LILLE, concert de l’OFJ Orch Français des Jeunes

tchaikovski-583-597LILLE, OFJ, le 7 sept 2018. Concert Moussa, Bartok, Tchaikovski, ce 7 sept à l’Auditorium du Nouveau Siècle à Lille. L’OFJ Orchestre Français des Jeunes, – phalange école pour les jeunes instrumentistes désireux de se professionnaliser fait escale à Lille ce 7 septembre dans un triptyque prometteur (et formateur), comprenant Crimson de Moussa, le Concerto pour violon et orch de Bartok (n°2, avec Nicolas Dautricourt, violon), enfin (surtout) une pièce de choix pour grand orchestre, la Symphonie n°4 de Piotr Illiytch Tchaikovski. C’est une nouvelle étape de la résidence de l’Orchestre dans la région Hauts de Seine, et une escale à l’invitation de l’Orchestre National de Lille qui a sa résidence permanente au Nouveau Siècle.

SYMPHONIE DECISIVE (1877)… En fa mineur, l’opus 36 de Tchaikovski (Symphonie n°4) est conçu entre mars et décembre 1877 et dédiée au « meilleur ami » du compositeur, sa mécène généreuse, Nadejda von Meck. Créée à Moscou avec succès en 1878, la N°4 s’ouvre sur l’expression d’un fatum à l’irrépressible désespoir (ample fanfare spectaculaire et terrible), obligeant toujours le héros à se confronter à l’éprouvante réalité, entre tristesse et malédiction. Âgé de 37 ans, Piotr compose les 3 premiers mouvements d’une force tellurique à la fois grandiose et terrifiante, à Venise, alors qu’il séjournait au Londra Palace (alors Hôtel Beau rivage), en décembre 1877. L’âpreté qui s’y déverse sans maquillage, annonce la tension extrême des deux symphonies à suivre, dites du destin, les 5è et 6è (Pathétique), la plus sombre où l’auteur traverse le miroir et semble témoigner de sa propre mort.
Au moment où il élabore sa 4è Symphonie, Tchaikovski a déjà écrit ses 3 premiers Quatuors, son Concerto pour piano n°1 (1875), Le lac des cygnes, … l’auteur vient de vivre un mariage désastreux avec Antonina Milioukova (noces de juillet 1877), qu’il quitte finalement car il est homosexuel. Mais son horizon n’est pas si bouché car il inaugure une riche correspondance avec la Comtesse von Meck qui finance désormais son existence, lui permettant de travailler et composer sans souci d’argent : une protection miraculeuse qui durera jusqu’en 1890, soit 13 années. Tchaikovski semble alors recouvrer une certaine stabilité psychique, et compose Eugène Onéguine (bientôt créé en 1879), héros qui est son double, et son Concerto pour violon en ré majeur, dédié à son compagnon et violoniste Joseph Kotek. Sombre, lugubre même, et aussi frappée par un réalisme implacable, la Symphonie n°4 de Tchaikovski est une partition terrible et lyrique, d’une irrésistible aspiration, entre désespoir suicidaire (Piotr a songé à se donner la mort en 1877, après l’échec de ses noces) et ultime mais fragile élan de vie… On ne saurait en gommer le sens et la portée autobiographique.
Ce qui touche chez Tchaikovski c’est la sincérité de l’intonation et cette pudeur qui s’offre à travers la musique pour témoigner d’une tragédie personnelle. La musique se fait à la fois dramaturgie poignante pour l’auditeur et pour celui qui en porte la tension (auteur et maintenant interprètes), un accomplissement libératoire voire salvateur.

 

 

——————————————————————————————————————————————————

LILLE, Auditorium du Nouveau Siècleorchestre-national-de-lille-vignette-partenaires-classiquenews
vendredi 7 septembre 2018, 20h
Concert «  coup du destin »

 

 

MOUSSA
Crimson

BARTÓK
Concerto pour violon et orchestre n°2

TCHAÏKOVSKI
Symphonie n°4

ORCHESTRE FRANÇAIS DES JEUNES
DIRECTION : FABIEN GABEL
VIOLON : NICOLAS DAUTRICOURT

——————————————————————————————————————————————————

RÉSERVEZ VOTRE PLACE
http://www.onlille.com/saison_18-19/concert/coup-du-destin/

 

 

——————————————————————————————————————————————————

Présentation sur le site de l’ONL / Orchestre National de Lille :
tchaikovski Pyotr+Ilyich+Tchaikovsky-1Débordant d’énergie et d’enthousiasme, l’Orchestre Français des Jeunes conclut son stage d’été à l’invitation de l’ONL par un programme prometteur et consistant, vrai défi pour l’orchestre. Réunissant la fine fleur des instrumentistes du pays, la formation est dirigée depuis 2017 par le chef français Fabien Gabel. Le flamboyant Concerto pour violon n°2 de Bartók prendra des atours chambristes, sous l’archet de Nicolas Dautricourt. Quant à la Symphonie n°4, première des symphonies du “Fatum” (Destin), les jeunes musiciens de l’OFJ exalteront la richesse d’une œuvre d’une force exceptionnelle, où l’insouciance du jeune Tchaïkovski se voile d’une prémonition, symbolisée par une puissante sonnerie de cuivres.

 

 

——————————————————————————————————————————————————

A TURN OF FATE
Under the baton of the brilliant Fabien Gabel, the French National Youth Orchestra continues to bring together the nation’s very finest instrumentalists. Bela Bartók’s flamboyant Concerto No. 2 for Violin will ring with the intimacy of chamber music, shaped by Nicolas Dautricourt’s voluble and endearing artistry. Tchaikovsky’s Symphony No. 4 is a tragic work of rare power.

 

 

——————————————————————————————————————————————————

APPROFONDIR
LIRE notre critique du cd Symphonie n°6 de Tchaikovski par Teodor Currentzis
http://www.classiquenews.com/cd-compte-rendu-critique-tchaikovski-symphonie-n6-pathetique-musicaeterna-teodor-currentzis-1-cd-sony-classical-2015/

 

 

——————————————————————————————————————————————————

Comments are closed.