CD.Chansonnettes frisquettes, joliettes et godinettes. Doulce Mémoire (1 cd Zig Zag)

CD.Chansonnettes frisquettes, joliettes et godinettes. Doulce Mémoire (1 cd Zig Zag) . Une forme simple et populaire et qui parle immédiatement au coeur par la simplicité franche et la séduction mélodique de son écriture : la chanson. Denis Raisin Dadre souligne combien depuis ses débuts (1989), c’est à dire en 2014, depuis 25 ans à présent, avec l’ensemble qu’il a fondé Doulce Mémoire, cette forme musicale reste au centre de tout son travail. Le titre de la formation fait référence même à une chanson écrite par François Ier lui-même.  Le programme de ce disque exemplaire le démontre sans réserve apportant même la preuve qu’à travers les siècles et depuis leur création bon nombre d’entre elles, nous parlant toujours des affres, langueurs, excitation de l’amour, n’ont rien perdu de leur saveur explicite ou cachée.

 

 

Frisquettes, joliettes, godinettes …

 

doulce_memoire_chansonnettes-frisquettes-joliettes-godinettes-doulce-memoire-denis-raisin-dadre-cd-ziag-zagL’essor de la chanson est liée dès la Renaissance (XVIè) grâce à l’imprimerie à une pratique foisonnante qui concerne et le milieu de cour et les maisons privées : chacun veut être à la page en chantant les nouvelles chansonnettes à la mode, qu’elles soient sur un texte savant et littéraire (Clément Marot, Ronsard) ou d’origine purement populaire. Souvent en liaison avec le théâtre de la foire et les tréteaux des marchés, – où règne l’esprit des comédies satirique et bouffonnes, les chansons se délectent en rimes goguenardes et vers paillards à peine masqués : souvent il est question de jeunes beautés vendues et mariées à des vieux riches impuissants… Les pucelles s’amourachent, les amants tendres de découvrent, les vieux décatis désespèrent…
Les vers de Ronsard, poète officiel sont mis en musique avec une verve irrésistible ou joliment agencés dans un écrin mélodique qui en distille l’ineffable finesse (chanson de Costeley) : Mignonne allons voir si la rose… La plupart sont d’autant plus entraînantes qu’elles sont adaptées sur un rythme de danse : gaillardes, bransles, allemandes, pavanes. Le bal ivre en douceurs et pincements au cœur auquel nous convie cette fine collection d’airs profite de l’instrumentarium toujours choisi, conçu par Denis Doulce Mémoire.

Dès ” Mon amant de Saint-Jean ” (incursion d’un standard moderne auquel répond plus loin La complainte de la bute sur des paroles de Jean Renoir), on perd facilement la tête à l’évocation des premiers émois d’un baiser fugace par le chant subtilement chipé de la soprano vedette de l’ensemble Véronique Bourin. Puis, la bransle ” Trop penser … ” chanté à deux voix est une cadence de deux coeurs prêts à la cabriole toutes les nuits ; c’est un balancement syncopé qui attire lui-aussi l’élan le plus frénétique et le plus excité que le miel des flûtes enivrantes sait ensuite finement ciselé. Voici assurément le bransle le plus mémorable de la collection, proposé ensuite en karaoké en fin de cd (car joué uniquement aux instruments : à l’auditeur de chanter lui-même). S’y inscrivent les traits affriolants des chansons d’un Jannequin versatile et imprévisible : douceur tendre de ” Ce beau coral “, griserie à deux voix palpitantes ” Il était une jeune fille ” … qui synthétise l’initiation gourmande d’une jeune beauté aux choses de l’amour…
Jeu du verbe, ciselure des mots à double sens, rythmes ensorcelants et accents nostalgiques, pointes érotiques, grivoises, paillardes affleurant parfois jusqu’à l’impudeur et l’indécence, ce programme pour ses 25 ans, confirme le goût unique de Doulce Mémoire pour ce dire enchanteur et gestuel qui captive depuis ses débuts. L’entrain gourmand, la vérité et la justesse du style redonnent au populaire ses lettres de noblesse, son éclatante et communicative distinction. Magistral. Denis Raisin Dadre ne pouvait de meilleure manière fêter ses 25 printemps de concerts et de réalisations vécus dans l’esprit d’une troupe.

 

Chansonnettes frisquettes, joliettes et godinettes. Doulce Mémoire. Véronique Bourin, soprano. Hugues Primard, ténor. Musiciens de Doulce Mémoire.  1 cd Zig Zag.  Enregistrement réalisé en novembre 2013 à Fontevraud, durée 1h57′.

 

 

Comments are closed.