Brésil. 1er Festival international de Musique ancienne de Diamantina

diamantina-festival-2015-bresil-orgueBrĂ©sil. Diamantina, 1er festival international de musique ancienne. 20 fĂ©vrier > 1er mars 2015. Diamantina : la ville est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, c’est surtout un nom destinĂ© Ă  briller. Si son passĂ© illustre la quĂȘte des chercheurs de diamants venus explorer les massifs montagneux plutĂŽt escarpĂ©s, la citĂ© situĂ©e au nord-est du Minas Gerais, territoire cĂ©lĂšbre pour la richesse de son patrimoine, entend Ă©blouir par un Ă©vĂ©nement nouveau : son premier festival de musique ancienne dĂšs fĂ©vrier 2015.

diamantina-festival-homepage-582-420-classiquenewsNouveau festival baroque au BrĂ©sil. Le nouveau festival international de musique ancienne est d’autant mieux inscrit dans les ruelles Ă©troites aux façades blanches quadrillĂ©es de lignes bleu ou jaune vifs que son rĂ©pertoire rĂ©pond au style architectural de la citĂ© historique : ses fenĂȘtres aux encadrements surlignĂ©s, – typique du style colonial baroque (XVIII Ăšme)-,  ses toitures Ă  tuiles, sa cathĂ©drale baroque, ses nombreuses Ă©glises remarquablement conservĂ©es, rappellent la mĂ©moire culturelle d’une ville qui a connu son essor Ă  l’Ă©poque coloniale. C’est avec une autre perle historique, Paraty, l’un des fleurons patrimoniaux du BrĂ©sil.
Le festival rĂ©alise une alliance idĂ©ale entre musique et patrimoine qui rĂ©active l’attrait touristique d’une ville particuliĂšrement dynamique aujourd’hui. On connaĂźt le bĂ©nĂ©fice que permet pour les municipalitĂ©s, l’implantation d’un festival : Cuenca en Espagne (Castilla La Mancha), Salzbourg Ă©videmment, Aix en Provence en France : toutes ces villes ont eu l’intelligence de dĂ©velopper et soutenir un Ă©vĂ©nement culturel majeur, devenu un emblĂšme internationnalement saluĂ© et cĂ©lĂ©brĂ©.

 

 

 

Nouveau festival baroque au Brésil

le premier festival international de musique ancienne Ă  Diamantina

 

 

marco-breschia-diamantina-bresil-premeir-festival-de-musique-ancienne-582-594Le festival international de musique ancienne de Diamantina prend son essor Ă  1200m d’altitude, sur un massif assez aride dans la vallĂ©e du fleuve Jequitinhonha, l’une des rĂ©gions les plus isolĂ©es et Ă©nigmatiques de l’état de Minas Gerais au BrĂ©sil. PortĂ©e par Lira Cultura, sous les auspices du MinistĂšre de la Culture du BrĂ©sil, l’Ă©vĂ©nement offre un Ă©cho au riche passĂ© local. Diamantina s’est dĂ©veloppĂ© tout au long du XVIIIe siĂšcle Ă  partir d’un noyau urbain (appelĂ© Arraial do Tejuco), oĂč la lĂ©gendaire ex-esclave Chica da Silva, qui avait su sĂ©duire l’adjudicataire du contrat royal pour le monopole de l’extraction des diamants, JoĂŁo Fernandes, vĂ©cut comme une authentique reine. TĂ©moignage Ă©loquent de cette pĂ©riode de richesse et de splendeur, l’orgue de l’église du tiers-ordre de Notre Dame du Carme est le plus ancien entiĂšrement construit au BrĂ©sil et toujours conservĂ©. L’instrument, entiĂšrement conçu et exĂ©cutĂ© entre 1782 et 1787 par le facteur d’orgues autodidacte pĂšre Manoel de Almeida e Silva, a Ă©tĂ© utilisĂ© par le compositeur JosĂ© Joaquim diamantina orgue 1780Emerico Lobo de Mesquita dans la composition de plusieurs fleurons de la musique coloniale brĂ©silienne. En Ă©cho Ă  cet essor culturel et musical contemporain du rĂšgne de Louis XVI et Marie-Antoinette en France, le nouveau festival de Musique Ancienne de Diamantina propose une programmation sui suit ses intentions : « Patrimoine ImmatĂ©riel / Patrimoine MatĂ©riel : un dialogue nĂ©cessaire ». Autour de l’orgue historique de ND des Carmes, l’Ɠuvre de Lobo de Mesquita sera ressuscitĂ©e donc rĂ©estimĂ©e, mise en valeur dans son contexte luso-brĂ©silien, ibĂ©ro-amĂ©ricain et italo-ibĂ©rique. De passionnantes confrontations, de probables (re)dĂ©couvertes jalonneront ainsi les concerts Ă  venir.

 

 

procopio_bruno_chemise_bleueBrĂ©sil, Diamantina. PremiĂšre Ă©dition du Festival International de Musique Ancienne de Diamantina, du 20 fĂ©vrier au 1er mars 2015. 8 concerts, cours d’interprĂ©tation historique du rĂ©pertoire d’orgue ibĂ©rique et italien, exposĂ©s, dĂ©bats, ateliers pour les enfants (consulter en ligne la programmation 2015)… Artistes invitĂ©s : les ensembles Ministriles de Marsias (Espagne), Favola d’Argo (Portugal/Espagne) et Alemmares (Portugal), les organistes Bruno Forst, JoĂŁo Vaz, Elisa Freixo, Marco Brescia (fondateur du festival), portrait ci dessus Ă  l’orgue, sans omettre le claveciniste francobrĂ©silien (et chef d’orchestre) Bruno Procopio. En clĂŽture du festival 2015, concert de cloches dans toutes la ville historique, avec la participation de plusieurs secteurs culturels et artistiques de la ville et de la rĂ©gion…

 

 

 

Approfondir :
Visitez le site officiel du Festival International de Musique Ancienne de Diamantina

 

Voir aussi le site de l’orgue historique Almeida e Silva / Lobo de Mesquita (1787) de Diamantina

 

 

 

diamantina-vile-baroque-couloir-passerelle-rue-582

 

 

 

Pourquoi y aller ?

 

4 raisons pour aller Ă  Diamantina, et assister au 1er festival de musique ancienne :

1- la beauté de la ville historique (qui est aussi le berceau du président brésilien, Juscelino Kubitschek, initiateur de la construction de Brasilia.)
2- le climat Ă  cette pĂ©riode de l’annĂ©e : fin de l’Ă©tĂ© (donc chaleur plus supportable)
3- l’intĂ©rĂȘt et l’originalitĂ© de la programmation musicale dĂ©veloppĂ©e autour d’un orgue historique unique au monde restaurĂ© par le facteur français FrĂ©dĂ©ric Desmottes (qui a aussi restaurĂ© les deux orgues historiques de la CathĂ©drale de Cuenca en Espagne)
4- la forte attraction des sites naturels environnants la citĂ© de Diamantina : cascades, lacs, paysages vallonĂ©s… d’une beautĂ© sauvage prĂ©servĂ©e saisissante.

VoilĂ  autant d’arguments culturels, environnementaux qui font du Festival international de musique ancienne de Diamantina, un Ă©vĂ©nement dĂ©sormais Ă  suivre.

 

 

 

Illustrations : vues de la ville de Diamantina (Minas Gerais, BrĂ©sil, DR). L’organiste et fondateur du festival de musique ancienne de Diamantina : Marco Breschia © Lisa Soares. Bruno Procopio (DR).