts florissants bien que l amour cd critique review presentation reviex cd critique classiquenews CLIC de classiquenewsCD, compte rendu critique. Bien que l’Amour
 (Les Arts Florissants. William Christie). Sur l’arc tendu de Cupidon, Les Arts Flo redoublent d’ingĂ©nieuse intelligence. Qu’elle soit comique, amoureuse, tragique ou langoureuse, la veine dĂ©fendue atteint un miracle d’ivresse sonore, vocale et instrumentale ; l’écoute collective, le geste individualisĂ©e, la caractĂ©risation poĂ©tique et intĂ©rieure font une collection de dĂ©lices sonores et sĂ©mantiques d’une profonde subtilitĂ©. De toute Ă©vidence, voici l’une des rĂ©alisations discographiques qui confirme les profondes et indĂ©passables affinitĂ©s de William Christie avec la poĂ©sie amoureuse du Grand SiĂšcle français.

 

 

Bien que l’amour


Christie, maßtre du Baroque poétique et amoureux

 

 

 

christie william les arts florissants bien que l amour cd critique review presentation reviex cd critique classiquenews CLIC de classiquenewsC’est l’attention au verbe, Ă  chaque image du mot, chaque Ă©motion du texte et une Ă©coute d’un chanteur Ă  l’autre, d’un instrumentiste Ă  l’autre qui subliment la chair suave et indiciblement nostalgique des poĂšmes regroupĂ©s ici. Qu’elles soient Iris, ClimĂšne
 les amoureuses s’alanguissent ou restent inatteignables donc fantasmĂ©es. Mais Ă  l’acuitĂ© du chant, prĂ©cis, mesurĂ©, rĂ©pond l’évanescence enivrĂ©e des suggestions musicales. Lambert amoureux, La Fontaine perspicace pertinent (Epitaphe d’un paresseux sur la musique du grand Couperin – excusĂ© du peu
), HonorĂ© d’Ambruys (secret, doux, Ă  l’énigmatique tendresse : Le doux silence de nos bois), 
 tous et chacun sont nos guides dans cette carte en tendresse, ce labyrinthe des coeurs Ă©prouvĂ©s, un temps inquiets, en attente, en dĂ©sir voire en souffrance mais toujours accomplis. Le charme opĂšre ; le geste esquisse le plus subtile des dessins immatĂ©riels mais la musique du verbe s’inscrit dans notre esprit. Et grĂące au magicien Christie, – peintre des nuances musicales-, le rĂȘve de l’amour tremble et frĂ©tille comme un dĂ©licieux songe que la musique fait durer, au delĂ  des siĂšcles.
Plus mordant et espiÚgle, le maßtre nous abreuve aussi de la pointe plus affûtée du rire parodique ou de la comédie délirante, préservée dans les ScÚnes et IntermÚdes pour Le Mariage forcé de MoliÚre, musique de Charpentier. Les trois chanteurs : Marc Mauillon,
Cyril Auvity, Lisandro Abadie
redoublent de connivente facĂ©tie, chacun apportant l’acuitĂ© caressante de son timbre complĂ©mentaire.
Aux cĂŽtĂ©s du raffinement, c’est dans le style collectif, la vĂ©ritĂ© et la sincĂ©ritĂ© des interprĂštes qui nous touchent infiniment. A noter parmi les instrumentistes des Arts florissants ici rĂ©duits au diapason de ce rĂȘve chambriste, l’excellente gambiste Myriam Rignol dont on sait Ă  prĂ©sent l’intelligence musicale et la virtuositĂ© tout en raffinement parmi son propre ensemble, Les Timbres (pour nous l’un des meilleurs ensembles rĂ©cents dĂ©diĂ©s Ă  la musique baroque). Programme miraculeux. Et donc CLIC de classiquenews de l’étĂ© 2016. Un disque que l’on emporte avec nous sur l’üle dĂ©serte et dĂ©jĂ , sur la plage en juillet et en aoĂ»t 2016.

CD, compte rendu critique. Bien que l’Amour
 Airs sĂ©rieux et boire. Les Arts Florissants. William Christie, direction. 1 cd Harmonia Mundi HAF 8905276.

 

PODCAST AUDIO. Entretien avec Iakovos Pappas, par Pedro Octavio Diaz

IrrĂ©vĂ©rencieux mais subtil, provocateur mais poĂ©tique, AndrĂ© Danican Philidor demeure le gĂ©nie oubliĂ© du baroque comique. Iakovos Pappas et Almazis nous dĂ©voilent dans "Blaise le savetier" d'aprĂšs La Fontaine, sa verve dĂ©lirante d'une inestimable poĂ©sie... PODCAST AUDIO. Entretien avec Iakovos Pappas, par Pedro Octavio Dia. Entretien avec Iakovos Pappas rĂ©alisĂ© Ă  Paris en novembre 2015 par notre rĂ©dacteur Pedro Octavo Diaz. IrrĂ©vĂ©rencieux mais subtil, provocateur mais poĂ©tique, le rĂ©pertorie lyrique dĂ©fendu par  Iakovos Pappas et Almazis nous dĂ©voilent les joyaux oubliĂ©s du thĂ©Ăątre lyrique du XVIIIĂšme siĂšcle.  Dans le paysage trĂšs variĂ© de la musique baroque Française, Iakovos Pappas demeure l’infatigable dĂ©fenseur de la redĂ©couverte de l’opĂ©ra comique et des Ɠuvres de chambre du XVIIIeme siĂšcle. Fort d’une sĂ©rie de rĂ©alisations qui ont rendu des compositeurs tels que Duni ou Philidor Ă  nos oreilles, Iakovos Pappas lance un nouveau dĂ©fi avec l’enregistrement des Fables de Jean de Lafontaine mises en musique par Louis-Nicolas ClĂ©rambault. Par ailleurs, le maestro Grec nous fait part de ses projets futurs et la fondation d’une nouvelle compagnie lyrique… de quoi encourager la redĂ©couverte d’un pan entier de la musique Française mĂ©connue, oubliĂ©e, mĂ©sestimĂ©e… et pourtant majeure par son raffinement instrumentale, son intelligence dramatique, son exigence poĂ©tique et littĂ©raire. ActualitĂ©s : nouveau cd dĂ©diĂ© aux fables de La Fontaine, lyre Ă©rotique du XVIIIĂšme, rituel funĂšbre maçonnique versaillais, prochains concerts en juin 2016 Ă  la BNF…

 

 

 

Entretien avec Iakovos Pappas, projets pour Almazis… par Pedro Octavio Pappas by Classiquenews Classiquenews on Mixcloud

VOIR, LIRE aussi Reportage vidéo et Compte-rendu : Saint-Sulpice le Verdon (Vendée). Logis de la Chabotterie, le 6 août 2013. Egidio Duni : Les deux chasseurs et la LaitiÚre. Elisabeth Fernandez, Perrette. Yakovos Pappas, scénographie et direction.

Festival Musiques Ă  la Chabotterie 2013 : Egidio Duni rĂ©vĂ©lé (Les 2 chasseurs et la laitiĂšre, 1763). Chaque Ă©tĂ©, en VendĂ©e, le festival Musique Ă  la Chabotterie devient la scĂšne lyrique du baroque le plus dĂ©lirant, celui de l’opĂ©ra comique. Dans la France Louis XV, les Italiens conquiĂšrent les trĂ©teaux : depuis la Querelle des Bouffons (1752), les auteurs français s’italianisent, y compris Rameau. En 1763, Egidio Duni crĂ©e Les 2 chasseurs et la laitiĂšre d’aprĂšs deux fables de La Fontaine. A partir de la poĂ©sie morale et cynique du XVIIĂš, Duni invente un genre comique et satirique qui renouvelle la veine thĂ©Ăątrale en France.  En aoĂ»t 2013, dans la cour d’honneur du logis vendĂ©en, Iakovos Pappas et son ensemble Almazis ressuscitent un jalon de la crĂ©ation comique, furieusement italienne, française par son sens de la satire, insolente et sĂ©ditieuse par les codes qu’il aime pourfendre
 Reportage vidĂ©o CLASSIQUENEWS.COM © 2014. EN LIRE +

 

 

philidor-blise-savetier-almazis-pappas-cd-maguelone-300CD. AndrĂ© Danican Philidor : Blaise le Savetier, 1759 (Almazis, Pappas, 2013)
 Iakovos Pappas nous dĂ©voile ici l’un des joyaux bruts du comique français Ă  l’époque oĂč le thĂ©Ăątre de la Foire Saint-Germain Ă©blouit par sa verve dĂ©lirante, sachant prolonger en le transfigurant le modĂšle du buffa italien. CrĂ©Ă© en 1759 sur la scĂšne du thĂ©Ăątre de l’OpĂ©ra Comique de la Foire Saint-Germain, Blaise le Savetier appartient Ă  un cycle particuliĂšrement convaincant oĂč encore au dĂ©but de sa florissante carriĂšre, AndrĂ© Danican Philidor se met au diapason des Italiens, d’autant plus aprĂšs la Querelle des Bouffons (1752). Mais avec cette truculence spĂ©cifique, Ă  la gouaille parisienne, Ă  l’esprit satirique et parodique. Sedaine librettiste de Philidor rĂ©Ă©crit le conte de La Fontaine : au couple de Blaise et Blaisine, l’écrivain acoquine le couple des huissiers, Mr et Mme Pince, venus saisir leurs biens (Blaise prĂ©fĂšre se ruiner au cabaret avec Mathurin que travailler et gagner honnĂȘtement sa vie). Ici s’affrontent les caractĂšres et tempĂ©raments abrupts : l’ignoble Mme Pince, nourrie au fiel de l’avarice et de la convoitise Ă  laquelle rĂ©pond la bonhommie dĂ©braillĂ©e du Savetier, alcoolique et volage que soulage son Ă©pouse bien sage (voire toute aussi paillarde que son Ă©poux si sympathique). Au demeurant, tenants d’une sexualitĂ© qui ne se cache pas, Blaisine (ex Margot) et Blaise s’avouent leur ancienne aventure avec Mr et Mme Pince
 Leur sens de la rivalitĂ© et de la surenchĂšre dont se souviendra encore Mozart dans le fameux air du Catalogue de Don Giovanni (air de Leporello Ă  propos des conquĂȘtes de son maĂźtre) inscrit davantage l’opĂ©ra dans la dĂ©mesure satirique la plus audacieuse. Sur le plan musical comme poĂ©tique

 

 

 

Festival Musiques à la Chabotterie 2013 : Egidio Duni révélé (Les 2 chasseurs et la laitiÚre, 1763)

Pappas iakovos pappasFestival Musiques Ă  la Chabotterie 2013 : Egidio Duni rĂ©vĂ©lĂ© (Les 2 chasseurs et la laitiĂšre, 1763). Chaque Ă©tĂ©, en VendĂ©e, le festival Musique Ă  la Chabotterie devient la scĂšne lyrique du baroque le plus dĂ©lirant, celui de l’opĂ©ra comique. Dans la France Louis XV, les Italiens conquiĂšrent les trĂ©teaux : depuis la Querelle des Bouffons (1752), les auteurs français s’italianisent, y compris Rameau. En 1763, Egidio Duni crĂ©e Les 2 chasseurs et la laitiĂšre d’aprĂšs deux fables de La Fontaine. A partir de la poĂ©sie morale et cynique du XVIIĂš, Duni invente un genre comique et satirique qui renouvelle la veine thĂ©Ăątrale en France.  En aoĂ»t 2013, dans la cour d’honneur du logis vendĂ©en, Iakovos Pappas et son ensemble Almazis ressuscitent un jalon de la crĂ©ation comique, furieusement italienne, française par son sens de la satire, insolente et sĂ©ditieuse par les codes qu’il aime pourfendre… Reportage vidĂ©o CLASSIQUENEWS.COM © 2014.

approfondir

Lire notre critique du dernier cd d’Almazis, Iakovos Pappas : Philidor, Blaise le Savetier (1759).

Lire notre compte rendu critique du spectacle Les 2 chasseurs et la laitiĂšre d’Egidio Duni prĂ©sentĂ© Ă  la Chabotterie en aoĂ»t 2013

chabotterie vendee hugo reyne -jardins-chateau_image_largeur940

 

  

 

Découvrir la programmation du festival Musiques à la Chabotterie 2014 (du 24 juillet au 6 août 2014)

 

 

Les Arts Florissants, William Christie : airs sĂ©rieux… Lambert, d’Ambruys

Christie William portrait 290Airs sĂ©rieux. Les Arts Flo,William Christie : les 12,14,16,19,20 dĂ©cembre 2013. TournĂ©e Ă©vĂ©nement. MĂȘme si la Cour Ă  Versailles semble aspirer tous les fastes musicaux, les plus spectaculaires comme les plus raffinĂ©s, la musique des alcĂŽves et des salons n’a jamais cessĂ© de se dĂ©velopper en parallĂšle tout au long du XVIIĂšme. L’art de la conversation musicale s’est naturellement affirmĂ© grĂące trĂšs vite Ă  l’accord des textes poĂ©tiques et de la musique. Cet art du premier baroque, favorisant intimisme et confession, qui rivalise en ciselure du verbe et en images musicales avec ce que fut le madrigal italien avant la naissance de l’opĂ©ra montĂ©verdien, constitue une singularitĂ© française qui explique dans les dĂ©cennies qui suivirent la primautĂ© linguistique qui prĂ©vaut encore chez Rameau Ă  la fin du XVIIIĂšme siĂšcle.

 

Airs sérieux et à boire

mélodies baroques françaises

 

 

Lambert, D’Ambruys
Quinault, Lafontaine

Les Arts Florissants
William Christie
, direction

LibĂ©rĂ©s des contraintes de l’Ă©tiquette, les nobles et amateurs lettrĂ©s se retrouvent dans la dĂ©lectation d’une discipline trĂšs Ă©laborĂ©e, expression d’une haute Ă©ducation, d’un esprit cultivĂ©, d’un besoin de mondanitĂ© choisie. Ainsi, la biensĂ©ance et la galanterie rĂšgnent dans les cercles de Mme de Rambouillet, Melle de ScudĂ©ry, de la comtesse de la Suze : chacune s’ingĂ©nie Ă  varier les plaisirs offerts Ă  leurs invitĂ©s. L’air de cour  y tient une place privilĂ©giĂ©e : miniature poĂ©tique chantĂ©e Ă  voix seule, en duos, trios, accompagnĂ©es du luth ou de tout autre instrument chambriste (clavecin, thĂ©orbe, viole…), la pratique est aisĂ©e.

 

allegorie_musique_louis_XIV_448

Lambert, poĂšte de l’amour…

Intimisme amoureux Ă  l’OpĂ©ra royal

 

A partir de 1650, l’air sĂ©rieux supplante l’air de cour : en une ou deux strophes, pour voix et luth, ou thĂ©orbe, clavecin, viole, l’air sĂ©rieux chante les vertiges, dĂ©lices et souffrances qu’inflige amour. Exactement comme la poĂ©sie galante Ă  la mĂȘme pĂ©riode.  A l’opposĂ© de l’Ă©chelle expressive, il trouve son corollaire dans l’air Ă  boire, plus familier, burlesque, et tout autant dĂ©lirant, rĂ©clamant les mĂȘmes effectifs.  L’engouement pour le genre est tel que tous les poĂštes de l’heure veillent Ă  Ă©crire un sizain, ou un quatrain de chanson, apte Ă  ĂȘtre mis en musique.

Le Mercure Galant dĂšs 1674 publie nombre d’airs sĂ©rieux et Ă  boire, diffusant les noms et les maniĂšres de compositeurs devenus cĂ©lĂšbres : Michel Lambert (1610-1696) qui fut maĂźtre de la musique de la chambre du Roi Ă  partir de 1660, SĂ©bastien Le Camus, BĂ©nigne de Bacilly, Marc-Antoine Charpentier, Joseph Chabanceau de La Barre, HonorĂ© d’Ambruys

MĂȘme codifiĂ©, l’art de l’air français laisse Ă  l’interprĂšte contemporain une grande libertĂ© interprĂ©tative, Ă  la fois dans le choix des cadences, de la restitution du continuo, de la rĂ©alisation des ornements, dans l’art tĂ©nu et si subtil d’une dĂ©clamation claire et puissante, flexible et vivante…

 

 

Bill, interprÚte des bois enchantés

 


Bouys_musiciens_louis_XIV_Reunion_de_musiciens_Bouys-1Le concert des Arts Florissants suit la sélection opérée par William Christie
Ă  partir du recueil d’airs, publiĂ© par  Michel Lambert chez Ballard en 1689. Ainsi s’impose aujourd’hui Ă  nous, le chant ” Ă  la lamberte “, saisissant par son sens de la prononciation, de la dĂ©clamation, de l’expression et donc de l’improvisation… autant de qualitĂ©s qui s’exposent plus particuliĂšrement dans les doubles  (reprises de la premiĂšre strophe oĂč la virtuositĂ© et la fantaisie du chanteur sont sollicitĂ©es… et attendues).
Langueur et pleurs, priĂšre et invocation souvent douloureuse … : Amour ici affecte, inflige, blesse … les vertiges du sentiments inspirent en particulier les poĂštes Quinault, de la SabliĂšre, Lauvergne, Bouchardeau… surtout La Fontaine, poĂšte de Vaux le Vicomte dont le fameux poĂšme des Amours de PsychĂ© et Cupidon (air ” Tout l’univers obĂ©it Ă  l’amour …”)… Lambert imagine les musiques enchanteresses (amoureuses ?) que Cupidon en son palais, destine Ă  sa future maĂźtresse PsychĂ© : sonoritĂ©s exquises et suspendues (voix et luths) enivrant les cƓurs envoĂ»tĂ©s. Le compositeur exprime l’ivresse des sens qui emporte le coeur de la belle PsychĂ© (comme si OrphĂ©e et Amphion les eussent conduits eux-mĂȘmes, est-il prĂ©cisĂ© par le poĂšte enchanteur).
Aux cĂŽtĂ©s entre autres de Lambert, se distingue l’Ă©criture de son Ă©lĂšve HonorĂ© d’Ambruys, cĂ©lĂšbre lui aussi pour son Livre d’airs (dĂ©diĂ© Ă  son maĂźtre et datĂ© de 1685). Sur le poĂšme de la Comtesse de La Suze, Le doux silence de nos bois, d’Ambruys imagine l’une des plus Ă©mouvantes illustrations des vanitĂ©s amoureuses, invitation troublante Ă  jouir de l’instant prĂ©sent, Ă  cueillir la rose Ă  son apogĂ©e, printemps Ă  la fois rĂȘvĂ©, arcadien mais unique et bientĂŽt lointain…
Peut-on imaginer interprĂštes plus inspirĂ©s pour chanter la nature enchantĂ©e, celle des bergers amoureux que ” Bill ” et ses musiciens, lui-mĂȘme crĂ©ateur Ă  ThirĂ© (VendĂ©e) de l’un des festivals les plus envoĂ»tants qui soient, entre nature et musique, poĂ©sie et jardins, chant et concerts… Une Arcadie recomposĂ©e enfin accessible grĂące Ă  l’oeuvre et la volontĂ© du plus grand chef actuel, dĂ©fenseur depuis ses dĂ©buts de la magie comme de l’enchantement baroque.

Airs sérieux et à boire
Lambert, d’Ambruys
Quinault, Lafontaine

Tournée événement en 5 dates

Arles, le 12 décembre 2013, 20h30
Chapelle Saint-Martin du MĂ©jan

 

Caen, le 14 décembre, 20h
Auditorium du Conservatoire CRR
programmation du théùtre de Caen hors les murs

Versailles, le 16 décembre, 20h
Opéra royal

Londres, le 19 décembre, 19h30
Wigmore Hall

Paris, le 20 décembre, 20h
Cité de la musique
Enregistré par France Musique

HOME_ALAFFICHE_evenements_582

Illustrations : William Christie, Michel Lambert (DR) – peintures : AllĂ©gorie des arts sous le rĂšgne de Louis XIV, RĂ©union de musiciens par Antoine Bouys, vers 1700, Musiciens en concert par François Puget vers 1688 (DR)