CD, critique. PEDRO RUIMONTE EN BRUSELAS (2 cd Lauda Musica / La Grande Chapelle / Albert Recasens 2017)

ruimonte-pedro-bruselas-la-grande-chapelle-albert-Recasens-cd-programme-cd-review-la-critique-cd-par-classiquenewsCD, critique. PEDRO RUIMONTE EN BRUSELAS (2 cd Lauda Musica / La Grande Chapelle / Albert Recasens 2017). Voici un double cd qui souligne combien l’avĂšnement de nouveaux souverains (Habsbourg espagnols) Ă  la tĂȘte des provinces nĂ©erlandaises : l’infante Isabelle Claire EugĂšnie et son futur Ă©poux, l’archiduc Albert VII d’Autriche en 1599, – Ă  l’initiative de Felipe II d’Espagne (pĂšre de l’Infante), modifia la vie de cour, en particulier, favorisa enfin l’essor d’une intense activitĂ© musicale (inĂ©dite in loco). Le couple venu pacifier les Ă©tats nĂ©erlandais en guerre ouverte contre leurs suzerains ibĂ©riques, sut affirmer un prestige politique auquel le maestro de musica, Pedro Ruimonte associa une somptueuse parure musicale, – spĂ©cifiquement espagnole, comme en tĂ©moigne le faste artistique dĂ©veloppĂ© pour l’entrĂ©e solennelle du couple Ă  Bruxelles. La politique de l’Infante porta ses fruits et en signant la trĂȘve de Douze ans (1609-1621), la paix put se renforcer pendant plus d’une dĂ©cade, permettant Ă  l’art de reprendre des couleurs. Les Flandres purent en particulier dĂ©velopper une nouvelle industrie du luxe. Mais la reconquĂȘte s’appuie surtout sur l’exaltation de la foi de souverains Ă©trangers, ultra-catholiques.
En place au sein de la chapelle archiducale jusqu’en 1614, Ruimonte (aux cĂŽtĂ©s de Peter Philips, John Bull avec le maĂźtre de chapelle GĂ©ry de Ghersem) livre l’ordinaire liturgique et la parure des Ă©vĂ©nements spectaculaires destinĂ©s Ă  assoir l’éclat du dĂ©corum de la contre-rĂ©forme. Bruxelles peut donc se targuer de connaĂźtre sous les Habsbourg, un Ăąge d’or auquel en accord avec la musique, la peinture permit aussi un regain de splendeur, grĂące Ă  Rubens, maĂźtre souverain de la sĂ©quence (avec Otto Venius, Frans Francken, Brueghel l’Ancien, sans omettre le portraitiste Pourbus, qui passera ensuite en France
). La pĂ©riode dorĂ©e prit fin avec le dĂ©cĂšs d’Isabelle en 1633. Le premier tiers du XVIIĂš marque donc Ă  Bruxelles, un dĂ©veloppement exceptionnel des arts. Albert Recasens, directeur artistique de La Grande Chapelle, nous livre ici un Ă©clairage inĂ©dit sur une pĂ©riode pourtant passionnante de l’histoire bruxelloise, Ă  l’époque du premier baroque europĂ©en.

ESSOR DU VILLANCICO Ă  BRUXELLES

Isabella_Clara_Eugenia_of_Spain_-_Frans_Pourbus_II cd review critique cd par classiquenews CLIC de classiquenews de mai 2018Bruxelles Ă  l’heure d’Isabelle entretient un style Ă©clectique et international comme en tĂ©moigne la Fantaisie du Bruxellois Pieter Cornet qui outre sa virtuositĂ© toute italienne, affirme une parfaite assimilation de l’art des virginalistes anglais, dont celui de John Bull, prĂ©sent Ă  Bruxelles justement autour de 1613 (cd 1, plage 5). Le programme conçu par Albert Recasens poursuit une approche extrĂȘmement pertinente et documentĂ©e sur la pĂ©riode : l’intĂ©rĂȘt de ce nouveau disque est d’éclairer le style de Pedro Ruimonte en l’inscrivant dans le contexte artistique de son temps : y figurent ainsi les piĂšces contemporaines de Philips (oeuvres sacrĂ©es), du dĂ©jĂ  citĂ© Cornet (piĂšces pour clavecin) ; mais aussi Romero, Dering (anglais devenu catholique, auteur pour la consort music), jusqu’à Frescobaldi (Canzon, plage 6)
 dans le cd 2 : l’Italien publie son Livre I de madrigaux Ă  Anvers avant de rejoindre Rome oĂč il sera maestro de capella (Capella Giulia).

Dans ce creuset europĂ©en, Ruimonte accompagne l’évolution du choix gĂ©nĂ©ral de textes français pour l’italien (essor du madrigal), mais affirme de son cĂŽtĂ©, l’espagnol comme langue poĂ©tique mise en musique : ainsi son Parnasso espanol (1614, dĂ©diĂ© au Duc de Lerma) dont sont extraits les Villancicos abordĂ©s ici ; cependant il ne sera pas suivi par ses confrĂšres. Ainsi et c’est le sujet principal de ce programme, Ruimonte dĂ©fend le madrigal espagnol (et aussi le villancico) pour 4, 5 et 6 voix ; La Grande Chapelle dĂ©veloppe un soin particulier pour chaque piĂšce, afin de favoriser l’articulation donc l’intelligibilitĂ© de chaque texte dont on peut raisonnablement penser qu’ils firent la dĂ©lectation particuliĂšre des nobles d’Espagne, sans omettre les Souverains Habsbourg eux-mĂȘme en terres flamandes et Bruxelloises.
Ainsi dans chacun des 5 Villancicos retenus (en premiĂšre mondiale, tous dĂ©diĂ©s soit Ă  la Vierge soit Ă  la Passion), La Grande Chapelle insuffle la souplesse nĂ©cessaire pour bien distinguer dans la tenue des effectifs requis, l’enchaĂźnement de ses 3 composantes (estrebillo pour 1, 2 ou 3 voix) ; responsion, dĂ©veloppement de la premiĂšre strophe du 1, par le groupe vocal complet ; enfin, copla finale (mĂȘme effectif que le 1).
Distinguons aussi un travail exemplaire portĂ© par les deux groupes de chanteurs, dans le rare motet (en latin) : Sancta Maria (8 voix), oĂč l’expressivitĂ© chorale proche du texte enflamme cette priĂšre descendante (pleine d’humilitĂ© recueillie) et pourtant aussi trĂšs incarnĂ©e, palpitante.

Le geste respecte l’énoncĂ© surtout syllabique (moins madrigalesque) d’oeuvres qui frappent par leur caractĂšre suspendu, intĂ©rieur, comme distancié  emblĂšmes parfois Ă©nigmatiques d’un pouvoir qui s’est rĂȘvĂ©, universel et omnipotent aux Pays-Bas Espagnols. Ce qu’il fut concrĂštement jusqu’en 1633. La qualitĂ© des textes et des maniĂšres ainsi rĂ©vĂ©lĂ©s mĂ©ritait bien ce double tĂ©moignage absolument nĂ©cessaire. FidĂšle Ă  sa rĂ©putation, Albert Recasens sait nuancer et habiter chaque sĂ©quence avec un feu mesurĂ© et trĂšs homogĂšne. On ne peut guĂšre attendre dans un tel rĂ©pertoire, Ă  la fois solennel et recueilli, meilleure comprĂ©hension des piĂšces choisies.

————————

CLIC_macaron_2014CD, critique. PEDRO RUIMONTE EN BRUSELAS, musica en la corte de los archiduques Alberto e Isabel Clara Eugenia (2 cd Lauda Musica LAU 017 / La Grande Chapelle / Albert Recasens, direction – enregistrement rĂ©alisĂ© Ă  Anvers en janvier 2017). Saluons la notice extrĂȘmement bien documentĂ©e, illustrĂ©e avec discernement, qui souligne le travail scientifique d’envergure dont le coffret de 2 cd est le prolongement Ă©loquent. Rare aujourd’hui, crise du cd oblige et frilositĂ© des directeurs de salles et de festivals, les programmes d’une telle ampleur, ambition, valeur. Bravo Ă  Albert Recasens et ses Ă©quipes. Pour un tĂ©moignage vidĂ©o et plus d’informations : visiter le site du label LAUDA MUSICA

http://www.laudamusica.com/index.php

et

http://www.atlas-news.com/agencia-internet/cultura/Ruimonte_en_Bruselas-pedro_Ruimonte-Siglo_de_Oro-Albert_Recasens-La_Grande_Chapelle-Fundacion_BBVA_3_1116518346.html

Comments are closed.