HARPE SCARLATIENNE… ENTRETIEN avec Adeline de Preissac

ENTRETIEN avec Adeline de Preissac. En juillet 2017, Adeline de Preissac accorde sa harpe audacieuse aux Sonates de Domenico Scarlatti. Le nouveau disque est annoncĂ© le 21 juillet 2017. Les piĂšces originellement composĂ©es pour le clavecin s’offrent une nouvelle jeunesse grĂące aux spĂ©cificitĂ©s sonores de la harpe. RĂ©sonances maĂźtrisĂ©es, jeu tout en prĂ©cision et nuances, acuitĂ© et souplesse des contrastes, les Sonates du divin Domenico gagnent une expressivitĂ© rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©e qui souligne leur bouillonnante versatilitĂ©. Pour classiquenews, Adeline de Preissac explique son approche et Ă©claircit le principe de jouer Scarlatti Ă  la harpe


 

 

preissac-adeline-de-harpe-de-dos-couleur-par-classiquenews-critique-cd-scarlatti-sonates

 

Comment dĂ©finiriez vous l’Ă©criture des Sonates que vous avez choisies dans ce programme ?

Mon premier critĂšre de sĂ©lection a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© des sonates qui pouvaient se jouer Ă  la harpe : des modulations, ou passages harmoniques gĂ©rables avec le systĂšme de pĂ©dales inhĂ©rent Ă  la harpe. Ensuite une sĂ©lection Ă©quilibrĂ©e de sonates lentes puisque c’est Ă  mon avis ce qui est le plus probant et intĂ©ressant Ă  la harpe, aussi parce que c’est mon style de jeu prĂ©fĂ©rĂ©. Celles qui n’étaient pas jouĂ©es Ă  la harpe et celles qui n’étaient pas connues. Enfin tout simplement celles qui me plaisaient.

 

Qu’est ce qui en assure la cohĂ©rence et la singularitĂ© ?

La cohĂ©rence vient de ce que c’est mon gout profond qui les rĂ©unit ; il en dĂ©coule certainement une unitĂ© dans l‘expression, comme dans l’originalitĂ©. La singularitĂ© est celle d’un Ă©quilibre entre sonates rapides et sonates lentes.

 

Pourquoi avoir choisi de les jouer à la harpe ? 

Parce que justement elles sonnent bien Ă  la harpe, que toutes les harpistes en jouent ; qu’elles sont rĂ©guliĂšrement imposĂ©es dans les concours et les examens. Il me semblait intĂ©ressant de faire un vrai travail d’interprĂ©tation avec des clavecinistes reconnus (Pierre Hantai, Violaine Cochard, DaniĂšle Bayeux), avec des professeurs d’écriture et d’histoire musicale, pour en offrir une version personnelle, une proposition naturelle, comme une autre


 

 

preissac-adeline-de-harpe-scarlatti-cheval-NB-par-classiquenews

 

Qu’apporte leur transfert du clavecin Ă  la harpe sur le plan Ă  la fois technique et sonore ?

L’apport de la harpe est encore Ă  dĂ©finir, mais sur le plan des rĂ©sonances c’est intĂ©ressant car c’est justement ce que les clavecinistes recherchent et que la harpe a naturellement et que les harpistes cherchent toujours Ă  gommer (ce que justement on ne devrait pas). Sur le plan des nuances, mĂȘme si des clavecinistes comme Violaine Cochard arrivent Ă  nous faire entendre des nuances, Ă  la harpe, nous devons les mettre en valeur pour faire entendre le phrasĂ©, la couleur de l’expression Scarlattienne, et la richesse comme la profondeur des sentiments contenus dans ces sonates.

 

Quelle est la difficulté de les jouer à la harpe ?

La difficulté est plurielle : la rapidité, la propreté, les fausses harmonies dues à la résonance de la harpe, les changements de pédales


 

Quel parcours l’auditeur rĂ©alise du dĂ©but Ă  la fin de votre programme ?

Le parcours n’est pas dĂ©fini et c’est volontaire. Ce sont des changements d’ambiance, de sentiments (changements vif / lent). C’est une dĂ©couverte, une proposition de lĂ©gĂšretĂ© et de profondeur en mĂȘme temps, Ă  l’image de la vie tout simplement.

 

 

Propos recueillis en juillet 2017

——————–

preissac-adeline-de-harpe-scarlatti-cd-concert-juillet-2017-par-classiquenewsCD. ADELINE DE PREISSAC joue Scarlatti Ă  la Harpe. Vivi felice ! / « Vivez heureux ! » : Domenico Scarlatti ne cache pas son enthousiasme communicatif, dans cette maxime inscrite Ă  la fin de ses Sonates (originellement composĂ©es pour le clavecin)
 Dans son jeu, la harpiste Adeline de Preissac ose une transcription inĂ©dite dont l’audace pourtant est Ă  la mesure de l’exclamation scarlatienne. Le feu, la verve, l’exaltation sont dĂ©terminants pour une relecture revivifante. Scarlatti Ă  la harpe : il fallait l’imaginer. Le rĂ©sultat surprend et convainc. Un nuancier expressif se prĂ©cise et renforce la subtilitĂ© suractive des piĂšces, comme l’acuitĂ© souvent Ă©nergique de leur nature expĂ©rimentale : expressivitĂ©, prĂ©cision, phrasĂ©s, surtout jeu nouveau, inĂ©dit sur les rĂ©sonances… Concert le 29 juillet 2017 Ă  TOURS. EN LIRE +

 

LIRE aussi notre présentation complÚte du programme Sonates de Domenico Scarlatti à la harpe

http://www.classiquenews.com/adeline-de-preissac-joue-les-sonates-de-d-scarlatti/

 

 

Illustrations : Adeline de Preissac jouant de la harpe © Léonard de Serres / Adeline de Preissac et la cavaliÚre © Lauren Lecour

One thought on “HARPE SCARLATIENNE… ENTRETIEN avec Adeline de Preissac

  1. Pingback: Adeline de Preissac joue les Sonates de D. Scarlatti | Classique News