LILLE, l’ONL aborde la 3è Symphonie “Héroïque” de Brahms

Brahms-Johannes+Brahms-774x1024LILLE, ONL : 22 février 2018. Brahms : 3è Symphonie. L’Orchestre National de Lille aborde demain, l’un des sommets du symphonisme romantique tardif germanique : la 3è Symphonie de Brahms. BRAHMS : les Symphonies. Denses et passionnelles mais d’une structure complexe autant qu’équilibrée (comme Beethoven), les quatre Symphonies de Brahms ont l’ivresse échevelée des quatre opus de Schumann (son mentor et ami rencontré à 20 ans), sans omettre sa curiosité pour les motifs populaires, … ce qui le rapproche de Schubert. Inauguré avec la création de la Symphonie n°1 en 1876 (l’année du premier Ring de Wagner à Bayreuth), achevé en 1885, le cycle des Symphonie de Johannes Brahms prolonge la tradition orchestrale outre-Rhin depuis Beethoven. Mais Brahms apporte en plus de la concision du plan et de la cohérence de la structure,  une tension favorable aux conflits internes et une orchestration immédiatement repérable (il faut connaître outre ses Symphonies, les Concertos remarquables qu’il a également composés : le Concerto pour violon est contemporain de la Symphonie n°2, soit 1877 ; le deuxième Concerto pour piano, de loin le plus sublime opus concertant jamais écrit alors depuis Beethoven, précède en 1881, ses 3ème et 4ème Symphonies, datées 1883-1885). Parfois trop épais, jouant plus sur la densité et pas assez sur l’opulence souple et articulée, beaucoup de chefs ont fini par “grossir” le trait brahmsien, lui ôtant toute transparence au profit d’un tragique grandiose, « boursouflé », lourd et grandiloquent. Or le champion et adversaire de Wagner à Vienne, a gagné ses galons et sa légitime notoriété en s’inscrivant tel un ” classique” contre les modernes de son temps. Récemment les orchestre sur instruments d’époque ont démontré quel apport bénéfique, leur format resserré mais caractérisé pouvait apporter à Brahms. LIRE ici notre critique du Brahms dépoussiéré, illuminé de Philippe Herreweghe et l’Orchestre des Champs Elysées.

Symphonie n°3 de Brahms dite « Héroïque »
Brahms commença la composition de sa 3ème Symphonie en 1880, mais c’est à l’été 1883 qu’il s’y consacra pleinement jusqu’à son achèvement. Elle fut créée le 2 décembre de la même année, à Vienne, par le chef d’orchestre Hans Richter, qui lui donna le surnom d’ ” Héroïque ” en référence à la 3ème de Beethoven ainsi nommée. Le succès de la Symphonie fut immédiat, à travers toute l’Europe et jusqu’aux Etats-Unis.
Les 4 mouvements de la Symphonie de Brahms exigent précision, couleur, équilibre du geste : curieusement, l’Héroïque de Brahms s’achève dans le murmure, la tendresse, un acte de foi et une confession libellée à demi mots. On est loin des déclarations tonitruantes, démonstrations en force et en fanfare.
La tendresse et la pudeur si intensément mises à l’honneur dans les 2 mouvements centraux (l’Andante évanescent et le fameux poco allegretto), sont serties par les mouvements I et II, ce dernier s’achevant en un calme recouvré qui contraste très fortement avec l’impétuosité majestueuse et tragique du I. Il faut veiller à la lisibilité du chant des violoncelles au cœur du III (avec leurs échos fraternels: cor, hautbois, clarinette, chacun reprenant le thème principal d’une douce nostalgie); l’alliance emblématique cor et hautbois; clarinette axiale dans l’Andante, laquelle conclue le mouvement tout baigné d’amour tendre, de secrète extase…
L'Orchestre national de Lille invite Mark ShanahanA Lille, c’est le chef déjà remarqué à Nantes, comme maestro lyrique à l’époque de Jean-Paul Davois, Mark Shanahan qui remplace Lawrence Foster, déclaré malade. Le concert de demain, jeudi 22 février 2018, associe deux fleurons du répertoire romantique ! D’abord, le Concerto pour violon de Tchaïkovski, chef-d’oeuvre admirablement orchestré et dont la partition pour violon, est défendue par la violoniste allemande Arabella Steinbacher ; et donc la Symphonie n°3 de Brahms dont Clara Schumann dira « cette œuvre est un tout, un seul battement de cœur. Du début à la fin on est enveloppé par le charme mystérieux des bois et des forêts ». Le thème du 3ème mouvement a servi de modèle à de nombreux artistes populaires, notamment Frank Sinatra ou Serge Gainsbourg…

 

 

 

Orchestre National de Lille
Tchaïkovski : Concerto pour violon
Brahms : Symphonie n°3

Mark Shanahan, direction
Violon : Arabella Steinbacher

 

 

 

Tournée en 3 dates

jeudi 22 février 2018, 20h
Lille – Auditorium du Nouveau Siècle

INFOS & RESERVATIONS :
http://www.onlille.com/saison_17-18/concert/grand-romantisme/

 

 

puis, 2 concerts en région :

En région
Vendredi 23 février, 20h30
Amiens – Maison de la Culture
Informations et réservations : 03 22 97 79 77
et accueil@mca-amiens.com

Samedi 24 février 20h
Linselles – Salle Alfred Ramet
Informations et réservations : office.linselles.culture@gmail.com

 

Comments are closed.