Faust de Boito sur Arte

arte_logo_175ARTE. Dimanche 20 novembre 2016, 23h45. Boito : Faust (1875). Arte diffuse la production événement qui réunit pour le festival de Baden Baden, deux chanteurs au grand magnétisme vocal et dramatique: le baryton Erwin Schrott (Mefistofele) et le ténor Charles Castronovo (Faust).
Faust, crĂ©Ă© en 1868, remaniĂ© et triomphant dans une nouvelle version en 1875, est l’Ɠuvre d’un dramaturge accompli, librettiste de La Gioconda (pour Ponchielli), mais aussi Boccanegra (rĂ©vision), Otello, Falstaff, pour Verdi. Son Faust recueille les fruits d’une expĂ©rience affĂ»tĂ©e comme poĂšte et compositeur

Arrigo Boito (1842-1918). Mefistofele, 1868-1875. Boito se forme au Conservatoire de Milan et entreprend Ă  partir de 1862, Ă  20 ans, un long pĂ©riple qui le mĂšne dans dans les capitales europĂ©ennes dont Paris oĂč il rencontre Berlioz, Victor Hugo, Rossini et Verdi avec lequel il collaborera. Suivent Berlin et la Pologne oĂč rĂ©side sa famille. ImpĂ©tueux autant qu’engagĂ©, Boito participe en Italie oĂč il est revenu, au renouvellement de l’art italien, rĂ©clamant parmi le collectif d’artistes militants surnommĂ©s les Ă©chevelĂ©s (Scapligiati) un nouvel esthĂ©tisme. Verdi se sentant critiquĂ© et remis en cause lui vaudra un ressentiment tenace. La premiĂšre version de Mefistofele prĂ©sentĂ© en 1868 est un Ă©chec. Boito dĂ©cide de modifier son opĂ©ra. Pour l’heure, il Ă©crit le livret d’autres compositeurs, en particulier celui de Gioconda de Ponchielli, grand opĂ©ra historico-sentimental qui a lieu dans la Venise du XVII Ăšme siĂšcle (1876). Il signe sous le pseudonyme presque explicite de “Tobbia Gorrio”.

boito-arrigo-mefistofele-operaEn dramaturge exigeant, Boito sait rĂ©soudre les difficultĂ©s de l’action lyrique. Il maĂźtrise les contingences de la scĂšne et sait exprimer sur les planches, l’intensitĂ© des passions. La nouvelle version de Mefistofele, prĂ©sentĂ©e en 1875, suscite un succĂšs immĂ©diat, assurant la pleine revanche de son auteur. Boito effectue une relecture du mythe goethĂ©en: aprĂšs l’épisode tragique de Marguerite emprisonnĂ©e, Faust se laisse sĂ©duire Ă  l’époque de la GrĂšce antique par l’ineffable HĂ©lĂšne. Mais sentant sa fin venir et concluant Ă  l’échec de sa vie dissolue, il se repend et rejette les nouveaux artifices de Mefistofele. En dĂ©finitive, l’envoyĂ© du diable est vaincu et l’ñme de Faust sauvĂ©e, au terme de l’épilogue. VanitĂ© des plaisirs, illusions de l’amour et de la gloire, Faust renonce, et se sauve lui-mĂȘme.

Son ami, le chef d’orchestre Franco Faccio arrange la rĂ©conciliation avec Verdi (1879) et grĂące Ă  l’entremise complĂ©mentaire de l’éditeur Ricordi, Boito travaille avec le compositeur pour une rĂ©vision profitable de Simon Boccanegra (1881). La brouille des deux hommes est bien Ă©teinte et aprĂšs Simon Boccanegra, Boito rĂ©dige le livret des deux derniers chefs-d’oeuvre de son aĂźnĂ©, Otello (1887) puis Falstaff (1893). AgĂ© de 51 ans, Boito Ă©tait sur le chantier d’un nouvel opus verdien, le roi Lear. Projet ajournĂ© par la mort du compositeur en 1901.
Jusqu’à sa disparition Ă  Milan, le 10 juin 1918, l’auteur de Mefistofele s’attĂšle Ă  Nerone, opĂ©ra ambitieux, laissĂ© malheureusement inachevĂ©. Compositeur et homme de lettres, Boito, outre ses livrets d’une haute facture poĂ©tique pour Verdi, a aussi Ă©crit un recueil de poĂ©sie, « Libro dei versi », ainsi que le poĂšme fantastique, « RĂš Orso ».

Synopsis de Mefistofele

Prologue
Mefistofele jure au Seigneur qu’il possĂ©dera l’ñme de Faust. Un jour de fĂȘte Ă  Francfort
 Faust et son Ă©lĂšve Wagner regardent le cortĂšge et les danses. Faust remarque la silhouette de Mefistofele. Chez lui, Faust reprend ses lectures. Mefistofele qui l’a suivi, lui apparaĂźt, louant les dĂ©lices d’une vie de plaisir et de bonheur absolu, en Ă©change de son Ăąme. Faust accepte.
Devenu jeune homme sous le nom de Henri, Faust tombe amoureux de Marguerite cependant que Mefistofele convole avec l’amie de Marguerite, Marthe. Marguerite sĂ©duite par Faust accepte de verser un somnifĂšre dans le breuvage qu’elle apporte chaque soir, Ă  sa mĂšre afin qu’ils puissent se revoir. Le temps a passĂ©. Faust et Mefistofele assistent au sommet du Mont Brocken au Sabbat. Mais Faust a la vision de Marguerite enchaĂźnĂ©e. Il se sent d’autant plus coupable qu’il a abandonnĂ© la pauvre fille. Mais Faust n’oublie pas son apparition. Il pĂ©nĂštre dans la prison oĂč Marguerite est enfermĂ©e: elle lui avoue qu’elle a tuĂ©
sa mĂšre Ă  cause du narcotique, et noyĂ© l’enfant nĂ© de ses amours coupables avec lui. Marguerite reconnaĂźt aux cĂŽtĂ©s de Faust, Mefistofele. Elle prie le Seigneur avant de mourir.

Epilogue
Mefistofele a conduit Faust en GrĂšce oĂč ce dernier s’éprend d’HĂ©lĂšne. Devenu vieux, Faust constate l’échec de sa vie dissolue. Il n’a pas connu l’extase ni le bonheur tant convoitĂ©s. Mais Mefistofele lui renvoie de nouvelles images sĂ©ductrices. Faust s’en dĂ©tourne, blĂąmant l’oeuvre du diable. Il est sauvĂ©, et son Ăąme rejoint le ciel, intacte. Le choeur des anges loue le Seigneur.


boito-268-47161_Arrigo_Boito_(1842-1918)ARTE. Dimanche 20 novembre 2016, 23h45. Boito : Faust (1875). Mefistofele, opĂ©ra italien en un prologue, quatre actes et un Ă©pilogue d’Arrigo Boito (crĂ©Ă© le 5 mars 1868 Ă  la Scala) est mis en scĂšne par Philipp Himmelmann pour le  Festspielhaus Baden-Baden
. Le scĂ©nographe Johannes Leiacker a plantĂ© comme dĂ©cor un immense crĂąne mobile Ă  l’intĂ©rieur duquel les protagonistes Ă©voluent, l’ensemble Ă©tant complĂ©tĂ© par des effets vidĂ©o qui permettent d’illustrer sur deux niveaux la lutte entre le Bien et le Mal. De tous les opĂ©ras consacrĂ©s au personnage de Faust, c’est sans doute celui qui est le plus fidĂšle Ă  l’oeuvre de Goethe. Faust est ici avant tout l’amoureux de  Marguerite. Chez Boito,  MephistophĂ©lĂšs est une crĂ©ature encore plus dĂ©moniaque et grotesque que chez l’écrivain. Sur la scĂšne de Baden-Baden, son rĂŽle est assurĂ© par le baryton-basse Erwin Schrott qui en fait un mĂ©lange de latin lover, de bouffon, de dĂ©mon. Face Ă  lui, Faust interprĂ©tĂ© par le tĂ©nor Charles Castronovo. Les deux chanteurs ayant constituĂ© un formidable duo dans le Faust de Gounod, rĂ©cidivent chez Boito : le  Festspielhaus de Baden Baden leur a demandĂ© de se retrouver dans son Faust. Marguerite prend les traits et la voix d’Alexandrina Pendatchanska, quand Angel Joy Blue est HĂ©lĂšne, la femme fatale celle qui tente en une ultime tentative le dĂ©sir de Faust


 

Comments are closed.