COMPTE-RENDU, critique, concert. Lille, le 18 oct 2019. MAHLER : Symphonie n°7. Orchestre National de Lille, Alexandre Bloch.

mahler-alexandre-bloch-orchestre-national-de-lille-annonce-critique-classiquenewsCompte-Rendu, critique, concert. Lille, Nouveau SiĂšcle, le 18 octobre 2019. MAHLER : Symphonie N°7 (« Le Chant de la Nuit »). Orchestre National de Lille, Alexandre Bloch. C’est avec la 7Ăšme Symphonie, dite « Chant de la Nuit », que se poursuit l’IntĂ©grale des Symphonies de Gustav Mahler, initiĂ©e par Alexandre Bloch et l’Orchestre National de Lille depuis janvier dernier, toujours dans l’Auditorium du Nouveau SiĂšcle, Ă  la fabuleuse acoustique. La 7Ăšme Symphonie est certainement la plus rarement jouĂ©e en concert, mais aussi la plus difficilement accessible (ceci expliquant peut-ĂȘtre cela
), un Ă©trange « Chant de la Nuit » oĂč errent des silhouettes comminatoires et oĂč la forme semble se noyer, l’harmonie classique tendant ici Ă  disparaĂźtre, tandis que les timbres forment parfois d’étranges et inhabituelles associations.

Explosion limpide, maßtrisée

Alexandre Bloch, en l’occurrence, accentue et exalte ce soir les ruptures, Ă  travers une lecture Ă  la virtuositĂ© trĂšs nerveuse, du premier mouvement, dĂ©butĂ© par un Tenorhorn somptueux – comme tous les solistes d’un orchestre enflammĂ©.
LĂ  oĂč certains rechercheraient l’unitĂ©, Alexandre Bloch ose l’explosion, trĂšs maĂźtrisĂ©e cela dit, tout en gardant une remarquable limpiditĂ© des lignes et des plans. Peut-ĂȘtre d’aucuns pourraient arguer le trop plein de clartĂ© dans les couleurs, comme si la direction ne tenait pas Ă  aller jusqu’au fond de la noirceur de l’ouvrage (comme pour jeter un peu de lumiĂšre au milieu de ces tĂ©nĂšbres ?…). MalgrĂ© tout, une angoisse profonde traverse bel et bien la premiĂšre Nachtmusik, et plus encore le Schattenhaft central, cette valse de fantĂŽmes hallucinĂ©s, qui prĂ©figure celle – fameuse - de Ravel. La SĂ©rĂ©nade de la seconde Nachtmusik – aux sonoritĂ©s subtilement Ă©panchĂ©es par la harpe, la guitare et la mandoline – fait entendre magistralement tout le caractĂšre viennois de ce morceau
 ce Ă  quoi on ne peut qu’applaudir ! Directement enchaĂźnĂ©, le final sonne de maniĂšre cinglante, flagellĂ© comme une course Ă  l’abĂźme, concluant avec fougue et panache cette superbe exĂ©cution de la trop rare 7Ăšme mahlĂ©rienne.

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Compte-Rendu, critique, concert. Lille, Nouveau SiÚcle, le 18 octobre 2019. MAHLER : Symphonie N°7 (« Le Chant de la Nuit »). Orchestre National de Lille, Alexandre Bloch.

 

lille-ONL-alexandre-bloch-symphonie-7-mahler-critique-concert-classiquenews-

Alexandre BLOCH et l’Orchestre National de Lille © Ugo Ponte

 

 

 

 

 

APPROFONDIR

________________________________________________________________________________________________

Visionner la 7Ăšme de Mahler par l’Orchestre National de Lille, Alexandre Bloch sur la chaĂźne Youtube de l’Orchestre national de Lille:
https://www.youtube.com/watch?v=M1YmfTA7QyI

 

 

 

 

 

 

Explications, prĂ©sentation de la 7Ăš de Mahler par Alexandre Bloch et les instrumentistes de l’Orchestre National de Lille
https://www.youtube.com/watch?v=SmOiy596VnY