Livres, compte rendu critique. François Bernard Mâche : Musique – Mythe – Nature (Réédition, Éditions Aedam Musicae)

mache francois bernard musqiue mythe nature editions aedam musicae clic de classiquenews review critique compte renduLivres, compte rendu critique. François Bernard Mâche : Musique – Mythe – Nature (Réédition, Éditions Aedam Musicae). Lecture capitale dès sa première parution en 1983, c’est à dire il y a plus de 30 ans déjà, Musique – Mythe – Nature de François Bernard Mâche dans cetet nouvelle et 5ème édition, s’affirme bel et bien, tel un texte majeur, le manifeste esthétique d’un compositeur contemporain qui est aussi philosophe et l’explorateur critique du bien fondé de son métier. Une question motrice inspire dès l’origine son écriture : le pourquoi de la musique.
A la question préalable du comment, des siècles d’histoire ont apporté des réponses plus que satisfaisantes pour le créateur contemporain. C’est pourquoi, il nous offre en 5 chapitres parfaitement structurés et complémentaires l’un à l’autre pour l’exposé de sa pensée globale, l’aboutissement argumenté (et très documenté) d’un questionnement phénomènologique de la musique où la notion de la fonction primordiale, des sources, du sens profond sont minutieusement analysés.

Pensée musicale écologique avant l’heure…

CLIC_macaron_2014L’auteur montre combien la musique permet la jaillissement du refoulé, exprime mieux qu’aucune autre discipline les fonctions primitives que les mythes manifestent (chapitre 1 : “La musique dans le mythe”) : en débutant le premier chapitre  et concluant la dernière séquence du dernier par la figure d’Arion (analysant aussi la figure d’Apollon, d’Orphée,…), le compositeur en appelle à une relecture créative et inspirante des mythes laissés en héritage par les cultures du monde ;  au départ la figure du plongeon, immersion, enfouissement comme rituel régénérateur amorce une réflexion qui de fil en aiguille conduit le lecteur à interroger le sens d’un discours musical… pourquoi développer, pourquoi assembler et dans quel ordre et pour quelle finalité ? une question qui a stimuler bien des symphonistes avant lui, à commencer par Sibelius…
A travers les chapitres et leurs thématiques, des questions fondamentales explorent le champs musical et ses potentialités sémantiques : l’idée d’une nouvelle piste d’écriture inspirée par le concept de “Zoomusicologie” (titre du chapitre 4) prend forme à mesure que l’auteur dévoile tout ce qui relève d’un lexique musical dans le règne animal, en particulier les oiseaux dont bon nombre ont inspiré plusieurs compositeurs avant lui dont évidemment Messiaen ou plus imprévu ici, Stravinsky (l’auteur du Sacre)… dans des séquences courtes mais rythmiquement caractérisées et identifiables. La dernière partie (“Le modèle en musique”), approfondit davantage la relation nature / culture : constatant la vacuité stérile des dogmes instaurés au XXè (sérialisme, postmodernisme,…), François-Bernard Mâche revendique une autre voie, celle qui aime plutôt cultiver ou rétablir ce lien organique avec l’univers, du moins avec le biotope. “Chercher des modèles dans la nature n’est pas se chercher des contraintes par peur de la liberté, …(…), c’est chercher l’usage le plus efficace de la liberté, la mesure de cette efficacité étant la joie, dont la conquête est une mission de la musique, et qui ne fait qu’un avec le pouvoir sur soi et sur les choses.” On se saurait être plus clair.

Le cd d’accompagnement apporte une sélection d’extraits audio (68 séquences minutieusement choisies) qui fonctionnement avec les thématiques soulevées dans le texte de chaque chapitre : y figurent nombre de chants rituels, chants d’oiseaux parfaitement identifiés et aussi quelques extraits des compositions de Mâche lui-même, La peau du silence et Kassandra, parmi les séquences les plus longues.
reduction_photo140Compléments au texte originel ainsi réédité, les deux préfaces des 2è et 3è rééditions. Jamais hors propos, toujours très juste, défendant un lien “écologique” avec la nature, avec 30 ans d’avance-,  la pensée de François-Bernard Mâche pèse aujourd’hui de tout son poids critique et créatif, d’autant que les chapelles des prophètes intellectuels prônant un art abstrait et libre de toute contrainte classique et de toutes références culturelles, ont depuis lors, épuisé leurs arguments. En soulignant les limites des expériences de la musique contemporaine depuis l’après-guerre, le texte de 1983, avait déjà pressenti ce lien désormais vital pour l’auditeur, l’immersion dans une musique “naturaliste”, la nécessité d’un retour aux fonctions, modèles, cycles temporels et psychiques primitifs, tels que les mythes les représentent, telle que la musique, seule, peut en manifester l’activité à la fois réconfortante et fécondante. Un manifeste qui au delà de son soutien pour la tonalité, pose aussi la question de l’intelligibilité de la musique contemporaine vis à vis de son public. On n’épuise jamais un texte d’une telle richesse, dont la liberté conceptuelle et la grande érudition, à la fois claire et accessible, composent désormais une source restructurante, qu’il faut visiter régulièrement. Réédition événement. CLIC de classiquenews de novembre 2015.

Livres, compte rendu critique. François Bernard Mâche : Musique – Mythe – Nature (Réédition, Éditions Aedam Musicae, 5ème édition) – 224 pages – ISBN : 978-2-919046-24-9. Dépot légal : Juin 2015. Prix indicatif : 20€.

Comments are closed.