Daniel Barenboim, pianiste et chef d’orchestre. Portrait France Musique. Les 22, 23, 25 et 26 septembre 2008 à 16h

Daniel Barenboïm
chef et pianiste

France Musique

Les 22, 23, 25 et 26 septembre 2008
à 16h

Musique et humanisme
Pianiste engagé pour Mozart et Beethoven spécialement, chef non moins passionné, à la direction de l’Orchestre de Paris (1975-1989-, Chicago (1991-2006), chef à vie de la Staatskapelle de Berlin, et directeur principal invité à La Scala de Milan, Daniel Barenboïm s’implique aujourd’hui pour la fraternité concrète et pacifiste, la jeunesse militante et humaniste, celle de l’orchestre qu’il a fondé en 1999 avec le regretté Edward Said, le West Eastern Divan Orchestra, composé de jeunes musiciens originaires de Palestine et d’Israël et d’autres pays arabes, afin de réconcilier les nations en guerre. Parce qu’il ne croit pas à une solution militaire du conflit en Proche-Orient, parce qu’il est nécessaire coûte que coûte de permettre à chacun d’écouter les souffrances de l’autre, et au démarrage d’amorcer un dialogue, le chef qui a la triple nationalité (argentine, israélienne et récemment depuis janvier 2008, palestinienne) “ose” faire entendre sa voix.
A la source littéraire de ce projet, se situe le recueil des poèmes de Goethe (West Eastern divan), lequel se passionna pour l’arabe (à 60 ans!), souhaitant comprendre et lire le Coran, découvrant surtout les textes du poète persan Hafiz dont le désir de connaître l’autre, lui inspira en 1819, son propre Divan Occidental/Oriental.
En s’impliquant ainsi concrètement, dirigeant plusieurs sessions de travail avec l’orchestre puis donnant dans leur prolongation de nombreux concerts (dont l’un historique à Ramallah), Daniel Barenboïm précise aussi une nouvelle voie pour la musique du XXIème siècle: musique engagée, musique humaniste.

France Musique consacre son magazine “Grands interprètes” à Daniel Barenboïm, un artiste d’exception qui explique son combat pour la paix grâce à un humanisme musical dans un livre paru à l’été 2008, “La musique éveille le temps” (éditions Fayard).

Comments are closed.