CD, critique. BEETHOVEN : Symph. 5 et 6 – Orchester Wiener Akademie, Martin Haselböck (1 cd Alpha 2018 – 2019)

beethoven-symphonie-5-et-6-re-sound-beethoven-14492ce1-ed79-4467-a54d-69a23c4d3802-wiener-akademie-haselbock-cd-critique-concert-classiquenews-300-finalCD, critique. BEETHOVEN : Symph. 5 et 6 – Orchester Wiener Akademie, Martin Haselböck (1 cd Alpha 2018 – 2019) – Comme une certaine version de Tosca dont chaque acte Ă©tait rĂ©alisĂ© dans les lieux fixĂ©s par l’action, ici l’Orchestre de l’AcadĂ©mie de Vienne / Orchester Wiener Akademie poursuit Ă  travers son cycle « Resound Beethoven » l’intĂ©grale des Concertos pour piano et des Symphonies enregistrĂ©s dans les lieux de leur crĂ©ation. Les 5Ăš et 6Ăš symphonies dont il est question ici concluent cette traversĂ©e patrimonialement authentique : les deux symphonies sont donc enregistrĂ©es dans le lieu de leur crĂ©ation le palais Niederösterreich Vienne ayant Ă©tĂ© un formidable tremplin pour la carriĂšre du jeune Ludwig qui avait quittĂ© Bonn sa ville natale pour Ă©tudier avec Haydn dans la capitale Habsbourg. Les qualitĂ©s de ce dernier enregistrement symphonique sont les mĂȘmes que celles dĂ©jĂ  constatĂ©es : Ă©panouissement sonore, ampleur et souffle de la spatialisation qui rĂ©tablit dans leur Ă©crin viennois, la formidable vitalitĂ© et l’esprit d’autodĂ©termination des opus. ‹L’abstraite et rien qu’énergique 5Ăš ou symphonie du destin, puis la plus narrative mais pas que descriptive 6Ăš « pastorale » : les deux partitions rendent compte idĂ©alement du gĂ©nie orchestral beethovĂ©nien. Formidable machine rythmique et pulsionnelle de la 5Ăš (dont tout le flux prĂ©pare Ă  l’éruption jubilatoire de l’Allegro final) ; captivante agrĂ©gation cellulaire qui dans la 6Ăš, au fur et Ă  mesure de son plan dramatique et organique, organise et structure le plan climatique de la symphonie.
haselbock-martin-resound-beethoven-orchester-wiener-akademie-cd-review-critique-cd-classiquenews-beethoven-2020Le chef viennois Martin Haselböck, organiste de formation, n’hĂ©site pas Ă  faire rugir les timbres, s’appuyant Ă©videmment sur la trĂšs forte identitĂ© naturelle des instruments historiques ; Ă  forcer le trait et la caractĂ©risation de chaque pupitre, dont surtout les vents et les bois, parfois de façon outrĂ©e, au dĂ©triment des nuances. avec certains tutti nettement et curieusement Ă©pais. Mais cela ne manque ni de nervositĂ© ni de tempĂ©rament. L’intensitĂ© et la volontĂ© y sont extraverties, parfois furieusement mise en avant. C’est servir franchement l’impĂ©tuositĂ© d’un Beethoven rĂ©volutionnaire. Pour autant le poĂšte si dĂ©licat dans l’expression de la magie pastorale de la 6Ăš est-il Ă©galement dĂ©fendu et audible ici ? Saluons la prise de son, idĂ©alement spatialisĂ©e qui confĂšre au IIĂš tableau de la Pastorale par exemple (Szene am bach / scĂšne au ruisseau – andante molto moto) sa fluiditĂ© continue dans une ambiance rĂ©ellement enveloppante. Tout n’est donc pas Ă  rejeter ici, loin de lĂ .

_________________________________________________________________________________________________

CD, critique. BEETHOVEN : Symph. 5 et 6 – Orchester Wiener Akademie, Martin Haselböck / «  resound Beethoven », vol. 8 (1 cd Alpha 2018 – 2019)

BEETHOVEN 2020 sur ARTE, la Folle JournĂ©e, les Symphonies en direct (janv – juin 2020)

beethoven-2020-ARTE-concerts-annonces-operas-classiquenewsBEETHOVEN 2020 sur ARTE… L’annĂ©e 2020 marque les 250 ans de la naissance de Ludwig van Beethoven. ARTE diffuse pour cet anniversaire tout au long de l’annĂ©e un « intĂ©grale » de l’oeuvre du compositeur allemand nĂ© Ă  Bonn mais qui fit toute sa carriĂšre Ă  Vienne. Voici les premiers temps forts de janvier Ă  juin 2020 d’un cycle important de cĂ©lĂ©brations… Au programme : des concerts en direct, des concerts d’archives mythiques, pour rĂ©entendre les oeuvres les plus connues mais aussi redĂ©couvrir ses sonates, concertos, piĂšces de musique de chambre et ballet, lieder
 sans omettre des documentaires inĂ©dits.

La Folle JournĂ©e de Nantes 2020 est entiĂšrement dĂ©diĂ©e au compositeur, et donne le coup d’envoi de la programmation Ă  l’antenne d’ARTE, le 2 fĂ©vrier (direct du concert de clĂŽture du festival). Autre point d’orgue, toute la journĂ©e du 21 juin est consacrĂ©e Ă  la retransmission sur ARTE des neuf symphonies de Beethoven depuis de neuf pays europĂ©ens. Toute la programmation sur arte.tv/beethoven

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Toute la programmation :

 

 

 

Dimanche 2 février à 17h30 sur ARTE et ARTE Concert
La Folle JournĂ©e de Nantes 2020 – Concert de clĂŽture

folle-journee-beeethoven-2020En forme d’hommage Ă  la diversitĂ© et la complexitĂ© de l’oeuvre de Beethoven, le concert de clĂŽture saura ravir mĂ©lomanes et nĂ©ophytes. Au programme : des piĂšces de musique de chambre et de grandes pages de musique symphonique avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France sous la direction de la cheffe sino-amĂ©ricaine Xian Zhang. Le jeune pianiste russe Pavel Kolesnikov interprĂ©tera la Sonate au clair de lune. Le concert se poursuivra avec un mouvement de la Sonate pour piano et violon avec Fanny Clamagirand et Tanguy de Williencourt, puis c’est un extrait de l’Octuor Ă  vents interprĂ©tĂ© par Nicolas Baldeyrou et RaphaĂ«l SĂ©vĂšre Ă  la clarinette et l’Allegro du Concerto pour piano n°4 par Alexandre Kantorow. Le concert se poursuivra avec le 2Ăšme mouvement de la 7Ăšme Symphonie, l’un des thĂšmes les plus connus du compositeur. Le Concerto pour violon et orchestre sera jouĂ© par la jeune violoniste virtuose Liya Petrova et le concert se terminera par le final de la 7Ăšme Symphonie. ET AUSSI : De nombreux concerts Ă  dĂ©couvrir en direct du festival sur ARTE Concert les dĂšs vendredi 31 janvier 2020.

RÉALISATION : FRANÇOIS-RENÉ MARTIN
COPRODUCTION : ARTE FRANCE, KM (90MIN)

 

 

BEETHOVEN 2020 dossier portrait discographie selection classiquenewsSuivi à 23h45 du documentaire inédit :
La NeuviĂšme de Beethoven, une symphonie universelle
UN DOCUMENTAIRE DE CHRISTIAN BERGER
COPRODUCTION : ZDF/ARTE, SOUNDING IMAGES, DEUTSCHLAND 2020, 90 mn.
Les dessous de l’oeuvre la plus connue du monde.

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

Du lundi 27 janvier au vendredi 31 janvier 2020 Ă  16h30
INVITATION AU VOYAGE
Semaine spéciale Beethoven

beethoven-ludwig-dossier-specila-file-annonce-concerts-opera-classiquenews-beethoven-20205 EVASIONS BEETHOVEN… La pastille Ă©vasion d’Arte, qui mĂȘle voyages et culture, « Invitation au voyage » se lance sur les traces de Beethoven, en Autriche, en Allemagne et en BohĂȘme. Au programme chaque jour de cette semaine spĂ©ciale : deux sujets pour voyager dans les pas du compositeur allemand mais aussi Ă  travers le monde, puis, lors d’une troisiĂšme partie d’émission exceptionnelle, c’est Ă  Vienne que Linda Lorin rencontre des passionnĂ©s de musique qui nous ouvrent les portes de l’univers de Beethoven.

Lundi 27 janvier
â€ș La RhĂ©nanie, berceau d’un gĂ©nie
â€ș Promenade musicale dans le palais de la Hofburg

Mardi 28 janvier
â€ș Le Viennois hĂ©roĂŻque
â€ș A Heiligenstadt, dans le refuge de Beethoven

Mercredi 29 janvier
â€ș Pom pom pom pom, la premiĂšre Ă©pique de la 5Ăšme
â€ș Au Palais Lobkowitz, leçon de piano : l’écriture de Beethoven pour le clavier

Jeudi 30 janvier
â€ș La BohĂȘme d’un grand romantique
â€ș Dans la chapelle impĂ©riale, comme Ă  l’époque de Beethoven

Vendredi 31 janvier 2020
â€ș Vienne rĂ©inventĂ©e dans la Joie
â€ș Avec Igudesman and Joo, insolents hĂ©ritiers de Beethoven

ÉMISSION PRÉSENTÉE PAR LINDA LORIN (FRANCE, 2020, 38MN)
COPRODUCTION : ARTE FRANCE, ELÉPHANT DOC

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

4 CONCERTS de FEVRIER 2020

Samedi 1er février
en direct de l’OpĂ©ra de Vienne
LEONORE (op. 72a)
Sur ARTE.TV

MISE EN SCÈNE : AMÉLIE NIERMEYER
DIRECTION MUSICALE: TOMÁƠ NETOPIL
ORCHESTER DER WIENER STAATSOPER
CHOR DER WIENER STAATSOPER
AVEC JENNIFER DAVIS (LEONORE), KATRIN RÖVER
(LEONORE – DIE SCHAUSPIELERIN), BENJAMIN BRUNS
(FLORESTAN), THOMAS JOHANNES MAYER (PIZARRO),
CHEN REISS (MARCELLINE), JÖRG SCHNEIDER (JAQUINO)

Dimanche 9 février à 19h05
20 ans du West-Eastern Divan Orchestra
Le Triple concerto (op. 56) pour violon, violoncelle, piano et orchestre
Le West-Eastern Divan Orchestra fĂȘte ses vingt ans avec un concert exceptionnel : Anne-Sophie Mutter, Yo-Yo Ma et Daniel Barenboim (au piano et Ă  la direction) interprĂštent le Triple concerto pour piano, violon et violoncelle de Beethoven.

Dimanche 16 février à 19h05
La « Pathétique »  de Beethoven par Evgeny Kissin
Le pianiste russe Evgeny Kissin, fidÚle du prestigieux Verbier Festival en Suisse, a donné en juillet dernier un récital dédié au maßtre du classicisme viennois.

Dimanche 23 février à 18h30
Maurizio Pollini interprĂšte Beethoven
Le virtuose italien Maurizio Pollini interprÚte les sonates n°30 et 31 du célÚbre compositeur
allemand dans la salle Hercule de la résidence de Munich.

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

AVRIL 2020

Lundi 13 avril 2020
En direct du Festival de PĂąques de Baden-Baden 2020, une version originale de l’opĂ©ra :
FIDELIO (op. 72c)

MISE EN SCÈNE: MATEJA KOLEĆœNIK
DIRECTION MUSICALE: KIRILL PETRENKOBERLINER PHILHARMONIKER
AVEC MARLIS PETERSEN (LEONORE), MATTHEW POLENZANI (FLORESTAN), WOLFGANG KOCH (DON PIZARRO)

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

Journée spéciale : 21 JUIN 2020
9 DIRECTS / 9 SYMPHONIES : les symphonies de Beethoven
Dimanche 21 juin Ă  partir de 12h45 sur ARTE et arte.tv/beethoven

L’intĂ©grale des symphonies de Beethoven depuis 9 pays europĂ©ens partenaires d’ARTE
PRÉSENTATION: ANNETTE GERLACH, CONSULTANT : CHRISTIAN MERLIN (FRANCE MUSIQUE, LE FIGARO)

13.00
En direct de la Place du marché à Bonn, Allemagne
Symphonie n° 1 en ut majeur op. 21
DIRECTION MUSICALE : DANIELE GATTI
AVEC MAHLER CHAMBER ORCHESTRA

14.00
En direct de Galway, Irlande
Symphonie n° 2 en ré majeur op. 36
AVEC LE RTE CONCERT ORCHESTRA

15.00
Enregistrée en avril à Helsinki, Finlande
Symphonie n° 3 en mi bémol majeur
op. 55 dite HĂ©roĂŻque
DIRECTION MUSICALE : HANNU LINTU
AVEC L’ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE LA RADIO
FINLANDAISE

16.00
En direct du Parc du Cinquantenaire Ă  Bruxelles,
Belgique
Symphonie n° 4 en si bémol majeur
op. 60
DIRECTION MUSICALE : MAXIM EMELYANYCHEV
AVEC L’ORCHESTRE NATIONAL DE BELGIQUE

17.00
En direct de la Place de la Vieille Ville Ă  Prague,
RĂ©publique TchĂšque
Symphonie n° 5 en ut mineur op. 67
DIRECTION MUSICALE : STEVEN MERCURIO
AVEC LE CZECH NATIONAL SYMPHONY ORCHESTRA

18.00
En direct des rives du lac de Lugano, Suisse
Symphonie n° 6 en fa
majeur op. 68 dite Pastorale
DIRECTION MUSICALE : DIEGO FASOLIS
AVEC L’ORCHESTRE I BAROCCHISTI

19.00
En direct de Rome, Italie
Symphonie n° 7 en la majeur op. 92
AVEC L’ORCHESTRE DE L’ACADÉMIE NATIONALE SAINTECÉCILE
DE ROME

20.15
En direct de la Place du ChĂąteau in Strasbourg
Symphonie n° 8 en fa majeur op. 93
DIRECTION MUSICALE : MARKO LETONJA
AVEC L’ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG

21.00
Enregistrée en juin Musikverein de Vienne, Autriche
Symphonie n° 9 en ré mineur op. 125
DIRECTION MUSICALE : ANDRIS NELSONS
AVEC WIENER PHILHARMONIKER
CHOEUR : SINGVEREIN DER GESELLSCHAFT DER MUSIKFREUNDE IN WIEN
SOLISTES : KLAUS FLORIAN VOGT (TENOR), GÜNTHER GROISSBÖCK (BASS), LUCY CROWE (SOPRAN), GERHILD ROMBERGER (ALT)

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

DEUX DOCUS Ă  venir sur la chaĂźne en 2020


 

 

Beethoven reloadedbeethoven-2020-ARTE-concerts-annonces-operas-classiquenews
Retraçant l’évolution artistique de Beethoven, ce documentaire raconte comment le compositeur est devenu un vĂ©ritable symbole europĂ©en. Un voyage fascinant qui tĂ©moigne de l’actualitĂ© et de la puissance dont fait preuve sa musique aujourd’hui encore.

UN DOCUMENTAIRE DE JULIA SPINOLA ET ANDY SOMMER
COPRODUCTION : WDR/ARTE, ACCENTUS MUSIC,
ALLEMAGNE (2020, 52 MIN.)

 

 


beethoven-2020-ARTE-concerts-annonces-operas-classiquenews
Beethoven intime
Une approche intime de la vie et de l’oeuvre de Beethoven en mĂȘlant sa
correspondance et ses carnets intimes avec sa musique.

UN DOCUMENTAIRE D’ANNA SIGALEVITCH ET
PRISCILLA PIZZATO
COPRODUCTION : ARTE FRANCE, REDSTONE
(FRANCE, 2019, 52 MIN.)

________________________________________________________________________________________________

 
TOUTES LES DIFFUSIONS sur le site d’ARTE.TV :

 

ARTE-BEETHOVEN-concerts-operas-directs-classiquenews-janv-juin-2020

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 
 

 

 

LIVRE

 

Beethoven, et aprĂšs livre fayard mirare folle journee beethoven 2020 annonce critique livre concert classiquenews 9782213716589-001-TLIVRE, Ă©vĂ©nement. Beethoven et aprĂšs par Élisabeth Brisson, Bernard Fournier, François-Gildas Tual (Fayard / Mirare).ImmĂ©diatement, le gĂ©nie beethovĂ©nien a Ă©tĂ© reconnu, mesurĂ©, analysĂ© Ă  sa juste valeur, crĂ©ant une onde de choc et d’influence, persistante et durable. Tous ses contemporains (exceptĂ© Goethe qui rencontre le musicien sans suite) ont cĂ©lĂ©brĂ© la grandeur de l’artiste, la dimension messianique de son Ă©criture, sa fougue rĂ©volutionnaire, en particulier dans ses Ɠuvres symphoniques. A l’époque qui suit la RĂ©volution française dont les valeurs suscitent l’adhĂ©sion du compositeur nĂ© Ă  Bonn (fraternitĂ©, Ă©galitĂ©, libertĂ©), quand Bonaparte prend le pouvoir et devient Empereur, Beethoven crĂ©e la musique de cette dĂ©flagration qui sculpte l’Europe politique. MĂȘme Ă  l’époque du CongrĂšs de Vienne (1815), Beethoven est le compositeur majeur reconnu par tous. Transcriptions, partitions conçues dans son influence directe


 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

BEETHOVEN 2020, feuilleton 4 : de Fidelio Ă  la 9Ăš symphonie

Dossier Beethoven 2020
 Suite et fin de notre grand dossier BEETHOVEN 2020
250 ans de la naissance de Ludwig Van Beethoven

 

Ludwig Van
 La crise des annĂ©es 1813 – 1815
Du CongrĂšs de Vienne Ă  Fidelio

________________________________________________________________________________________________

 

beethoven-ludwig-concertos-piano-symphonies-dossier-beethoven-2020-classiquenewsL’homme est dĂ©truit : sourd et malaimĂ©, ou sentimentalement trop exigeant. Amoureusement insatisfait. Mais la carrure de l’artiste, sa dĂ©mesure gĂ©niale et visionnaire lui redonnent goĂ»t Ă  la vie. Pendant le CongrĂšs de Vienne (sept 1814 – juin 1815), la victoire des alliĂ©s contre NapolĂ©on le consacre musicien de l’avenir et mĂȘme compositeur officiel : le politique utilise le prestige beethovĂ©nien pour assoir sa propre capacitĂ© Ă  gĂ©rer la crise europĂ©ene aprĂšs la chute de l’Empire napolĂ©onien. Beethoven Ă©crit alors la bataille de Vittoria / ou de Wellington, une faiblesse circonstancielle qu’il reniera ensuite. De plus en plus populaire, Ludwig peut prĂ©senter enfin en mai 1814, sa nouvelle version, dĂ©finitive cette fois, de son opĂ©ra Fidelio avec une ouverture affinĂ©e dite Fidelio, et non plus Leonore comme auparavant. Ludwig y cĂ©lĂšbre la force et la libertĂ©, la fidĂ©litĂ© et l’amour, incarnĂ©s par l’hĂ©roĂŻne, Leonore qui sous le travestissement de Fidelio s’est introduite dans la prison oĂč Ă©tait sĂ©questrĂ© son mari, Florestan
 PortĂ© et inspirĂ© par l’idĂ©al rĂ©volutionnaire français, Beethoven y concentre et renforce l’action de l’amour fidĂšle, indĂ©fectible, de la fraternitĂ© libre et conquĂ©rante contre toute forme de despotisme ou pouvoir arbitraire. Pourtant, l’ordre moral qu’impose Metternich alors inscrit un retour politique rĂ©trograde ; Beethoven n’aura de cesse de s’opposer Ă  cette nouvelle tyrannie qui veut museler les hommes.

En 1815, il trouve rĂ©confort et Ă©coute auprĂšs de la comtesse Marie Erdödy Ă  laquelle il dĂ©die les deux Sonates pour violoncelle et piano opus 102. En dĂ©cembre meurt son frĂšre Karl qui le dĂ©signe tuteur de son neveu Ă©galement nommĂ© Karl (ĂągĂ© de 8 ans) : Ludwig se prend d’affection pour l’enfant dont il dispute la garde exclusive avec sa mĂšre, Johanna, femme de petite vertu, dĂ©jĂ  condamnĂ©e pour adultĂšre, mais qui s’obstine Ă  vouloir garder son fils. Il s’en suit des annĂ©es de conflits, difficiles Ă  vivre pour les 3 ĂȘtres concernĂ©s. NommĂ© finalement tuteur exclusif du petit Karl, Beethoven pourtant trĂšs attachĂ©, n’aura que dĂ©boires et dĂ©ceptions envers un garçon dissimulateur et dĂ©loyal, qui pourtant a bien compris l’ampleur du gĂ©nie de son oncle compositeur. Une nouvelle Ă©pine dans la quotidien de l’aigle foudroyĂ© sur la terre.

 
 

1816 – 1817 : annĂ©es de crise
L’Immmortelle bien-aimĂ©e


________________________________________________________________________________________________

brentano-antonia-immortelle-bien-aimee-beethoven-dossier-beethoven-2020-classiquenewsL’annĂ©e 1816 est celle de l’Immortelle bien aimĂ©e, femme idĂ©ale autant que rĂ©elle, Ă  laquelle il dĂ©die une sĂ©rie de lettres et de partitions dont les 6 lieder « A la Bien-AimĂ©e lointaine » / An die ferne geliebte (dĂ©but 1816), Sonate pour piano opus 106 dite « Hammerklavier », achevĂ© en 1818
). Toute partition qui honore et cĂ©lĂšbre la divine « T », dont l’identitĂ© demeure apparemment Ă  jamais perdue mais que Beethoven adore plus que tout
 hĂ©las, l’aimĂ©e avec laquelle l’entente est idĂ©ale, n’est pas libre : Ludwig Ă©perdu souffre en solitaire. Ce pourrait ĂȘtre Antonia Brentano (dite « Tony ») qui mariĂ©e, a aimĂ© Ludwig mais ne put jamais divorcer pour lui
 Beethoven a rencontrĂ© Antonio alors qu’il frĂ©quente sa belle sƓur Bettina, muse, Ă©pouse de Arnim Brentano, qui se rĂ©vĂ©lera ĂȘtre une auteure renommĂ©e. C’est Bettina qui tente vainement un rapprochement entre Goethe et Beethoven
Autant d’insatisfaction et de frustration s’intensifient en 1816, dans une nouvelle crise existentielle avec tentations suicidaires. Le lion se rebiffe enfin, car son art et la musique lui permettent de tenir toujours. Mais s’il doute de son existence, s’il est pourtant un vrai pĂšre pour son neveu lui assurant les moyens de son Ă©ducation, Beethoven demeure un auteur cĂ©lĂ©brĂ© et estimĂ© : quand meurt son protecteur le prince Lobkowitz (15 dĂ©c 1816), ses hĂ©ritiers s’engagent Ă  verser la rente dĂ©volue au gĂ©nie du siĂšcle.
Beethoven garde des relations privilĂ©giĂ©es avec ses Ă©lĂšves, dont des femmes brillantes, pianistes chevronnĂ©es qui comprennent l’esprit de ses Ɠuvres : Marie Pachler qui sera aussi l’amie de Schubert, ou la baronne von Ertmann.

L’annĂ©e 1817 est difficile et au printemps 1818, Beethoven se remet comme aprĂšs un choc traumatique. C’est le moment oĂč il commande au facteur Streicher un nouveau piano, plus puissant, mieux adaptĂ© Ă  sa surditĂ© que ne l’était son Erard de 1804. Broadwood lui adresse de son cĂŽtĂ© son grand piano 6 octaves. La sociĂ©tĂ© Philharmonique de Londres propose une tournĂ©e de concerts et deux nouvelles symphonies. Mais Beethoven est encore trop faible pour voyager.

En 1818, Kloeber le portraiture et fixe les traits d’un sanguin, rĂȘveur, totalement habitĂ© par l’idĂ©al artistique, dont la conscience aiguĂ« relĂšve d’Ossian et du diable. Un pur esprit supĂ©rieur capable alors d’improviser au piano avec la fougue et l’imagination d’un alchimiste. Un dĂ©miurge sans pareil, comme Ă©lectriser par une nĂ©cessitĂ© intĂ©rieure, poĂ©tique et impĂ©rieuse. Dans son monde et coupĂ© du quotidien (il n’entend plus dĂ©sormais les vibrations du piano !), Beethoven adopte les fameux carnets de conversation qui nous apprennent beaucoup sur sa vie et ses relations avec les autres.
Plus que jamais inspirĂ©, Beethoven reprend le manuscrit de sa Missa Solemnis et ne cesse d’en affiner la parure et le sens musical jusqu’en 1822. L’Ɠuvre par ses dimensions, redĂ©finit depuis JS Bach et sa Messe en si, ou Haydn et sa CrĂ©ation, l’équilibre orchestre, choeur et solistes ; elle prĂ©pare la 9Ăš symphonie Ă  venir, mais cette fois, avec la profondeur et les aspirations d’un acte de foi. Plus libre que jamais, l’art beethovĂ©nien semble anticiper et deviner les frĂ©missements de l’avenir. Fin 1822, Ludwig intĂšgre dans son plan orchestral l’Ode Ă  la joie de Schiller (connue dĂšs 1792 Ă  Bonn), selon un nouveau plan symphonique qui sera achevĂ© au printemps 1824. L’ode est un hymne franc-maçon, car comme Haydn et Mozart, Beethoven adhĂšre aux idĂ©es maçonniques : le terme Freude, voulant dire LibertĂ© (Freiheit).

 

 

 

 

 

1819 – 1827 : Beethoven PromĂ©thĂ©e
LibĂ©rer les vivants jusqu’à la mort

________________________________________________________________________________________________

 

La Sonate opus 106 « Hammerklavier », – vĂ©ritable symphonie pour piano seul, crĂ©Ă©e dĂ©but 1819, marque cette renaissance. Plus lent dĂ©sormais, Ludwig rĂ©flĂ©chit avant chaque nouvelle piĂšce. Il n’écrit plus pour ses contemporains mais pour l’humanitĂ© Ă  venir.
Le clavier devient le miroir d’une mĂ©ditation personnelle ; et le piano, le terreau d’une conscience affinĂ©e, Ă©tendue, visionnaire.
Ainsi sont conçues comme des testaments les 3 derniĂšres Sonates, opus 109, 110 et 111 (1820 / 1822). Comme les Variations Diabelli (1819 / 1823) oĂč un air banal engendre des perspectives inĂ©dites. MĂȘme conception prophĂ©tique pour les 6 Bagatelles opus 126 (1824) au souffle impĂ©rieux lĂ  encore. AprĂšs des Ă©pisodes malheureux et assez humiliants pour Beethoven, le jugement dĂ©finitif est enfin rendu le 8 avril 1820 : Ludwig est reconnu tuteur de Karl. Johanna est dĂ©boutĂ©e.

En 1821, il est trĂšs malade, comme en 1825. Seules les 11 Bagatelles opus 119 attestent de son inspiration intacte.

Le 24 mai 1824, Beethoven propose un grand concert à Vienne comprenant des extraits de la Missa Solemnis et aussi la 9Ú et son Ode à la joie / à la liberté : la premiÚre est un triomphe ; quasi effacé lors de la reprise le lendemain, devant une salle à peine remplie.

Les derniers sursauts d’énergie permettent la rĂ©alisation de nouveaux chefs d’Ɠuvres que sont les quatuors travaillĂ©s Ă  partir de l’étĂ© 1824 et jusqu’en 1826 : les 12Ăš opus 127, 13Ăš opus130 (avec sa fugue finale, qui devient autonome, la Grande Fugue), surtout le 14Ăš opud 131 en ut diĂšse mineur qui pose la question existentielle (Muss es sein ? Le faut-il ?) et qui rĂ©pond sans rĂ©serve ni hĂ©sitation, au nom de la nĂ©cessitĂ© artistique et fraternelle : « il le faut ! / Es muss sein ! ».
Beethoven amorce le chantier de plusieurs nouvelles partitions : un oratorio sur les ElĂ©ments ; une 10Ăš symphonie
 surtout un opĂ©ra d’aprĂšs Faust de Goethe. AprĂšs deux mois d’une retraite Ă  la campagne, Beethoven rentre Ă  Vienne en dĂ©cembre 1826 : il prend froid et meurt Ă  56 ans, d’une cirrhose tuberculeuse : son dernier plaisir fut de reconnaĂźtre Ă  Vienne un autre gĂ©nie contemporain du sien, celui de
 Schubert.

Aucun autre compositeur n’a Ă  ce point exprimĂ© l’impĂ©rieuse nĂ©cessitĂ© de l’Art qui fait de l’artiste compositeur, un dĂ©miurge et un prophĂšte, annonçant l’avenir radieux, dont la musique fait entrevoir et entendre l’harmonie fraternelle Ă  venir. Beethoven est ce PromĂ©thĂ©e grĂące Ă  qui inventer et bĂątir le futur sont possibles. Ludwig avait raison : les nouvelles gĂ©nĂ©rations (et l’Europe des XXĂš et XXIĂš) lui ont donnĂ© crĂ©dit et rendu hommage. Pas un compositeur de la « grande musique » qui n’est Ă  ce point un tel succĂšs populaire, immĂ©diat, consensuel ; d’autant que sa vie est plus qu’aucun autre compositeur, parfaitement documentĂ©e. MĂȘme si des doutes persistent toujours sur l’identitĂ© de l’immortelle bien aimĂ©e. Mais c’est mieux ainsi, Ludwig ayant comme Berlioz, sacralisĂ© l’amour et l’ĂȘtre idĂ©al qui devait l’incarner.
Sur le plan artistique, Beethoven libĂšre la musique d’elle mĂȘme, comme son Ɠuvre fait Ă©couter Ă  l’homme libre, l’amour, l’harmonie fraternelle, la libertĂ© qu’il doit dĂ©fendre, pour lui-mĂȘme et pour tous les vivants.

 

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

DOSSIER BEETHOVEN 2020, un portrait, clés de compréhension, discographie


 

DOSSIER
Ludwig-Van-BeethovenDOSSIER BEETHOVEN 2020 : 250 ans de la naissance de Beethoven. L’anniversaire du plus grand compositeur romantique (avec Berlioz puis Wagner Ă©videmment) sera cĂ©lĂ©brĂ© tout au long de la saison 2020. Mettant en avant le gĂ©nie de la forme symphonique, le chercheur et l’expĂ©rimentateur dans le cadre du Quatuor Ă  cordes, sans omettre la puissance de son invention, dans le genre concertant : Concerto pour piano, pour violon, lieder et sonates pour piano, seul ou en dialogue avec violon, violoncelle
 Le gĂ©nie de Ludwig van Beethoven nĂ© en 1770, mort en 1827) accompagne et Ă©blouit l’essor du premier romantisme, quand Ă  Vienne se disperse l’hĂ©ritage de Haydn (qui deviendra son maĂźtre fin 1792) et de Mozart :
http://www.classiquenews.com/dossier-beethoven-2020-les-250-ans-de-la-naissance-1770-2020/

 
FEUILLETONS 1 et 2
http://www.classiquenews.com/dossier-beethoven-2020-les-250-ans-de-la-naissance-1770-2020/

1
JEUNESSE à BONN : 1770 – 1792
Les 12 premiÚres années de la vie de Ludwig

2
Premiers accomplissement viennois (1793 – 1802)
Les méditations de Ludwig

 

 

FEUILLETON 3
beethoven-vieux-amer-dossier-beethoven-portrait-2020-annonce-concert-opera-festival-beethoven-2020-classiquenewsBEETHOVEN 2020, volet 3 : Ludwig Ă©pique (1802 – 1812) – HEILINGENSTATD, 1802 : une nouvelle naissance. FinancĂ© par l’aristocratie viennoise, Beethoven croit un moment qu’il peut prĂ©tendre rejoindre la classe supĂ©rieure ; nenni, musicien, il reste un ĂȘtre infĂ©rieur car il n’est pas noble. BientĂŽt en 1806, le prince Lichnowski qui le dotait d’une rente confortable lui enjoint de jouer pour ses invitĂ©s selon son plaisir : Beethoven se rebiffe ; il n’est pas un serviteur : fiĂšrement, aprĂšs qu’il ait Ă©tĂ© congĂ©diĂ© par son protecteur, le compositeur Ă©crit : « des nobles il y aura toujours ; mais il n’y aura jamais qu’un seul Beethoven ». Le voilĂ  comme Mozart quittant Salzbourg, en artiste crĂ©ateur misĂ©rable mais libre.
http://www.classiquenews.com/beethoven-2020-volet-3-ludwig-epique-1802-1812/

 

 

SĂ©lection cd, dvd, livres
BEETHOVEN 2020
http://www.classiquenews.com/dossier-beethoven-2020-les-250-ans-de-la-naissance-1770-2020/

Spéciale BEETHOVEN 2020 sur ARTE (février 2020)

beethoven-ludwig-dossier-specila-file-annonce-concerts-opera-classiquenews-beethoven-2020ARTE fĂ©vrier 2020 : 5 programmes BEETHOVEN. Programmation spĂ©ciale BEETHOVEN, tous les dimanches de fĂ©vrier 2020. La chaĂźne franco-allemande se devait Ă©videmment de dĂ©dier partie de ses programmes de musique au gĂ©nie beethovĂ©nien : Ludwig van Beethoven est nĂ© le 16 dĂ©c 1770. RĂ©citals de piano de Kissin et Pollini ; programme chambriste et symphonique Ă  la Folle JournĂ©e Beethoven 2020 ; documentaire dĂ©diĂ© Ă  la 9Ăš Symphonie pour quatuor de solistes et choeur sur l’hymne Ă  la joie de Schiller
 Triple concerto pour Daniel Barenboim et ses complices
 VoilĂ  le parcours Ă  ne pas manquer BEETHOVEN 2020 sur ARTE, date par date, en fĂ©vrier 2020 :

________________________________________________________________________________________________

FEVRIER 2020 : concerts BEETHOVEN

 

 

 

 

 

 

Dimanche 2 février 2020
17h30
arte_logo_2013La Folle JournĂ©e de Nantes 2020, concert. En forme d’hommage Ă  la diversitĂ© et au raffinement de l’Ɠuvre de Beethoven, le concert de clĂŽture de la Folle JournĂ©e 2020 souhaite combler mĂ©lomanes et nĂ©ophytes avec des piĂšces de musique de chambre et de grandes pages de musique symphonique. L’Orchestre Philharmonique de Radio France sous la direction de la cheffe sino-amĂ©ricaine Xian Zhang interprĂšte la Sonate au clair de lune, sous les doigts du jeune pianiste russe Pavel Kolesnikov (descriptif transmis par Arte). Le concert ainsi annoncĂ© se poursuit avec un mouvement de la Sonate pour piano et violon (Fanny Clamagirand et Tanguy de Williencourt) ; un extrait de l’Octuor Ă  vents interprĂ©tĂ© par Nicolas Baldeyrou et RaphaĂ«l SĂ©vĂšre Ă  la clarinette ; l’Allegro du Concerto pour piano n°4 par Alexandre Kantorow (piano) ; le 2Ăšme mouvement de la 7Ăšme Symphonie, « l’un des thĂšmes les plus connus du compositeur » ; le Concerto pour violon et orchestre par « la jeune violoniste virtuose Liya Petrova » enifn le final de la 7Ăšme Symphonie. On voudra bien nous expliquer la formation requise pour la Clair de lune avec piano et orchestre !!!

Concert de clĂŽture RĂ©alisation : François-RenĂ© Martin Coproduction : ARTE France, KM (90min) – Plusieurs concerts Ă  dĂ©couvrir en direct sur ARTE Concert pendant le festival.

23h45
Documentaire inédit : La NeuviÚme de Beethoven
Manifeste visionnaire et hymne Ă  la libertĂ© et Ă  la fraternitĂ© « teintĂ© d’universalité », la symphonie n°9 de Beethoven (dans les faits son ulitme opus symphonique) est le fruit d’une longue maturation. ComposĂ©e alors que son auteur Ă©tait dĂ©jĂ  devenu sourd, le film s’intĂ©resse Ă  la genĂšse d’une Ɠuvre emblĂ©matique qui aujourd’hui encore touche mĂ©lomanes et musiciens du monde entier. Docu de Christian Berger Coproduction : ZDF/ARTE, Sounding Images, Deutschland 2020, 1h30 mn

________________________________________________________________________________________________

Dimanche 9 février 2020
18h25. LES 20 ANS DU WEST-EASTERN DIVAN ORCHESTRA.
BEETHOVEN : triple Concerto pour violon, violoncelle, piano et orchestre
Le West-Eastern Divan Orchestra fĂȘte ses 20 ans avec le Triple concerto pour violon, violoncelle, piano et orchestre ; solistes : Anne-Sophie Mutter (violon), Yo-Yo Ma (violoncelle) et Daniel Barenboim (piano et direction). ComposĂ© en 1804 Ă  Vienne, le Triple Concerto crĂ©Ă©e une arĂšne idĂ©ale pour que brillent en conversation et en solo, chacun des 3 instruments vedettes


________________________________________________________________________________________________

Dimanche 16 février 2020
18h30. RECITAL DE PIANO / Sonate «  PATHETIQUE » de BEETHOVEN par E. KISSIN – VERBIER FESTIVAL 2019. Favori rĂ©vĂ©lĂ© par Karajan, le pianiste Evgeny Kissin, joue de Beethoven, l’éloquente et lumineuse Sonate n°8 en ut mineur Op.13 “PathĂ©tique” (1798-99), ainsi que la Sonate n°21 en ut majeur Op.53 “Waldstein” (1803-1804).
250Ăšme anniversaire oblige, Kissin propose au public du Verbier Festival un rĂ©cital dĂ©diĂ© Ă  Beethoven. Le programme s’ouvre avec la Sonate « PathĂ©tique » Op. 13 – le titre est de Beethoven. L’Ɠuvre date de 1799 et tĂ©moigne d’un compositeur dans la force de l’ñge, affranchi des influences de Mozart et Haydn. Cinq ans plus tard, avec la Sonate « Waldstein » Op. 53, – du nom de son premier et fidĂšle protecteur Ă  Vienne, Beethoven affirme plus fermement sa puissante inspiration et son originalitĂ© avec d’audacieux contrastes de sonoritĂ©s, un mouvement lent rĂ©duit Ă  une transition de 28 mesures, puis un Finale qui dĂ©bute dans l’apaisement avant de proposer l’exaltation. DurĂ©e : 43 minutes – RĂ©alisation : Isabelle Soulard.

________________________________________________________________________________________________

Dimanche 23 février 2020
18h55 RECITAL DE PIANO. MAURIZIO POLLINI joue BEETHOVEN – Sonates pour piano 130 et 131. Dans le cadre des 250 ans de l’anniversaire de Beethoven, le pianiste italien Maurizio Pollini interprĂšte les deux derniĂšres sonates pour piano du cĂ©lĂšbre compositeur allemand dans la salle Hercule de la rĂ©sidence de Munich.

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

LIVRE

Beethoven, et aprĂšs livre fayard mirare folle journee beethoven 2020 annonce critique livre concert classiquenews 9782213716589-001-TPour prĂ©parer votre sĂ©jour Ă  Nantes lors de la Folle JournĂ©e 2020 dĂ©diĂ©e Ă  Beethoven, nous vous renvoyons Ă  la lecture du livre “BEETHOVEN ET APRES”, Ă©ditĂ© par Fayard / MirareLIRE notre prĂ©sentation de Beethoven et aprĂšs (Fayard / Mirare) … ImmĂ©diatement, le gĂ©nie beethovĂ©nien a Ă©tĂ© reconnu, mesurĂ©, analysĂ© Ă  sa juste valeur, crĂ©ant une onde de choc et d’influence, persistante et durable. Tous ses contemporains (exceptĂ© Goethe qui rencontre le musicien sans suite) ont cĂ©lĂ©brĂ© la grandeur de l’artiste, la dimension messianique de son Ă©criture, sa fougue rĂ©volutionnaire, en particulier dans ses Ɠuvres symphoniques. A l’époque qui suit la RĂ©volution française dont les valeurs suscitent l’adhĂ©sion du compositeur nĂ© Ă  Bonn (fraternitĂ©, Ă©galitĂ©, libertĂ©), quand Bonaparte prend le pouvoir et devient Empereur, Beethoven crĂ©e la musique de cette dĂ©flagration qui sculpte l’Europe politique.

 

 

 

 

 

 

 

 

CD, coffret événement. The New Complete Edition BEETHOVEN 2020 (118 cd, 2 dvd, 3 bluray, DG Deutsche Grammophon)

beethoven-complete-edition-2020-review-presentation-file-classiquenews-critique-coffret-beethoven-2020CD, coffret Ă©vĂ©nement. The New Complete Edition BEETHOVEN 2020 (118 cd, 2 dvd, 3 bluray, DG Deutsche Grammophon). Pour les 250 ans de la naissance de Beethoven, la firme Deutsche Grammophon renoue avec l’époque des somptueuses intĂ©grales discographiques et crĂ©e l’évĂ©nement en cette fin d’annĂ©e 2019, en Ă©ditant un coffret remarquable Ă  tout point de vue : autant pour la qualitĂ© des versions choisies que la prĂ©sentation et le soin Ă©ditorial rĂ©alisĂ© pour cette Ă©dition saluĂ©e par un CLIC de CLASSIQUENEWS. Difficile de trouver sur le marchĂ© intĂ©grale mieux conçue : en partenariat avec la Beethoven Haus Bonn et la fondation officielle Beethoven 2020. En dĂ©coulent dans cette boĂźte magique 175 heures de musique en 118 cd, 2 dvd (Fidelio par Bernstein / Symphonies 4 et 7 par C Kleiber) et 3 blu-ray audios (Symphonies Karajan / Sonates pour piano par W Kempff / Quatuors par le Quatuor Amadeus). Ainsi Deutsche Grammophon prĂ©sente l’intĂ©grale la plus complĂšte et remarquablement Ă©ditĂ©e. La richesse du contenu musical a Ă©Ă© possible grĂące au travail en partenariat entre DG et 10 autres labels (dont Decca, autre marque lĂ©gendaire de la maison mĂšre Universal music).

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

La nouvelle intégrale BEETHOVEN 2020
The new complete Ă©dition BEETHOVEN 2020 by DG

 

 

CLIC D'OR macaron 200Le mĂ©lomane dĂ©couvrira l’Ɠuvre de Beethoven dans la diversitĂ© des approches et des sensibilitĂ©s artistiques grĂące Ă  plusieurs lectures d’un mĂȘme ensemble musical, ainsi 3 cycles diffĂ©rents pour les 9 symphonies ; 2 versions de Fidelio (Gardiner et Abbado) ; les Quatuors par les Emerson, Takacs, 

L’édition mentionne The NEW Complete edition BEETHOVEN : de fait, il s’agit bien d’un corpus complet qui englobe les lectures rĂ©centes (Ozawa et Argerich), mais aussi les rĂ©fĂ©rentielles et historiques grĂące aux interprĂštes parmi le splus prestigieux de l’écurie DG Deutsche Grammophon : Gilels, Gardiner, Amadeus Quartet, Arrau, Furtwangler, Fischer-Dieskau, Kempff, Karajan, Böhm, Kleiber, et mĂȘme Giulini, sans omettre Abbado
 et John Eliot Gardiner pour les version sur instruments historiques ; Alfred Brendel, Martha Argerich, Yehudi Menuhin, AS Mutter, Perahia, Pollini. En outre l’édition justifie sa mention de « nouvelle » car elle comprend des premiĂšres spĂ©cialement enregistrĂ©es ici par Lang Lang (piano) et Daniel Hope (violon).
Le coffret comprend un livret gĂ©nĂ©ral complet en anglais et allemand, mais aussi les 9 livrets-notices accompagnant les 9 catĂ©gories qui structurent l’oeuvre intĂ©gral ainsi classĂ© (musique de scĂšne, musique de chambre, piano, lieder, musique vocale avec orchestre, musique orchestrale, raretĂ©s, versions historiques 
) dont les contributions, majeures et synthĂ©tiques, sont signĂ©es par les meilleurs spĂ©cialistes de Ludwig van : Gardiner, Cairns, B Cooper, 
 Le livre gĂ©nĂ©ral est un vĂ©ritable livre d’art, richement documentĂ©, comprenant tous les portraits peints de Beethoven, la biographie rĂ©sumĂ©e, rĂ©capitulĂ©e en tableaux chronologiques par pĂ©riodes importantes
 (260 pages). Le must aboslu et avec la derniĂšre grande Ă©dition intĂ©grale de MOZART, une rĂ©ussite exemplaire. CLIC de CLASSIQUENEWS 2019 / 2020. Grand critique complĂšte du coffret analysant la pertinence des versions choisies Ă  venir dans la mg cd dvd livres de classiquenews
 LIRE aussi la prĂ©sentation du coffret BEETHOVEN 2020 sur le site de Deutsche Grammophon dĂ©diĂ©
https://www.beethoven-playon.com

________________________________________________________________________________________________

CD, coffret Ă©vĂ©nement. The New Complete Edition BEETHOVEN 2020 (118 cd, 2 dvd, 3 bluray, DG Deutsche Grammophon) – CLIC de CLASSIQUENEWS NOEL 2019

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

beethoven-complete-edition-2020-review-presentation-file-classiquenews-critique-coffret-beethoven-2020

 

 

 

NOTRE AVIS : ce qui rend le coffret BEETHOVEN 2020, indispensable…

________________________________________________________________________________________________

Ludwig-Van-BeethovenThe New Complete edition BEETHOVEN 2020 : le coffret Ă©vĂ©nement. L’intĂ©grale Ă©ditĂ©e en dĂ©cembre 2019 par DG Deutsche Grammophon doit sa valeur Ă  la richesse des archives du label jaune, mais aussi Ă  sa coopĂ©ration avec le Beethoven-Haus Museum de Bonn qui aura permis la rĂ©alisation d’apports inĂ©dits. La maison natale de Beethoven a pris soin de produire de l’inconnu ou du mĂ©connu ; le contenu de cette boĂźte magique en tĂ©moigne. Le volontĂ© d’ouverture, le souci d’exprimer la diversitĂ© du gĂ©nie beethovĂ©nien, tel que l’on peut l’écouter grĂące au contenu de cette intĂ©grale, ravira tous les mĂ©lomanes ; quelque soit leur connaissance prĂ©alable de l’individu comme de son Ɠuvre.
Comme le peintre David et avant lui Poussin en France, Beethoven est capable de se rĂ©inventer Ă  chaque nouvelle Ɠuvre et dans chaque nouveau genre. Mais avec une force inouĂŻe, inĂ©dite jusque lĂ . N’a t il pas dĂ©concertĂ© par sa rageuse modernitĂ© son maĂźtre Haydn, avec son premier Trio ? Haydn, auteur de 45 trios pour piano, ne devait plus en composer d’autres
 VoilĂ  qui est dit et qui affirme le gĂ©nie du plus grand Romantique, heureux et gĂ©nial touche Ă  tout, dans tous les genres, symphonique, chambriste.
Les versions choisies sont toutes intĂ©ressantes, exprimant cette nĂ©cessitĂ© vitale qui inspire Ă  la musique beethovĂ©nienne, sa force, sa vĂ©ritĂ©, son imagination, son sens permanent de l’expĂ©rimentation, et comme Picasso, du dĂ©passement, de la recherche.
EntravĂ© physiquement, obligĂ© Ă  une surditĂ© croissante, l’homme Beethoven a conjurĂ© le sort et permis Ă  l’artiste de s’exprimer et d’accomplir son destin. En tĂ©moigne aujourd’hui, une Ɠuvre spectaculaire qui a dĂ©finitivement marquĂ© la musique europĂ©enne.

coffret-BEETHOVEN-2020-new-complete-edition-critique-review-classiquenewsDG Deutsche Grammophon a lĂ©gitimitĂ© pour Ă©ditĂ© un tel corpus : dĂšs 1913, les ingĂ©nieurs maison enregistrait avec les moyens (bons et astucieux) Artur Nikisch dirigeant la 5Ăš de Beethoven avec le Philharmonique de Berlin : une gravure qui reste totalement audible comme en tĂ©moigne la gravure ici proposĂ©e de l’Allegro con brio (cd 102, aux cĂŽtĂ©s du mĂȘme mvt de la 7Ăš par Richard Strauss ; passionnant le mĂȘme cd prĂ©sente aussi l’ouverture Leonore par Klemperer et Fritz Busch, comme l’intĂ©grale de la 8Ăš par Scherchen). Du reste la marque jaune, forte de cette histoire prĂ©coce, reste le label qui aura enregistrĂ© la totalitĂ© des Ɠuvres beethovĂ©niennes depuis lors, offrant une diversitĂ© de lectures et d’approches qui forcent toujours l’admiration. 50 ans aprĂšs Nikish, c’est l’empereur de la prise parfaite, Karajan qui en 1963 / 1964 gravait l’une de ses fameuses lectures de l’intĂ©grale symphonique : une somme toujours saluĂ©e pour son Ă©nergie, son esthĂ©tisme, son souffle promothĂ©en et olympien.
Le coffret Beethoven 2020 propose ainsi, en un catalogue qui rĂ©unit exhaustivitĂ© du rĂ©pertoire et engagement des interprĂštes : les Sonates pour piano par Wilhelm Kempff, Emil Gilels, Maurizio Pollini ; les Sonates pour violon par Gidon Kremer / Marta Argerich, Anne Sophie Mutter / Lambert Orkis, Augustin Dumay / Maria Joao Pires. Les Sonates pour violoncelle par Mischa Maisky et M Argerich. Les Quatuors sont jouĂ©s par les Quatuors Amadeus, Emerson, Hagen. Les Symphonies rivalisent d’énergie conquĂ©rante et de relief expĂ©rimental grĂące aux versions choisies : Wiener Philh et Leonard Bernstein (cĂŽtĂ© instruments modernes) ; Orch romantique et rĂ©volutionnaire et John E Gardiner (instruments d’époque). Sans omettre l’apport lĂ©gendaire de Carlos Kleiber dans les 5Ăš et 7Ăš.
MĂȘme approche double et complĂ©menaire pour le seul opĂ©ra de Beethoven : d’abord Leonore (ou le triomphe de l’amour) par Gardiner (et Christoph Bantzer en narrateur) ; puis « Fidelio » (version finale de 1814 de l’ouvrage) par Claudio Abbado (et les Ă©quipes de Lucerne)

Les Concertos pour piano y sont dĂ©fendus par M Pollini/ Claudio Abbado, K Zimerman / L Bernstein. Le label Decca qui appartient au mĂȘme groupe que DG (Universal music) complĂšte ce brillant aĂ©ropage artistique : Ɠuvres pour piano par Alfred Brendel, Friedrich Gulda, Claudio Arrau, Vladimir Ashkenazy ; les Trios pour piano par Beaux Arts Trio, les Symphonies par Riccardo Chailly et le Gewandhaus de Leipzig.
Les approches lĂ©gendaires et historiques par les chefs Wilhelm FurtwĂ€ngler, Carlo Maria Giulini, Karl Böhm sont prĂ©sentes ; comme celles rĂ©cents, historiquement informĂ©es de Robert Levin ou Thomas Zehetmair. Et la nouvelle gĂ©nĂ©ration assure la transmission d’une certaine tradition DG, incarnĂ©e aujourd’hui par Lang Lang, Andris Nelsons (qui a enregistrĂ© pour la marque jaune, l’intĂ©grale des symphonies et retrouve les Wiener en 2020 pour le fameux Concert du Nouvel An Ă  Vienne), Chrstian Thielemann, Matthias Goerne, Daniel Hope, Tobias Koch


 

 

coffret-BEETHOVEN-2020-new-complete-edition-critique-review-classiquenews

 

 

DG complĂšte sa prĂ©cĂ©dente intĂ©grale Beethoven (2000) par une sĂ©lection d’inĂ©dits historiques, concernant des piĂšces de musique de chambre et pour piano.
Parmi les sections de ce cette intĂ©grale Ă©vĂ©nement, nous distinguons en particulier pour leur apport spĂ©cifique, documentaire et artistique : les chansons Italiennes, la Cantate Lobkowitz, le cycle des lieder qui forme une intĂ©grale remarquable dĂ©voilant l’instinct visionnaire et fondateur pour le genre, de la part de Ludwig (2 versions de « Que le temps me dure » ; 8 lieder opus 52 ; Arietten opus 82 et autres merveilles poĂ©tiques par Dietrich Fisher Dieskau et Jorg Demus ; sans omettre les Scottish, British, Welsh et Irish songs par Felicity Lott, John Mark Ainsley
 l’ensemble de la musique de scĂšne qui comprend aux cĂŽtĂ©s de l’opĂ©ra Leonore devenue Fidelio dĂ©jĂ  mentionnĂ©, les ouvertures de ce work in progress ; Egmont ; Les Ruines d’AthĂšnes, Les crĂ©atures de PromĂ©thĂ©e, Ritterballett. Parmi les lectures particuliĂšrement lumineuses, Ă©loquentes, remarquablement habitĂ©e citons la rĂ©vĂ©lation non moindre dans la section rose « classic performances / period instrument performances & supplement », de Erich Kleiber, pĂšre de Carlos, immense interprĂšte chez Beethoven (comme chez Mozart : ses Nozze chez Decca), en particulier ici des symphonies 5 et 6 « Pastorale » / Concertgebouw Amsterdam), comme demeure bouleversant la comprĂ©hension de Ferenc Fricsay de la 9Ăš avec le Berliner Philh (et Fisher-Dieskau, Seefried, Haefliger, Forrester), cd 105). MĂȘme enthousiasme pour le Quatuor n°13 par les Busch (Decca 1930, cd 111) ; dĂ©poussiĂ©rĂ©, rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©, le corpus des oeuvres pour piano par Robert Levin (fortepiano) et Gardiner (Ctos 1 et 2, Rondo, cd 114) ; enfin Ă©ternel et sans Ă©quivalent par son fini olympien l’intĂ©grale des symphonies par Karajan et le Berliner Philh en 1961 (ici en bonus Pur audio Bluray BD 1). Et en bonus DVD, vous ne vous lasserez jamais de voir Carlos Kleiber en 1983 avec le Royal Concertgebouw Orchestra dans les symphonies 4 et 7 : magistrale implication intĂ©rieure d’un chef lĂ©gendaire, monstre de travail et de rĂ©pĂ©tition, dans le sillon de son modĂšle
 Karajan.

 

 

Rien chez Beethoven n’est gratuit ou dĂ©coratif. Tout est l’oeuvre de la nĂ©cessitĂ©, l’expression d’une force supĂ©rieure et d’une conscience permanente qui cible la libertĂ©, la paix et la fraternitĂ©. Dans sa diversitĂ©, son classement clair et ergonomique, le coffret de la New complete edition BEETHOVEN 2020 crĂ©Ă©e l’évĂ©nement discographique et musicale de ces 10 derniĂšres annĂ©es. 

 
 

 

BEETHOVEN 2020, volet 3 : Ludwig Ă©pique (1802 – 1812)

beethovenBEETHOVEN 2020, volet 3 : Ludwig Ă©pique (1802 – 1812)HEILINGENSTATD, 1802 : une nouvelle naissance. FinancĂ© par l’aristocratie viennoise, Beethoven croit un moment qu’il peut prĂ©tendre rejoindre la classe supĂ©rieure ; nenni, musicien, il reste un ĂȘtre infĂ©rieur car il n’est pas noble. BientĂŽt en 1806, le prince Lichnowski qui le dotait d’une rente confortable lui enjoint de jouer pour ses invitĂ©s selon son plaisir : Beethoven se rebiffe ; il n’est pas un serviteur : fiĂšrement, aprĂšs qu’il ait Ă©tĂ© congĂ©diĂ© par son protecteur, le compositeur Ă©crit : « des nobles il y aura toujours ; mais il n’y aura jamais qu’un seul Beethoven ». Le voilĂ  comme Mozart quittant Salzbourg, en artiste crĂ©ateur misĂ©rable mais libre.

 

 

 

 

volet 3 : dossier Beethoven 2020

Le BEETHOVEN ACCOMPLI : un souffle Ă©pique (1802 – 1812)

L’aprùs Heiligenstatd

 

 

Ludwig-Van-BeethovenLe sourd qui doute profondĂ©ment du sens de son Ɠuvre, part Ă  Heiligenstatd au printemps 1802 ; il n’entend plus : pour lui, concerts et carriĂšre de concertiste comme de pĂ©dagogue sont arrĂȘtĂ©s nets, impossibles. Suicidaire, il songe Ă  rompre le fil de sa vie (septembre). Acte de confession et examen de conscience sĂ©rieux, l’épisode lui permet d’analyser sa situation et de redĂ©finir dĂ©sormais ce Ă  quoi il doit prĂ©tendre : affirmer sa voix singuliĂšre, visionnaire, prophĂ©tique, mais vivre en banni ; isolĂ©, solitaire du fait de sa surditĂ© ; accepter d’aimer, et souvent de n’ĂȘtre pas aimĂ© en retour. Le coeur ardent revendique sa tendresse de fond, sa gĂ©nĂ©rositĂ© ; Beethoven demeure incompris, souvent rĂ©duit Ă  des sauts d’humeur
 pourtant dans l’affaire oĂč il tend Ă  prendre la tutelle de son neveu, le compositeur se montre soucieux de l’autre, protecteur, et d’une loyautĂ© constante. Dans cette perspective existentielle noire, l’art le sauve ; elle lui impose une Ă©thique personnelle, un idĂ©al hors normes. La composition devient une mission morale qui doit Ă©clairer la sociĂ©tĂ© pour rĂ©ussir Ă  rendre l’humanitĂ© plus Ă©voluĂ©e. Le musicien est ce guide messianique et prophĂ©tique qui Ɠuvre Ă  la sublimation du genre humain. Plus tard, Wagner prolonge cette vision de l’artiste-prophĂšte. Pour l’heure, Beethoven Ă  peine trentenaire, couche sur le papier les piliers moraux de sa prise de conscience.

RenforcĂ©, raffermi dans sa vocation reformulĂ©e, le Beethoven bien que sourd et isolĂ©, est Ă  32 ans, une nouvel ĂȘtre ; plus fougueux et radical que jamais : la Symphonie n°3 Heroica / HĂ©roĂŻque (opus 55) suit directement la rĂ©daction du Testament d’Heiligenstatd. L’ampleur du projet qu’il s’est fixĂ©, se lit dĂ©sormais dans l’architecture mĂȘme de chaque symphonie ; une construction inĂ©dite dans laquelle Beethoven Ă©difie son projet pour l’humanitĂ©. Beethoven Ă©difie, construit ; mais il produit aussi un son nouveau, inspirĂ© certes de Mozart et de Haydn, mais surtout des compositeurs français de la RĂ©volution (MĂ©hul). Les vents, les cuivres gagnent un relief particulier : signe que Ludwig connaissait Ă©troitement l’écriture des symphonistes français, grĂące entre autres Ă  Kreutzer, prĂ©sent Ă  Vienne. Au caractĂšre militaire de son inspiration, Beethoven affirme aussi un souffle nouveau Ă  la fois Ă©pique et poĂ©tique.

Alors inspirĂ© par l’idĂŽle Bonaparte, ce libĂ©rateur attendu par toute l’Europe, Beethoven achĂšve mi 1804, sa symphonie Bonaparte (HĂ©roĂŻque), hymne au monde nouveau Ă  construire, vĂ©ritable manifeste d’une humanitĂ© libĂ©rĂ©e, sublimĂ©e, accomplie. A partir de l’Eroica, Beethoven affirme sa propre voix, celle du chantre de la modernitĂ©, le prophĂšte qui offre Ă  entendre la musique du futur. Son but est d’emporter avec lui, le peuple des hommes vers ce monde meilleur, harmonique qui n’existe pas encore. Leonore ou Fidelio, aprĂšs 3 ouvertures diffĂ©rentes et deux versions est son seul opĂ©ra, achevĂ©e en 1805 / 1806, dĂ©montre l’avenir radieux d’une humanitĂ© conduite par l’amour, la fidĂ©litĂ© et la libertĂ© contre toutes les tyrannies ; surtout sa 5Ăš symphonie (et des 4 premiers coups du destin), et son double simultanĂ©, la 6Ăš « Pastorale » indique les vertus de l’homme qui combat pour son Ă©mancipation et qui sait se fondre dans l’unitĂ© prĂ©servĂ© de la Nature. Amour, libertĂ©, Nature : voilĂ  la trilogie beethovĂ©nienne, qu’il ne cesse de commenter, analyser, expliciter Ă  travers tout son Ɠuvre. Et jusqu’à sa mort le 26 mars 1827 Ă  56 ans.

De cette premiĂšre pĂ©riode de grande luciditĂ© et maturitĂ© hĂ©roĂŻque donc, datent les Ɠuvres maĂźtresses telles les Sonates Waldstein, Appassionnata ; les 3 Quatuors Razoumowski, le Quatuor n°10
 sans omettre la Fantaisie pour piano, choeur et orchestre de 1808 ni le Concerto Empereur de 1809. Son travail est encouragĂ© par le soutien des princes viennois : l’Archiduc Rodolphe (son Ă©lĂšve), Lobkowitz et Kinsky qui payent une rente annuelle (mars 1809) sans rien lui demander sauf qu’il reste Ă  Vienne (Beethoven avait fait savoir qu’il deviendrait le kapelmeister de JĂ©rĂŽme Bonaparte, souverain de Westphalie).
Au travail du bĂątisseur de cathĂ©drales symphoniques et concertantes rĂ©pond aussi une vie personnelle aussi passionnĂ©e que frustrante : Beethoven par son origine modeste n’étant jamais aimĂ© comme il le souhaite en retour. Avait-il raison de rechercher coĂ»te que coĂ»te sa bien aimĂ©e parmi les jeunes femmes de l’aristocratie viennoise ? DĂ©raisonnable ambition qui se paye au prix fort, entre dĂ©sillusions Ă  rĂ©pĂ©tition et amertume croissante.

Mai 1809, les soldats de NapolĂ©on occupent Vienne ; Beethoven perd des protecteurs qui ont tous fui la capitale impĂ©riale. Les bombardements le font atrocement souffrir. AprĂšs la victoire française de Wagram, Kinsky meurt ; Lobkowitz est ruinĂ© ; seul l’Archiduc Rodolphe survit mais aura du mal Ă  payer rĂ©guliĂšrement le reste d’une rente atrophiĂ©e.

brunvik brunswik josephine beethoven la fiancee de beethoven immortelle bien aimee classiquenews dossier Beethoven 2020Les Immortelles bien-aimĂ©es
 Parmi les aimĂ©es de Ludwig, JosĂ©phine von Brunswick (portrait ci contre Ă  gauche), jeune veuve de 24 ans Ă  peine
 qui l’aime mais renonce finalement au compositeur certes douĂ© mais qui n’est que 
roturier. L’intĂ©rĂȘt et le confort, avant l’amour et l’attraction des cƓurs. Puis paraĂźt Bettina Brentano (portrait ci dessous) Ă  partir de mai 1810 : malgrĂ© un visage marquĂ© par la petite vĂ©role, « laid » en vĂ©rité », Bettina trouve la face de Ludwig admirable et noble grĂące Ă  son front sculptural ; sa naĂŻvetĂ© d’enfant ; sa grĂące de seigneur. Intimement Ă©pris, Beethoven lui adresse des confessions profondes : « je suis le Bacchus qui vendange le vin dont s’enivre l’humanité ». Sous l’aile de cette rencontre qui semble bĂ©nie des dieux, le compositeur enivrĂ© compose la Sonate Lebewohl (Adieu), le Quatuor n°11 (dit « Quartetto serioso » par l’auteur lui-mĂȘme), le Trio L’Archiduc de 1811 (dĂ©diĂ© Ă  Rodolphe, son protecteur le plus fidĂšle et le plus fiable). Bettina connaĂźt Goethe avant Beethoven : elle fait se rencontrer les deux esprits en juillet 1812 ; Ludwig admire l’écrivain dont il a composĂ© la musique d’Egmont. Mais les deux tempĂ©raments ne se comprennent pas vĂ©ritablement ; Goethe trouve Beethoven, Ă©nergique, concentrĂ© mais radical, « dĂ©chainé » et impossible voire insupportable ; et Beethoven qui aurait rĂȘvĂ© de mettre en musique son Faust, trouve l’homme de lettres, trop obsĂ©quieux et courtisan. Un « vendu » nous rions nous aujourd’hui. Radical, extrĂȘmiste, Beethoven ? C’est que sa fureur dans sa grandeur est au diapason de son amour fraternel et de sa bontĂ©. VoilĂ  qui a Ă©chappĂ© Ă  Goethe qui malgrĂ© les envois multiples de Ludwig, restera totalement hermĂ©tique et 
 sourd.

brentano bettina aimee de beethoven portrait dossier beethoven 2020 classiquenewsEn juillet 1812, la correspondance de Beethoven laisse entendre qu’il a enfin rencontrĂ© celle qu’il attendait ; qu’il aime et qui l’aime en retour : « l’immortelle bien aimĂ©e » Ă©crit-il. Peut-ĂȘtre s’agit-il encore de JosĂ©phine von Brusnwick dont la fille Minona serait de Ludwig
 Dans l’exaltation de ce transport phĂ©nomĂ©nal, le compositeur Ă©crit les Symphonies 7 et 8, envisage mĂȘme, dĂ©jĂ , une 9Ăš, qui fermerait le triptyque. Mais en dĂ©cembre 1812, tout s’écroule, et ses rĂȘves d’une liaison installĂ©e s’écroulent dĂ©finitivement. Pour lui, la solitude d’un hĂ©ros incompris. Il faudra dĂ©sormais 6 annĂ©es pour se reconstruire et rĂ©aliser ce sommet de l’entendement humain, cime fraternelle surtout, la 9Ăš et son ode Ă  la joie, de Schiller et non de Goethe.

 

 

 

 

volet 4 : dossier Beethoven 2020
L’homme qui aimait les hommes qui le dĂ©testait
la crise (1813 – 1815)

____________________________________________________________________________________

LIRE notre grand dossier BEETHOVEN 2020 : Ă©lĂ©ments biographiques clĂ©s, piĂšces et partitions maĂźtresses au cours de la carriĂšre Ă  Vienne…

beethoven 1803 apres Symphonie 1 creation symphonies romantiques classiquenews review compte rendu cd critique 800px-Beethoven_3DOSSIER BEETHOVEN 2020 : 250 ans de la naissance de Beethoven. L’anniversaire du plus grand compositeur romantique (avec Berlioz puis Wagner Ă©videmment) sera cĂ©lĂ©brĂ© tout au long de la saison 2020. Mettant en avant le gĂ©nie de la forme symphonique, le chercheur et l’expĂ©rimentateur dans le cadre du Quatuor Ă  cordes, sans omettre la puissance de son invention, dans le genre concertant : Concerto pour piano, pour violon, lieder et sonates pour piano, seul ou en dialogue avec violon, violoncelle
 Le gĂ©nie de Ludwig van Beethoven nĂ© en 1770, mort en 1827) accompagne et Ă©blouit l’essor du premier romantisme, quand Ă  Vienne se disperse l’hĂ©ritage de Haydn (qui deviendra son maĂźtre fin 1792) et de Mozart, quand Schubert aussi s’intĂ©resse mais si diffĂ©remment aux genres symphonique et chambriste. Venu tard Ă  la musique, gĂ©nie tardif donc (n’ayant rien composĂ© de trĂšs convaincant avant ses cantates Ă©crites en 1790 Ă  20 ans), Beethoven, avant Wagner, incarne le profil de l’artiste messianique, venu sur terre tel un Ă©lu sachant transmettre un message spirituel Ă  l’humanitĂ©.  CLASSIQUENEWS dresse le portrait de la vie de Beethoven (en 4 volets), puis distingue 4 Ă©pisodes de sa vie, particuliĂšrement dĂ©cisifs
 LIRE ici notre grand dossier BEETHOVEN  2020, biographie, partitions clĂ©s, discographie (les enregistrements majeurs, parus l’automne 2019 et pendant toute l’annĂ©e 2020)

 

 

CD coffret, Ă©vĂ©nement, annonce. ANDRIS NELSONS / BEETHOVEN : Complete symphonies / intĂ©grale des 9 symphonies : Wiener Philharm (2017 – 2019 – 5 cd + blueray-audio DG Deutsche Grammophon)

BEETHOVEN andris nelsons 9 symphonies wiener philharmoniker 5 cd blu ray DG Deutsche GrammophonCD coffret, Ă©vĂ©nement, annonce. ANDRIS NELSONS / BEETHOVEN : Complete symphonies / intĂ©grale des 9 symphonies : Wiener Philharm (2017 – 2019 – 5 cd + blueray-audio DG Deutsche Grammophon). Le chef Andris Nelsons se taille un part de lion au sein de l’écurie DG Deutsche Grammophon, sachant rĂ©ussir rĂ©cemment dans une intĂ©grale des symphonies de Bruckner et de Chostakovitch, saluĂ©es par classiquenews. Pour l’annĂ©e Beethoven 2020, voici en prĂ©ambule attendu, prometteur, l’intĂ©grale des 9 symphonies de Ludwig van Beethoven avec les Wiener Philharmoniker, histoire de constater lors des sessions d’enregistrements de 2017 Ă  2019, la tenue de l’orchestre le plus prestigieux au monde, et la pertinence d’une lecture observĂ©e. La finesse de la sonoritĂ© et le dĂ©tail comme l’énergie prĂ©servĂ©es par le chef devraient marquer cette nouvelle intĂ©grale par la phalange viennoise. VoilĂ  qui Ă©clairera la subtilitĂ© et la couleur mozartiennes dans la grande marmite bouillonnante du grand Ludwig. Une once de finesse couplĂ©e aux contrastes Ă©ruptifs, volcaniques d’un Beethoven Ă  jamais rĂ©volutionnaire. Grande critique Ă  venir dans le mg cd dvd livres de classiquenews. Parution annoncĂ©e : le 4 octobre 2019.

________________________________________________________________________________________________

CD coffret, Ă©vĂ©nement, annonce. ANDRIS NELSONS / BEETHOVEN : Comlete symphonies / intĂ©grale des 9 symphoniess : Wiener Philharmoniker (2017 – 2019 – 5 cd + blurray-audio DG Deutsche Grammophon)

DOSSIER BEETHOVEN 2020 : les 250 ans de la naissance (1770 – 2020)

beethoven 1803 apres Symphonie 1 creation symphonies romantiques classiquenews review compte rendu cd critique 800px-Beethoven_3DOSSIER BEETHOVEN 2020 : 250 ans de la naissance de Beethoven. L’anniversaire du plus grand compositeur romantique (avec Berlioz puis Wagner Ă©videmment) sera cĂ©lĂ©brĂ© tout au long de la saison 2020. Mettant en avant le gĂ©nie de la forme symphonique, le chercheur et l’expĂ©rimentateur dans le cadre du Quatuor Ă  cordes, sans omettre la puissance de son invention, dans le genre concertant : Concerto pour piano, pour violon, lieder et sonates pour piano, seul ou en dialogue avec violon, violoncelle
 Le gĂ©nie de Ludwig van Beethoven nĂ© en 1770, mort en 1827) accompagne et Ă©blouit l’essor du premier romantisme, quand Ă  Vienne se disperse l’hĂ©ritage de Haydn (qui deviendra son maĂźtre fin 1792) et de Mozart, quand Schubert aussi s’intĂ©resse mais si diffĂ©remment aux genres symphonique et chambriste. Venu tard Ă  la musique, gĂ©nie tardif donc (n’ayant rien composĂ© de trĂšs convaincant avant ses cantates Ă©crites en 1790 Ă  20 ans), Beethoven, avant Wagner, incarne le profil de l’artiste messianique, venu sur terre tel un Ă©lu sachant transmettre un message spirituel Ă  l’humanitĂ©. Le fait qu’il devienne sourd, accrĂ©dite davantage la figure du solitaire maudit, habitĂ© et rongĂ© par son imagination crĂ©ative. Pourtant l’homme sut par la puissance et la sincĂ©ritĂ© de son gĂ©nie, par l’intelligence de son caractĂšre pourtant peu facile, Ă  sĂ©duire et cultiver les amitiĂ©s. Ses rencontres se montrent souvent dĂ©cisives pour l’évolution de sa carriĂšre et de sa reconnaissance. Pour souligner combien le gĂ©nie de Beethoven est inclassable, singulier, CLASSIQUENEWS dresse le portrait de la vie de Beethoven (en 4 volets), puis distingue 4 Ă©pisodes de sa vie, particuliĂšrement dĂ©cisifs


 

 

 

 

_____________________________________

Volet 1 : dossier Beethoven 2020

JEUNESSE Ă  BONN : 1770 – 1792
Les 12 premiÚres années de la vie de Ludwig

 

 

Beethoven jeune 1012554_1151146791564340_4447833172979903169_nA Bonn, le pĂšre et le grand pĂšre de Beethoven se destinent Ă  servir l’archevĂšque-Ă©lecteur de Cologne, comme musiciens. Le jeune Ludwig nĂ© le 16 dĂ©cembre 1770 suivra leurs pas. AgĂ© de 12 ans, Ludwig rencontre l’étudiant en mĂ©decine Franz Gerhard Wegeler (1782) qui l’introduit au sein de la famille von Breuning : c’est dans ce milieu raffinĂ© qu’il reçoit une formation musicale digne de ses aptitudes. Goethe, Schiller
 sont ses lectures rĂ©guliĂšres, distillant dans l’esprit dĂ©jĂ  trĂšs imaginatif de l’adolescent les idĂ©es de l’AufklĂ€rung et de l’esthĂ©tique Sturm und Drang
 PassionnĂ©, transportĂ© par les LumiĂšres et l’esprit rĂ©volutionnaire, Ludwig suit avec attention l’actualitĂ© française ; il se passionnera bientĂŽt pour Bonaparte, mais ce dernier devenu NapolĂ©on, Beethoven reniera sa premiĂšre adoration.
A 13 ans, – 1783-, Beethoven est nommĂ© organiste de la cour, rĂ©pĂ©titeur pour l’orchestre et le thĂ©Ăątre. Son pĂšre alcoolique perd ses Ă©lĂšves
 que Ludwig rĂ©cupĂšre.
En 1774, le Comte Waldstein, chambellan du nouvel archevĂȘque (le frĂšre de l’Empereur Leopold, l’archiduc Maximilien Franz) remarque au sein de la cour, le jeune tempĂ©rament de Beethoven. Il l’envoie Ă  Vienne dĂšs 1787, pour y rencontrer Mozart et suivre les conseils de ce dernier. Mais Wolfgang n’est guĂšre captivĂ© par le jeune gĂ©nie mĂ©lancolique : de leur rencontre, ne sort aucune coopĂ©ration d’envergure. C’est un Ă©chec. Beethoven rentre Ă  Bonn en septembre 1787 pour le dĂ©cĂšs de sa mĂšre.
Avant Schubert, Schumann, Wolf, Wagner et Strauss, le jeune Beethoven inscrit Ă  l’UniversitĂ© de Bonn en 1789 (19 ans) s’intĂ©resse aux Ă©crivains, se passionne pour la littĂ©rature. Comme Berlioz, Ludwig lit Shakespeare, HomĂšre
 C’est un rĂȘveur qui nourrit sa prochaine inspiration de crĂ©ateur. A l’UniversitĂ©, il suit aussi les cours du libertaire Euloge Schneider, aux idĂ©es clairement rĂ©volutionnaires.

haydn joseph-crop-412x332En 1790, Ludwig, 20 ans compose une cantate funĂšbre pour la mort de Joseph II, puis une autre pour l’avĂšnement de Leopold II : bien que trempĂ©es dans l’acier d’une Ă©criture farouche et dĂ©jĂ  vĂ©hĂ©mente, les deux Ɠuvres ne sont pas jouĂ©es. L’immense et cĂ©lĂ©brisime Joseph Haydn venu de Vienne croise son chemin : il remarque Ă  peine le jeune homme qui bien qu’introspectif, a dĂ©cidĂ© du fond de son Ăąme, de trouver les Ă©lĂ©ments d’un nouveau langage musical, qui passe par l’orchestre et la musique de chambre. Le rĂȘveur se languit avec dĂ©sespoir : elle aime ElĂ©onore von Breuning, mais n’est pas aimĂ© en retour. VoilĂ  une catastrophe intime qui inaugure le roman Ă©pineux et trouble de Beethoven et les femmes. En 1792, deux ans aprĂšs leur premiĂšre rencontre, Haydn, examinant l’une des cantates de 1790, cĂ©lĂšbre sans rĂ©serve le gĂ©nie prometteur de Ludwig. GrĂące Ă  Waldstein, Beethoven payĂ© par l’Electeur de Cologne, peut rejoindre Haydn Ă  Vienne pour y suivre ses leçons. Ludwig deviendra Beethoven Ă  Vienne oĂč il reste jusqu’à sa mort.

 

 

 

 

 

 

 

_____________________________________

Volet 2 : dossier Beethoven 2020

Premiers accomplissement viennois (1793 – 1802)
Les méditations de Ludwig

 

 

Fidelio de BeethovenA VIENNE, L’ELEVE DEPASSE SES MAÎTRES
 Haydn reçoit Ă  Vienne le jeune Beethoven de 22 ans, intrĂ©pide et fougueux dont la soif de formation et de dĂ©passement, submerge trĂšs vite la disponibilitĂ© pĂ©dagogique de son mentor. S’il recherche aussi les conseils et leçons d’autres professeurs tels Albrechtsberger (composition), Salieri (chant)
 Ludwig perd patience et absorbe ces apports pour les dĂ©passer. Il reste un solitaire indĂ©pendant. Sans la validation de ses professeurs, le jeune compositeur affirme donc son tempĂ©rament irrĂ©ductible en publiant en 1795, ses Trois Trios, (opus 1) suivi des Trois Sonates (opus 2) pour piano. Sa virtuositĂ© comme pianiste improvisateur subjugue les Viennois, dĂšs mars 1795. GrĂące au premier protecteur, le comte Waldstein, Ludwig conquiert les cĂ©nacles aristocratiques de Vienne : les protecteurs se dĂ©clarent tels Lichnowsky, Lobkowitz, Razoumovski, Fries, Van Swieten
 dont les noms sont inscrits dans l’Histoire grĂące Ă  la dĂ©dicace que leur destine Ludwig. Pourtant, loin de se borner au confort et Ă  l’agrĂ©ment des princes, Beethoven voit large et sa conscience artistique se double d’une intelligence politique affĂ»tĂ©e : il suit la RĂ©volution française ; admire l’élan dĂ©mocratique et se rapproche des Jacobins (Jacob von Sonnenfels dĂ©jĂ  proche de Mozart), ne serait ce que dans sa mise et sa coiffure qui s’écarte de la queue de cheval et du bas de soie. Le profil du musicien rĂ©volutionnaire se prĂ©cise peu Ă  peu.

 

 

L’OMBRE DE LA SURDITÉ
 Mais en 1796, la surditĂ© se prĂ©sente, affectant dĂ©sormais la quĂȘte du compositeur. Beethoven cache Ă  tous ce terrible mal ; il en avoue la gĂȘne Ă  certains proches en 1801 ; puis confesse le handicap en 1806, Ă  l’époque du 9Ăš Quatuor. Si l’homme mondain, sentimentale, relationnel en souffre, le compositeur continuera de produire dans une qualitĂ© de concentration admirable, bĂ©nĂ©fique pour son travail. La surditĂ© a aussi affirmĂ© le gĂ©nie beethovĂ©nien. Sans l’entraver, elle l’a fortifiĂ©. ConfirmĂ© dans son unicitĂ© exceptionnelle : quoiqu’on le dise, Beethoven n’est pas plus cĂ©rĂ©bral que sensuel ; il est les deux : un architecte et un hĂ©doniste, capable de couleurs inĂ©dites alors comme de conception orchestrale d’un impĂ©rieux Ă©quilibre. Beethoven conçoit un son qui lui est propre, associĂ© Ă  une quĂȘte de plus en plus explicite du timbre, comme il redĂ©finit la syntaxe mĂȘme du langage musical.

 

 

LES MÉDITATIONS DE LUDWIG


D’autant qu’en septembre 1802, dans le fameux testament d’Heiligenstatdt, Ludwig qui a eu la tentation libĂ©ratrice du suicide, s’accroche finalement indĂ©fectiblement Ă  la vie, Ă  l’accomplissement de son Ɠuvre : les forces de l’esprit contre l’anĂ©antissement. A 31 ans – Ăąge oĂč meurt Schubert, Ludwig affirme une Ă©criture qui fait la synthĂšse de ce qui l’a prĂ©cĂ©dĂ© ; une vision et un format, une conscience et un langage qui envisagent dĂ©sormais l’avenir. Beethoven plus qu’aucun autre lance des ponts vers l’avenir.
A son crĂ©dit surtout, son Ɠuvre comme pianiste exceptionnel : les 3 premiers Concertos pour piano ; puis aux cĂŽtĂ©s des Trios Ă  cordes opus 9, des 6 Quatuors Lobkowitz opus 18, la Sonate PathĂ©tique opus 13 ; la Clair de lune opus 27, la TempĂȘte opus 31
 Haydn et Mozart restent dans l’équilibre, le jeu formel, la surprise ; pour Wolfgang, l’expression ineffable des sentiments amoureux avec – prĂ©romantisme, des visions foudroyantes de la mort ; Beethoven conduit dans le trĂ©fond d’une immersion intime comme une mĂ©ditation musicale. Son Ă©criture ne cesse de marquer les jalons de ce parcours inĂ©dit oĂč la conscience pilote l’itinĂ©raire expressif et laisse se dessiner libre, le profil de l’ĂȘtre Ă  accomplir. Pour l’encourager Ă  se dĂ©velopper et s’incarner, Beethoven utilise avec une rare intuition, le silence : il en dĂ©coule une Ă©coute intĂ©rieure, une activitĂ© souterraine neuve, et surtout un temps musical nouveau qui ne suit plus la logique conceptuelle de la forme (sonate ou autres) mais reste infĂ©odĂ© aux rythmes de cette nouvelle introspection : Beethoven fait de la musique, une expĂ©rience sensorielle essentiellement psychique. Avec lui, le romantisme qui couve avec dĂ©licatesse, effusion, suggestion, onirisme chez Mozart et Schubert, se dĂ©voile victorieux, lĂ©onin, jaillissant, expĂ©rimental
 C’est la rĂ©volution Beethoven qui ne cesse aujourd’hui de nous saisir en nous rappelant Ă  notre humanitĂ© la plus intime et la plus personnelle.

Prochain feuilleton, volet 3 :
Le BEETHOVEN ACCOMPLI : un souffle Ă©pique (1802 – 1812)

 

beethoven

 

_____________________________________

BEETHOVEN 2020
nos 2 derniers feuilletons pour l’annĂ©e BEETHOVEN 2020

 

 

 

Ludwig-Van-Beethoven

BEETHOVEN 2020, volet 3 : Ludwig Ă©pique (1802 – 1812) – HEILINGENSTATD, 1802 : une nouvelle naissance. FinancĂ© par l’aristocratie viennoise, Beethoven croit un moment qu’il peut prĂ©tendre rejoindre la classe supĂ©rieure ; nenni, musicien, il reste un ĂȘtre infĂ©rieur car il n’est pas noble. BientĂŽt en 1806, le prince Lichnowski qui le dotait d’une rente confortable lui enjoint de jouer pour ses invitĂ©s selon son plaisir : Beethoven se rebiffe ; il n’est pas un serviteur : fiĂšrement, aprĂšs qu’il ait Ă©tĂ© congĂ©diĂ© par son protecteur, le compositeur Ă©crit : « des nobles il y aura toujours ; mais il n’y aura jamais qu’un seul Beethoven ». Le voilĂ  comme Mozart quittant Salzbourg, en artiste crĂ©ateur misĂ©rable mais libre. LIRE notre feuilleton BEETHOVEN 2020, volet 3 : Ludwig Ă©pique, le testament d’HEILIGENSTATD

 

 

beethoven-ludwig-concertos-piano-symphonies-dossier-beethoven-2020-classiquenewsL’homme est dĂ©truit : sourd et malaimĂ©, ou sentimentalement trop exigeant. Amoureusement insatisfait. Mais la carrure de l’artiste, sa dĂ©mesure gĂ©niale et visionnaire lui redonnent goĂ»t Ă  la vie. Pendant le CongrĂšs de Vienne (sept 1814 – juin 1815), la victoire des alliĂ©s contre NapolĂ©on le consacre musicien de l’avenir et mĂȘme compositeur officiel : le politique utilise le prestige beethovĂ©nien pour assoir sa propre capacitĂ© Ă  gĂ©rer la crise europĂ©ene aprĂšs la chute de l’Empire napolĂ©onien. Beethoven Ă©crit alors la bataille de Vittoria / ou de Wellington, une faiblesse circonstancielle qu’il reniera ensuite. De plus en plus populaire, Ludwig peut prĂ©senter enfin en mai 1814, sa nouvelle version, dĂ©finitive cette fois, de son opĂ©ra Fidelio avec une ouverture affinĂ©e dite Fidelio… LIRE notre feuilleton Beethoven 2020 n°4 / AnnĂ©es de crise, PromĂ©thĂ©e : libĂ©rer les vivants… 1815 – 1827

 

 

_____________________________________

 

 

 

 

 

 

discographie BEETHOVEN 2020

Retrouvez ici notre sĂ©lection des meilleurs enregistrements parus dĂšs octobre 2019 et pendant l’annĂ©e 2020, qui mĂ©ritent d’ĂȘtre Ă©coutĂ©s absolument :

 

 

BETHOVEN-2020-deutsche-grammophon-critique-cd-selection-cd-livres-classiquenews-dossier-beethoven-2020-classiquenews

 

 

 

 

L’intĂ©grale BEETHOVEN 2020 

 

 

beethoven-complete-edition-2020-review-presentation-file-classiquenews-critique-coffret-beethoven-2020CD, coffret Ă©vĂ©nement. The New Complete Edition BEETHOVEN 2020 (118 cd, 2 dvd, 3 bluray, DG Deutsche Grammophon). Pour les 250 ans de la naissance de Beethoven, la firme Deutsche Grammophon renoue avec l’époque des somptueuses intĂ©grales discographiques et crĂ©e l’évĂ©nement en cette fin d’annĂ©e 2019, en Ă©ditant un coffret remarquable Ă  tout point de vue : autant pour la qualitĂ© des versions choisies que la prĂ©sentation et le soin Ă©ditorial rĂ©alisĂ© pour cette Ă©dition saluĂ©e par un CLIC de CLASSIQUENEWS. Difficile de trouver sur le marchĂ© intĂ©grale mieux conçue : en partenariat avec la Beethoven Haus Bonn et la fondation officielle Beethoven 2020. En dĂ©coulent dans cette boĂźte magique 175 heures de musique en 118 cd, 2 dvd (Fidelio par Bernstein / Symphonies 4 et 7 par C Kleiber) et 3 blu-ray audios (Symphonies Karajan / Sonates pour piano par W Kempff / Quatuors par le Quatuor Amadeus). Ainsi Deutsche Grammophon prĂ©sente l’intĂ©grale la plus complĂšte et remarquablement Ă©ditĂ©e. La richesse du contenu musical a Ă©Ă© possible grĂące au travail en partenariat entre DG et 10 autres labels. LIRE notre prĂ©sentation complĂšte de l’intĂ©grale BEETHOVEN 2020 Ă©ditĂ© par Deustche Grammophon pour les 250 ans de Ludwig van Beethoven

 

 beethoven-complete-edition-2020-review-presentation-file-classiquenews-critique-coffret-beethoven-2020

 

 

 

 

 

 

 

 

CD coffret Ă©vĂ©nement : BEETHOVEN. Wiener symphoniker / Philippe Jordan. Symphonies 1 – 9 (5 cd – 2017 – 6h)  -  Pour l’annĂ©e BEETHOVEN 2020, et souligner les 250 ans de la naissance du gĂ©nie romantique germanique, entre Allemagne et Autriche, Bonn et Vienne, l’Orch Symphonique de Vienne / Wiener Symphoniker fĂȘte l’évĂ©nement, et dĂšs nov 2019, comme en prĂ©ambule d’une annĂ©e mĂ©morable en cĂ©lĂ©brations et rĂ©alisations diverses, Ă©ditait ce superbe coffret de 5 cd soit les 9 symphonies, rĂ©capitulant le geste du maestro Philippe Jordan, directeur musical depuis 2014.

BEETHOVEN JORDAN philippe symphonie symphoniker wiener cd SOny classiquenews critique review classiquenewsLa phalange viennoise n’a rien Ă  envier Ă  sa sƓur ainĂ©e, l’Orchestre Philharmonique / Wiener Philharmoniker, Ă  l’histoire glorieuse et l’actualitĂ© mĂ©diatique demeurĂ©e intacte (entre autres grĂące chaque dĂ©but d’annĂ©e nouvelle au Concert du Nouvel An retransmis Ă  l’échelle planĂ©taire). Souplesse, Ă©lĂ©gance, entrain
 les instrumentistes du Symphonique de Vienne ont pour eux la familiaritĂ© avec les rĂ©pertoires classiques et romantiques, depuis des dĂ©cennies. Il suffit de citer quelques uns des chefs les plus importants, pour mesurer la tradition musicale cultivĂ©e depuis le dĂ©but du XXĂš (sa crĂ©ation remonte Ă  1900), et Ă©valuer ce goĂ»t des rĂ©pertoires pour inscrire la phalange parmi les meilleures d’Europe : Wilhelm FurtwĂ€ngler, Herbert von Karajan, Carlo Maria Giulini, surtout Georges PrĂȘtre, chef lyrique autant que symphonique qui aura marquĂ© l’évolution de la phalange


 

 

 

v

 

 

BEETHOVEN andris nelsons 9 symphonies wiener philharmoniker 5 cd blu ray DG Deutsche GrammophonCD coffret, Ă©vĂ©nement, annonce. ANDRIS NELSONS / BEETHOVEN : Complete symphonies / intĂ©grale des 9 symphonies : Wiener Philharm (2017 – 2019 – 5 cd + blueray-audio DG Deutsche Grammophon). Le chef Andris Nelsons se taille un part de lion au sein de l’écurie DG Deutsche Grammophon, sachant rĂ©ussir rĂ©cemment dans une intĂ©grale des symphonies de Bruckner et de Chostakovitch, saluĂ©es par classiquenews. Pour l’annĂ©e Beethoven 2020, voici en prĂ©ambule attendu, prometteur, l’intĂ©grale des 9 symphonies de Ludwig van Beethoven avec les Wiener Philharmoniker, histoire de constater lors des sessions d’enregistrements de 2017 Ă  2019, la tenue de l’orchestre le plus prestigieux au monde, et la pertinence d’une lecture observĂ©e. La finesse de la sonoritĂ© et le dĂ©tail comme l’énergie prĂ©servĂ©es par le chef devraient marquer cette nouvelle intĂ©grale par la phalange viennoise. VoilĂ  qui Ă©clairera la subtilitĂ© et la couleur mozartiennes dans la grande marmite bouillonnante du grand Ludwig. Une once de finesse couplĂ©e aux contrastes Ă©ruptifs, volcaniques d’un Beethoven Ă  jamais rĂ©volutionnaire. On attendait pas vĂ©ritablement le maestro letton chez Beethoven, alors que tant de baguettes antĂ©rieures et plus charismatiques existent dĂ©jĂ  ; mais dirigeant les Wiener Philharmoniker, l’affiche Ă©tait trop belle et les promesses, rĂ©elles… Avouons que notre avis est mi figue mi raisin…  LIRE notre critique dans le mg cd dvd livres de classiquenews. Parution annoncĂ©e : le 4 octobre 2019.

 

 

 

 

ode an die freiheit bernstein in berlin leonard bernstein 2 cd dg deutsche grammophon 1989 30 ans mur de berlin cd review critique cd classiquenews 4837441CD, critique. BEETHOVEN : Symph n°9 – Bernstein, Berlin 1989 (2 cd DG Deutsche Grammophon). REEDITION HISTORIQUE… Pour commĂ©morer les 30 ans de la chute du Mur de Berlin, DG rĂ©Ă©dite une trĂšs belle lecture de la 9Ăš de Beethoven, devenue hymne de l’Europe progressiste, dĂ©sormais indissociable des grandes heures et cĂ©lĂ©brations de l’histoire europĂ©enne. Evidemment contexte oblige, les interprĂštes venus cĂ©lĂ©brer la fin de l’Allemagne divisĂ©e, dĂ©sunie en chantant l’ode fraternelle conçue par Beethoven comme l’appel Ă  changer de monde, sont hautement inspirĂ©s par l’urgence et la joie collective de la Chute du mur. D’autant que la direction organique, instinctive, trĂšs investie du chef d’origine juive, Leonard Bernstein restitue toute la profondeur et l’humanitĂ© de la partition et du contexte dans lequel elle est ainsi rĂ©alisĂ©e en dĂ©cembre 1989.  LIRE la critique intĂ©grale du cd BEETHOVEN : Symph n°9 – Bernstein, Berlin 1989 (2 cd DG Deutsche Grammophon).

 

 

 

helmchen betthoven piano concertos 2 et 5 emperor empereur alpha piano concertos critique classiquenewsCD, critique. BEETHOVEN : Concertos pour piano n°2 et 5. MARTIN HELMCHEN, piano. AprĂšs deux projets avec la violoncelliste Marie-Elisabeth Hecker, son Ă©pouse Ă  la ville, le pianiste Martin Helmchen a dĂ©jĂ  enregistrĂ© sous label Alpha Classics pour d’excellentes Variations Diabelli de Beethoven
 Un prĂ©ambule positif Ă  ces 2 Concertos pour piano sous la direction d’Andrew Manze. L’album devrait lancer une intĂ©grale des Concertos de Beethoven, ce avec d’autant plus de pertinence, que le geste est d’une fluiditĂ© rĂ©jouissante, apportant tendresse et articulation maĂźtrisĂ©e dans un environnement orchestral sans lourdeur, …

 

 

 

 

 

katsaris beethoven piano beethoven 2020CD Ă©vĂ©nement critique. Cyprien Katsaris, piano. BEETHOVEN : a chronogical odyssey (6 cd Piano 21 – Paris, Ă©tĂ© 2018) sauf 2016 (cd4). Pianiste mĂ©connu en France, hĂ©las, Cyprien Katsaris affirme ici une comprĂ©hension prĂ©cieuse et passionnante de Beethoven, sa langue, sa dramaturgie, son architecture Ă©motionnelle qui en font l’apĂŽtre du sentiment. Romantique, oui, mais d’une pensĂ©e qui structure et organise son chant, sans dĂ©monstration ni dilution
 A travers les 6 cd, cette odyssĂ©e chronologique brosse le portrait d’un auteur qui s’exprime sans Ă©panchement avec le nerf et l’énergie qui le caractĂ©risent. Le pianisme de C Katsaris est percussif et remarquablement articulĂ© ; avec un sens des nuances et des phrasĂ©s justes, comme le souci d’établir dans leur gradation enchaĂźnĂ©e voire leur confrontation contrastĂ©e, chaque caractĂšre de chaque sĂ©quence
 Outre l’originalitĂ© de la sĂ©lection qui ressuscite des partitions mĂ©connues, oubliĂ©es, Ă  tort estimĂ©es mineures, le pianiste inspirĂ© interroge l’instinct expĂ©rimental d’un compositeur qui ne se prive d’aucune extension de sa formidable crĂ©ativitĂ©. De toute Ă©vidence, voici une odyssĂ©e chronologique dont l’acuitĂ© et la pertinence font sens.

 

 

 

beethoven karajan berliner 1966 classiquenews critique review Missa-Solemnis-Opus-123CD, rĂ©Ă©dition Ă©vĂ©nement. BEETHOVEN : Misas Solemnis, KARAJAN, Berliner 1966 (1 cd DG Deutsche Grammophon).  La version rĂ©alisĂ©e Ă  Berlin en 1966 avec les chers Berliner Philharmoniker affine encore la grande sĂ©duction formelle, les Ă©quilibres entre choeur, orchestre, solistes de cette cathĂ©drale sonore au souffle inimitable. Karajan aussi criticable soit il par son cĂŽtĂ© hĂ©doniste poli solaire reste indiscutable cependant par la ferveur impĂ©rieuse, une attĂ©nuation fraternelle de la priĂšre qu’adresse ici Beethoven Ă  tous les hommes de bonne volontĂ©. Entre appel Ă  la fraternitĂ© gĂ©nĂ©rale – thĂšme ultime et si cher Ă  Ludwig qui inerve son opĂ©ra Fidelio et surtout le final de la 9Ăš Symphonie, et la volontĂ© de construire un monde neuf, Beethoven Ă©difie une arche de rĂ©conciliation et de sublimation active, vĂ©ritable machine de rĂ©demption ; en tĂ©moigne le recueillement du Sanctus, suspendu, vrai cƓur de la priĂšre collective oĂč les solistes agissent comme intercesseurs. Le plateau des chanteurs est superlatif, et la direction d’une Ă©conomie rĂ©elle, laissant respirer le tissu orchestral et choral, sachant surtout dessiner avec clartĂ© chaque ligne …

 

 

 

 

 

BELCEA strings quartet complete string quartets beethoven cd review critique classiquenewsCD, coffret. BEETHOVEN, BELCEA QUARTET : the complete string quartets / IntĂ©grale des quatuors Ă  cordes (8 cd Alpha). Alors que le coffret Ă©vĂ©nement le seul consistant et complet cĂ©lĂ©brant l’annĂ©e Beethoven 2020, Ă©ditĂ© par Deutsche Grammophon, sĂ©lectionne les remarquables Emerson, TakĂĄcs, Hagen, pour les Quatuors Ă  cordes de Ludwig, Alpha rĂ©Ă©dite les non moins passionnants instrumentistes du Quatuor Belcea dont voici l’intĂ©grale en 8 cd. Depuis leurs dĂ©buts (Londres, 1994), Beethoven inspire et structure la complicitĂ© des Belcea. C’est ce qui ressort de leur premiĂšre intĂ©grale en 2011 / 2012, jouĂ©e en concert, Ă  la fois premier accomplissement et aussi rĂ©vĂ©lation d’une passion partagĂ©e par les 4 instrumentistes. La voici cette rĂ©volution du langage musical rĂ©alisĂ© par Ludwig sur 30 annĂ©es, en 16 Quatuors.

 

 

 

 

goerne-matthias-baryton-lieder-beethoven-cd-classiquenews-critique-review-cdCD, critique. BEETHOVEN : lieder & songs. Matthias Goerne, baryton (1 cd DG Deustche Grammophon). Le Beethoven intimiste, rĂ©vĂ©lant ses aspirations amoureuses, les non-dits et la passion souvent ardente d’un cƓur insatiable (si l’on dĂ©compte le nombre de ses aimĂ©es durant sa carriĂšre) se dĂ©voilent ici grĂące au chant sobre et profond du baryton Matthias Goerne. Le diseur, excellent schubertien, fĂ©ru de poĂ©sie depuis son enfance Ă  Weimar et grĂące au goĂ»t du pĂšre dramaturge, trĂšs amateur de Goethe, ravive ici, par la sincĂ©ritĂ© de sa voix, la flamme et le verbe Ă©ruptif comme allusif du Beethoven le plus proche du cƓur. En tĂ©moignent ces 23 lieder dont deux cycles majeurs : les 6 lieder opus 48 et le cycle noble et profond « An die ferne Geliebte » opus 98 (Ă©galement de 6 lieder), dĂ©sormais emblĂ©matique d’un romantique au verbe et Ă  la mĂ©lodie, ciselĂ©s.

 

 

 

 

 

 

LIVRE

 

_____________________________________

Bibliographie BEETHOVEN 2020

Retrouvez ici notre sĂ©lection des meilleurs livres et publications parus dĂšs octobre 2019 et pendant l’annĂ©e 2020, qui mĂ©ritent d’ĂȘtre consultĂ©s absolument :

 

 

 

Beethoven par lui mĂȘme bĂ»cher chastel classiquenews 9782283033623-aafbbLIVRE Ă©vĂ©nement. BEETHOVEN PAR LUI-MÊME (Buchet Chastel). Sur l’échelle des extrĂȘmes, Ă  coup sĂ»r, Ludwig occuperait la place la plus haute. L’éditeur avait dĂ©jĂ  publiĂ© le cycle de la correspondance suscitĂ©e par le compositeur en raison de sa surditĂ© : ses fameux « cahiers de conversation », lesquels lui permettaient par l’écrit de communiquer avec son entourage (2015) : un procĂ©dĂ© astucieux qui a le mĂ©rite de consigner ainsi, jusqu’à l’anecdotique, le quotidien d’un combattant par l’art. Ici l’auteure, Ă  l’occasion du 250Ăš anniversaire de sa naissance en 2020, s’intĂ©resse Ă  un choix de lettres et dĂ©clarations (elles mĂȘmes tirĂ©es de ses carnets intimes et des cahiers de conversation), scrupuleusement reproduites … En lire +

 
 

Beethoven, et aprĂšs livre fayard mirare folle journee beethoven 2020 annonce critique livre concert classiquenews 9782213716589-001-TLIVRE, Ă©vĂ©nement. Beethoven et aprĂšs par Élisabeth Brisson, Bernard Fournier, François-Gildas Tual (Fayard / Mirare). ImmĂ©diatement, le gĂ©nie beethovĂ©nien a Ă©tĂ© reconnu, mesurĂ©, analysĂ© Ă  sa juste valeur, crĂ©ant une onde de choc et d’influence, persistante et durable. Tous ses contemporains (exceptĂ© Goethe qui rencontre le musicien sans suite) ont cĂ©lĂ©brĂ© la grandeur de l’artiste, la dimension messianique de son Ă©criture, sa fougue rĂ©volutionnaire, en particulier dans ses Ɠuvres symphoniques. A l’époque qui suit la RĂ©volution française dont les valeurs suscitent l’adhĂ©sion du compositeur nĂ© Ă  Bonn (fraternitĂ©, Ă©galitĂ©, libertĂ©), quand Bonaparte prend le pouvoir et devient Empereur, Beethoven crĂ©e la musique de cette dĂ©flagration qui sculpte l’Europe politique. MĂȘme Ă  l’époque du CongrĂšs de Vienne (1815), Beethoven est le compositeur majeur reconnu par tous. Transcriptions, partitions conçues dans son influence directe
 Lire notre prĂ©sentation complĂšte 

 

 


beethoven livres patrick favre tissot bonvoisin critique livre beethoven classiquenews b_132
LIVRES, compte rendu critique. LUDWIG VAN BEETHOVEN par Patrick Favre-Tissot-B (Bleu Nuit éditeur). Collection « Horizons »
. A l’heure de la grande exposition prĂ©sentĂ©e Ă  la Philharmonie de Paris jusqu’à la mi janvier 2017 (« Ludwig van, le Mythe Beethoven »), Bleu Nuit Ă©diteur publie une trĂšs complĂšte biographie du gĂ©nie romantique nĂ© Ă  Bonn (Beethoven : 1770-1827), astre musical Ă  Vienne, inventeur de la modernitĂ© romantique et qui comme Mozart dont il est l’hĂ©ritier spirituel, a dĂ©fendu contre tous et contre le systĂšme, l’unicitĂ© souveraine de son activitĂ© de compositeur : face Ă  l’arrogance des Grands, nĂ©s fortunĂ©s et privilĂ©giĂ©s, Beethoven aimait dire qu’il y aurait toujours des princes, mais qu’il n’y avait qu’un seul Beethoven. Aplomb sublime d’un crĂ©ateur hors normes. Conscience Ă©gotique, narcissisme hypersensible
 le gĂ©nie incarnĂ© ne souffre aucune critique sinon notre compassion car l’homme eut une vie forcĂ©ment exceptionnelle mais tragique que le texte trĂšs documentĂ© voire palpitant restitue ici en 176 pages et 
 XI chapitres. Beethoven eut mĂȘme une existence misĂ©rable, Ă©prouvant toujours l’indignitĂ© et la misĂšre d’une vie sans ressources, surtout la carriĂšre d’un musicien brisĂ© par sa surditĂ© inĂ©luctable (qui le rendit sensible au suicide), sans omettre la blessure ineffaçable d’une vie sans amour, ayant toujours recherchĂ© sans vraiment la trouver et la rejoindre, cette « immortelle Bien-aimĂ©e »… LIRE notre critique complĂšte de Beethoven par P Favre-Tissot (Bleu Nuit Ă©diteur)

 

 

 
 

 

 
 

 

 

L’OPÉRA chez vous :  BEETHOVEN en streaming ou en replay

________________________________________________________________________________________________

 

22, 25 et 28 AVRIL 2020

Dossier BEETHOVEN 2020FIDELIO en replay ou streaming unique. L’OpĂ©ra de Vienne, fermĂ© comme toutes les salles d’opĂ©ra propose pendant le confinement plusieurs productions passĂ©es en streaming acessible pendant 24h Ă  une date fixe. Voici 3 productions de FIDELIO de Beethoven, respectivement de 2019 (le 22 avril 2020, 18h – horaire Ă  vĂ©rifier sur le site streaming de l’OpĂ©ra de Vienne), de 2017 (le 25 avril), enfin de 2016 (le 28 avril prochain). CĂ©lĂ©brez l’annĂ©e Beethoven 2020 et soyez incollable sur Fidelio, l’unique opĂ©ra de Ludwig.

 

FIDELIO Ă  l’OpĂ©ra de Vienne / Wien Staatsoper
diffusion sans sous-titres
https://www.staatsoperlive.com/

 

 

________________________________________________________________________________________________

22 avril 2020: Fidelio
(performance of 29. April 2019)
conductor: Adam Fischer | director: Otto Schenk
with Brandon Jovanovich (Florestan), Anne Schwanewilms (Leonore),
Clemens Unterreiner (Don Fernando), Thomas Johannes Mayer (Don Pizarro), Wolfgang Bankl (Rocco), Chen Reiss (Marzelline), Michael Laurenz (Jaquino)

 

________________________________________________________________________________________________

25 avril 2020: Fidelio
(performance of 2. Juin 2017)
conductor: Cornelius Meister | director: Otto Schenk
with Peter Seiffert (Florestan), Camilla Nylund (Leonore), Boaz Daniel (Don Fernando), Albert Dohmen (Don Pizarro), GĂŒnther Groissböck (Rocco), Chen Reiss (Marzelline), Jörg Schneider (Jaquino)

 

________________________________________________________________________________________________

28 avril 2020: Fidelio
(performance of 14. JĂ€nner 2016)
conductor: Peter Schneider | director: Otto Schenk
with Klaus Florian Vogt (Florestan), Anja Kampe (Leonore), Boaz Daniel (Don Fernando), Evgeny Nikitin (Don Pizarro), Stephen Milling (Rocco), Valentina Naforniƣă (Marzelline), Jörg Schneider (Jaquino)

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

VOIR Fidelio Ă  l’OpĂ©ra de Vienne (2019, 2017, 2016)
PLATEFORME DE STREAMING : www.staatsoperlive.com
https://www.staatsoperlive.com/

 

 

LIRE aussi notre dossier spécial Jonas Kaufmann chante Fidelio

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TÉLE :  BEETHOVEN 2020

________________________________________________________________________________________________

 

 

beethoven-ludwig-dossier-specila-file-annonce-concerts-opera-classiquenews-beethoven-2020arte_logo_2013ARTE fĂ©vrier 2020 : 5 programmes BEETHOVEN. Programmation spĂ©ciale BEETHOVEN, tous les dimanches de fĂ©vrier 2020. La chaĂźne franco-allemande se devait Ă©videmment de dĂ©dier partie de ses programmes de musique au gĂ©nie beethovĂ©nien : Ludwig van Beethoven est nĂ© le 16 dĂ©c 1770. RĂ©citals de piano de Kissin et Pollini ; programme chambriste et symphonique à la Folle JournĂ©e Beethoven 2020 ; documentaire dĂ©diĂ© Ă  la 9Ăš Symphoniepour quatuor de solistes et choeur sur l’hymne Ă  la joie de Schiller
 Triple concerto pour Daniel Barenboim et ses complices
 VoilĂ  le parcours Ă  ne pas manquer BEETHOVEN 2020 sur ARTE, date par date, chaque dimanche, les 2, 9, 16 et 23 fĂ©vrier 2020 : LIRE notre sĂ©lection et prĂ©sentation

 

 

 

________________________________________________________________________________________________