SCEAUX : Le Quatuor TAURUS joue le Quatuor n°12 opus 127

taurus-quartet-1-300x200Schubertiade de Sceaux Logo copiable logo 2018SCEAUX. Sam 25 avril 2020. BBETHOVEN : QUATUOR TAURUS. En 2012, quatre musiciens belges renommés unissent leur exigence et le plaisir de jouer ensemble : ainsi est né le Quatuor TAURUS. Pour commémorer « l’année Beethoven » né en 1770 (250è anniversaire en 2020 / lire notre dossier Beethoven 2020 / http://www.classiquenews.com/dossier-beethoven-2020-les-250-ans-de-la-naissance-1770-2020/ ), les instrumentistes interprètent à Sceaux, le Quatuor n° 12 de Ludwig Van, qui inaugure la série des 5 derniers quatuors, écrits immédiatement après la 9è Symphonie et qu’ils semblent prolonger, en exigence, innovation, fulgurance poétique et rythmique, éclairs émotionnels…
Puis, en complicité avec l’un des grands clarinettistes d’aujourd’hui, Ronald van Spaendonck, le Quatuor Taurus étend ses champs d’investigations et conclut la 2ème édition de La Schubertiade par un sommet du chambrisme tendre et profond, amoureux et non moins âpre, fruit d’une expérience amoureuse complexe, le Quintette avec clarinette de Johannes Brahms.

________________________________________________________________________________________________

Samedi 25 avril 2020, 17h30boutonreservation
SCEAUX, Hôtel de Ville
La Schubertiade de Sceaux : dernier concert / Quatuor TAURUS
Ronald van Spaendonck, clarinette

INFOS & RÉSERVATIONS
achetez vos places directement sur le site de la Schubertiade de Sceaux
https://www.schubertiadesceaux.fr/la-programmation/edition-2019-2020/

 

 

Programme

Beethoven : Quatuor n°12 op 127
Brahms : quintette avec clarinette

Ronald van Spaendonck, clarinette
Quatuor Taurus
Wietse Beels (violon), Liesbeth Baelus (violon),
Vincent Hepp (alto), Martijn Vink (violoncelle).

________________________________________________________________________________________________

BEETHOVEN, vers la modernité…

BEETHOVEN 2020 dossier portrait discographie selection classiquenewsLe quatuor de Beethoven opus 127 commence en un murmure tranquille, étend sa puissante conscience, une largeur de vue qui s’accomplit et étend toujours plus loin l’écriture comme l’idéal esthétique : I. maestoso – allegro ; II. adagio ma non troppo e molto cantabile – andante con moto – adagio molto espressivo – tempo 1 ; III. scherzando – vivace ; IV. allegro – allegro comodo. Parmi les innovations remarquables qui ouvre le genre vers l’avenir, l’Adagio très développé qui est construit selon le schéma qu’affectionne Beethoven : une suite de 6 variations, exprimant l’étendue d’une inspiration sans limite qui se joue du thème moteur et lui applique des prodiges de déclinaisons jusqu’à l’abstraction, s’appuyant sur un contrepoint de plus en plus qui engage de façon continue, l’individualisation de chaque instrument à cordes. Le Scherzando vivace (3è mouvement) dans l’esprit de Shakespeare, celui du Songe d’une nuit d’été, à travers la figure aérienne, évanescente et facétieuse du génie Puck… Le Finale laisse se déployer en liberté, l’esprit de joie et de sérénité d’une partition de pleine maturité qui dévoile les palpitations du cœur.

L’opus 127 est l’un des piliers qui ont façonné la vie des concerts viennois, en particulier les concerts de musique de chambre élaborés autour des QUATUORS DE BEETHOVEN par le violoniste Ignaz Schuppanzigh. L’opus 127 atteint à une conception élastique, des respirations inouïes qui sondent jusqu’au tréfonds et jusqu’aux dernières limites de l’âme humaine. L’écriture elle, comme les Quatuor suivants, interpellent déjà l’exploration des compositeurs futurs.

________________________________________________________________________________________________

LIRE aussi notre présentation complète de la saison La Schubertiade de Sceaux 2019 2020 : programmes et modalités de réservation
https://www.classiquenews.com/sceaux-la-schubertiade-de-sceaux-2019-6-concerts-12-oct-2019-25-avril-2020/

Comments are closed.