Médée de Cherubini

Nice, Dijon. MĂ©dĂ©e de Cherubini. 13-22 mai 2016. Deux productions simultanĂ©es de MĂ©dĂ©e de Cherubini offrent deux visages d’autant plus diffĂ©rents et complĂ©mentaires, qu’il s’agit Ă  Nice de Medea, soit l’opĂ©ra en version italienne, et Ă  Dijon de … MĂ©dĂ©e, en version française avec nouveaux dialogues parlĂ©s, rĂ©Ă©crits par Jean-Yves Ruf.

A Dijon, Jean-Yves Ruf met en scène sa dĂ©jĂ  7è proposition pour un spectacle lyrique, cherchant pour sa part un mixte homogène et cohĂ©rent entre théâtre, orchestre et chant… A son actif : Elena de Cavalli Ă  Aix (2013), l’une des lectures du labyrinthe vĂ©nitien de l’amour, sensuel et dĂ©lirant, troublant et sauvage, parmi les plus convaincantes de l’opĂ©ra baroque.

 

 

 

VENISE. Festival Antiquité, mythologie et romantisme

 

 

CHERUBINI ingres alf6_ingres_001fL’opĂ©ra MĂ©dĂ©e de Luigi Cherubini crĂ©Ă© en 1797, Ă  l’extrĂ©mitĂ© du XVIIIè, semble rĂ©sonner des tumultes rĂ©volutionnaires de la terreur, l’hĂ©roĂŻne, MĂ©dĂ©e, incarnant cet idĂ©al exacerbĂ© de sacrifice et de cruautĂ© infanticide qui vibre au diapason d’une pĂ©riode de l’histoire française particulièrement sanguinaire et violente. La lecture de Cherubini grâce Ă  une humanisation considĂ©rable du mythe lĂ©guĂ© par Euripide et Sophocle, et aussi Corneille, grâce Ă  une musique exaltante qui souligne par rĂ©pĂ©tition, l’obsession d’une nature marquĂ©e par l’enfermement et la profonde solitude, offre aux cĂ´tĂ©s de la mère criminelle, au-delĂ  de tout pardon, la femme amoureuse trahie, dĂ©truite, entre amour et haine, impuissance et vengeance.  L’opĂ©ra de Cherubini fait la synthèse de toutes les hĂ©roĂŻnes fortes qui ont marquĂ© jusque lĂ  les tragĂ©dies lyriques : Armide, Alcina… toutes les enchanteresses aimantes qui face Ă  l’amour ont essuyĂ© Ă©chec, dĂ©pit, amertume, dĂ©sespoir. RĂ´les “Ă  baguette”, les personnages ont peu Ă  peu affirmer sur la scène, du règne de Louis XVI Ă  la RĂ©volution, une nouvelle figure fĂ©minine dĂ©chirĂ©e touchante par la profondeur de son impuissance. Alors MĂ©dĂ©e victime d’un Jason lâche et vil ? Pas si simple. Car la vision du hĂ©ros est ici plus politique que passionnelle et sentimentale… Comme l’Armide du Renaud de Sacchinni, MĂ©dĂ©e est une âme dĂ©jĂ  romantique qui annonce Beethoven et se rapproche de MĂ©hul.  Et les mises en scène les plus justes, Ă©cartant les caricatures et raccourcis rĂ©ducteurs, nuancent plutĂ´t chaque profil psychologique. Pour mieux rendre actuel l’enjeu de l’opĂ©ra de Cherubini, JY Ruf Ă  Dijon a banni les dialogues parlĂ©s originels Ă©crits par François-BenoĂ®t Hoffman, et prĂ©fère rĂ©Ă©crire ses propres textes dramatiques.

 

 

 

Nice, Opéra
Medea, version italienne
Les 13, 17, 19, 22 mai 2016
Petrou, Montavon

 

 

Dijon, Opéra
Médée de Cherubini, 1797
version française de l’opĂ©ra
Jean-Yves Ruf, mise en scène
Les 17, 19 et 21 mai 2016

 

 

medee delacroix fc76a7_68b873943a4c4e9aa0a4e9707e67aa64.jpg_srz_980_980_85_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srz

 

 

Illustrations : Portrait officiel de Luigi Cherubin par Ingres / MĂ©dĂ©e s’appâtant Ă  tuer ses enfants pour se venger de Jason par Delacroix