PARIS, Festival Présences 2017. Focus du 16 février 2017 : Ce soir, 20h, programme symphonique et lyrique Adamek, Saariaho : Polednice, True Fire et Orion…

presences-2017-kaija-saariaho-portraitPARIS, Festival Présences 2017. Focus du 16 février 2017 : ce soir Adamek, Saariaho : Polednice, True Fire et Orion C’est assurément une nouvelle grande soirée symphonique (lyrique et chorale) qui s’annonce ce soir à l’Auditorium de la Maison de la radio dans le cadre du Festival Présences 2017. Outre qu’il s’agit d’un plateau somptueux accordant les phalanges maison (National de France et Choeur de Radio France, sous la direction de Olari Elts), les heureux parisiens pourront découvrir la nouvelle version en création mondiale de la fresque flamboyante Polednice pour choeur et orchestre du jeune compositeur Ondrej Adamek (début de programme). La trame de la partition puise dans la légende romantique tchèque, et convoque un démon paraissant à minuit, semant horreur, fascination, fantastique… « Polednice ». Mort des enfants perdus, rêve, réalité, ombre et lumière… sont autant de thèmes chers à Adamek qui traite l’écriture orchestrale avec le génie d’un Ravel ou d’un Adamek OndrejRachmaninov. La sorcière Polednice avait déjà retenu l’inspiration de Dvorak, sa fabuleuse apparition semant l’effroi et la mort (un infanticide par la mère terrorisée). Elle prend l’entrée de son mari pour le surgissement du démon dans sa cuisine (!)… Adamek mêle texture orchestral et bruits de cuisine, réorganise le souffle du drame noir et terrifiant en combat entre le rêve fantastique (première partie) et réalité tout autant glaçante (seconde partie). Voici assurément l’une des partitions les plus narratives et impétueuse du jeune compositeur tchèque.

Puis deux oeuvres majeures de la Finlandaise à l’honneur cette année, Kaija Saariaho soulignent la puissance de son écriture à la fois poétique dans l’expression de l’intimité et de la fragilité humaine, et puissante dans l’approfondissement des thèmes et atmosphères développées. Ainsi, True Fire pour baryton et orchestre, en création française, surtout en fin de programme, sa fabuleuse épopée orchestrale : Orion, en trois parties qui est déjà devenu un classique du XXIè siècle.
KAIJA SAARIAHO, reine du Festival Présences 2017Orion créé en janvier 2003 fusionne souffle statique d’une éternité magicienne observée, exprimée (le destin surhumain du géant Orion, fils de Poséidon et capable de marcher sur les eaux), mais aussi précipitation dramatique de l’action tragique (quand le bel Orion, chasseur irrésistible est terrassé par Artémis/Diane). La partition est l’une des plus impressionnantes jamais écrites par Kaija Saariaho pour grand orchestre. Un must absolu. Soirée incontournable à la Maison de Radio France, ce soir 20h.

_____________________

VOIR aussi notre présentation vidéo du concert du 16 février 2017 par Kaija Saarihao, Sofi Jannin et Eric Denut (Polidnice, True Fire, Orion)

 

KaijaSaariaho(c)Maarit Kytöharju_0

 

 

 

 

LIRE notre présentation générale du Festival Présences 2017 / Kaija Saariaho, un portrait ; notre présentation du Concert inaugural du Festival Présences 2017 : « Je dévoile ma voix »

 

 

TOUTES LES INFOS et les modalités de réservation sur le site du Festival Présences 2017 de Radio France

 

Comments are closed.