CD, compte-rendu critique. Quatuor MORPHING : RAVEL, MENDELSSOHN (Saxophones, 1 cd CLARTE, 2015)

MORPHING quatuor saxophones RAVEL mendelssohn cd klarthe review cd critique cd CLIC DE CLASSIQUENEWS de fevrier 2018 kla045couv_lowCD, compte-rendu critique. Quatuor MORPHING : RAVEL, MENDELSSOHN (Saxophones, 1 cd KLARTHE). Pari risquĂ©, inĂ©dit, original. Surtout rĂ©alisation rĂ©flĂ©chie et convaincante. DĂ©diĂ© Ă  FaurĂ©, le quatuor de Ravel est une oeuvre de jeunesse qui portĂ©e par une fougue nerveuse, virile, musclĂ©e, va plus loin que son aĂźnĂ©. CrĂ©Ă©e Ă  Paris en mars 1904, Ă  l’initiative de la trĂšs chauvine « SociĂ©tĂ© nationale », la partition saisit par sa versatilitĂ©, ses contrastes, sa trĂšs forte caractĂ©risation Ă  travers ses 4 mouvements ; autant de qualitĂ©s expressives et poĂ©tiques qui dĂ©voilent au dĂ©but du siĂšcle, le gĂ©nie de Ravel alors ĂągĂ© de 29 ans. Le presque trentenaire affirme une volontĂ© Ă©lĂ©gante, parfois affleurant un certain maniĂ©risme mais jamais artificiel. C’est un charme subtil qui polit la forme ; presque secret qui s’écoule pourtant avec une force d’autant plus flexible qu’elle est idĂ©alement restituĂ©e par les timbres des 4 saxophones, ici en place du quatuor Ă  cordes traditionnel : chacun y dĂ©fend une ĂąpretĂ© douce, un mordant veloutĂ© qui sied parfaitement Ă  l’esprit de salon, Ă  la convulsion silencieuse, – sensualitĂ© souple et voilĂ©e, qui dĂ©tient la clĂ© de ce premier mouvement si coulant et Ă©nigmatique du jeune Ravel (deux motifs de l’Allegro moderato).
Plus fougueux, le 2Ăš mouvement en la mineur (assez vif trĂšs rythmĂ©), – proche de celui de Debussy, explose littĂ©ralement la mĂ©canique vibratile ravĂ©lienne, Ă  nouveau trĂšs flexible et aussi incroyablement caractĂ©risĂ©e. Les hanches renforcent les aspĂ©ritĂ©s de la sonoritĂ©, le caquetage ondulant des timbres mĂȘlĂ©s, le rire presque ironique des pizzicati. Brillant contraste avec l’Adagio qui suit (trĂšs lent), plus onctueux encore que le premier mouvement. Enfin, les saxos sculptent entre voluptĂ©, sarcasmes, plĂ©nitude Ăąpre l’énergie parfois cursive du dernier « Vif et agité », dont ils font un crĂ©pitement perpĂ©tuel. Audace d’une juvĂ©nilitĂ© qui fait rupture, l’écriture du premier Ravel affirme un tempĂ©rament d’acier, angulaire et structurĂ©, pourtant d’un Ă©clat et d’une fluiditĂ© remarquables. Les saxophones ne font pas que relire un texte trĂšs vu et compris ; ils en rĂ©vĂšlent son esprit fougueux ; sa nature Ă©tincelante et fuselĂ©e grĂące Ă  la couleur et au seul grain de chaque instrument. On s’offre ainsi une rĂ©Ă©coute qui dĂ©poussiĂšre les prĂ©jugĂ©s et les idĂ©es reçues : l’ñpretĂ© qui s’en dĂ©gage renforce les qualitĂ©s expressives, la lisibilitĂ© des sections rythmiques, l’intelligence du plan et la fabuleuse logique dĂ©veloppĂ©e par le jeune compositeur.
Dans les piĂšces de Mendelssohn, le jeu et la complicitĂ© des quatre instrumentistes se fluidifient encore davantage (belles nuances du cantabile), intĂ©grant cette joie lumineuse qui fonde aussi l’insouciance jaillissante de l’auteur de Songe d’une nuit d’étĂ©. Les quatre Ă©pisodes constituant ses PiĂšces pour Quatuor Ă  cordes opus 81, gagnent dans cette transcription subtile, une Ă©nergie Ă  l’expressivitĂ© aussi coulante que mordante en particulier dans les deux derniers morceaux : Capriccio puis Fugue, d’une lisibilitĂ© contrapuntique idĂ©ale. La sĂ»retĂ© stylistique des quatre musiciens du QUATUOR MORPHING, leur Ă©vidente complicitĂ© touchent et ensorcĂšlent. Adolphe Sax l’inventeur et l’esthĂšte bien connu, pĂšre des instruments aurait Ă©tĂ© comblĂ© comme nous par l’approche : la rondeur cuivrĂ©e, boisĂ©e, intense (si caractĂ©risĂ©e en timbre et intensitĂ©) de chaque saxo offre dĂ©sormais de nouvelles perspectives et potentialitĂ©s au monde de la transcription. Les partitions ainsi rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©es vivent une seconde existence. Belle rĂ©alisation pour un nouveau type de quatuor instrumental. A suivre Ă©videmment.

 

 

 

_______________

 

 

CLIC_macaron_2014CD, compte rendu critique. QUATUOR MORPHING (saxophones soprano, alto, tĂ©nor et basse). Ravel, Mendelssohn (1 cd KLARTHE records) — enregistrement rĂ©alisĂ© Ă  la ferme de Villefavard en novembre 2015. CLIC de CLASSIQUENEWS de fĂ©vrier 2018.

 

 

Quatuor Ă  cordes en fa majeur opus 35 – Maurice Ravel
Quatre piĂšces pour quatuor Ă  cordes opus 81 – Felix Mendelssohn

Quatuor Morphing
Saxophone soprano : Christophe GrĂšzes
Saxophone alto : Eddy Lopez
Saxophone ténor : Anthony Malkoun-Henrion
Saxophone baryton : Matthieu Delage

 

 

 

Comments are closed.