Le premier Rameau, claveciniste compositeur

Un Rameau mĂ©connu : Les FĂŞtes de Polymnielogo_france_musique_DETOUREFrance Musique. Dimanche 14 fĂ©vrier 2016, Ă  14h. Rameau : Suite en la… Tribunes des critiques.France Musique questionne une oeuvre rarement mise en avant : la Suite pour clavier composant le sujet novateur et original de son Premier recueil de pièces de clavecin, Ă©ditĂ© Ă  Paris en 1706, Ă  l’occasion de son premier et court sĂ©jour dans la Capitale  française. La Suite en la mineure est une oeuvre de jeunesse, extraite du Premier Livre de pièces de clavecin (Ă©dité  Ă  compte d’auteur, fin 1706) lorsque le jeune Rameau alors âgĂ© de 23 ans, rĂ©alise son premier sĂ©jour Ă  Paris. Le futur auteur pour l’opĂ©ra signe alors un recueil important voire majeur qui devance celui de Couperin dont le Premier Livre paraĂ®t en 1713. Les 10 pièces du recueil respectent le cadre classique de la Suite de danses Ă  la française, prĂ©alablement introduites par un PrĂ©lude qui en son dĂ©but, fait clairement rĂ©fĂ©rence aux maĂ®tres anciens (de fait Rameau se montre disciple de d’Anglebert, surtout de Marchand). Partition prĂ©coce, la maturitĂ© s’y rĂ©vèle pourtant, le tempĂ©rament aussi : une puissance de l’originalitĂ© qui est autant Ă©rudite, savante que sensuelle et naturellement accessible. DĂ©jĂ  se profile le gĂ©nie de l’harmonie (subtiles dissonances du PrĂ©lude…). 

Avant de rejoindre la capitale, Rameau a quittĂ© Clermont, dont il tenait les orgues de la cathĂ©drale. A Paris, il recherche un poste d’organiste et en profite pour aller Ă©couter un modèle pour lui : Louis Marchand. Pendant ce court sĂ©jour parisien, Rameau assiste Ă  l’Alcyone de Marais (fĂ©vrier 1706) et aussi aux reprises des opĂ©ras de Lully (dont ThĂ©sĂ©e en 1707).

Plan

1ère et 2e Allemande
La première, solennelle et presque grave ; la seconde, plus lègère.

Courante
Clair hommage lĂ  encore Ă  Louis Marchand.

Gigue
Biographe de Rameau, Cuthbert Girdlestone, la trouve sautillante et « contrapuntale ». La puissance de son développement désigne le jeune génie de Rameau.

1ère et 2e Sarabande
Rameau y glisse une tendresse inĂ©dite Ă  l’esprit de cette danse.

VĂ©nitienne
Ce Rondeau est un clair hommage Ă  l’opĂ©ra La VĂ©nitienne de Michel de la Barre (1705).

Gavotte
Energie et vitalité empruntent à Louis Marchand, auquel Rameau ajoute la maîtrise ahurissante de la variation.

Menuet
La sobriĂ©tĂ© et l’Ă©lĂ©gance de la pièce finale doivent inspirer Ă  l’amateur praticien des variations Ă  sa volontĂ©. Rameau pense Ă  ses “clients” / Ă©lèves : Ă  eux de jouer Ă  prĂ©sent.

logo_france_musique_DETOUREFrance Musique. Dimanche 14 fĂ©vrier 2016, Ă  14h. Rameau : Suite en la… Tribunes des critiques. Voir aussi la fiche de l’Ă©mission sur le site de France Musique.

Comments are closed.