Cd, annonce. MIROIRS. Elsa Dreisig, soprano (1 cd Erato)

500x500-ELSA-DREISIG-miroirs-cd-critique-clic-de-classiquenews-la-nouvelle-diva-francaise-par-classiquenewsCd, annonce. MIROIRS. Elsa Dreisig, soprano (1 cd Erato). MIROIRS : voici un premier album pour la « nouvelle diva française » (prĂ©cisĂ©ment franco-danoise), Elsa Dreisig, soprano coloratoure au chant flexible, naturel, agile, idĂ©alement intelligible (enfin une chanteuse dont on comprend chaque syllabe, et donc chaque intonation bien nuancĂ©e)
 Les hĂ©roĂŻnes romantiques françaises sont prĂ©sentes Marguerite dans Faust, Juliette de RomĂ©o et Juliette de Gounod ; Thais de Massenet, 
 mais l’idĂ©e qui renvoie au titre, en un effet de MIROIR pertinent, demeure la confrontation d’un mĂȘme profl psychologique, traitĂ© par deux compositeurs diffĂ©rents : voici donc Manon (version Massenet et Puccini), Juliette (Gounod / Steibelt), surtout SalomĂ© (Massenet, HĂ©rodiade / Richard Strauss : dans la version française originale prosodiĂ©e par Romain Rolland : on l’a compris, le joyau de cet album)


 

 

 

Elsa Dreisig signe son premier cd
La belle voix d’Elsa
Salomé superlative


 

 

 

Belle amplitude expressive, grand appĂ©tit pour la jeune diva, rĂ©vĂ©lĂ©e au Concours de Clermont Ferrand Ă  23 ans en 2015 (VOIR notre entretien alors avec la jeune diva qui chantait dĂ©jĂ  Rosina), puis consacrĂ©e Ă  Operalia 2016
 Celle qui chante aussi Traviata Ă  Berlin, « ose » ici une collection de 10 airs parmi les plus ambitieux et caractĂ©risĂ©s du rĂ©pertoire lyrique. D’emblĂ©e l’ampleur de ce timbre tendre, d’une belle agilitĂ©, s’impose par sa maturitĂ© et son Ă©lĂ©gance. Un style impeccable d’une intensitĂ© continue, qui sait surtout magnifiquement articuler le français. Un rĂ©gal qui nous rappelle donc Mirella Freni pour le volume et la tension canalisĂ©s, et aussi Crespin pour la prĂ©cision du souci linguistique.

Ainsi voici la Comtesse des Noces de Figaro de Mozart, en sa priĂšre douloureuse et digne : « Porgi amor » ; Rosina du Barbier de SĂ©ville de Rossini et sa dĂ©termination juvĂ©nile, combattante, rĂ©flĂ©chie ; SalomĂ© de Strauss, enivrĂ©e, extatique, hallucinĂ©e)
. A coup sĂ»r, ce pourrait bien ĂȘtre son incarnation de SalomĂ©, version Strauss qui pourrait ĂȘtre majeure. En français, profĂ©rant des aigus languissants, extatiques donc, en concurrence direct avec la frĂ©nĂ©sie des flĂ»tes simultanĂ©s, rivalisant d’amples volutes sombres et chaudes avec les cors, sa personnification de l’hĂ©roĂŻne de Oscar Wilde, innocente et perverse, criminelle et aimante, dĂ©sirante et monstrueuse pourrait bien affirmer dĂ©finitivement un tempĂ©rament d’exception, Ă  suivre Ă©videmment dĂ©sormais. Il s’agit d’une rĂ©vĂ©lation confirmĂ©e et l’avĂšnement d’une nouvelle grande diva française aux cĂŽtĂ©s d’une autre soprano emblĂšme de l’écurie Erato, Sabine Devielhe. Grande critique du cd MIROIRS / Elsa Dreisig, Ă  venir dans le mag de classiquenews.com

 

 

 

 

——————————————————————————————————————————————————

Cd, annonce. MIROIRS. ELsa Dreisig, soprano (1 cd Erato)

Comments are closed.