ENTRETIEN AVEC Elisabeth ATANASSOV, directrice de la Schubertiade de Sceaux

Schubertiade dĂ©pliant 2018-19ENTRETIEN AVEC Elisabeth ATANASSOV, directrice de la Schubertiade de Sceaux. PrĂ©sentation de la nouvelle saison de musique de chambre Ă  Sceaux. Dans l’esprit convivial, fraternel des soirĂ©es viennoises portĂ©es par Schubert et ses amis, la ville de Sceaux prĂ©sente une fois par mois, du 13 octobre 2018 au 30 mars 2019, 6 concerts Ă©clectiques et ouverts, oĂč Schubert Ă©videmment, mais aussi Mozart, Beethoven, Brahms, Schumann et bien d’autres sont Ă  l’honneur
 Le nouveau cycle souhaite rĂ©tablir la place de la musique de chambre Ă  Sceaux, riche d’un passĂ© dĂ©jĂ  riche et prospĂšre. L’accĂšs aux concerts est facilitĂ©, chaque concert programmĂ© Ă  17h30 s’adresse Ă  tous les publics. Tour d’horizons des compositeurs, des interprĂštes concernĂ©s, ainsi que des valeurs que la nouvelle offre musicale souhaite cultiver.

 

 

 

CLASSIQUENEWS : Comment se déroule votre saison musicale ? 

Elisabeth ATANASSOV : Nous bĂ©nĂ©ficions du soutien de la ville de Sceaux, du Maire en particulier qui encourage notre initiative. Depuis une dizaine d’annĂ©es en effet, plus aucun concert de musique de chambre n’était programmĂ© Ă  Sceaux (et alentour) alors qu’une forte tradition de musique de chambre existe Ă  Sceaux du fait de l’action du quartettiste et pĂ©dagogue Alfred Loewenguth, lui-mĂȘme scĂ©en. Avant de crĂ©er le Festival de l’Orangerie de Sceaux, il avait en effet mis en place, dans les annĂ©es 1960, une saison de musique de chambre Ă  raison d’un concert par mois et qui se passait le samedi aprĂšs-midi. « La Schubertiade de Sceaux » reprend ce modĂšle.
Le public d’aujourd’hui Ă©tait « en manque » ; d’autant que certaines personnes, plus ĂągĂ©es, hĂ©sitent Ă  aller Ă  Paris ou Ă  se dĂ©placer le soir. Nous avons donc choisi l’horaire de 17h30.
Cet horaire permet Ă©galement aux plus jeunes de venir aux concerts ; nous avons pour eux des tarifs attractifs (entre 5€ et 10 €). Nous souhaiterions dĂ©velopper une action auprĂšs des scolaires, mais cela est une autre histoire !
Avec « A vous la scĂšne », et en partenariat avec Proquartet, nous avons souhaitĂ© dĂ©velopper une action en direction des musiciens amateurs qui jouent au sein d’ensembles constituĂ©s. D’aprĂšs les responsables de Proquartet, l’opportunitĂ© de bĂ©nĂ©ficier d’un piano est rare et celle de jouer devant un public Ă©galement. C’est pourquoi nous avons mis en place, Ă  deux reprises dans la saison (voir le programme dĂ©taillĂ© ici) des master-classes par les artistes invitĂ©s au concert de l’aprĂšs-midi, suivies d’une prestation publique pour les ensembles amateurs sĂ©lectionnĂ©s. L’heure choisie (entre 11h45 et 12h) et l’entrĂ©e libre permettront d’ouvrir ces manifestations Ă  un trĂšs large public.

 

 

 

CLASSIQUENEWS : Quels sont les critÚres artistiques qui assurent à la programmation sa cohérence et sa singularité ?

Deux valeurs principales animent notre directeur artistique Pierre-Kaloyann, valeurs qu’il met en pratique avec ses amis du Trio Atanassov : excellence artistique et simplicitĂ©.
Et si nous l’avons appelĂ© « Schubertiade », ce n’est pas pour n’y programmer que du Schubert mais avant tout pour recrĂ©er l’esprit de convivialité qui animait les rĂ©unions autour de Schubert dans la Vienne du XIX° siĂšcle. Le compositeur chĂ©rissait par-dessus tout les rapports humains qui s’étaient dĂ©veloppĂ©s entre les membres de sa communautĂ©, ce lien invisible qui les unissait dans la complicitĂ© de l’amitiĂ© vĂ©cue simplement et profondĂ©ment, dans une comprĂ©hension mutuelle immĂ©diate, sans artifices.
C’est pourquoi Pierre-Kaloyann a invitĂ© des artistes d’excellence qui savent rester simples et proches du public.
CĂŽtĂ© musique, il y aura du Schubert, bien sĂ»r, mais pas uniquement. S’il nous tiendra lieu de fil rouge avec ses plus belles pages de musique de chambre (sonate, trios, quatuors, quintette Ă  deux violoncelle), nous retrouverons aussi Mozart, Beethoven, Schumann ou Brahms, en compagnie d’un Ă©ventail de compositeurs jusqu’à aujourd’hui.

 

 

 

CLASSIQUENEWS : Quels sont les 2/3 programmes forts de l’édition 2018 -2019 (ceux en particulier, emblĂ©matiques de votre ligne artistique) ?

Dire qu’il y a des « programmes forts », c’est reconnaĂźtre que les autres le seraient moins ! Et ce n’est pas l’état d’esprit de La Schubertiade ! Il nous sera donc difficile de souligner l’un ou l’autre concert car tous ont leur singularitĂ©, leur valeur, leur message Ă  transmettre, que les artistes soient dĂ©jĂ  de renom international ou qu’ils dĂ©butent une carriĂšre prometteuse.
Bien sûr, on pourra souligner la venue du Quatuor Modigliani le 8 décembre, une formation de renom internationale qui a accepté de nous soutenir dans notre aventure en jouant pour cette premiÚre édition.
La participation de FrĂ©dĂ©ric LodĂ©on, parrain de La Schubertiade de Sceaux, pour prĂ©senter le concert inaugural le 13 octobre avec le Trio Atanassov, est importante pour l’image de marque de nos concerts. Figure emblĂ©matique, FrĂ©dĂ©ric LodĂ©on a ce pouvoir d’expliquer la grande musique par des mots simples, tout Ă  fait dans l’esprit de convivialitĂ© que nous souhaitons donner Ă  notre rĂ©alisation musicale et humaine.

Le 10 novembre 2018 est un concert tout Ă  fait Ă  part ; exceptionnellement, sans Ɠuvre de Schubert. Nous avons tenu Ă  cĂ©lĂ©brer le centenaire de l’Armistice de la PremiĂšre Guerre Mondiale. Avec une crĂ©ation qui marie musique et mots, en compagnie du comĂ©dien Alain CarrĂ©, le Trio Atanassov rendra hommage Ă  un musicien et compositeur de la Grande Guerre, Lucien Durosoir. C’est un spectacle qui a reçu le label de la Mission Centenaire 14-18.

Les trois autres concerts mettront la jeunesse Ă  l’honneur cĂŽtĂ© artistes : un rĂ©cital de piano avec le talentueux Guillaume Coppola le 16 fĂ©vrier, un duo alto piano avec la jeune et prometteuse LĂ©a Hennino le 19 janvier ; enfin pour clore cette premiĂšre Schubertiade le 30 mars, l’une des Ɠuvres emblĂ©matiques de Schubert : son extraordinaire Quintette Ă  deux violoncelles, avec comme interprĂštes un jeune quatuor en pleine ascension, le Quatuor Elmire, associĂ© Ă  la violoncelliste Sarah Sultan.

 

 

 

CLASSIQUENEWS : Quelle est l’expĂ©rience que vit le spectateur / auditeur Ă  chaque concert? En particulier, quelle expĂ©rience vit chaque jeune au sein du festival ?

Nous avons la chance d’avoir Ă  disposition une salle idĂ©ale pour l’écoute de la musique de chambre : la salle Erwin GĂŒldner de l’hĂŽtel de ville de Sceaux avec une jauge de 200 places. Cela permet au public une proximitĂ© avec les artistes et respecte ainsi l’idĂ©e premiĂšre de musique de « chambre ».
Nous tenons Ă  ce que chaque concert soit prĂ©sentĂ©, pour permettre Ă  l’auditeur d’entrer de façon encore plus intime dans l’Ɠuvre, Ă  travers une rapide analyse mais surtout Ă  travers les mots des artistes qui partagent ainsi leur propre vision.
La musique de chambre, il faut le reconnaitre, n’a pas spĂ©cialement un auditoire d’enfants et de jeunes ; nous avons voulu mettre ces concerts en aprĂšs-midi pour faciliter leur venue. Nous sommes persuadĂ©s que pouvoir vivre des moments musicaux de qualitĂ© tout prĂšs des artistes est la meilleure façon de les toucher.
Une autre envie et singularité de La Schubertiade de Sceaux est de faire participer le public :
J’ai dĂ©jĂ  parlĂ© plus haut de « A vous la scĂšne » qui propose deux master-classes publiques couplĂ©es Ă  deux concerts de midi Ă  destination d’ensembles amateurs sĂ©lectionnĂ©s (19 janvier et 30 mars). Nous avons voulu donner au public l’occasion de connaitre l’envers du dĂ©cor en dĂ©couvrant la minutie de mise au point des musiciens.
Une autre initiative originale, « Dans la cour des poĂštes » permet la participation active des auditeurs en donnant la parole – ou plutĂŽt la plume – Ă  chacun, petit ou grand, invitĂ© Ă  exprimer travers un poĂšme ses impressions et Ă©motions vĂ©cues au cours du concert. Une lecture de poĂšmes sĂ©lectionnĂ©s est prĂ©vue en fin de saison. Enfin, nous continuons le cĂŽtĂ© convivial en organisant un verre d’aprĂšs concert entre public et artistes

 

 

 

CLASSIQUENEWS : Quels sont les critÚres qui vous ont conduit à choisir les 6 artistes / formations invité(e)s pour cette premiÚre saison ?
Je pense que nous avons rĂ©pondu, en partie dĂ©jĂ , Ă  cette question de critĂšres dans la question n°2. Mais j’ajouterai un point primordial en prĂ©cisant ce qu’est la clef de voĂ»te de La Schubertiade de Sceaux et en quelque sorte son credo : la cĂ©lĂ©bration de la musique de chambre.
C’est pourquoi notre directeur artistique privilĂ©gie les ensembles constituĂ©s car la musique de chambre est un art dĂ©licat et de longue haleine qui demande temps, patience et Ă©coute : un vĂ©ritable travail d’orfĂšvre, fruit d’un mariage subtil entre recherche et spontanĂ©itĂ©, exigence et compromis, pour aboutir Ă  une unitĂ© de langage qui ne gomme en rien les Ă©nergies individuelles. Le quatuor Ă  cordes et le trio avec piano prĂ©sents Ă  quatre reprises lors de la saison en sont, sans nul doute, deux exemples privilĂ©giĂ©s.

 

 

 

CLASSIQUENEWS : Pouvez-vous nous donner quelques clés pour mieux comprendre et mesurer les défis de la musique de chambre de Schubert ?

Schubert, c’est sous une apparente lĂ©gĂšretĂ©, un langage Ă  la richesse extrĂȘme, une inspiration dĂ©bordante, un voyage imaginaire dans l’émotionnel, moyen d’évasion pour ce compositeur qui ne quitta jamais Vienne et dont nombre de ses compositions ne furent publiĂ©es ou jouĂ©es qu’aprĂšs sa mort. Schubert, c’est tous les sentiments humains exprimĂ©s dans une musique divine.

 

 

 

CLASSIQUENEWS : Quels aspects de sa musique les 6 concerts Ă  venir vont-ils Ă©clairer en particulier ?

Cette premiĂšre Ă©dition prĂ©sente un raccourci Ă©tonnant : en effet, Ă  la premiĂšre Ɠuvre pour trio avec piano Ă©crite par Schubert Ă  l’ñge de quinze ans (1812), la Sonatensatz jouĂ©e comme premiĂšre Ɠuvre au concert inaugural du 13 octobre, rĂ©pondra le Quintette avec violoncelle (1828), l’Ɠuvre ultime et poignante du compositeur, interprĂ©tĂ©e pour clore la saison lors du dernier concert le 30 mars.
Pierre-Kaloyann Atanassov a souhaitĂ© laisser les interprĂštes libres de choisir l’Ɠuvre ou les Ɠuvres de Schubert. Un choix qui prĂ©sente ce compositeur dans toute sa diversitĂ© Ă©motionnelle et instrumentale.
L’un des traits caractĂ©ristiques de Schubert est ses Ɠuvres inachevĂ©es comme le Sonatensatz pour trio (13 octobre Trio Atanassov) ou le mouvement de quatuor Ă  cordes Quartettsatz D 703 (8 dĂ©cembre quatuor Modigliani) qui date de 1820, annĂ©e au cours de laquelle Schubert n’acheva aucune de ses oeuvres.
Nous aurons aussi quelques instantanĂ©s de grĂące avec les valses nobles (1827) et sentimentales (1823) pour piano (concert 16 fĂ©vrier avec Guillaume Coppola) oĂč, derriĂšre l’apparente lĂ©gĂšretĂ© et Ă©lĂ©gance, la tristesse cachĂ©e n’est jamais loin.
Plusieurs Ɠuvres emblĂ©matiques du compositeur sont bien sĂ»r au programme de cette premiĂšre Ă©dition comme le trio op. 100 (concert 13 octobre Trio Atanassov), la Sonate Arpeggione pour alto et piano (19 janvier LĂ©a Hennino et PK Atanassov), la Sonate funĂšbre pour piano (16 fĂ©vrier Coppola), le Quintette Ă  deux violoncelles (30 mars 2019 par le Quatuor Elmire et Sarah Sultan). On y retrouve cet aspect bien particulier Ă  Schubert qui emporte l’auditeur dans une joie gagnĂ©e sur la souffrance, avec cette alternance si caractĂ©ristique entre angoisse et allĂ©gresse. La programmation met en Ă©vidence la dimension fantastique, les audaces et la profondeur de sa musique.

 

 

 

 

 
 

 

 

——————————————————————————————————————————————————

 

 

 

SCEAUX (92, HAUST DE SEINE SUD) – La Schubertiade de Sceaux, du 13 octobre 2018 au 30 mars 2019, 6 concerts Ă©vĂ©nements – la musique de chambre Ă  Sceaux, les Samedis Ă  17h30, Ă  l’HĂŽtel de Ville de Sceau.

 

 

 

LIRE notre présentation générale de La SCHUBERTIADE DE SCEAUX,

LIRE la prĂ©sentation et la programmation dĂ©taillĂ©e sur le site de La Schubertiade de Sceaux 2018 – 2019

VISITEZ le site du Trio ATANASSOV, partenaire privilégié de la Schubertiade de Sceaux :
www.trioatanassov.com

 

 

 

 

 

 

Comments are closed.