Dossier Claudio Monteverdi 2017 : les 450 ans

Claudio+Monteverdi+monteverdiFEUILLETON MONTEVERDI 2017… pour les 450 ans de Claudio Monteverdi, l’inventeur de l’opĂ©ra. Claudio Monteverdi (1567 – 1643). 2017 marque les 450 ans du CrĂ©monais Claudio Monteverdi, gĂ©nie entre Renaissance et Baroque dont l’écriture sut exprimer comme nul autre avant lui, la profondeur et la sensualitĂ© du sentiment ; inventant au terme d’une longue Ă©volution personnelle, l’opĂ©ra, grĂące Ă  ses styles implorant (priĂšre de l’église), langoureux (dĂ©sir amoureux) et surtout « concitato » (agitĂ©, celui Ă©nergique du combat : Ă©couter ici le fameux Combattimento di Tancredi e Clorinda de 1638), Monteverdi maĂźtre d’une nouvelle harmonie, plus riche en accords dissonnants assumĂ©s, invente littĂ©ralement la langue lyrique, alors façonnĂ©e pour exprimer l’intensitĂ© du drame musical.

 

 

 

En 2017, l’inventeur de l’opĂ©ra aurait eu 450 ans. Ses drames fascinent toujours autant


 

 

Monteverdi 2017 claudio monteverdi dossier biographie 2017 510_claudio-monteverdi-peint-par-bernardo-strozzi-vers-1640.jpg.pagespeed.ce.FhMczcVnmyDramma in musica : ainsi est posĂ© clairement les composantes de l’esthĂ©tique dite baroque ; oĂč la musique est servante du texte ; la force du verbe prime sur tout ; pour en articuler le message, le sens du thĂ©Ăątre montĂ©verdien se dote d’une basse continue, soutien harmonique sur lequel le chant libĂ©rĂ©, peut dĂ©sormais exprimer le chant d’un personnage de plus caractĂ©risĂ©. Cette conception esthĂ©tique est l’aboutissement d’une trĂšs longue Ă©volution et d’une recherche expĂ©rimentale constante dont rendent compte les LIVRES DE MADRIGAUX du compositeur. De ses premiĂšres annĂ©es de musicien en quĂȘte d’une identitĂ© jusqu’aux accomplissements de la pleine maturitĂ©, – madrigaux des Livres I, II, III, IV et V, puis fixant les rĂšgles de la monodie et de la basse continue naissants, – madrigaux dramatiques, antichambre de l’opĂ©ra nouveau : Livres VI, VII, VIII, Monteverdi prĂ©pare sa propre langue lyrique, Ă  partir des avancĂ©es rĂ©glĂ©es dans ses madrigaux. Comme Strauss s’est d’abord ciselĂ© son propre langage orchestral dans es poĂšmes symphoniques (si dramatiques) pour mieux rĂ©ussir ses opĂ©ras qui ont suivi (avec le triomphe que l’on sait, dĂšs Elektra et SalomĂ©). MĂȘme principe prĂ©paratoire chez Monteverdi, chez lequel, la matiĂšre expĂ©rimentale des madrigaux a pu affiner toute l’approche du drame musical et lyrique…
A Mantoue oĂč il sert un duc ingrat, incapable de mesurer le gĂ©nie du compositeur qui le sert, puis surtout Ă  Venise, oĂč il connaĂźt enfin la gloire, Monteverdi qui s’est converti, devenant PrĂȘtre, Ă©difie un thĂ©Ăątre nouveau propre aux annĂ©es 1640 (Le Couronnement de PoppĂ©e, puis Le Retour d’Ulysse dans sa patrie), cycle ultime, porteur d’une sensualitĂ© souveraine et aussi d’un cynisme philosophique en liaison avec la pensĂ©e vĂ©nitienne du XVIIĂš. Son travail prolonge le souci de cohĂ©rence et d’unitĂ© dramatique tel qu’il l’avait dĂ©jĂ  fixĂ© dans le premier vĂ©ritable opĂ©ra de l’histoire : Orfeo en 1607. A travers ses drames musicaux, mĂȘme si beaucoup ont Ă©tĂ© perdus, se dessine une cohĂ©rence absolue de la pensĂ©e musicale et dramatique.

 

 

______________________

Monteverdi_claudio_portrait_claudio_monteverdi_1_hiMONTEVERDI 2017 / FEUILLETON 1 : Histoire et Ɠuvre de Monteverdi : l’odyssĂ©e madrgalesque, l’Orfeo, les VĂȘpresLIRE le feuilleton 1 : d’Orfeo au Vespro, Claudio Monteverdi Ă  Mantoue… Monteverdi est le premier gĂ©nie baroque italien, d’une modernitĂ© inĂ©dite alors. Il permet le passage de la Renaissance au Baroque, c’est Ă  dire de l’abstraction polyphonique (XVIĂš) Ă  l’esthĂ©tique monodique (XVIIĂš), oĂč une voix haute incarne le chant de plus en plus individualisĂ© de l’ñme humaine (sur une basse continue, qui en assure l’accompagnement harmonique : ce type d’écriture libĂšre dĂ©sormais la ligne du dessus, dĂ©volue dĂ©sormais Ă  l’expression des passions humaines. Une telle transformation esthĂ©tique se lit aussi en peinture quand Ă  la mĂȘme Ă©poque, – approximativement, c’est Ă  dire presque 20 ans avant Monteverdi, Caravage Ă  Rome – soit dans les annĂ©es 1590 (Ă  l’église Saint-Louis des Français principalement), rĂ©alise ses compositions oĂč dans une dramatisation nouvelle de la figuration, ombre et lumiĂšre, surgit le rĂ©alisme du portrait : immĂ©diatement, le peintre incarne des personnages bibliques et christiques en leur confĂ©rant une intĂ©rioritĂ© humaine jamais vue auparavant (on dit qu’il embauchait pour les peindre, des gens de la rue, pour portraiturer ainsi Madeleine, La Vierge, le Christ, Pierre, ou les PĂšlerins
 

 

 

 

______________________

CD, rééditions, livres, parutions Monteverdi en 2017 : bilan des parutions célébrant Monteverdi en 2017

 

 

COFFRET MONTEVERDI / RICERCAR (7 cd)  
monteverdi the heritage of monteverdi jean tubery ricercar 7 cd critique compte rendu classiquenews presentation annonce review cd cd critique 584811494e11aCD, coffret, annonce critique. MONTEVERDI : The Heritage of Monteverdi. La Fenice, Jean TubĂ©ry (7 cd Ricercar).  Avant de dĂ©fricher des oeuvres plus rĂ©centes, L’ensemble La Fenice au tournant des annĂ©es 1990-2000 s’est taillĂ© une solide rĂ©putation grĂące Ă  son sens de la ciselure expressive et instrumentale au service de l’Italie Baroque
 A l’époque La Fenice Ă©tait un ensemble reconnu pour son Ă©loquente articulation des passions du premier baroque, -soit le XVIIĂš italien ou Seicento,  le corniste et pilote de son propre ensemble instrumental, Jean TubĂ©ry « osait » rĂ©tablir Monteverdi dans son Ă©poque en dĂ©diant un cycle entier Ă  « l’hĂ©ritage du compositeur crĂ©monais » dont chacun aprĂšs lui, ou dĂšs son contact, ciselait davantage les vertiges sensuels et expressifs de la langue amoureuse, qu’elle soit ivre de langueur ou animĂ© par une fĂ©rocitĂ© jalouse. EN LIRE +

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

______________________

 

AGENDA MONTEVERDI 2017 (opéras, concerts Monteverdi à ne pas manquer en 2017) :

MONTEVERDI 2017. Nouvel Ulysse Ă  PARIS, TCE

monteverdi claudio portraitPARIS, TCE. Monteverdi : Ulisse, 28 fĂ©vrier-13 mars 2017. Chanteur vedette de la production parisienne, le tĂ©nor franco mexicain Rolando Villazon, interprĂšte du rĂŽle-titre : Ulisse / Ulysse, hĂ©ros accablĂ© mais digne et courageux-, mĂšne une maniĂšre de thĂ©rapie vocale depuis plusieurs annĂ©es
 Plus de rĂŽles trop lourds pour lui, mais un choix de rĂ©pertoire qui reconstruit et prĂ©serve une voix demeurĂ©e entiĂšre ; soit Mozart Ă  Baden-Baden oĂč il poursuit l’enregistrement sur le vif des grands opĂ©ras de Mozart (Titus dans La ClĂ©mence de Titus, les 6 et 9 juillet 2017); et avec Emmanuelle HaĂŻm, une aventure initiĂ©e depuis 2006, qui le mĂšne aujourd’hui sur les rives monteverdiens, Ă  Paris, à partir du 28 fĂ©vrier. Avec la chef d’orchestre, le tĂ©nor modifiant couleurs, maĂźtrisant autrement son vibrato (avant assez envahissant), renouvelle sa technique et son style. Il a chantĂ© la partie du narrateur (Testo) dans Le combat de TancrĂšde et Clorinde (en 2006). Il a dĂ©couvert les dĂ©lices du chant montĂ©verdien oĂč la langue et son articulation sensuelle priment avant tout. OĂč le chant et l’orchestre, la musique et le thĂ©Ăątre fusionnent totalement, dans un spectacle poĂ©tique qui mĂȘle alors les genres : tragique, pathĂ©tique, comique, amoureux
 EN LIRE +