The Emidy Project : l’esclave devenu violoniste et compositeur

emidy-project-diana-baroni-annonce-concert-par-classiquenewsMONTREUIL. THE EMIDY PROJECT, Jegede, Baroni. La Marbrerie, le 6 juin 2018. ODYSSÉE D’UN ESCLAVE GUINÉEN DEVENU VIOLONISTE VIRTUOSE. Diana Baroni flĂ»tiste baroque et chanteuse, en complicitĂ© avec le compositeur et joueur de Kora, Tunde Jegede ont conçu un spectacle total, inĂ©dit qui dresse le portrait « sensible et universel de la vie extraordinaire de Joseph Emidy ». Les artistes cĂ©lĂšbrent ainsi la figure d’un personnage exemplaire, mĂ©connu de l’Histoire de l’émigration et de l’esclavage, et dont la carriĂšre inouĂŻe fut dĂ©jĂ  cĂ©lĂ©brĂ©e lors des commĂ©morations du bicentenaire de l’abolition de l’esclavage en Grande Bretagne en 2007. The Emidy Project illustre l’itinĂ©raire d’une vie exceptionnelle, celle s’un surhomme, de surcroit artiste et musicien qui au XVIIIĂš et au dĂ©but de la pĂ©riode romantique, Ă©claire l’odyssĂ©e humaine, en dĂ©passant sa premiĂšre condition d’esclave : Joseph Antonio Emidy, fut ensuite, violoniste renommĂ©, professeur, chef d’orchestre et compositeur.

 

 

 

The Emidy Project
Création à la Marbrerie de Montreuil
6 juin 2018, 20h30
Soirée de lancement du disque The Emidy Project
en prĂ©sence de l’auteur et des interprĂštes

RÉSERVEZ VOTRE PLACE
Prévente : 8,49 euros / sur place : 12 euros
http://lamarbrerie.fr/the-emidy-project/

La Marbrerie – Montreuil : 21 rue Alexis Lepere 93100 Montreuil
TĂ©l : 01 43 62 71 19 – visiter le site de La Marbrerie / Montreuil

 

 

 

VOIR LE TEASER THE EMIDY PROJECT

 

emidy-project-diana-baroni-tunde-jegede-video-annonce-clic-de-classiquenews-mai-2018

 

https://www.youtube.com/watch?v=82go8IGmZwU

 

 

 

 

 

Distribution :
emidy project tunde jegede portrait spectacle par classiquenewsTunde Jegede (Nigeria) – direction, kora, violoncelle, compositions
Diana Baroni (Argentine) – flĂ»te baroque, chant
Simon Drappier (France) – arpeggione
Rafael Guel (Mexique) – vihuela, percussions, chant
Lassina TourĂ© (Cote d’Ivoire) – danseur
Sunara Begum (Bangladesh) – vidĂ©o
Arthur Daygue (France) – son, lumiùres

 

 

 

noir-joseph-the-emidy-project-noir-par-gericault-radeau-meduse-par-classiquenewsC’est le prolongement de plusieurs rĂ©sidences, et sessions de travail en Europe et en Afrique : les 7 artistes rĂ©unis autour de ce programme inĂ©dit prĂ©sentent la vie et l’oeuvre de Joseph Emidy, jeune esclave de GuinĂ©e, devenu musicien virtuose. Premier compositeur de la diaspora africaine, Joseph fut esclave au BrĂ©sil, violoniste Ă  l’OpĂ©ra de Lisbonne, puis fondateur des premiĂšres sociĂ©tĂ©s philharmoniques en Angleterre, en Cornouailles Ă  Truro. La danse, la fiction vidĂ©o, la musique ressuscitent le monde sensoriel et l’imaginaire salvateur de cet homme admirable qui sut surmonter l’horreur de l’humiliation et la barbarie de l’esclavage. Tunde Jegede a Ă©crit un texte poignant Ă  partir de la vie et des documents retraçant l’histoire de Joseph Emidy sur 3 continents (Afrique, AmĂ©rique du Sud, Europe). Le voyage, la souffrance et l’espoir, les Ă©preuves et l’ivresse salvatrice de l’art et de la musique sont ainsi subtilement mĂȘlĂ©s. Le compositeur et joueur de kora (entre autres), retisse le fil d’un pĂ©riple surhumain qui approche le sublime : Jegede restitue les traversĂ©es en mer, les pĂ©riples terrestres, relit aussi les carnets Ă©crits par Joseph Ă  la fin de sa vie, alors en Cornouailles (Royaume-Uni). Le monde polissĂ© des LumiĂšres s’expose Ă  la cruautĂ© de l’esclavage et du racisme institutionalisĂ©. Le spectacle fusionne musiques traditionnelles et piĂšces « savantes », empruntant Ă  la tradition orale, au patrimoine musicale de la cour portugaise et du BrĂ©sil, mises en dialogue avec les compositions de Tunde Jegede. Le film qui participe directement au dĂ©roulement du spectacle a Ă©tĂ© conçu par Sunara Begum, Ă©voquant certains Ă©pisodes de la vie de Joseph Emidy. C’est le fil narratif d’une performance hors normes, oĂč brillent d’un Ă©clat poĂ©tique les acteurs sonores requis pour l’occasion : chant (voix de Diana Baroni), cordes, kora, vihuela, arpeggione, percussions, traverso, contrebasses
 Les mondes et l’esthĂ©tique de Joseph Emidy sont uniques comme sa carriĂšre. Illustration : “Joseph”, modĂšle pour le peintre GĂ©ricault, pour Le Radeau de la mĂ©duse (DR).

 
 

 truro-emidy-project-jospeh-emidy-repetition-rehearsal-par-classiquenews-portrait-de-joseph-emidy

RĂ©pĂ©tition Ă  la Philharmonie de Truro (Cornouailles, GB), avec probablement le violoniste guinĂ©en Joseph Emidy – dĂ©but XIXĂš (DR)

 

 

 

 

 

BIO EXPRESS. Joseph Antonio Emidy (1775 – 23 Avril 1835) est nĂ© en GuinĂ©e, fut esclave dans sa jeunesse, puis devint violoniste rĂ©puté  D’abord vendu enfant comme esclave par des marchands trafiquants portugais, Joseph fut envoyĂ© au BrĂ©sil, puis au Portugal oĂč il devint un violoniste virtuose, occupant un poste dans l’orchestre de l’OpĂ©ra de Lisbonne. Homme Ă  tout faire de l’Amiral Pellew, il servit ensuite comme violon de navire pendant quatre ans, pendant les guerres napolĂ©oniennes.
LivrĂ© Ă  lui-mĂȘme en 1799 (25 ans) Ă  Falmouth (Cornouailles), il devint professeur de violon, puis membre essentiel du Truro Philharmonic Orchestra (Ă  partir de 1815, quand Joseph, mariĂ© Ă  Jane Hutchins, s’installa dans cette ville, capitale de Cornouailles – Ă  la pointe sud-ouest de l’Angleterre-, oĂč il mourut Ă  60 ans en 1835). Notable respectĂ©, Emidy devint peu Ă  peu une figure importante de la vie musicale anglaise Ă  la fin du XVIIIĂš et aux premiĂšres heures du romantisme. Il a composĂ© plusieurs concertos et symphonies dont les manuscrits ne nous sont pas parvenus Ă  ce jour.

 

 

recto-EMIDYcdCD, The Emidy Project. Le 8 juin 2018, paraĂźt le cd du spectacle et du cycle musical The Emidy Project. Peu de spectacle sur la question dĂ©licate de l’esclavage ont Ă  ce point exprimer avec justesse et surtout poĂ©sie l’horreur comme l’espĂ©rance
 d’un volet particuliĂšrement honteux de l’histoire humaine. «   A travers 6 Ă©pisodes parfaitement enchaĂźnĂ©s, les musiciens rĂ©unis autour de Diana Baroni (chant et flĂ»tes) et Tunde Jegede (qui a composĂ© les nouvelles musiques et qui joue aussi de la cora et du violoncelle) ressuscitent le parcours d’une vie trahie, humiliĂ©e : celle du jeune esclave guinĂ©en Emidy ; celle d’une enfance sacrifiĂ©e, d’un ĂȘtre artiste infĂ©odĂ©, contraint, soumis sur l’autel du nĂ©goce le plus abject, obligĂ© (entre autres) Ă  servir de violoniste sur les bateaux de la flotte anglaise en guerre contre Bonaparte
 Au terme d’un voyage infernal et inouĂŻ, qui relie l’Afrique Ă  l’Europe, part de la GuinĂ©e natale jusqu’au BrĂ©sil et au Portugal, avant de se fixer, libĂ©rĂ©, en Cornouailles, s’élĂšve alors le plus dĂ©chirant des appels Ă  la pleine conscience, Ă  la mĂ©moire, et certainement Ă  la rĂ©conciliation : chant cri et plainte universelle pour les crimes commis au nom du racisme et de la barbarie instituĂ©s en systĂšme. Qu’il s’agisse de soumettre et humilier des hommes pour en enrichir d’autres, tout cela est Ă  vomir ; mais l’espĂ©rance d’Emidy se dresse face Ă  toutes les souillures vĂ©cues, Ă©prouvĂ©es, absorbĂ©es ; et c’est la voix d’un indĂ©fectible certitude qui chante alors sa croyance absolue dans l’humanitĂ© (ici celle de Diana Baroni, comme celle du danseur lui-mĂȘme ivoirien, Lassina Toure). Soit la figure immortelle d’un ĂȘtre d’exception, qui continue de croire. Pas dans les hommes. Mais en l’humanitĂ© : une valeur supĂ©rieure qu’il faut encore et toujours redĂ©finir, restaurer, dĂ©fendre. Comment prĂ©server notre part d’humanitĂ© malgrĂ© les horreurs que commettent les hommes ?

CLIC_macaron_2014Question ouverte, Ă  l’actualitĂ© permanente
 Ă  laquelle rĂ©pond Ă  sa façon le spectacle The Emidy Project car il rĂ©alise une Ă©vocation Ă  la  superbe, musicale et poĂ©tique, Ă  la frontiĂšre des disciplines (vidĂ©o, danse, musique, chant
), inclassable et universellle Ă  la fois. Les musiques du nigĂ©rian Tunde Jegede, la voix de Diana Baroni font le sel et le sang, la magie et le dĂ©roulement d’un cycle musical enchanteur, souvent bouleversant, qui est aussi un spectacle Ă  dĂ©couvrir d’urgence  » extrait de la critique du cd par notre rĂ©dacteur  Adrien de Vries. Parution : le 8 juin 2018. SoirĂ©e de lancement et spectacle Ă  La Marbrerie de Montreuil, le 6 juin 2018. CD Ă©vĂ©nement, Ă©lu « CLIC » de CLASSIQUENEWS. Prochaine grande critique du cd The EMIDY PROJECT dans le meg cd dvd livres de classiquenews.

 

 

 

baroni-diana-flute-traverso-par-classiquenews-annonce-concerts-opera-festivals

 

Diana Baroni, flûte baroque, chant (DR)

 

 

 

 

————————————————–

THE EMIDY PROJECT en tournée 2018

Mercredi 6 juin 2018 : création à la Marbrerie de Montreuil, 20h30

Vendredi 8 juin 2018, sortie du cd THE EMIDY PROJECT

Du 26 juin au 4 juillet 2018 : Tournée au Maroc, résidence, concerts

Samedi 7 et dimanche 8 juillet 2018 / Monts d’ArdĂšche : ItinĂ©rances Musicales

Mardi 24 juillet 2018 / Le Gard (30) : ChĂąteau Porte les AerdĂšchois

 

Avec le soutien de l’UNESCO, La Route de l’Esclave : RĂ©sistance, LibertĂ©, HĂ©ritage

————————————————–

 

 

THE EMIDY PROJECT, l'odyssée d'un esclave devenu compositeur

 

emidy-project-spectacle-clic-de-classiquenews
 

Comments are closed.