Compte rendu, concert. Chambord, le 14 juillet 2018. Beethoven, Schubert. JF Heisser, Orch de Ch Nouvelle Aquitaine.

POITIERS, TAP : Jean-François Heisser joue les Variations DiabelliCompte rendu, concert. Chambord, le 14 juillet 2018. L. Van Beethoven, F. Schubert. Jean François Heisser, Orchestre de Chambre Nouvelle Aquitaine. Orchestre associé au Théâtre Auditorium de Poitiers, l’Orchestre de Chambre Nouvelle Aquitaine est l’invité du festival de Chambord pour un concert particulier. Il s’agit du concert de clôture de la huitième édition de la manifestation, lequel tombe le 14 juillet, jour de fête nationale. Le programme s’intéresse au romantisme allemand avec le 4e concerto pour piano et orchestre de Ludwig Van Beethoven (1770-1828) et la 9e symphonie dite «La Grande» de Franz Schubert (1797-1828).

Des variations Diabelli aux concertos pour piano dont il a récemment enregistré l’intégrale Jean François Heisser, pianiste accompli, connaît parfaitement le répertoire pianistique beethovénien. Des cinq concertos pour piano que Beethoven a composé, Jean-François Heisser et l’Orchestre de Chambre Nouvelle Aquitaine ont choisi de présenter au public le quatrième. Composé en 1806, il ne fut créé qu’en 1808 avec Beethoven lui même au clavier.
Jean-François Heisser dirige du piano. Il propose une lecture dynamique et alerte du chef d’œuvre de Beethoven. Le piano et l’orchestre dialoguent tout en douceur et la direction de Heisser, souple, rigoureuse, pleine d’allant donne à ce concerto à part dans le corpus de Beethoven, une saine vitalité, sachant disposer d’un orchestre visiblement très en forme.
C’est avec la neuvième symphonie surnommée «La Grande» de Franz Schubert (1797-1828) que l’Orchestre de Chambre Nouvelle Aquitaine donne sa pleine mesure. Le chef d’œuvre de Schubert n’est connu que par son célébrissime deuxième mouvement ; pourtant l’oeuvre gagne à être connue dans son intégralité. La direction de Jean François Heisser est ferme, nuancée, ciselant chaque note, chaque section de la partition. Si le premier mouvement est alerte et le second «intimiste», ce sont bien les troisième et quatrième mouvements qui attirent l’attention par un rythme dense, grandiose, puissant ; Jean-François Heisser trouve et cultive une énergie formidable pour diriger un orchestre lui-même porté par son premier violon lequel met tant de cÅ“ur à l’ouvrage qu’il bondit régulièrement de sa chaise tel un diable jaillissant de sa boîte à malices.

Le festival de Chambord conclut son édition 2018 avec un concert de belle facture. Tant le concerto de Beethoven que la symphonie de Schubert ont été servis avec passion par un orchestre à la fois réactif et fin, dont le chef a placé haut la barre de l’excellence.

Compte rendu, concert. Chambord, le 14 juillet 2018. Beethoven, Schubert. JF Heisser, Orch de Ch Nouvelle Aquitaine.

Comments are closed.