CD, opéra, critique. BIZET : les Pêcheurs de perles, 1864. Nouvelle version complète. ONL Orchestre National de LILLE / A Bloch ( 2 cd Pentatone, 2017).

cd-pentatone-les-pecheurs-de-perles-bizet-orch-national-de-lille-alexandre-bloc-fuchs-dubois-sempey-les-cris-de-paris-annonce-cd-evenement-par-classiquenewsCD, opéra, critique. BIZET : les Pêcheurs de perles, 1864. Nouvelle version complète. ONL Orchestre National de LILLE / A Bloch ( 2 cd Pentatone, 2017). PERLE DISCOGRAPHIQUE. On peut reconnaître au nouveau directeur musical de l’ONL Orchestre National de Lille, Alexandre Bloch, une extension remarquable du répertoire de l’Orchestre lillois, le prolongement d’une tradition commencée, cultivée avec le chef fondateur Jean-Claude Casadesus, et qui aujourd’hui, affirme ce symphonisme passionnant, ainsi dédié à l’opéra. Souvent minoré, sousestimé, l’opéra de jeunesse de Bizet, Les Pêcheurs de Perles, appartient à cet orientalisme soit disant “sucré, artificiel” propre au XIXè, un “sous-Carmen”, ou “sous-Lakmé”, selon que certains le rattache négativement à l’opéra de Léo Delibes, lui aussi orientalisant. Pourtant ici, ce que réussit fort bien Alexandre Bloch, la puissance d’un orchestre surtout dramatique donc efficace, coloré, orchestré avec raffinement (donc orientalisant) s’impose à nous, dans un geste et une lecture globale qui soignent les équilibres, la clarté voire la transparence de la pâte orchestrale.

 

 

 

Entre puissance et élégance, précision et sensualité,
Alexandre Bloch ressuscite les Pêcheurs de Perles du jeune Bizet

 

 

L'Orchestre national de Lille recrée Les Pêcheurs de perles de BizetPour cette version complète de 1893, – première mondiale-, le chef a réuni un cast idéal, soulignant ici la fraîcheur et la vitalité d’une distribution de voix juvéniles. C’est même la crème des jeunes chanteurs français dont le relief et le tempérament propre, sculptent chaque profil psychologique : Leïla, jeune fille d’abord soumise à l’ordre religieux puis amoureuse libre et rebelle ; Nadir, que l’amour transfigure lui-aussi au point de le rendre audacieux et courageux ; Zurga enfin, le plus spectaculaire par la métamorphose qui s’opère en lui du début à la fin : rival de Nadir, jaloux, colérique d’abord ; puis complice fraternel d’une idylle qui le hantait et qu’il avait condamnée… C’est lui que le spectateur accompagne depuis le début, sujet d’un bouleversement comme peu à l’opéra alors. Du jaloux haineux, Zurga apprend au contact du couple Leïla / Nadir, la compassion et le renoncement.
Julie Fuchs brille en Leïla, par son angélisme idéalement incarné / elle annonce évidemment la Lakmé de Delibes ; quand ses deux partenaires Cyrille Dubois et Florian Sempey, apportent aux personnages de Nadir et Zurga, le poids et le réalisme qui convient (entre autres superbe passage, leur duo « Au fond du temple saint », est énoncé avec une finesse qui est emblématique de toute la lecture). L’intérêt de l’opéra du jeune Bizet est de reprendre à son compte le duo ténor / baryton, généralement affronté car rivaux, mais ici, il les fait devenir amis, et finalement complices.
L’orchestre scintille, le choeur diffuse ses vapeurs orientales, et aussi exprime le déchainement de la foule vorace, avec un aplomb lui aussi superlatif. Voilà qui expose l’opéra de 1863, ici restitué pour la première fois dans une version complète, avec une pertinence qui accrédite le travail de l’Orchestre National de Lille.
Enfin dernière qualité, non des moindres, les 3 chanteurs articulent et cisèlent un français continument intelligible, maîtrise rare pour être relevée. Que l’on songe aux opéras baroques recréés récemment par d’autres équipes pas aussi scrupuleuses, le souci d’intelligibilité est rarement aussi fouillé comme ici.
CLIC_macaron_2014Pour leur premier disque lyrique, Alexandre Bloch et l’Orchestre National de Lille relèvent donc les défis de l’opéra romantique français, dans la puissance comme l’élégance. A quand leur prochain opus ?
Recréation majeure, CLIC de CLASSIQUENEWS de la rentrée 2018.

——————————————————————————————————————————————————

CD, opéra, critique. BIZET : les Pêcheurs de perles, 1864. Nouvelle version complète. ONL Orchestre National de LILLE / Alexandre Bloch ( 2 cd Pentatone, 2017).

Leïla : Julie Fuchs
Nadir : Cyrille Dubois
Zurga : Florian Sempey
Nourabad : Luc Bertin-Hugault
Les Cris de Paris

Orchestre National de Lille
Alexandre Bloch, direction

Enregistré au Nouveau Siècle, Lille, du 9 au 11 mai 2017
2 CD Pentatone PTC 5186685– 48mn + 61mn

——————————————————————————————————————————————————

VOIR aussi notre reportage vidéo Les Pêcheurs de Perles par l’Orchestre National de Lille et Alexandre Bloch (Reportage vidéo en 2 volets, réalisé au moment de l’enregistrement et de la représentation de l’opéra en version de concert et spatialité au Nouveau Siècle de Lille, 2017)

 

http://www.classiquenews.com/bizet-les-pecheurs-de-perles-ressuscites-par-le-national-de-lille-alexandre-pham/

bizet-pecheurs-de-perles-a-lille-orchestre-national-de-lille-compte-rendu-par-classiquenews-le-10-mai-2017REPORTAGE VIDEO : Les Pêcheurs de Perles de Bizet, 1863. Orchestre National de Lille, Alexandre Bloch. Partition d’un compositeur de 25 ans, Les Pêcheurs de perles du jeune Bizet affirme en 1863 une superbe maturité : orchestration raffinée, élégance des mélodies dont des airs devenus mythiques : celui de Nadir (romance), celui de Leïla (Comme autrefois, berceuse avec cor obligé), mais aussi subtilité des choeurs et séquences orchestrales finement caractérisées et contrastées (le duo d’amour entre Nadir et Leïla enchaîne directement sur une nuit d’orage convoquant à la fin du II, l’orchestre et le choeur au grand complet). Si l’action se déroule à Ceylan, au sein d’une communauté de pêcheurs adorant Brahma, l’orientalisme de Bizet n’est pas celui de Félicien David et plus tard de Delibes (Lakmé, dont la partition de Bizet se rapproche de façon surprenante). La richesse du coloris orchestral s’incarne par les timbres instrumentaux de l’orchestre européen… Ici c’est moins la sublime loyauté amoureuse de Leïla (proche ainsi de la tragique Lakmé), créée par un soprano coloratoure, que le personnage tiraillé du baryton Zurga – le chef de la tribu et l’ami de Nadir, qui rejaillit et finit par distinguer nettemnt par son caractère d’abord impérieux, brutal, puis sa jalousie première écartée, noble et compatissant, sacrificiel. Cf. le duo au début du III, où Zurga en présence de Leïla décide d’aider les deux amants éprouvés. Ainsi le jeune Bizet qui trahit ici une maestrià annonçant directement Carmen, ose une fin heureuse pour ses héros éperdus : ils pourront fuir la haine et la violence du peuple grâce à l’ami de Nadir, Zurga, pourtant lui aussi épris de la belle prêtresse… L’Orchestre National de Lille et Alexandre Bloch en offre en première française, la version de 1893 (Urtext)…
http://www.classiquenews.com/bizet-les-pecheurs-de-perles-ressuscites-par-le-national-de-lille-alexandre-pham/

Comments are closed.