BrĂ©sil, RIO. JoĂŁo Guilherme Ripper nommĂ© directeur de l’OpĂ©ra de Rio.

ripper-joao-ghilermo-ripper-composer-teatro-municipal-rio-de-janeiro-juin-2015-portrait-nomination-classiquenews-depeche-breaking-newsBrĂ©sil, RIO. JoĂŁo Guilherme Ripper nommĂ© directeur de l’OpĂ©ra de Rio. Le directeur artistique et compositeur brĂ©silien, JoĂŁo Guilherme Ripper est nommĂ© directeur de l’OpĂ©ra de Rio (Fondation du Teatro Municipal de Rio de Janeiro au BrĂ©sil). Directeur depuis 2004, de la Salle de concerts CecĂ­lia Meireles, au coeur de Rio, dont il a avait fait un haut lieu de la diffusion musicale, JoĂŁo Guilherme Ripper a Ă©tĂ© nommĂ© pour relever les nouveaux dĂ©fis de l’OpĂ©ra carioca, rĂ©plique locale du Palais Garnier Ă  Paris et dès sa première saison, en 1910, foyer particulièrement actif de l’art lyrique sur le plan international (comme l’est toujours le Teatro Conlon Ă  Buenos Aires en Argentine). L’objectif du nouveau directeur de l’OpĂ©ra de Rio est Ă  terme de faire Ă©voluer le Teatro Municipal en grande maison d’opĂ©ra, renouant ainsi avec son histoire prestigieuse.  “J’assumerai Ă  prĂ©sent le dĂ©veloppement artistique du “Municipal” , commente JoĂŁo Guilherme Ripper, puis d’ajouter : “je pense qu’un nouveau directeur sera nommĂ© Ă  la Sala CecĂ­lia Meireles avant la semaine prochaine”.

 

 

 

Avec la nomination de son nouveau directeur JoĂŁo Guilherme Ripper, l’OpĂ©ra de Rio ouvre un nouveau chapĂ®tre de son histoire

Le nouveau grand dĂ©fi de l’OpĂ©ra de Rio

rio-salla-cecilia-meireles-renaud-sacchini-opera-par-Bruno-Procopio-direction-21-et-22-mars-2015PersonnalitĂ© passionnĂ©e et libre, d’une rare exigence, JG Ripper Ă  la direction du Théâtre Municipal de Rio de Janeiro aura toute latitude dans ses choix musicaux et artistiques, comme il a toujours fait, ainsi et pendant plus de 10 annĂ©es Ă  la tĂŞte de la Sala CecĂ­lia Meireles qui est devenue sous sa direction, un lieu incontournable de la vie musicale carioca. Perfectionnisme, audace, Ă©quilibre des choix artistiques… voilĂ  sa marque de fabrique.
brunoProcopio dirige Renaud sacchiniRĂ©cemment en mars 2015, le directeur de la Sala avait permis la crĂ©ation de l’opĂ©ra de Sacchini : Renaud (1783), fleuron de l’art lyrique français des Lumières, sous la direction de Bruno Procopio, avec la mezzo brĂ©silienne Luisa Francesconi dans le rĂ´le particulièrement difficile de la guerrière amoureuse, Armide. LIRE notre compte rendu complet de Renaud Ă  Rio par Luisa Francesconi et Bruno Procopio. VOIR aussi notre grand reportage Renaud de Sacchini crĂ©Ă© Ă  Rio (Sala CecĂ­lia Meireles, mars 2015)

rio Teatro_Municipal_de_RĂ­o_de_JaneiroLe Teatro Municipal de Rio est inaugurĂ© en 1909. Dès sa première saison en 1910, il bĂ©nĂ©ficie du prestige et de l’activitĂ© de son confrère le Théâtre Conlon de Buenos Aires en Argentine : l’impresario Walter Mocchi favorisant mĂŞme le transfert des grands artistes d’un lieu Ă  l’autre, faisant de Rio, le temple lyrique le plus actif du BrĂ©sil. Toscanini fait ses premières armes de chef lyrique Ă  Rio en 1886. Signe avant-coureur : la date de son inauguration en 1909 est le 14 juillet, jour de la fĂŞte nationale française… La tradition du Municipal s’appuie surtout sur une programmation favorisant les opĂ©ras romantiques français : Les Huguenots de Meyerbeer, L’Africaine de HalĂ©vy, PellĂ©as et MĂ©lisande de Debussy ou MaroĂ»f savetier du Caire de Rabaud… au point que Rio fut considĂ©rĂ© parfois comme la succursale du Palais Garnier et de l’OpĂ©ra Comique dont il ne partageait pas seulement une proximitĂ© architecturale mais aussi artistique. Y ont Ă©tĂ© crĂ©Ă©s dans la foulĂ©e de leur crĂ©ation europĂ©enne et française : BĂ©atrice, Fortunio de Messager, L’Etranger de D’Indy, Monna Vanna de FĂ©vrier, Si j’Ă©tais roi d’Adam…  puis après la guerre, L’Aiglon, Dialogues des CarmĂ©lites, La Voix Humaine, autant de partitions absolument capitales pour l’essor de la culture française post romantique et moderne (XXème siècle). Les artistes français alimentent aussi une vraie passion française Ă  Rio : les chanteurs Vallin, CrabbĂ© ou Journet s’y produisant pendant plusieurs annĂ©es… Avec la nomination Ă  la direction de l’Institution carioca, de JoĂŁo Guilherme Ripper, se tourne une nouvelle page de son histoire mythique. Quels seront les axes de la programmation, et le rĂ©pertoire français sera-t-il l’un des piliers de ce nouvel essor annoncĂ© ? RĂ©ponses dans les mois Ă  venir.

 

 

VOIR le site de l’OpĂ©ra de Rio, Teatro Municipal de Rio de Janeiro (BrĂ©sil)

VIDEO : en dĂ©cembre 2012, Bruno Procopio diirge le premieropĂ©ra italien reprĂ©sentĂ© au BrĂ©sil Ă  Rio : le perle buffa L’oro no compra amore de Marcos Portugal : reportage vidĂ©o exclusif © classiquenews.com 2012

 VIDEO : voir aussi le reportage RENAUD de SACCHINI créé à Rio (mars 2015 à la Sala Cecília Meireles) sur You tube : https://www.youtube.com/watch?v=oNP-MtjC1iE&feature=youtu.be