LIVRE événement, annonce. Sylvia Kahan : Winnaretta Singer-Polignac – Princesse, mécène et musicienne (éditions les presses du réel, avril 2018)

singer-polignac_sylvia kahan livre critique annonce les presses du reel compte rendu livre par classiquenews opera concert musique classique livreLIVRE événement, annonce. Sylvia Kahan : Winnaretta Singer-Polignac – Princesse, mécène et musicienne (éditions les presses du réel, avril 2018). Héritière de l’inventeur de la fameuse machine Singer, Winnaretta (1865-1943) incarne un destin exceptionnel qui cristallise l’intelligence de l’argent quand il est piloté / inféodé à un goût réel, sincère pour les arts. Américaine de naissance (née à New York), la « fille à dollars » rejoint avec sa mère Isabella, veuve fortunée, le Paris de la Belle-Epoque, celle qu’a immortalisé Proust. Les personnes richissimes croisent leurs contemporains bien nés et à particules pour s’unir dans des mariages de raison qui permet à chacun de compléter ce qu’il apporte : le titre ou la fortune. Dans les salons très prisés – voire inaccessibles de l’élite parisienne (le modèle en est celui de la princesse Greffulhe, modèle de la Guermantes chez Proust), chaque “acteur” : aristocrate, « parvenu », artiste ou banquier ambitionne gloire et faveurs grâce à un réseau bien géré.
Rien de tel chez Winnaretta qui dès son jeune âge (18 ans), s’émancipe du foyer maternel, gère sa propre fortune, s’éloigne de l’influence pernicieuse échafaudée par son beau père (Victor, second époux de sa mère, aristocrate de pacotille mais véritable dépensier, et qui a peut être abusé de sa belle-fille…). Le texte de Sylvia Kahane, chercheuse new yorkaise dévoile les clés de la personnalité d’une jeune femme fortunée, surtout artiste authentique (peintre, admiratrice de Manet et de Sargent qui fait son portrait), protectrice et ami de Gabriel Fauré, et qui devient après son second mariage en 1892 avec Edmond de Polignac (très amoureux de sa jeune épouse dont il a le coup de foudre lors d’une soirée financée par la Greffulhe)), l’une des mécènes les plus avisées et influentes de son temps : commandant aux artistes visionnaires et alors jugés « trop modernes » : Chabrier (dont elle finance et organise la création de l’opéra Gwandoline dont ne voulait pas l’Opéra de Paris), Carriès (pour une porte de Parsifal qui ne vit jamais le jour), Fauré, d’Indy, Stravinsky, Nadia Boulanger, Satie (Socrate), le Retable de Maître Pierre de Falla, Poulenc (Concerto pour deux pianos), jusqu’à l’indomptable et décevant Verlaine, etc…
Sensible à la création de son temps, Winnetta Singer devenue Princesse Polignac affirme une intuition artistique et un idéal esthétique de premier plan, favorisant en musique : Wagner, JS Bach (dont elle apprécie les Cantates), et tous les compositeurs français de son temps, apportant un soutien financier et constant aux activités de la Société Nationale de Musique fondée par Saint-Saëns pour aider les compositeurs français à créer leurs oeuvres en public. Winnaretta se dévoile au fil des pages dans son intimité, sa sensibilité, un instinct de collectionneuse hors pair (elle achète de nombreuses toiles de grands maîtres dont évidemment Manet mais aussi Sargent et Monet…), une mélomane avisée qui partagea avec son époux Polignac, une âme d’artiste authentique.
faure gabriel portrait gabriel faure CLASSIQUENEWSA travers le portrait de la femme et de la mécène, se dessine l’ambiance du Paris des années 1890 à 1940. Le destin de Winnaretta compose une odyssée humaine exceptionnelle, pilotée par une exigence artistique atypique où les moyens mis en œuvre, certes considérable alors, sont inféodés au seul souci de la création. Cette intelligence à l’œuvre est le vrai sujet de la biographie historique, d’un apport considérable pour qui souhaite mieux connaître et comprendre comment la France wagnérienne et Debussyste, jusqu’à la seconde guerre mondiale, est passée du post romantisme au modernisme le plus audacieux, soit de Massenet, Ravel, Saint-Saëns à Stravinsky et Poulenc. Le texte originel est paru à New York en 2006. Les éditions la presse du réel réalisent sa première traduction française. Publication événement. Grand article critique à venir sur CLASSIQUENEWS / mag cd dvd livres. Le livre reçoit naturellement le CLIC de CLASSIQUENEWS du mois de mai 2018.

————————

CLIC D'OR macaron 200singer-polignac_sylvia kahan livre critique annonce les presses du reel compte rendu livre par classiquenews opera concert musique classique livreLIVRE événement, annonce. Sylvia Kahan : Winnaretta Singer-Polignac – Princesse, mécène et musicienne (éditions les presses du réel, avril 2018) — Traduit de l’anglais (américain) par Charles MoutonDennis Collins. Titre original : Music’s Modern Muse – A Life of Winnaretta Singer, Princesse de Polignac (2006, éd. revue, University of Rochester Press). 17 x 20 cm (broché) – 808 pages (87 ill. n&b) – 42 € (prix indicatif) – ISBN : 978-2-84066-268-6 – EAN : 9782840662686. Illustration : Gabriel Fauré, protégé, ami, voire amoureux secret de la belle et exotique millionnaire Singer.

Comments are closed.