Portrait de Teodor Currentzis


arte_logo_175currentzis teodor portrait sacre du printemps stravinsky cd sony review critique compte rendu CLASSIQUENEWSARTE. Portrait du chef Teodor Currentzis, dimanche 11 septembre 2016, 23h30
. Le chef grec Teodor Currentzis, 44 ans,  est un chef interprĂšte qui s’est taillĂ© depuis 10 ans une solide rĂ©putation d’iconoclaste et provocateur hors normes
 trĂšs mĂ©diatisĂ©, notamment parce qu’il dĂ©daigne les rĂšgles d’un systĂšme musical beaucoup trop rĂšglementĂ© Ă  son goĂ»t : formatĂ©, insipide, consensuel, il demeure sans concessions, prĂȘt Ă  piloter des projets musicaux, artistiquement exigeants voire innovants. A l’OpĂ©ra de Perm (Russie), qu’il dirige depuis 2011, le maestro s’est lancĂ© dans l’interprĂ©tation de la trilogie des opĂ©ras composĂ© par Mozart sur les livrets de Lorenzo Da Ponte
 Deux premiers opĂ©ras en dĂ©coulent : Les Noces de Figaro (automne 2014), Cosi fan tutti (automne 2015). Mais son intransigeance est totale Ă  la mesure de l’engagement qu’il demande Ă  ses Ă©quipes : immersion radicale, sessions de rĂ©pĂ©tition set de travail prĂ©alables exceptionnellement prĂ©parĂ©es et prĂ©servĂ©es
 Ajourd’hui, le volet final de la trilogie n’est pas prĂȘt d’ĂȘtre publiĂ© car Teodor Currentzis n’hĂ©site pas Ă  rĂ©cuser le rĂ©sultat des enregistrements rĂ©alisĂ©s de longue haleine, et son Don Giovanni qui Ă©tait prĂ©vu pour l’automne 2015 tarde toujours Ă  ĂȘtre publié 

Pour mettre en pratique ses propres idĂ©es, le chef a crĂ©Ă© son propre ensemble sur instruments d’époque : MusicAeterna. PilotĂ©s par une main d’acier mais Ă©lectrisĂ©s quant aux dĂ©fis et enjeux esthĂ©tiques promis, les musiciens ont rĂ©pĂ©tĂ© jusqu’à quatorze heures par jour pour arriver Ă  un rĂ©sultat que leur chef juge 
 satisfaisant. De fait ses Noces de Figaro (diapason Ă  430 hz) et Cosi fan
dĂ©montrent aujourd’hui une fougue orchestrale sĂ©duisante, parfois enivrante, mais le choix des solistes au niveau vocal, laisse plus dubitatif : la caractĂ©risation instrumental phĂ©nomĂ©nale est contredite par le dĂ©sĂ©quilibre des voix (mauvais choix pour la Comtesse de l’impossible et maniĂ©rĂ©e Simone Kermes pour les Noces), mais choix en or pour la Despina d’Anna Kassyan, laurĂ©ate rĂ©cente du Concours International Vincenzo Bellini (Cosi). Que donnera (s(il sort) son Don Giovanni ?

Teodor Currentzis dĂ©poussiĂšre le SacreAutour des sessions de travail Ă  l’OpĂ©ra de Perm, le documentaire  prĂ©sente un Currentzis qui, sous ses airs de dandy original, cache un artiste d’une rigueur extrĂȘme, en quĂȘte de perfection. Le film entend dĂ©voiler le tempĂ©rament d’un chef habitĂ© par l’idĂ©al, monstre de travail et d’acharnement dont la fougue parfois intempestive voudrait inconsciemment rivaliser avec les premiers baroqueux, Harnoncourt, Christie, Hogwood, Garrido
 quand le dĂ©frichement Ă©tait portĂ© par des tempĂ©raments expressifs et esthĂ©tiques volontaires autant qu’audacieux. Le docu suit le chef de Perm jusqu’en Allemagne oĂč l’ensemble Musica Aeterna rĂ©alisait une tournĂ©e


ARTE. Dimanche 11 septembre 2016, 23h30
Currentzis : l’enfant terrible du classique
Documentaire de Christian Berger (Autriche, 2016, 52mn)

 

Comments are closed.