Jessye Norman, portrait


Jessye Norman est née le 15 septembre 1945 à Augusta (Géorgie, Etats-Unis). Enfant d’une famille pieuse, la jeune soprano démontre très tôt sa passion pour la voix qu’elle met en pratique en chantant gospels et cantiques. Ses modèles se nomment alors, Rosa Ponselle et la contralto noire Maria Anderson. Plus tard, Erna Berger lui transmet la fascination du lied allemand.
Après un apprentissage musical approfondi, où aux côtés de la technique vocale, elle apprend aussi le piano, la jeune artiste débute sa carrière à l’âge de 23 ans, à l’Opéra de Berlin dont un engagement de trois années lui permet d’aborder ses premiers rôles importants: en particulier, Elisabeth dans Tannhäuser, la Comtesse dans Les Noces de Figaro.
En 1972, elle est Aïda à la Scala de Milan sous la direction de Claudio Abbado et débute au Covent Garden dans le rôle de Cassandre des Troyens de Berlioz. Elle donne également ses premiers récitals.

Tempéramant dramatique, la chanteuse approfondit chaque rôle, cherchant à maîtriser la langue dans laquelle elle exprime la passion et la force psychologique des caractères choisis.
Star internationale, Jessye Norman s’est imposée grâce à un répertoire élargi: comprenant rôles scéniques mais aussi chant intimiste et dépouillé. Aux côtés des rôles tragiques, elle s’intéresse aussi aux lieder de Schubert, Brahms, Schumann, Mahler. En 1983, elle est Phèdre au Festival d’Aix-en-Provence dans Hippolyte et Aricie de Rameau, et en 1984, Didon, à l’Opéra Comique dans Didon et Enée de Purcell.

Wagnérienne, elle est aussi Sieglinde dans La Walkyrie de Wagner. Ses prises de rôles sont nombreuses, et pour chacune, la conscience de l’interprète recherche à exprimer la réalité et l’intensité des personnages incarnés.

La grâce et la concentration d’une interprète habitée par son rôle ont séduit un public nombreux dans le monde, surtout en France. Une relation privilégiée, consacrée quand elle chante pour le Bicentenaire de la Révolution Française, la Marseillaise aux pieds de l’Obélisque de la Place de la Concorde, puis lorsque François Mitterand lui remet les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur quelques mois plus tard, en octobre 1989.

En décembre 1997, l’artiste a reçu la plus haute distinction américaine des arts de la scène : le Kennedy Center Honor.

En 2004, le réalisateur André Heller lui a consacré un portrait documentaire.

En 2005, la soprano a donné une série de master-classes à l’académie de Villacroze, dans le Sud de la France.

Parmi ses derniers enregistrements, la soprano américaine a chanté avec James Levine et l’Orchestre Philharmonique de Berlin, Le Chant de la terre de Mahler, ainsi que Le Château de Barbe-Bleue de Bartok avec Pierre Boulez et l’Orchestre Symphonique de Chicago (1999).

C’est d’ailleurs dans cette dernière oeuvre lyrique que le diva adulée des Français, sera présente sur la scène du Théâtre musical du Châtelet, avant de reprendre, en version de concert, le rôle de la reine de Carthage, Didon, dans Didon & Enée de Purcell, mais aussi les Nuits d’été d’Hector Berlioz.

Concerts parisiens de Jessye Norman en juin 2006

Bartok, le Château de Barbe-Bleue
Ravel, Daphnis et Chloé

Jessye Norman, soprano
Peter Fried, baryton
Orchestre de Paris, choeur de l’Orchestre de Paris
Direction : Pierre Boulez

Théâtre du Châtelet, les 10, 13 et 16 juin à 20h.

Barber, Antony and Cleopatra (extraits)
Purcell, Didon & Enée
Berlioz, Les Nuits d’été

Jessye Norman, Erin Wall, Gillian Webster, Felicity Palmer,
Emmanuelle Goize, Salomé Haller, Philippe Jaroussky,
Russel Braun, Barry Banks
Les Musiciens du Louvre,
Direction : Marc Minkowski

Théâtre du Châtelet, les 27 et 30 juin à 20h.

cds & dvd

A l’occasion du retour de la soprano américaine à Paris, Philips réédite en cinq coffrets doubles, un premier cycle discographique emblématique du charisme de la chanteuse : the Jessye Norman collection (1). Dans cette première collection discographique, le répertoire abordé rend compte de la richesse des choix d’une interprète d’exception, qui a surtout privilégié la langue allemande (apprise lorsqu’elle a rejoint la troupe de l’Opéra de Berlin…)…

En plus de ce florilège essentiel, Oedipus Rex de Stravinsky, dirigé par Seiji Osawa, avec aux côtés de Jessye Norman, Philip Langridge et Bryn Terfel, sort également en DVD (Festival Saito Kinen à Matsumoto, 1992).

Crédit photographique : © Carol Friedman