CENTENAIRE CHARLES GOUNOD 2018

gounod charles portrait jeune par classiquenews gounod centenaire 2018 par classiquenews portr19CENTENAIRE CHARLES GOUNOD. Le 17 juin 2018 marque le centenaire de la naissance Ă  Paris, de Charles Gounod (1818 – 18 oct 1893), compositeur pour l’église (il a envisagĂ© un moment de rentrer dans les ordres : c’est pourquoi il a composĂ© beaucoup de Messe dans le style de Schubert son compositeur favori), surtout auteur lyrique, dont les valses et le gĂ©nie mĂ©lodique a pu aprĂšs Berlioz et Ambroise Thomas, rĂ©gĂ©nĂ©rer l’opĂ©ra romantique français. L’orphelin de pĂšre est Ă©levĂ© par sa mĂšre qui encourage ses dons de compositeur, avant de la confier Ă  Reicha (dont Berlioz fut aussi l’élĂšve). A 18 ans, Gounod est au Conservatoire, suivant les classes de HalĂ©vy (contrepoint), Lesueur et Paer (composition).
Alors que rĂšgne Ă  l’OpĂ©ra, le captivant et si dramatique Meyerbeer (gĂ©nie lyrique des annĂ©es 1830), Gounod pour sa part dĂ©croche le Prix de Rome en 1839 (il a 21 ans) ; en Italie grĂące Ă  la soeur de Mendelssohn, Fanny, il dĂ©couvre les Romantiques allemands.
C’est sa rencontre avec la mezzo lĂ©gendaire Pauline Viardot, qui confirme la vocation de Charles Gounod pour l’opĂ©ra, lui composant un rĂŽle taillĂ© pour son chant ample et sombre, Sapho crĂ©Ă© en 1851, au milieu du siĂšcle : Gounod a 33 ans.
Bien que louĂ© par ThĂ©ophile Gautier, La Nonne sanglante sur le livret de Scribe (1854-1855) Ă©choue Ă  sĂ©duire public et critique. Il est vrai que les parisiens s’entiche de l’opĂ©ra comique et de l’opĂ©rette, grĂące au gĂ©nie de deux crĂ©ateurs inventeurs de premier plan, florissants Ă  partir des annĂ©es 1850, HervĂ© et Offenbach.

GOUNOD 1839 ROME prix de rome portrait par INGRES sur classiquenews CENTENAIRE GOUNOD 2018 dossier par classiquenewsL’essor annoncĂ©, attendu du compositeur romantique français se rĂ©alise au ThĂ©Ăątre-Lyrique, oĂč le directeur Carvalho, lui commande tout Ă  tour, Le MĂ©decin malgrĂ© lui (1858 Ă  40 ans), puis surtout Faust (1859), rĂ©miniscence personnelle et originale du sujet prĂ©cĂ©demment traitĂ© par Berlioz (Damnation de Faust) ; puis un opĂ©ra comique mĂ©connu PhilĂ©mon et Baucis (1860). Suivront dans un style plus ambitieux et parfois grandiloquent, La reine de Saba (OpĂ©ra de Paris, 1862), Mireille (1864), surtout, dans la veine charmante et raffinĂ©e, le sommet de sa production lyrique, RomĂ©o et Juliette (ThĂ©Ăątre Lyrique, 1867, Ă  presque 50 ans). Les quatre duos d’amour entre les deux amants Ă©perdus constituent le sommet français dans le genre romantique amoureux, Ă  la fois tendre et extatique, toujours, d’une exceptionnelle vĂ©ritĂ© et fraĂźcheur d’inspiration. RomĂ©o s’est maintenu depuis lors Ă  l’affiche des scĂšnes internationales car son livret ne faiblit pas (Ă  la diffĂ©rence de Faust par exemple, parfois ridicule), et aussi en raison de l’excellence de sa prosodie, d’une rare distinction, mĂȘlant justesse des intentions et naturel expressif.
Toute sa vie, Gounod entend renouveler l’opĂ©ra romantique français grĂące Ă  la sĂ©duction de ses mĂ©lodies, au raffinement de son orchestration, une certaine fluiditĂ© heureuse, qui na manque pas pour autant de profondeur : en somme, il aurait souhaitĂ© renouveler le miracle de Mozart auquel il dĂ©die une Ă©tude qui en dit long sur sa vĂ©nĂ©ration pour le Salzbourgeois (semblablement admirĂ© de Jacques Offenbach)


 

gounod charles portrait par classiquenews gounod 2018Par le raffinement des harmonies, sans possĂ©der le gĂ©nie dramatique de Bizet, Gounod annonce l’orchestre de Carmen, comme celui de FaurĂ©. Aux cĂŽtĂ©s des oeuvres lyriques moins connues et pourtant tout aussi fouillĂ©es sur le plan de l’écriture (PhilĂ©mon et Baucis, recrĂ©Ă© Ă  l’OpĂ©ra de Tours), la recherche actuelle se concentre, en particulier au moment de son centenaire 2018, sur les partitions de jeunesse (celles acadĂ©miques autour du Prix de Rome) et aussi sur ses opus sacrĂ©s (Messes, motets, etc
). Le Prix de Rome 1839, devint membre de l’Institut, immortel saluĂ© par la censure acadĂ©mique, et vĂ©nĂ©rĂ© par ses pairs comme l’un des piliers de l’opĂ©ra romantique.

____________________

 

 

PREMIERS TEMPS FORTS LYRIQUES

 

—————-

GENEVE, Faust. 1er-18 février 2018

gounod-charles-portrait-par-classiquenews-gounod-2018-vignette-2018-dossier-gounod-2018-par-classiquenewsMichel Plasson, grand inteprĂšte du romantisme français, et qui avait failli diriger Faust Ă  l’OpĂ©ra Bastille (2011), s’attaque Ă  une partition favorite, dans cette production gĂ©nevoise (Mise en scĂšne : Georges Lavaudant). Avec John Osborn (Faust), Jean-François Lapointe (Valentin)
 parmi les chanteurs prometteurs.
RESERVER :
https://www.geneveopera.ch/programmation/saison-17-18/faust/

 

—————-

TOURS, Philémon et Baucis. Les 16, 18, 20 février 2018.

gounod-charles-portrait-par-classiquenews-gounod-2018-vignette-2018-dossier-gounod-2018-par-classiquenewsNouvelle production pour cet ouvrage rare pourtant captivant et trĂšs sĂ©duisant de Gounod, infaillible auteur ici dans la veine plus lĂ©gĂšre de l’opĂ©ra comique. Ce PhilĂ©mon pourrait bien ĂȘtre le joyau lyrique de l’annĂ©e GOUNOD 2018. Production incontournable. A suivre sur classiquenews. DĂ©jĂ  en 2013, l’OpĂ©ra de Tours prĂ©sentait une remarquable production de RomĂ©o et Juliette de Gounod (1867) avec l’inoubliable Juliette de Anne-Catherine Gillet…

LIRE NOTRE PRESENTATION, RESERVEZ
http://www.classiquenews.com/centenaire-gounod-2018-philemon-et-baucis-a-tours/

 

 

APPROFONDIR :

ANNE CATHERINE GILLET chante Juliette / RomĂ©o et Juliette de GOUNOD (1867), Ă  l’OpĂ©ra de Tours en 2013 – teaser vidĂ©o par CLASSIQUENEWS.TV

 

 

—————-
A VENIR : livres, disques, opéras majeurs en 2018 pour le Centenaire Charles GOUNOD

Comments are closed.