DANSE. Seasons’ Canon de Crystal Pite

Pite crystal season canon richter danse classiquenews oepra de parisPARIS, Gala du Corps de Ballet, 22 sept > 17 oct 2020. Chaque année, c’est la soirée que tout le monde attend dans l’écrin du Palais Garnier (22 sept 2020) dont le programme tripartite (Hofesh Shechter, Jerome Robbins, Crystal Pite) offre 3 visages de l’écriture chorégraphique contemporaine, repris jusqu’au 17 octobre 2020. Hofesh Shechter, Jerome Robbins, Crystal Pite : trois visages de la danse réunis en un programme qui interroge la mémoire, l’amour et l’identité. Dans The Art of Not Looking Back, Shechter ouvre la boîte de Pandore de son enfance où paraissent 9 femmes, autant d’images de la mère absente, qu’il met en mouvement au rythme d’une musique saturée. Les Nocturnes de Chopin sont l’écrin élégant de In the Night où Robbins déploie trois duos aux gestes souples et suspendus, sur fond de nuit étoilée, le temps d’une rêverie mélancolique où les corps se fondent dans l’ombre. Créé en 2016 à l’Opéra national de Paris, et réalisé pour le corps de Ballet de l’Opéra de Paris, The Seasons’ Canon de la canadienne Chrystal Pite sculpte d’une lumière orageuse des grappes de corps humains à la façon d’une masse moléculaire flexible et toujours recomposée : la chorégraphe donne vie à une matrice régénérée qu’exaltent les cordes du divin Vivaldi.

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

SHECHTER / ROBBINS / PITE
PARIS, Palais Garnier : 21 sept > 17 oct 2020

RÉSERVEZ vos places
directement sur le site de l’Opéra de Paris
https://www.operadeparis.fr/saison-20-21/ballet/shechter-robbins-pite

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 
 

 

 

VIVALDI en collectif rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©… Le clou du spectacle demeure la chorĂ©graphie de Crystal Pite, crĂ©Ă©e en 2016, SEASON’S CANON, rĂ©alisĂ© pour les danseurs de l’OpĂ©ra de Paris… Colonne humaine, composĂ©e de corps particules qui s’organise et se dĂ©sorganise sur les Quatre Saisons de Vivaldi remixĂ© par Max Richter qui en dĂ©voile jusqu’à la quintessence, l’énergie viscĂ©rale… le grand corps dansant dĂ©ploie une sĂ©rie de ricochets de corps et de mouvements, exigeant une Ă©coute entre danseurs, alliant prĂ©cision et gestuelles analytiques, comme les mille soubresauts d’un mille pattes ciselĂ©s.
On n’avait pas vu sur la scène de l’Opéra de Paris, tel superbe souffle à plusieurs (54 danseurs sur les planches) depuis la série enchanteresse de Signes de Carlson. Avec la canadienne Crystal Pite, voici bien le renouveau de la danse contemporaine pour le corps de ballet : danse pour collectif plutôt que scènes intimistes. Les chorégraphes sachant écrire pour le groupe sont rares. Les tableaux vivants de Pite ensorcèlent littéralement. Tous expriment ce qui fait défaut dans nos sociétés en crise : l’élan d’un rassemblement positif et constructif.
En 2016, Crystal Pite proposait ici une création pour l’Opéra de Paris, un triomphe salué par un public en transe devant ce qui s’impose comme une série de tableaux d’une beauté et d’une énergie à couper le souffle. Ce corps collectif dit l’espérance que fait naître un groupe porté par un même idéal et une même énergie. Un nouveau monde et une nouvelle société qui aurait compris les enjeux nés du dérèglement climatique, de la crise sanitaire du covid19, de tant de catastrophes pourtant annoncées et connues qui ne cessent de surgir depuis une décade. Spectacle majeur pour cette rentrée 2020.

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Extrait vidéo
https://www.dailymotion.com/video/x6jviqh