Livres. Pidde : L’Anneau du Nibelung de Wagner (Fayard)

Livres. Ernst von Pidde : L’anneau du Nibelung de Richard Wagner à la lumière du droit pénal allemand    …   L’opéra serait-il un sommet des représentations criminelles ? Il suffit de compter les actes répréhensibles au hasard des intrigues dans maints opéras : les livrets confirmeraient une véritable affection pour la représentation ” ritualisée ” des délits les plus sordides …  la première scène d’ouverture de Don Giovanni de Mozart où la violence perpétrée sur le corps de Donna Anna ne cesse de hanter l’esprit de son fiancé Ottavio pendant toute l’action… en est l’exemple le plus remarquable : acte physiquement fort, pourtant non représenté, à peine suggéré, mais dont le souvenir obsède la psychologie de tout l’opéra : Don Giovanni est un violeur … à n’en pas douter selon sa légende sulfureuse de séducteur et selon le portrait musical qui en fait un prédateur sexuel. Mais c’est Richard Wagner qui cumule les pires exactions, tout au long de son oeuvre lyrique et théâtral.

L’auteur appartient au clan des détracteurs les plus remontés de Wagner, développant ici, dans ce livre pourtant original et même éclairant quant à son angle d’analyse, un véritable réquisitoire contre l’immoralité édifiante du Ring.

 

 

 

La violence du théâtre wagnérien au crible

Wagner dénonciateur ou criminel ?

 

pidde_ernst_ring_wagner_droit_penal_allemand_fayardMais l’oeuvre du créateur et sa liberté de poète dément l’assertion selon laquelle Wagner défendrait-il les thèmes et les situations qu’il met en scène. C’est même le contraire de ce qu’il représente sur la scène : exposer autant de scènes de meurtres, de vols, d’arnaques en tous genres et de crimes abjects, n’est-ce pas le meilleur moyen de les dénoncer au contraire ?
Pour l’heure, dans ce texte façonné en forme de procès d’intention, voici un recensement scrupuleux de toutes les félonies indignes qui rythment l’action du Ring wagnérien : le miroir musical et théâtral de la barbarie humaine, depuis des siècles et des siècles. Rangeons-nous du côté , – primaire ou alors bien naïf – de l’avocat général, grand ordonnateur de l’ordre moral, dont le réquisitoire dresse la liste des actes les plus infects, moyen de toucher évidemment le trop coupable compositeur pour mieux lui jeter l’anathème.
Ernst von Pidde, juriste allemand révoqué par le régime nazi en raison de son anti-wagnérisme déclaré, n’épargne en rien Wagner et le genre opéra tout court (il en annonce même comme beaucoup d’autres avant et après lui, la fin prochaine …) : d’une crédulité sans borne ni aucun sens autocritique, l’examen suit son but, passe au crible toute l’intrigue du Ring afin d’y révéler la teneur scandaleuse.  Même à décharge, le texte révisé met en lumière la violence physique et psychologique des situations de l’opéra wagnérien … ce qui a contrario de son objet, souligne la modernité d’une oeuvre réaliste d’une justesse absolue. Le réquisitoire dévoile la finesse affûtée avec laquelle Wagner a décrypté l’inhumanité qui conspire contre l’humanité : un réquisitoire lui aussi pour tenter de sauver l’espèce humaine de ses propres démons récurrents en en dénonçant les pires vices.  Le manuscrit, retrouvé dans les papiers posthumes de l’auteur, a été révisé pour la publication par un parent éloigné, fonctionnaire au ministère des Affaires étrangères, qui l’a adapté à l’état actuel du droit civil et du droit pénal allemands. Un texte original d’autant plus opportun l’année du Bicentenaire Wagner 2013.

Ernst von Pidde : L’anneau du Nibelung de Richard Wagner à la lumière du droit pénal allemand. EAN :  9782213678184. Parution :  09/10/2013. 120 pages. Format : 120 x 185 mm. Prix public indicatif : 12 €

Comments are closed.