TOURCOING : les 7 Paroles du Christ (1787)

CHRIST-oratorio-concert-opera-haydn-critique-annonce-opera-classiquenewsTOURCOING, Dim 17 mars 2019. HAYDN : 7 derniĂšres paroles du Christ. MĂ©lodiste de gĂ©nie, Joseph Haydn a composĂ© plusieurs versions des 7 derniĂšres paroles du Christ dont une pour quatuor Ă  cordes, que l’Atelier Lyrique de Tourcoing propose d’entendre, avec la complicitĂ© de 4 solistes familiers de la troupe : MaĂŻlys de Villoutreys, Ambroisine BrĂ©, Robert Getchell, Alain Buet et l’AcadĂ©mie Ste CĂ©cile dirigĂ©e par Philippe Couvert.
La verve dramatique de Haydn est bien connue. L’inventeur du genre symphonique et du quatuor Ă  cordes Ă  Vienne, a aussi illuminĂ© tous les genres liĂ©s au chant et au thĂ©Ăątre lyrique. Habile autant qu’inspirĂ©, c’est Ă  dire douĂ© d’élĂ©gance comme de profondeur, Joseph Haydn a su aussi renouveler le genre sacrĂ© en proposant sa propre conception du drame intimiste sur un sujet tragique : les souffrances du Christ sur la croix. Sujet de dĂ©ploration et de terreur, suscitant compassion et sublimation spirituelle, l’Ɠuvre mĂ©ritait un nouveau cadre formel, que le compositeur rĂ©alise en diffĂ©rents dispositifs, Ă  Tourcoing, avec chanteurs, chƓur et orchestre resserrĂ©.

________________________________________________________________________________________________

TOURCOINGboutonreservation
Église Saint-Christophe
Dimanche 17 mars 2019, 15h30
(durée 1h30)

Joseph Haydn (1732-1809)
LES SEPT PAROLES DU CHRIST EN CROIX
Die Sieben Letzten Worte Unseres Erlösers Am Kreuze.
Hob XX-4

Version pour quatuor Ă  cordes, quatuor de solistes vocaux, choeur mixte et orgue
MaĂŻlys de Villoutreys, soprano
Ambroisine Bré, mezzo-soprano
Robert Getchell, ténor
Alain Buet, baryton
Choeur régional des Hauts de France
Académie Sainte Cécile en quatuor
(Philippe Couvert / violon I, Sandrine Naudy / violon II, Jean-Luc Thonnerieux / alto, Dominique Dujardin / violoncelle)
Philippe Couvert, direction

BILLETTERIE EN LIGNE
www.atelierlyriquedetourcoing.fr

TARIFS :
Plein 20€, rĂ©duit 16€, -28 ans 10€, -18ans 6€

christ-haydn-sept-paroles-du-christ-en-croix-grand-format-tourcoing-GF-classiquenews-annonce-concert-festival-opera-classiquenews-critique-opera

________________________________________________________________________________________________

haydn joseph-crop-412x332ORATORIO CHAMBRISTE ET TRAGIQUE
 La commande remonte Ă  l’annĂ©e 1786, quand il reçoit une importante commande venue de la CathĂ©drale de Cadix en Andalousie. Il s’agissait d’écrire une partition uniquement orchestrale destinĂ©e Ă  illustrer les Sept derniĂšres paroles du Christ pour un oratorio rĂ©alisĂ© comme chaque annĂ©e, durant le carĂȘme. Au final, les Sept Paroles furent destinĂ©es, non pas Ă  la cathĂ©drale de Cadix, mais Ă  l’église de Santa Cueva, construite Ă  l’intĂ©rieur d’une grotte (Vendredi Saint de 1787) : la reprĂ©sentation du MystĂšre, souffrance, mort et rĂ©surrection du Christ sont sublimĂ©s par le cadre naturel, oĂč jouent l’ombre et la lumiĂšre, en un clair-obscur pictural digne du Caravage (mais que reprend l’admirable gĂ©nie de Velasquez dans sa propre vision du Christ agonisant sur la croix, 1632. cf notre illustration).
Le cycle original comprend sept sonates avec une introduction et un tremblement de terre Ă  la fin, pour grand orchestre. Les tempos sont lents, ils cultivent la mĂ©ditation propre au genre de l’oratorio (en particulier du sepolcro, propre au XVIIĂš Ă  Vienne) et prĂ©parent au coup de thĂ©Ăątre, le Terremoto final (tremblement de terre au moment de la mort du Christ). Le souci des tonalitĂ©s, des thĂšmes, des rythmes rĂ©gĂ©nĂšre pendant toute leur succession, les 7 sonates ainsi enchaĂźnĂ©es. Haydn composa ensuite, une version pour quatuor de solistes et quatuor Ă  cordes. Intimiste et fulgurante, la version est Ă  l’affiche de Tourcoing, ce 17 mars 2019. Concert Ă©vĂ©nement.

COMPTE-RENDU, CRITIQUE, opéra. TOURCOING, le 7 fév 2019. MOZART : La Clémence de Titus. Duffau, Tilquin, Boucher, 
Olivier, Schiaretti.

titus-clemence-tourcoing-duffau-tilquin-boucher-mozart-critique-opera-trio-classiquenews-compte-rendu-critiqueCOMPTE-RENDU, CRITIQUE, opĂ©ra. TOURCOING, le 7 fĂ©v 2019. MOZART : La ClĂ©mence de Titus. Duffau, Tilquin, Boucher, 
Olivier, Schiaretti. Tourcoing, fabrique lyrique unique. Presque un aprĂšs la disparition de son fondateur Jean-Claude Malgoire (le 14 avril 2018), L’Atelier Lyrique poursuit trĂšs haut cette exigence salvatrice et magicienne qui rĂ©alise l’équation tĂ©nue du chant, de la musique, et du thĂ©Ăątre. DĂ©tenteur d’un secret fĂ©dĂ©rateur, Jean-Claude Malgoire comme nul autre, savait choisir les Ɠuvres, les interprĂštes, surtout ses complices Ă  la mise en scĂšne : une intelligence globalisante unique qui a permis et permet encore aujourd’hui, de proposer des lectures toujours justes et fines des oeuvres du rĂ©pertoire ou moins connues. Une vision et une façon de travailler qui font dĂ©sormais la rĂ©putation de la ville de Tourcoing.

C’est assurĂ©ment le cas de cette nouvelle production du dernier seria de Wolfgang, La ClĂ©mence de Titus (crĂ©Ă©e Ă  Prague en septembre 1791). InspirĂ© de Racine (moins du sujet que de sa vision intimiste et psychologique) et d’abord du livret de MĂ©tastase, la partition tĂ©moigne du dernier Mozart, lequel avec son librettiste Mazzola, tout en rĂ©pondant Ă  une commande de circonstance (pour le couronnement de l’Empereur Leopold II), propose sa version du genre seria : Ă©purĂ©e, franche, directe. En deux parties, l’action ne faiblit pas et musicalement produit des enchaĂźnements fabuleux qui renforcent ce flux orchestral inĂ©dit, d’un souffle expressif nouveau – dĂ©jĂ  dĂ©veloppĂ© dans son seria antĂ©rieur Idomeneo (n’écoutez que la succesion des airs finaux du I, depuis le fameux « Parto » de Sesto, au trio puis Ă  l’incendie de Rome et au chƓur funĂšbre qui pleure la mort supposĂ©e de l’Empereur
.). Tout cela est d’un sang neuf, visionnaire mĂȘme.

 
 
 

A Tourcoing, poursuite d’une excellence lyrique
TITUS ou l’opĂ©ra du cƓur

 

 

TITUS-clemence-MOZART-atelier-lyrique-tourcoing-Publio-Marc-boucher-tito-jeremy-duffaut-opera-annonce-critique-opera-sur-classiquenews

 

 

Ici, un vrai travail d’équipe Ă©claire dans l’opĂ©ra politique de Mozart, sa force Ă©motionnelle qui distingue les personnalitĂ©s clĂ©s de Titus et Vitellia
 Le chef Emmanuel Olivier qui a travaillĂ© avec Jean-Claude Malgoire, prolonge l’esprit de troupe et cette implication collective qui continue de distinguer Tourcoing des autres foyers de crĂ©ation lyrique. La direction est vive, imaginative, au diapason d’une partition affĂ»tĂ©e dont il sait souligner la force dramatique (malgrĂ© les idĂ©es fausses distillĂ©es contre elle). Le brio et la sensualitĂ© sombre des airs avec la clarinette d’amour (ou clarinette de basset), pour l’air prĂ©citĂ© de Sesto : « Parto » au I ; ou avec le cor de basset pour l’air capital de Vitellia « Non piĂč di fiori »), l’acuitĂ© des timbres instrumentaux, l’allant des cordes (dĂšs l’ouverture), et chaque final (avec chƓur) 
 au dessin Ă  la fois claire et puisant, accrĂ©ditent une direction que n’aurait pas reniĂ© Malgoire lui-mĂȘme.
D’autant que Titus Ă©tait son opĂ©ra prĂ©fĂ©rĂ©. On peut dĂ©duire que le choix du maestro dĂ©funt quant au metteur en scĂšne, Ă©tait lui aussi capital. La prĂ©sence de Christian Schiaretti est Ă©vidente ; les deux hommes ont travaillĂ© Ă  Tourcoing pour 12 productions, dont un somptueux PellĂ©as crĂ©Ă© en 2015, repris Ă  Tourcoing en 2018 ; cette ClĂ©mence aurait du ĂȘtre leur 13Ăš. S’y cristallise le vƓu esthĂ©tique de Malgoire : la fusion parfaite du thĂ©Ăątre et de la musique ; l’un et l’autre ne tirant jamais la couverture Ă  soi, surtout pas au dĂ©triment de l’autre. De sorte que sur scĂšne, se dĂ©ploie une action lyrique produite comme une piĂšce de thĂ©Ăątre (Ă©conomie et lisibilitĂ© discrĂšte des dĂ©cors / peut-ĂȘtre davantage de lumiĂšre parfois aurait Ă©tĂ© profitable, en particulier pour Ă©clairer le relief mordant et essentiel ici des rĂ©citatifs, parmi les mieux Ă©crits des opĂ©ras mozartiens ; qu’ils aient Ă©tĂ© pour partie Ă©crits par son Ă©lĂšve SĂŒsmayer
). Qu’importe l’Ɠil du compositeur a veillĂ© Ă  la cohĂ©rence dramatique, Ă  la force de l’architecture globale, Ă  la violence des passions qui s’affrontent, rĂ©vĂ©lant comme toujours chez Mozart, la vĂ©ritĂ© des Ăąmes, et la sincĂ©ritĂ© des cƓurs.
Conçue comme un thĂ©Ăątre simplifiĂ©, presque symbolique (Le serment des Horaces de David n’est pas loin), la scĂšne lyrique prend souvent des airs de bas-relief antique dont le diamant synthĂ©tique du texte, l’intensitĂ© Ă©motionnelle des airs accrochent l’écoute par leur justesse et leur vĂ©ritĂ©.

 

 

 

 

 

LES CHANTEURS
 Piliers de la distribution, trois voix se distinguent nettement. La vaillance du tĂ©nor JĂ©rĂ©my Duffau dans le rĂŽle-titre fait mouche. On lui reprocherait certaines notes mal nĂ©gociĂ©es ou des aigus parfois tendus
 n’empĂȘche, la franchise de l’émission et l’intonation globale crĂ©dibilisent son incarnation, une rĂ©alisation solide d’un empereur tiraillĂ© entre devoir et affection (pour Sesto, voire davantage), en proie Ă  l’inflexibilitĂ© mais au final, portĂ© par cet idĂ©al des LumiĂšres qui en fait un Prince vertueux et
 clĂ©ment. S’il sait pardonner Ă  ceux qui ont intriguĂ© pour sa mort, Sesto et Vitellia, Titus sait aussi les tenir fermement, les obligeant Ă  un vƓu de loyautĂ© s’ils veulent dĂ©sormais conserver la vie. Cette tension politique est bien prĂ©sente, idĂ©alement incarnĂ©e par la posture du tĂ©nor.

 

 

boucher-marc-publius-clemence-de-titus-opera-de-mozart-critique-opera-sur-classiquenews-opera-livres-cd-dvd-livres-cd-critique-classiquenews-musique-classique

 

 Marc Boucher (Publius)

 

 

Double discret et permanent, Ă  la silhouette d’acteur trĂšs aboutie, Ă  la fois souple et investie, le Publio du baryton Marc Boucher soigne les nuances de son personnage dont il fait le garant coĂ»te que coĂ»te de l’autoritĂ© impĂ©riale. En lui s’affirme malgrĂ© les avatars et pĂ©ripĂ©ties de l’action, une conscience politique et morale imperturbable, de surcroĂźt dotĂ©e surtout d’une clairvoyance exceptionnelle : c’est lui qui rĂ©vĂšle au dĂ©tour d’une tirade (II) que la relation entre Titus et Sesto serait de nature amoureuse
 Le chanteur, ailleurs trĂšs fin diseur (il poursuit l’enregistrement de mĂ©lodies françaises, travail Ă  long terme et d’un apport majeur, hier dĂ©diĂ© Ă  FaurĂ©, prochainement Ă  Massenet). La couleur du timbre est superbe (il fut cet Ă©tĂ© Ă  QuĂ©bec un Golaud embrasĂ©) et par son seul air (au II dĂ©cidĂ©ment), le baryton canadien, ciselant le mĂ©tal argentĂ© de ses rĂ©citatifs, apporte une Ă©paisseur remarquable au rĂŽle qui assoit aussi harmoniquement les ensembles auxquels il participe.

 
 

TITUS-MOZART-clemence-TOURCOING-marc-boucher-publio-Duffau-titus-critique-opera-critique-concert-par-classiquenews

 

Marc Boucher (Publio) et Jérémy Duffau (Titus)

  

 

Enfin, torche vivante et palpitante qui fait de Titus un opĂ©ra du cƓur avant d’ĂȘtre un manifeste politique, la soprano suisse ClĂ©mence Tilquin illumine les planches par l’intelligence captivante de sa Vitellia : aussi haineuse, infecte, manipulatrice au I (envoĂ»tant Sesto jusqu’à en faire l’assassin de l’Empereur), que ravagĂ©e par la culpabilitĂ© de son intrigue criminelle au II, – hyĂšne dĂ©truite, vĂ©ritablement terrassĂ©e par une triple prise de conscience : celle du meurtre qu’elle a pilotĂ© (contre Titus), celle de la trahison Ă  Sesto (exploitant l’amour de ce dernier dont elle n’avait pas su mesurer jusque lĂ   la puissance ni la sincĂ©ritĂ©), enfin celle de sa propre lĂąchetĂ© qui lui inspirent alors dans son air essentiel « Non piĂč di fiori », le sentiment de sa mort. Il est vrai que le jeu tout en simplicitĂ© et profondeur onirique du clarinettiste Lorenzo Coppola (jouant alors du cor de basset Ă  l’exotisme lugubre et glaçant) renforce l’impact ahurissant de cet air qui bien qu’il ait Ă©tĂ© recyclĂ© dans l’opĂ©ra, fonctionne Ă  merveille, faisant de Vitellia, le personnage clĂ© de la partition par cette sublime mĂ©tamorphose (l’intrigante est saisie par une humanitĂ© inconnue qui la dĂ©passe soudainement). Une passionnante prise de rĂŽle qui confirme les vertus dramatiques et vocales de la jeune soprano, dĂ©jĂ  remarquĂ©e par CLASSIQUENEWS pour son interprĂ©tation du rĂŽle de Colombe dans Ascanio de Saint-SaĂ«ns, opĂ©ra rĂ©vĂ©lĂ© en 2018 par le chef Guillaume Tourniaire (CLIC de classiquenews d’octobre 2018).

 

 

tilquin-clemence-vitellia-titus-tourcoing-critique-opera-actualites-opera-concerts-sur-classiquenews

 

Amaya Dominguez (Sesto) et Clémence Tilquin (Vitellia)

  

 

ThĂ©Ăątrale et intimiste, d’une Ă©pure et lisibilitĂ© affĂ»tĂ©e, bien dans l’esprit de l’écriture mozartienne, cette nouvelle production de La ClĂ©mence de Titus prolonge la leçon de Jean-Claude Malgoire. La continuitĂ© est donc assurĂ©e Ă  Tourcoing. Une « aventure » qui se poursuit et comptera un nouveau volet passionnant du 17 au 21 mai prochains avec la burletta d’une ineffable finesse, L’Occasione fa il ladro de Rossini, autre production choisie par Jean-Claude Malgoire, et dirigĂ©e Ă©galement par Emmanuel Olivier (avec les mĂȘmes JĂ©rĂ©my Duffau et ClĂ©mence Tilquin)
 A suivre.

  

  
  
 

________________________________________________________________________________________________

 

 

COMPTE-RENDU, CRITIQUE, opéra. TOURCOING, le 7 fév 2019. MOZART : La Clémence de Titus. Duffau, Tilquin, Boucher, 
Olivier, Schiaretti.

Wolfgang Amadeus Mozart : La Clémence de Titus (1791)
OpĂ©ra en deux actes – Livret de Caterino Mazzola d’aprĂšs Pietro Metastasio

Tito: Jérémy Duffau, ténor
Vitellia: Clémence  Tilquin, soprano
Sesto: Amaya Dominguez, mezzo-soprano
Annio: Ambroisine Bré, soprano
Servilia: Juliette Raffin Gay, soprano
Publio: Marc Boucher, baryton-basse

ChƓur de l’Atelier Lyrique de Tourcoing
La Grande Écurie et la Chambre du Roy
Direction musicale : Emmanuel Olivier
Mise en scĂšne : Christian Schiaretti

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

Approfondir
LIRE nos dossiers dédiés au dernier seria de Mozart La Clémence de Titus de Mozart
http://www.classiquenews.com/tag/la-clemence-de-titus/

 

 

VOIR notre reportage vidéo de la production de Pelléas et Mélisande par le duo Schiaretti et Malgoire, créée en 2015, reprise à Tourcoing en mars 2018 pour le centenaire Debussy

 

TOURCOING. La Clémence de Titus, ce soir, mardi 5, puis jeudi 7 fév 2019

titus-clemence-mozart-1791-opera-tourcoing-atelier-lyrique-de-tourcoing-fevrier-2019-annonce-dossier-presentationTOURCOING. La ClĂ©mence de Titus, ce soir et jeudi 7 fĂ©v 2019. Encore 2 soirĂ©es pour La ClĂ©mence de Titus, dernier opĂ©ra seria de Mozart (1791), au verbe ciselĂ©, portĂ© par un orchestre incandescent (l’incendie du Capitole)
 L’empereur Titus fait l’expĂ©rience amĂšre de la trahison et de la solitude, mais sait pardonner Ă  tous ceux qui l’ont trahi ; sa clĂ©mence devient l’emblĂšme du politique vertueux. L’Atelier Lyrique de Tourcoing poursuit son exploration de l’opĂ©ra mozartien avec l’engagement que l’on sait. Avant de mourir Mozart nous laisse un message de fraternitĂ© Ă©loquente Ă  travers l’exemple de l’empereur Titus, homme loyal et moralement admirable qui fut «  le dĂ©lice du genre humain »  Nouvelle production Ă©vĂ©nement. Ce soir, mardi 5 fĂ©vrier 2019, 20h, puis derniĂšre jeudi 7 fĂ©vrier 2019, 20h, ThĂ©Ăątre Municipal Raymond Devos

 

INFOS, présentation & RESERVATIONS
http://www.classiquenews.com/tourcoing-mozart-la-clemence-de-titus-par-latelier-lyrique-3-7-fevrier-2019/

TITUS-clemence-MOZART-atelier-lyrique-tourcoing-Publio-Marc-boucher-tito-jeremy-duffaut-opera-annonce-critique-opera-sur-classiquenews

 

Publio et Titus (Marc Boucher / Jérémy Duffau) / Photo : Atelier Lyrique de Tourcoing 2019

 

‹Tito / Titus : JĂ©rĂ©my Duffau, tĂ©nor
Vitellia : Clémence Tilquin, soprano
Sesto : Amaya Dominguez, mezzo-soprano
Annio : Ambroisine Bré, soprano
Servilia : Juliette Raffin Gay, soprano
Publio : Marc Boucher, baryton-basse

ChƓur de l’Atelier Lyrique de Tourcoing
La Grande Écurie et la Chambre du Roy
Direction musicale : Emmanuel Olivier

Mise en scÚne : Christian Schiaretti
Chef de chant : Flore Merlin

 

Nouvelle Clémence de Titus à TOURCOING

MOZART wolfgang vienne 1780 1790 classiquenews 1138381-portrait-wolfgang-amadeus-mozartTOURCOING, 3-7 fĂ©vrier 2019. MOZART : La ClĂ©mence de Titus. CrĂ©Ă© au ThĂ©Ăątre National de Prague le 6 septembre 1791, sur le livret de Caterino MazzolĂ  d’aprĂšs Pietro Metastasio, l’opĂ©ra « La ClĂ©mence de Titus » est l’ultime « opera seria » de Mozart, commandĂ© l’annĂ©e de sa mort, pour le couronnement de LĂ©opold II sacrĂ© roi de BohĂšme. L’Ɠuvre de circonstance devient par le gĂ©nie mozartien, chef d’oeuvre absolu, encore mĂ©sestimĂ©, et qui illustre l’idĂ©al du politique vertueux, une vision influencĂ©e par l’esprit des LumiĂšres, Leopold, alors qu’il Ă©tait Grand-Duc de Toscane, dĂ©cide la fin des pratiques de torture et abolit la peine de mort.  Sur le mĂ©tier de son autre chef d’oeuvre, la FlĂ»te enchantĂ©e, Mozart voulait composer La Titus en allemand comme La FlĂ»te, mais le thĂ©Ăątre destinataire (l’opĂ©ra de Prague) a Ă©tĂ© construit pour produire des opĂ©ras italiens (il y a crĂ©Ă© Don Giovanni).
Mozart imagine Ă  Rome, Titus, vertueux, est promis Ă  BĂ©rĂ©nice, (la princesse orientale lui a transmis les valeurs morales les plus hautes
). Or dans la capitale impĂ©riale, l’empereur est la proie d’une trahison et d’un complot contre sa personne. Vitellia qui aime Titus, manipule le meilleur ami de Titus, Sextus (d’auant plus facilement que ce dernier aime Vitellia).
Dans ce nƓud passionnel et politique, Titus rĂ©vĂšle sa valeur : la responsabilitĂ©, la justice, la clĂ©mence. A son contact, mĂȘme la perfide et haineuse Vitellia se transforme et Ă©volue. En associant Ă©motion, sentiment et devoir, Mozart rĂ©alise un sommet de l’inspiration seria. La ClĂ©mence de Titus est un opĂ©ra Ă  rĂ©Ă©valuer d’urgence.
Le compositeur qui écrit aussi le Requiem (laissé inachevé), conçoit des ensembles qui annonce le final à la Rossini : synthÚse dramatique et réunion des personnages qui dans ce temps suspendu, expriment chacun leur propre pensée et sentiments.
Parmi les instruments choisis qui colorent la partition, la clarinette de basset pour Sextus, le cor de basset pour le grand air de Vitellia au II (oĂč l’intrigante bascule en une rĂ©vĂ©lation intime qui la rend enfin plus humaine et compatissante). Pour Ă©crire les parties de chacun de ces instruments, Mozart profite de sa proximitĂ© avec son frĂšre de loge, Anton Stadler (1753-1812), joueur virtuose de cor de basset et clarinettiste
 il a inventĂ© la clarinette de basset avec l’aide du fabricant Theodor Lotz. Toute l’action mĂšne Ă  la scĂšne finale, Ă©loquente manifestation des vertus du pouvoir : la clĂ©mence de Titus avec laquelle l’empereur accepte de pardonner Ă  tous ceux qui ont voulu le tuer. Avant de mourir, Mozart nous laisse un message humaniste et profondĂ©ment fraternel.

________________________________________________________________________________________________

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : La Clémence de Titus
Opéra en deux actes
3 représentations, Du 3 au 7 février 2019

OPÉRA, CRÉATION, dùs 10 ans
2h45
ITALIEN SURTITRE FRANÇAIS

Dimanche 3 février 2019 15h30
Mardi 5 février 2019 20h
Jeudi 7 février 2019 20h

TOURCOING, Théùtre Municipal Raymond Devos
de 6 à 45€
RÉSERVEZ
http://www.atelierlyriquedetourcoing.fr/spectacle/la-clemence-de-titus/

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

‹Tito / Titus : JĂ©rĂ©my Duffau, tĂ©nor
Vitellia : Clémence Tilquin, soprano
Sesto : Amaya Dominguez, mezzo-soprano
Annio : Ambroisine Bré, soprano
Servilia : Juliette Raffin Gay, soprano
Publio : Marc Boucher, baryton-basse

ChƓur de l’Atelier Lyrique de Tourcoing
La Grande Écurie et la Chambre du Roy
Direction musicale : Emmanuel Olivier

Mise en scÚne : Christian Schiaretti
Chef de chant : Flore Merlin

________________________________________________________________________________________________

 

 

titus-clemence-mozart-1791-opera-tourcoing-atelier-lyrique-de-tourcoing-fevrier-2019-annonce-dossier-presentation

TOURCOING. La RĂ©surrection de Neukomm, le Couronnement de Mozart

COURONNEMENT et RÉSURRECTION Ă  TOURCOING et VERSAILLESTOURCOING, le 11 janvier 2019. MOZART, NEUKOMM, ATL Atelier Lyrique de Tourcoing. Programme rĂ©jouissant, cĂ©lĂ©bratif, et d’une rare Ă©lĂ©gance : L’Atelier Lyrique de Tourcoing se pare de couleurs majestueuses en janvier 2019 ; au programme, la Messe du Couronnement de Mozart, d’une lumiĂšre et d’une certitude Ă  toute Ă©preuve : composĂ©e en 1779, elle fait partie des partitions sacrĂ©es avec le Requiem (lui inachevĂ©) que Mozart nous laisse en hĂ©ritage, – emblĂšmes de son Ă©tonnante invention et conception dramatique ; l’oratorio la RĂ©surrection de Neukomm qui fut le grand dĂ©fenseur de Mozart aprĂšs sa mort (en 1791donc), et le crĂ©ateur de nombre de ses Ɠuvres dans le Nouveau Monde et jusqu’au BrĂ©sil.  Son oratorio prolonge le raffinement et le dramatisme de Mozart jusque dans la premier tiers du XIXĂš romantique 


 

 



MOZART-portrait-romantique-mozart-genie-xviii-siecle-portrait-opera-compte-rendu-par-classiquenews-critique-comptes-rendus-concerts-par-classiquenews-mozart-et-salieriLa Messe du couronnement cĂ©lĂšbre la consĂ©cration politique de l’empereur du Saint Empire Germanique Leopold II comme roi de BohĂšme, qui eut lieu Ă  Prague en 1791. Pourtant Mozart l’écrit 12 ans plus tĂŽt en 1779. La partition est choisie par Salieri, alors maĂźtre de chapelle de la Cour, qui la dirige pour cette occasion royale. La Messe tĂ©moigne de la maturitĂ© de Wolfgang au dĂ©but des annĂ©es 1780 – ampleur de la conception esthĂ©tique et orchestrale : le cadre classique et formel y implose par le souffle nouveau dĂ©volu Ă  l’orchestre ; Mozart est passĂ© par Mannheim, et ses formidables symphonistes.  Dans l’Agnus Dei, le dĂ©but du solo de soprano prĂ©figure dĂ©jĂ  la mĂ©lancolie ineffable de la Comtesse (« Dove sono i bei momenti ») de l’opĂ©ra Les Noces de Figaro, Ă©crit 7 ans plus tard.

neukomm-sigismond-compositeur-portrait-par-classiquenewsLa RĂ©surrection de Sigismund Neukomm est une crĂ©ation mondiale car jamais jouĂ©e en France. Elle a Ă©tĂ© crĂ©Ă©e Ă  Londres en 1828, et jouĂ©e une seule fois avec 3 solistes, un chƓur, suivant le mĂȘme plan que l’oratorio de Haendel, La Resurrezione (Ă©crit en 1708). Avant Tourcoing et Versailles en janvier 2019, la partition oubliĂ©e de Neukomm, a Ă©tĂ© crĂ©Ă©e au QuĂ©bec (LIRE ici notre critique du concert MOZART et NEUKOMM, au festival CLASSICA de Saint-Lambert, en juin 2018) ; l’opus dĂ©ploie une imagination entre Mozart et Weber, mĂȘlant raffinement instrumental et souffle de l’orchestre, tout en citant en plusieurs sĂ©quences l’opĂ©ra romantique allemand Ă  l’époque de Neukomm.

L’Atelier Lyrique de Tourcoing poursuit ainsi le travail du regrettĂ© Jean Claude Malgoire qui s’est efforcĂ© il y a longtemps dĂ©jĂ , de raviver la mĂ©moire de Neukomm, français d’adoption nĂ© Ă  Salzbourg, Ă©lĂšve de Michael et Joseph Haydn, compositeur de prĂšs de 2000 Ɠuvres pour la plupart conservĂ©es Ă  la BibliothĂšque Nationale de France
 C’est d’ailleurs Ă  la BNF que JC Malgoire le dĂ©fricheur, jamais en reste d’une pĂ©pite oubliĂ©e, a dĂ©couvert la partition de La RĂ©surrection.

Le concert rĂ©pond Ă  la demande du ChĂąteau de Versailles qui est  demeurĂ© sous le charme de Sigismund Neukomm depuis que la Messe de Requiem Ă  la mĂ©moire de Louis XVI a Ă©tĂ© donnĂ©e Ă  la Chapelle Royale. Dans La RĂ©surrection, mĂȘme prĂ©Ă©minence dĂ©volue au chƓur, qui commente ce qui est Ă©voquĂ© par les chanteurs solistes. Voici l’un des chef-d’Ɠuvres de Neukomm. RĂ©vĂ©lation Ă  suivre.

________________________________________________________________________________________________

CONCERT MOZART / NEUKOMM
Messe du couronnement / La RĂ©surrection

Vendredi 11 janvier 2019  à 20hboutonreservation
TOURCOING Théùtre Municipal R. Devos

 

 

Dimanche 13 janvier 2019 Ă  16h
VERSAILLES Chapelle Royaleboutonreservation

 

 

dĂšs 8 ans – 1h30
LATIN/ALLEMAND

 

 

MESSE DU COURONNEMENT
Wolfgang Amadeus Mozart(1756-1791)
en ut majeur KV 317
créée le 23 mars 1779

LA RESURRECTION
Sigismund Neukomm(1778-1858)
oratorio – achevĂ© d’écrire Ă  Paris le 29 dĂ©cembre 1828

________________________________________________________________________________________________

Laetitia Grimaldi, soprano
Pauline Sabatier, mezzo (Mozart)
Antoine Bélanger, ténor
Marc Boucher, baryton

ChƓur de Chambre de Namur
La Grande Écurie et la Chambre du Roy
Direction musicale : Leonardo Garcia Alarcon
Coproduction Festival Classica (Saint Lambert, Canada)

________________________________________________________________________________________________

 

LIRE aussi notre critique du concert MOZART / NEUKOMM donné à Boucherville, Québec, le 5 juin 2018 :

boucherville festival classica 6 juin concert neukomm et mozart marc boucher baryton laetitia grimaldi spitzer soprano _generale_du_concertCOMPTE-RENDU, concert. BOUCHERVILLE (QuĂ©bec), le 5 juin 2018. Festival Classica. Mozart, Neukomm (La RĂ©surection, rĂ©crĂ©ation). Temps fort de la 8Ăš Ă©dition du Festival CLASSICA au QuĂ©bec, le concert « fermé », dans l’église trĂšs Ă©lĂ©gante de Boucherville, au bord du Saint-Laurent. Le programme devait ĂȘtre dirigĂ© par le chef Jean-Claude Malgoire, dĂ©cĂ©dĂ© brutalement en avril dernier, si grand artiste passionnĂ© par le dĂ©frichement et qui continue de marquer la redĂ©couverte actuelle de Neukomm. C’est lui qui ressuscitait dĂ©jĂ  la version du Requiem de Mozart, telle que la partition fut achevĂ©e par le compositeur autrichien (Libera me final). Neukom, bien que contemporain de Beethoven, reste hermĂ©tique aux excĂšs expressifs du grand Ludwig. Il s’engage plutĂŽt pour le dernier Mozart et sa diffusion ainsi au BrĂ©sil (lors d’un fameux sĂ©jour transatlantique rĂ©alisĂ© de 1816 Ă  1821 : la cĂ©lĂšbre mission française au BrĂ©sil). Sigismond (von) Neukomm (1778-1858), fut Ă©lĂšve de Michael Haydn, avant de servir Ă  Vienne, son frĂšre Joseph, comme confident et disciple. De ce dernier, Neukomm apprit les rudiments de son mĂ©tier, partageant avec le concepteur de la CrĂ©ation (1799), ce goĂ»t pour le travail Ă©lĂ©gant, mesurĂ©, classique, pourtant d’un raffinement absolu servant un dramatisme toujours lumineux et nerveux. Dans les faits, alors que Beethoven rĂ©volutionne le genre symphonique, Neukomm cultive et prolonge le goĂ»t et l’esprit des LumiĂšres avec un Ă©quilibre aristocratique. LIRE la critique du concert dans son intĂ©gralitĂ©

TOURCOING : FIDELIO de BEETHOVEN

atelier lyrique tourcoing logo_siteTOURCOING, 7, 9 dĂ©c 2018. BEETHOVEN : FIDELIO. Tourcoing Ă  l’heure du romantisme allemand
 S’il a composĂ© plusieurs musiques de scĂšne, Fidelio est l’unique opĂ©ra de Beethoven. CĂ©lĂšbre et dĂ©jĂ  estimĂ© comme le prophĂšte de la musique virile et moderne, Ludwig en Ă©crit 3 versions. La premiĂšre en 1805 comportait 3 actes, la deuxiĂšme en 1806 n’en comportait que 2. La troisiĂšme version crĂ©Ă©e le 23 mai 1814 Ă  Vienne, a Ă©tĂ© reprĂ©sentĂ©e en France, Ă  Paris Ă  l’OdĂ©on en 1825. Beethoven a mis au net ce qui ne lui semblait pas totalement achevĂ© dans les versions prĂ©cĂ©dentes. D’ailleurs, il n’était pas tout Ă  fait prĂȘt pour la premiĂšre et il a continuĂ© Ă  l’amĂ©liorer pour les dates suivantes !

BEETHOVEN CONTRE LES TYRANS

Le succĂšs n’a fait qu’augmenter au fur et Ă  mesure des reprĂ©sentations. RĂ©volutionnaire, Beethoven transmet dans cet opĂ©ra sa passion pour la libertĂ©, au point d’assurer aujourd’hui Ă  l’ouvrage, la valeur et le statut d’un mythe lyrique : Fidelio est devenu avec le temps, l’opĂ©ra de la libertĂ© contre toutes les formes d’oppression et de pouvoir tyrannique.
Epouse admirable et d’un courage immense, Leonore incarne l’amour et la force. C’est lapaix armĂ©e, prĂȘte Ă  en dĂ©coudre et ici, capable de changer de sexe et d’apparence, de devenir Fidelio pour libĂ©rer de sa prison son Ă©poux incarcĂ©rĂ©, Florestan.
Beethoven_Hornemann-500-carreLa version que prĂ©sente l’ALT Atelier Lyrique de Tourcoing, est celle souhaitĂ©e par Jean-Claude Malgoire (qui nous a quittĂ© en avril dernier), soit celle de 1814, en version concert, comme toujours sur instruments d’origine et avec un casting idĂ©alement choisi : les spectateurs retrouvent ainsi le tĂ©nor Donald Litaker, pour qui Florestan n’a plus vraiment de secret ! Parmi les fidĂšles interprĂštes : VĂ©ronique Gens (pour la premiĂšre fois incarnant le rĂŽle-titre), mais aussi Alain Buet (PellĂ©as et MĂ©lisande, Voyage d’hiver en novembre 2018 qui chante donc l’infĂąme et diabolique Pizzaro) et Nicolas Rivenq (Don Giovanni, TannhĂ€user : Fernando). JĂ©rĂ©my Duffau et Luigi De Donato ont Ă©galement dĂ©jĂ  Ă©tĂ© entendus sur nos planches. Chaque annĂ©e, l’ALT accueille aussi de jeunes chanteurs et pour ce chef d’Ɠuvre, c’est une Ă©lĂšve d’Alain Buet : Marie Perbost (Marcellina).

——————————————————————————————————————————————————

FIDELIO Ă  TOURCOINGboutonreservation
TOURCOING Théùtre Municipal R. Devos
Vendredi 7 dĂ©cembre 2018 – 20h
Dimanche 9 dĂ©cembre 2018 – 15h30
RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.atelierlyriquedetourcoing.fr/spectacle/fidelio/

——————————————————————————————————————————————————

distribution :
Direction musicale : Nicolas Kruger
Scénographie : Jacky Lautem

Leonore / Fidelio : Véronique Gens, soprano
Florestan : Donald Litaker, ténor
Rocco : Luigi de Donato, basse
Marcellina: Marie Perbost, soprano
Jaquino: Jérémy Duffau, ténor
Don Pizzaro: Alain Buet, baryton-basse
Don Fernando: Nicolas Rivenq, baryton

‹ChƓur RĂ©gional des Hauts de France
La Grande Écurie et la Chambre du Roy

——————————————————————————————————————————————————

L’HISTOIRE À SĂ©ville, Leonore se travestit en Fidelio pour tenter de sauver son mari Florestan, prĂ©tendu mort, mais retenu prisonnier par Pizzaro le gouverneur de la prison et son geĂŽlier Rocco.

PERGOLESI / A SCARLATTI : STABAT MATER

stabat mater atelier lyrique de tourcoing annonce concert par classiquenews -1-500x340MARCQ en BAREUIL : STABAT MATER, le 8 nov 2018. L’Atelier Lyrique de Tourcoing propose une mise en perspective de deux Ă©critures baroques distinctes, celles de Pergolesi, jeune auteur gĂ©nial et fulgurant ; d’Alessandro Scarlatti, dĂ©tenteur avent lui d’une tradition vocale et musicale, de premier plan Ă  Naples… Les deux compositeurs ont mis en musique le mĂȘme texte sacrĂ©. Le Stabat Mater recueille les larmes de Marie au pied de la croix oĂč son Fils a Ă©tĂ© sacrifié  Debout la mĂšre / Stabat mater
 « Debout la mĂšre des douleurs pleurait tout auprĂšs de la croix oĂč son fils agonisait ; et son Ăąme qui gĂ©missait, pleine de deuil et de tristesse, par le glaive fut percĂ©e  »

Plainte dolente et fervente, le texte remonte au XVIĂš, ici mis en musique par deux compositeurs baroques napolitains. Alessandro Scarlatti (en 1724, honorant une commande de la confrĂ©rie des Chevaliers de la Vierge des douleurs), puis le gĂ©nial et mort trop tĂŽt, Pergolesi, qui signe ainsi son testament artistique. L’inspiration est hautement spirituelle voire mystique, inspirĂ© par la souffrance d’une mĂšre, recueillant le corps torturĂ© de son fils

La partition de Scarlatti sera ainsi chantĂ© chaque Vendredi Saint, jusqu’en 1736 Ă  Naples selon le voeu des Chevaliers ; lesquels ensuite, dĂ©sirant un opus plus moderne, passent commande au cadet de Scarlatti, le jeune et dĂ©jĂ  gĂ©nial Pergolesi qui n’a que 26 ans. Avant de mourir, deux mois aprĂšs cette commande, Ă  cause de la Tuberculose, le jeune napolitain livre un chef d’oeuvre pour deux voix solistes et continuo. AprĂšs avoir composĂ© son Stabat, Pergolesi se retire au couvent des Capucines de Puzzuoli.
A Marcq en BarƓul, la soprano MaĂŻlys de Villoutreys (notre photo) et le contre-tĂ©nor Paul Figuier incarnent la chair mystique de ce cycle testament, accompagnĂ© par les instrumentistes de La Grande Ecurie et la Chambre du Roy, fondĂ© par le regrettĂ© Jean-Claude Malgoire.
Programme repris le vendredi 12 avril 2019, 20h (Les Rues des Vignes, Abbaye de Vaucelle ; puis Ă  Paris, TCE, dim 14 avril 2019, 11h).

 

 

 

——————————————————————————————————————————————————

STABAT MATER
de Pergolesi et Alessandro Scarlatti
8 nov 2018
12, 14 avril 2019

Jeudi 8 novembre 2018, 20h30
MARCQ EN BARƒUL, Ă©glise du SacrĂ© Coeur

RESERVEZ VOTRE PLACE

 

 

atelier lyrique tourcoing logo_siteTOUTES LES INFOS, les modalités de réservations, les infos pratiques
sur le site de l’Atelier Lyrique de TOURCOING
http://www.atelierlyriquedetourcoing.fr

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

atelier-lyrique-de-tourcoing-saison-2018-2019-saison-par-classiquenews-selection-presentation

 

 

 

 

 

PERGOLESI / A SCARLATTI : STABAT MATER

stabat mater atelier lyrique de tourcoing annonce concert par classiquenews -1-500x340MARCQ en BAREUIL : STABAT MATER, le 8 nov 2018. L’Atelier Lyrique de Tourcoing propose une mise en perspective de deux Ă©critures baroques distinctes, celles de Pergolesi, jeune auteur gĂ©nial et fulgurant ; d’Alessandro Scarlatti, dĂ©tenteur avent lui d’une tradition vocale et musicale, de premier plan Ă  Naples… Les deux compositeurs ont mis en musique le mĂȘme texte sacrĂ©. Le Stabat Mater recueille les larmes de Marie au pied de la croix oĂč son Fils a Ă©tĂ© sacrifié  Debout la mĂšre / Stabat mater
 « Debout la mĂšre des douleurs pleurait tout auprĂšs de la croix oĂč son fils agonisait ; et son Ăąme qui gĂ©missait, pleine de deuil et de tristesse, par le glaive fut percĂ©e  »

Plainte dolente et fervente, le texte remonte au XVIĂš, ici mis en musique par deux compositeurs baroques napolitains. Alessandro Scarlatti (en 1724, honorant une commande de la confrĂ©rie des Chevaliers de la Vierge des douleurs), puis le gĂ©nial et mort trop tĂŽt, Pergolesi, qui signe ainsi son testament artistique. L’inspiration est hautement spirituelle voire mystique, inspirĂ© par la souffrance d’une mĂšre, recueillant le corps torturĂ© de son fils

La partition de Scarlatti sera ainsi chantĂ© chaque Vendredi Saint, jusqu’en 1736 Ă  Naples selon le voeu des Chevaliers ; lesquels ensuite, dĂ©sirant un opus plus moderne, passent commande au cadet de Scarlatti, le jeune et dĂ©jĂ  gĂ©nial Pergolesi qui n’a que 26 ans. Avant de mourir, deux mois aprĂšs cette commande, Ă  cause de la Tuberculose, le jeune napolitain livre un chef d’oeuvre pour deux voix solistes et continuo. AprĂšs avoir composĂ© son Stabat, Pergolesi se retire au couvent des Capucines de Puzzuoli.
A Marcq en BarƓul, la soprano MaĂŻlys de Villoutreys (notre photo) et le contre-tĂ©nor Paul Figuier incarnent la chair mystique de ce cycle testament, accompagnĂ© par les instrumentistes de La Grande Ecurie et la Chambre du Roy, fondĂ© par le regrettĂ© Jean-Claude Malgoire.
Programme repris le vendredi 12 avril 2019, 20h (Les Rues des Vignes, Abbaye de Vaucelle ; puis Ă  Paris, TCE, dim 14 avril 2019, 11h).

 

 

 

——————————————————————————————————————————————————

STABAT MATER
de Pergolesi et Alessandro Scarlatti

Jeudi 8 novembre 2018, 20h30
MARCQ EN BARƒUL, Ă©glise du SacrĂ© Coeur

RESERVEZ VOTRE PLACE


 

 

atelier lyrique tourcoing logo_siteTOUTES LES INFOS, les modalités de réservations, les infos pratiques
sur le site de l’Atelier Lyrique de TOURCOING
http://www.atelierlyriquedetourcoing.fr

________________________________________________________________________________________________

 

 

atelier-lyrique-de-tourcoing-saison-2018-2019-saison-par-classiquenews-selection-presentation

 

 

 

 

 

 

 

TOURCOING, Conservatoire : Le Voyage d’hiver de Schubert

TOURCOING, Conservatoire : Le Voyage d’hiver de Schubert, le 25 nov 2018, 15h30. Le baryton Alain Buet chante le cycle de lieder Le Voyage d’hiver de Franz Schubert. Immersion superlative dans l’imaginaire tendre, intime, mĂ©lancolique aussi du compositeur viennois disparu en 1828.

buet-alain-concert-air-annonce-opera-festival

Franz Schubert est l’un des plus grands compositeurs romantiques. Son Ɠuvre Ă©norme englobe tous les domaines, le concerto exceptĂ©. Avec « Marguerite au rouet » d’aprĂšs Goethe, qu’il Ă©crit Ă  l’ñge de 17 ans, il est le crĂ©ateur du lied romantique : la voix et un accompagnement expressif au piano reproduisent en une miniature pleine de vie l’état d’ñme du poĂšte au moment oĂč il composa. Il utilise les formes symphoniques du clacissisme, mais les amplifie Ă  la fois par le dĂ©veloppement et l’expression romantique. Une richesse mĂ©lodique inĂ©puisable qui fait souvent penser Ă  Mozart, une technique de composition favorable aux grands dĂ©veloppements, une harmonie riche en modulations : telles sont les caractĂ©ristiques de son Ɠuvre. Schubert offre l’exemple parfait d’une sensibilitĂ© romantique qui s’exprime sans dĂ©tour.

 

 

Un certain regard — Alain Buet (baryton) / LE POINT DE VUE DE L’INTERPRETE

schubert-franz-schubertiade-concert-annonce-par-classiquenews« Le « Winterreise » ou « Voyage d’hiver » de Franz Schubert pour voix et piano sur les poĂšmes de Wilhelm MĂŒller composĂ© en 1827 est un pur chef-d’Ɠuvre musical romantique qui a largement contribuĂ© Ă  me donner l’envie de m’engager sur la voie du chant. Il m’a fallu une bonne quinzaine d’annĂ©es de rĂ©flexion avant de m’attaquer Ă  ces 24 lieder comme un alpiniste fascinĂ©, paralysĂ© et attirĂ© par la magie d’une montagne.

Le choix du pianiste est d’une grande importance, selon le compagnon, le voyage sera toujours diffĂ©rent ; il est en quelque sorte un premier de cordĂ©e puisque Schubert a fait commencer tous les chants (lieder) du cycle par un prĂ©lude pianistique, les mots du chanteur devant suivre la voie ouverte et fusionner avec la musique pure. David Violi est un magnifique pianiste/poĂšte avec lequel j’ai hĂąte de partager cette aventure pour Jean-Claude Malgoire et le public de Tourcoing.

Les textes de Wilhelm MĂŒller expriment les souffrances causĂ©es par la perte de l’ĂȘtre aimĂ© au travers des 24 poĂšmes qui sont 24 Ă©tats de l’ñme d’un homme en perdition dans le froid de l’hiver. Comment ne pas penser aux sans-abris, aux migrants, aux rĂ©fugiĂ©s, aux exilĂ©s de notre temps auxquels nous dĂ©dierons ce concert. » Alain Buet (baryton).

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

Le Voyage d’hiver de Schubert
Dim 25 nov 2018, 15h30
TOURCOING, Conservatoire

Alain Buet, baryton
David Violi, piano
Winterreise, 24 lieder pour piano et voix (1827)

Franz Schubert (1797-1828) : Winterreise / 24 lieder pour piano et voix, composĂ© en 1827 sur des poĂšmes de Wilhelm MĂŒller

RESERVEZ VOTRE PLACE

sur le site de l’Atelier Lyrique de Tourcoing

MOUVAUX, MARQUETTE l/LILLE (59), Le violoncelle poilu, 12,15 oct 2018

malgoire-jean-claude-portrait-chef-maestro-tourcoing-annonce-concert-critique-par-classiquenews-600x337_jean-claude-malgoirecdr_web_0MOUVAUX, Le violoncelle poilu, 12-15 oct 2018. Jean-Claude Malgoire avant de nous quitter en avril dernier, nous a laissĂ© en hĂ©ritage un nouveau cycle musical (saison 2018 2019) Ă  mĂ©diter. Une nouvelle odyssĂ©e diffusant depuis le territoire de TOURCOING, l’idĂ©e d’une troupe expĂ©rimentale, d’une audace souvent inouĂŻe
 ConcotĂ©e amoureusement par le chef explorateur la saison qui nous occupe jusqu’à mai 2019 a souhaitĂ© « oser l’émotion » et dĂ©fendre l’idĂ©e ou mieux la passion d’ĂȘtre furieusement « romantique ».
DĂ©fricheur depuis 37 ans Ă  la tĂȘte de sa compagnie laboratoire, au profil unique en France, Jean-Claude Malgoire, artiste aussi exceptionnelle que simple et accessible, fraternel, nous invite ainsi Ă  explorer les Ă©tats d’ñme du « violoncelle poilu » (12-15 octobre / 18,23, 24 nov 2018) ; redĂ©couvrir avant la fin de l’annĂ©e 2018 : les Stabat Mater de Pergolesi et A. Scarlatti (8 nov 2018, repris les 12 et 14 avril 2019) ; le Voyage d’hiver de Schubert (25 nov 2018), enfin la puissance d’un amour rĂ©voltĂ© et libertaire, celui de Fidelio, unique et saisissant opĂ©ra de Beethoven (7-9 dĂ©c 2018)
 Une fin d’annĂ©e haute en couleurs et en (re)dĂ©couvertes majeures. Avant de cĂ©lĂ©brer le gĂ©nie de Mozart (Messe du couronnement, 11-13 janv 2019 ; puis l’opĂ©ra ultime dans le genre seria : la ClĂ©mence de Titus, 3-7 fĂ©vrier 2019).


________________________________________________________________________________________________

Atelier Lyrique de Tourcoing
L’aventure continue

D’ici la fin de l’annĂ©e 2018

Le Violoncelle poilu

12 – 15 oct 2018
repris les 18, 23, 24 nov 2019

vendredi 12 octobre 2018, 20h
MOUVAUX (59), L’Etoile
RĂ©servations
www.letoile.mouvaux.fr
http://www.letoile.mouvaux.fr/levioloncelle-poilu

lundi 15 octobre 2018, 14h
MARQUETTE LEZ LILLE (59), Studio 4
RĂ©servations
http://www.atelierlyriquedetourcoing.fr/spectacle/le-violoncelle-poilu/

le-violoncelle-poilu-atelier-lyrique-de-tourcoing-octobre-2018-concert-annonceSpectacle pour toute la famille (dĂšs 8 ans, durĂ©e : 50 mn), inspirĂ© de la vie du poilu, Maurice MarĂ©chal, violoncelliste devenu poilu pendant la Grande Guerre (1914-1918). Le chant du violoncelle se fait voix de la connaissance, de la musique de l’humanitĂ© comme de la barbarie
 « 
Dans le rĂ©giment de Maurice, il n’y a que des musiciens mais ceux-ci ne jouent plus
 Chaque jour, les musiciens brancardiers risquent leur vie pour sauver celle des autres, au son des obus qui explosent et des fusils-mitrailleurs qui crĂ©pitent. »
Spectacle prĂ©sentĂ© Ă  l’occasion des commĂ©morations du 11 novembre 1918.
Avec Thomas Landbo, Isabelle Veyrier (violoncelle), Martial Gauthier (violon et voix off). Pascal Antonini, mise en scĂšne.

TOUTES LES INFOS, les modalités de réservations, les infos pratiques
sur le site de l’Atelier Lyrique de TOURCOING
http://www.atelierlyriquedetourcoing.fr

violoncelle-poilu-atelier-lyrique-de-tourcoing-concert-annonce-par-classiquenews

________________________________________________________________________________________________

STABAT MATER
de Pergolesi et Alessandro Scarlatti
8 nov 2018
12, 14 avril 2019

Jeudi 8 novembre 2018, 20h30
MARCQ EN BARƒUL, Ă©glise du SacrĂ© Coeur

Le Stabat Mater recueille les larmes de Marie au pied de la croix oĂč son Fils a Ă©tĂ© sacrifié  Debout la mĂšre / Stabat mater
 « Debout la mĂšre des douleurs pleurait tout auprĂšs de la croix oĂč son fils agonisait ; et son Ăąme qui gĂ©missait, pleine de deuil et de tristesse, par le glaive fut percĂ©e  »
Plainte dolente et fervente, le texte remonte au XVIĂš, ici mis en musique par deux compositeurs baroques napolitains. Alessandro Scarlatti (en 1724, honorant une commande de la confrĂ©rie des Chevaliers de la Vierge des douleurs), puis le gĂ©nial et mort trop tĂŽt, Pergolesi, qui signe ainsi son testament artistique. L’inspiration est hautement spirituelle voire mystique, inspirĂ© par la souffrance d’une mĂšre, recueillant le corps torturĂ© de son fils

La partition de Scarlatti sera ainsi chantĂ© chaque Vendredi Saint, jusqu’en 1736 Ă  Naples selon le voeu des Chevaliers ; lesquels ensuite, dĂ©sirant un opus plus moderne, passent commande au cadet de Scarlatti, le jeune et dĂ©jĂ  gĂ©nial Pergolesi qui n’a que 26 ans. Avant de mourir, deux mois aprĂšs cette commande, Ă  cause de la Tuberculose, le jeune napolitain livre un chef d’oeuvre pour deux voix solistes et continuo. AprĂšs avoir composĂ© son Stabat, Pergolesi se retire au couvent des Capucines de Puzzuoli.
A Marc en BarƓul, la soprano MaĂŻlys de Villoutreys et le contre-tĂ©nor Paul Figuier incarnent la chair mystique de ce cycle testament, accompagnĂ© par les instrumentistes de La Grande Ecurie et la Chambre du Roy, fondĂ© par le regrettĂ© Jean-Claude Malgoire.
Programme repris le vendredi 12 avril 2019, 20h (Les Rues des Vignes, Abbaye de Vaucelle ; puis Ă  Paris, TCE, dim 14 avril 2019, 11h).

________________________________________________________________________________________________


buet-alain-concert-air-annonce-opera-festivalLe Voyage d’hiver de Schubert

Dim 25 nov 2018, 15h30
TOURCOING, Conservatoire
Alain Buet, baryton
David Violi, piano
Winterreise, 24 lieder pour piano et voix (1827)

________________________________________________________________________________________________

7 – 9 dĂ©cembre 2018beethoven 1803 apres Symphonie 1 creation symphonies romantiques classiquenews review compte rendu cd critique 800px-Beethoven_3
BEETHOVEN : FIDELIO
TOURCOING, Théùtre Municipal Raymond Devos
Vend 7 décembre 2018, 20h
Dim 9 décembre 2018, 15h30
Avec Leonore / Fidelio : VĂ©ronique Gens
Florestan : David Litaker
Don Pizzaro : Alain Buet
A SĂ©ville, Leonore devient Fidelio pour pĂ©nĂ©trer incognito dans la prison oĂč est sĂ©questrĂ© et condamnĂ© son Ă©poux Florestan, prĂ©sumĂ© mort
 Le jeune femme doit braver l’empire de la barbarie et de la cruautĂ© incarnĂ©e par Pizzaro le gouverneur de la prison et Rocco, l’infĂąme geĂŽlier


atelier lyrique tourcoing logo_siteTOUTES LES INFOS, les modalités de réservations, les infos pratiques
sur le site de l’Atelier Lyrique de TOURCOING
http://www.atelierlyriquedetourcoing.fr

________________________________________________________________________________________________

 

atelier-lyrique-de-tourcoing-saison-2018-2019-saison-par-classiquenews-selection-presentation

 

Atelier Lyrique de Tourcoing, saison 2016 – 2017

atelier lyrique de tourcoing jeanc laude malgoire saison 16 17 cambiale rossini jean bernard mache mongol orlando furioso vivaldi israel en egypte handel oratorio presentation classiquenews anais_1617ATELIER LYRIQUE DE TOURCOING, saison 2016 – 2017. Pour les 50 ans de son orchestre sur instruments d’époque, – La Grande Ecurie et la Chambre du Roy, originellement les deux phalanges crĂ©Ă©s par François Ier dĂšs le XVIĂšme siĂšcle-, Jean-Claude Malgoire redouble d’ouverture d’esprit, d’imagination et d’expĂ©rimentation ; de sorte que cette 35Ăšme saison lyrique de l’Atelier Lyrique de Tourcoing (ALT) porte haut les promesses d’un centre unique en France en rĂ©sidence au ThĂ©Ăątre municipal Raymond Devos de Tourcoing, une fabrique oĂč dans un esprit de troupe, le chef charismatique sait Ă©lectriser les Ă©nergies pour produire de nouvelles productions saisissantes. Le nord peut ĂȘtre fier de compter ainsi un foyer de crĂ©ativitĂ© et de crĂ©ation (un opĂ©ra en crĂ©ation mondial cette saison) dĂ©diĂ© au spectacle totale : l’opĂ©ra.

50 ans de défrichement orchestral

Programme inaugural dĂ©volu aux instruments de l’orchestre, d’abord, le concert des 12 et 14 octobre 2016 est dĂ©diĂ© au gĂ©nie instrumental et symphonique de Berlioz : Symphonie Fantastique (1830), ouverture de Benvenuto Cellini (1838) et cerise sur le gĂąteau, Les Nuits d’étĂ© d’aprĂšs le poĂšmes de ThĂ©ophile Gautier, avec en soliste, le contre tĂ©nor Philippe Jaroussky, lequel n’en est plus Ă  un nouveau vocal prĂšs.

malgoire_jean_claudeLes dĂ©lices lyriques de l’Atelier Ă  Tourcoing se dĂ©voilent surtout en 2017. 4 productions Ă©vĂ©nements sont Ă  l’affiche, rappelant qu’aux cĂŽtĂ©s de la Lille et son opĂ©ra bĂ©nĂ©ficiant d’autres moyens, une Ă©quipe Ă  Tourcoing sait depuis 35 ans, nous sĂ©duire, et nous enchanter par son engagement et sa capacitĂ© Ă  charmer. Premier volet, en facĂ©tie et subtilitĂ©, La Cambiale di Matrimonio de Rossini (1810). Jean-Claude Malgoire revient chaque saison au maĂźtre de Pesaro ; un retour aux sources du bel canto, promesse Ă  chaque saison d’un nouvel accomplissement entre fluiditĂ© de l’orchestre et beau chant dramatique. Les 5, 7 et 9 fĂ©vrier 2017 Ă  Tourcoing, puis en version de concert, le 26 fĂ©vrier 2017 au TCE, Paris. (Laurent Serrano, mise en scĂšne). La production souligne la grĂące
juvĂ©nile et le gĂ©nie thĂ©Ăątral d’un Rossini trĂšs facĂ©tieux Ă  Venise (San Moise) d’avant son chef d’oeuvre comique, Le Barbier de SĂ©ville de 1816


En mars 2017, crĂ©ation mondiale de l’opĂ©ra de François-Bernard MĂąche (nĂ© en 1935), Qaraqorum, Voyage dans l’Empire Mongol, les 2,3, 5 mars 2017. Au XIIIĂš, l’envoyĂ© de Louis IX (Saint-Louis), le franciscain Guillaume de Rubrouck dĂ©couvre en 1253, la citĂ© capitale de Qaraqorum, ville mongol, citĂ© idĂ©ale oĂč toutes les religions vivent en paix
 A la cour du petit fils de Gengis Khan, Mangu Khan, le chrĂ©tien dĂ©couvre comment bouddhistes, chamans, musulmans ont appris Ă  dialoguer et Ă  se respecter.
Alain PlatÚs, mise en scÚne. Musique et livret de François-Bernard Mùche.

Antonio_Vivaldi grand portrait classiquenews_1En mars et avril, Jean-Claude Malgoire retrouve Christian Schiaretti pour un Vivaldi lui aussi saisissant et d’une justesse Ă©motionnelle irrĂ©sistible : Orlando Furioso d’aprĂšs L’Arioste (crĂ©Ă© au san Angelo de Venise en 1727). L’Arioste avant Shakespeare Ă©chafaude un labyrinthe des cƓurs oĂč la raison s’égare
 Car le paladin Orlando (chantĂ© par une femme) aime la belle Angelica qui lui prĂ©fĂšre cependant Medoro. Sur l’üle d’Alcina, la sorciĂšre, Ruggiero oublie l’amour qui le liait Ă  Bradamante (chantĂ© par un homme)
 trouble sentimentaux, identitĂ©s croisĂ©es, travestissements et illusions
 tout dans cet Orlando vivaldien, exprime les vertiges du thĂ©Ăątre baroque, d’autant que la musique es l’une des plus flamboyantes qui soit
 avec Amaya Dominguez (Orlando), ClĂ©mence Tilquin (Alcina), 
 4 dates Ă©vĂ©nements : les 31 mars, 2 et 4 avril 2017 Ă  Tourcoing. Le 19 avril en version de concert au TCE, Paris. Enfin, pour conclure la saison, Jean-Claude Malgoire aborde un sommet de l’oratorio anglais de Handel Ă  Londres, IsraĂ«l en Egypte de 1739, fresque habile et profonde qui souligne le gĂ©nie du compositeur saxon devenu britannique dans l’édification des architectures chorales et sonores, comme l’introspection individuelle des Ăąmes inquiĂštes et solitaires. Les 19 et 21 mai 2017 au ThĂ©Ăątre municipal Raymond Devos de Tourcoing.

 

 

 

INFOS, RESERVATIONS
sur le site de l’Atelier Lyrique de Tourcoing
saison 2016 – 2017 – 35Ăšme saison

 

 

 

 

 

CD. compte rendu critique. Dubois : Aben Hamet (Malgoire, 2 CD ALT, mars 2014

aben-hamet-dubois-cd-jean-claude-malgoire-theodore-dubois-guillaume-andrieux-cd-CLIC-de-classiquenewsCD. compte rendu critique. Dubois : Aben Hamet (Malgoire, 2 CD ALT -  mars 2014). Il y a un an, Jean-Claude Malgoire dans l’esprit de troupe qui l’anime Ă  la tĂȘte de l’Atelier Lyrique de Tourcoing osait reconstituer Aben Hamet d’aprĂšs les AbencĂ©rages de Chateaubriand : un opĂ©ra orientaliste qui ne pouvait guĂšre ĂȘtre montĂ© car la partition orchestre Ă©tait perdue (elle sera retrouvĂ©e Ă  la BNF par un heureux hasard de circonstance, juste aprĂšs les reprĂ©sentations de Tourcoing) : pas dĂ©montĂ©, Jean-Claude Malgoire en proposait alors sa propre version orchestrale s’appuyant sur un solide travail d’orchestration d’aprĂšs la partition connue chant et piano et d’aprĂšs les traitĂ©s d’orchestration de l’Ă©poque comme la maniĂšre contemporaine de Gounod, Massenet, Bizet…. Le fondateur de l’Atelier lyrique de Tourcoing s’inspirait aussi de son Ă©coute attentive des autres partitions de ThĂ©odore Dubois mieux connues et Ă©ditorialement complĂštes (Symphonies, l’oratorio Le Paradis perdu…).
En dĂ©coule une instrumentation colorĂ©e et parfois miroitante (comme peu l’ĂȘtre un tableau de l’excellent peintre GĂ©rĂŽme, lui aussi “institution” comme le fut Dubois), oĂč rĂšgnent Ă©videmment la harpe, les cors, et le saxo, – alors instrument nouveau presque incontournable-, et les accents proprement orientalisants aux percussions tels que clochettes, castagnettes, tambour de basque…

Dans un esprit de troupe, Jean-Claude Malgoire restitue l’opĂ©ra orientaliste de Dubois : Aben Hamet

FatalitĂ© des guerres affrontĂ©es…

CLIC_macaron_2014Classiquenews avait soulignĂ© la rĂ©alisation de cette restitution lyrique, finement menĂ©e, bĂ©nĂ©ficiant comme toujours Ă  Tourcoing d’une distribution solide qui combinait des tempĂ©raments scrupuleusement caractĂ©risĂ©s. Dans les rĂŽles des amants maudits que leur religion respective Ă©carte dĂ©finitivement (leur duo Ă  l’Ă©glise au III scelle cette impossibilitĂ© tragique), Aben et Bianca, Guillaume Andrieux et Ruth Rosique incarnent avec ardeur deux profils Ă©perdus rattrapĂ©s par la fatalitĂ© des religions affrontĂ©es.
Le dernier AbencĂ©rage soulĂšve vainement les Maures de Grenade, contre les Espagnols, certainement sous la pression d’une mĂšre (ZulĂ©ma), rien que revancharde et haineuse : Aben y sacrifie toute vie amoureuse avec la catholique Bianca (fille du Duc de Santa Fe, elle mĂȘme descendante du Cid, vainqueur des Maures au XIĂš) : il y perd aussi la vie puisque l’action s’achĂšve avec la mort du guerrier dĂ©risoire dans les bras de Bianca… L’amour est impossible entre deux jeunes gens de religions opposĂ©es, ainsi que Chateaubriand le dit aussi dans son roman Atala. C’est aussi la folie des haines sĂ©culaires et transgĂ©nĂ©rationnelles que les parents transmettent Ă  leurs enfants. Une sorte d’endoctrinement familial, stupide et destructeur. On voit bien que la partition ainsi n’est pas que dĂ©corative ni sĂ©duisante.

Le chef dĂ©fend avec conviction l’une des partitions les plus habiles de Dubois l’acadĂ©mique (version rĂ©Ă©quilibrĂ©e de 1888 conçue par l’auteur aprĂšs la crĂ©ation de 1884), qui malgrĂ© les volontĂ©s ici et lĂ  de le rĂ©habiliter, peine Ă  ĂȘtre enfin reconnu : l’histoire dira si mon Ɠuvre sera apprĂ©ciĂ©e Ă  sa juste valeur… on connaĂźt l’adage. Persistent une rĂ©ticence et le poids d’un soupçon tenace vis Ă  vis des AcadĂ©miques du XIXĂšme, suspectĂ©s (Ă  torts) de conformitĂ© crasse. D’autant que Dubois fut membre de l’Institut, Professeur et directeur du Conservatoire, auteur d’un traitĂ© d’harmonie…

L’engouement pour son style prĂ©cis, souvent raffinĂ©, et ici fidĂšle aux enjeux humanistes du sujet illustrĂ© avant lui par Chateaubriant, reste timide. Il revient Ă  Jean-Claude Malgoire, chef toujours surprenant par ses choix et visionnaire, le mĂ©rite de ne jamais se tromper et servir des Ɠuvres qui mĂ©ritent absolument d’ĂȘtre rĂ©vĂ©lĂ©es au grand public. Le coffret de 2 cd souligne les bĂ©nĂ©fices d’un travail unique en France qui allie l’original raffinĂ© et l’esprit de troupe dont la cohĂ©rence et l’Ă©nergie collective font si souvent dĂ©faut ailleurs.

aben-hamet-dubois-cd-jean-claude-malgoire-theodore-dubois-guillaume-andrieux-cd-CLIC-de-classiquenewsCD. Dubois : Aben Hamet (version 1888). Avec Guillaume Andrieux, Ruth Rosique, Nora Sourouzian, Hasnaa Bennani, Marc Boucher… Atelier lyrique de Tourcoing, La Grande Ecurie et la chambre du Roy. Jean-Claude Malgoire, direction. EnregistrĂ© Ă  Tourcoing en mars 2014. 2 cd Atelier Lyrique de Tourcoing. LIRE aussi notre annonce de la parution du cd Aben Hamet de Dubois par Jean-Claude Malgoire...

Dominique Visse dirige David et Jonathas Ă  Tourcoing

visseTourcoing. Charpentier : David et Jonathas. Les 10, 12 octobre 2014. Jean-Claude Malgoire invite Dominique Visse pour ressusciter l’intense action dramatique (oratorio) conçu au XVIIĂšme par Charpentier, ce dernier d’autant plus expressif et mordant qu’il vient de Rome oĂč il a assimilĂ© le sublime thĂ©Ăątre des passions sacrĂ©es du gĂ©nial Carissimi. Dans l’église Saint-Christophe de Tourcoing, tous les effectifs engagĂ©s depuis des dĂ©cennies par Jean-CLaude Malgoire rĂ©pondent Ă  la direction du chanteur piquant et atypique Dominique Visse : le spectacle devrait rĂ©pondre  Ă  notre attente : relief thĂ©Ăątral et langueur sacrĂ©e irrĂ©sistibles. La tragĂ©die en musique en un prologue et 5 actes, crĂ©Ă©e en 1688, donc contemporaine des meilleures crĂ©ations de Purcell, illustre l’apogĂ©e de l’art musical français, aussi raffinĂ©, sensuel, dramatique que la source premiĂšre, italienne. L’amour fraternel qui unit David et Jonathas se dresse contre la fatalitĂ© des rivalitĂ©s claniques. SaĂŒl le pĂšre de Jonathas est ici obsĂ©dĂ© par la figure victorieuse du jeune David, d’autant que la prophĂ©tie lui a prĂ©cisĂ© qu’il perdrait le pouvoir au profit du jeune homme, vĂ©ritable aiguillon menaçant son autoritĂ©.  C’est justement dans le rĂŽle de la Pythonisse, annonciatrice des Ă©vĂ©nements futurs, que Dominique Visse a chantĂ© l’oratorio, alors sous la direction de Wiliam Christie avec la complicitĂ© de ses Arts Florissants. A son origine, l’amour de David pour Jonathas illustrait symboliquement  l’union harmonique entre JĂ©sus et les chrĂ©tiens ; aujourd’hui, les mises en scĂšnes rĂ©centes, exploitent plutĂŽt la connotation homoĂ©rotique du lien unissant les deux adolescents. Dominique Visse met en lumiĂšre en particulier l’intervention riche et omniprĂ©sente des chƓurs ; dans une partition moins thĂ©Ăątrale et dramatique que dense et symbolique (proche en cela de l’écriture de l’oratorio), le contre tĂ©nor qui chante la Pythonisse, soigne surtout l’équilibre entre dĂ©roulement musical, polyphonie et thĂ©Ăątre. Sans omettre cette clair et ardente articulation française d’un texte qui reste essentiel dans l’unitĂ© et la cohĂ©sion de la partition. Pour sa premiĂšre direction d’une oeuvre ambitieuse comptant 6 protagonistes et 12 choristes, Dominique Visse s’appuie sur son expĂ©rience aguerrie, cĂ©lĂ©brĂ©e comme partenaire de longue date des Arts Florissants. Production Ă©vĂ©nement Ă  Tourcoing.

David et Jonathas
Marc Antoine Charpentier
(1643-1704)
Tragédie en musique en un prologue et 5 actes
créée en 1688
Livret du PÚre François Bretonneau

David : Pascal Charbonneau
SaĂŒl : Renaud Delaigue
Jonathas : Amel Brahim-Djelloul
Joabel : Hugues Primard
L’Ombre de Samuel : Geoffroy Buffiùre
une Pythonisse : Dominique Visse
Ensemble vocal
La Grande Ecurie et la Chambre du Roy
Dominique Visse, direction

Vendredi 10 octobre 2014 20h
Dimanche 12 octobre 2014 15h
TOURCOING, Eglise St Christophe

Voir la saison 2014-2015 de l’Atelier lyrique de Tourcoing

VIDEO, reportage. ThĂ©odore Dubois : Aben Hamet, recrĂ©ation par l’Atelier Lyrique de Tourcoing

ABEN-hamet-theodore-dubois-575-jean-claude-malgoireVIDEO, reportage. Aben Hamet de ThĂ©odore Dubois. Jean-Claude Malgoire implique ses troupes de l’Atelier Lyrique de Tourcoing pour la recrĂ©ation en version scĂ©nique de l’opĂ©ra oubliĂ© de ThĂ©odore Dubois : ABEN HAMET d’aprĂšs Le dernier AbencĂ©rage de Chateaubriand. AprĂšs la Reconquista, Aben Hamet tente de reconquĂ©rir depuis Grenade, l’ancien Califat de ses ancĂȘtres, poussĂ© par sa mĂšre Zulema… Mais accostant en Espagne chrĂ©tienne, il tombre amoreux de la fille du Conte de Santa Fe, Bianca. Il est musulman, elle est chrĂ©tienne : les rivalitĂ©s religieuses auront elles raison de leur amour ? Grand reportage vidĂ©o de la recrĂ©ation rĂ©alisĂ©e Ă  Tourcoing par Jean-Claude Malgoire qui a rĂ©orchestrĂ© la partition en s’inspirant minutieusement des autres partitions autographes de Dubois… Grand reportage video CLASSIQUENEWS.COM, entretiens avec Jean-Claude Malgoire, Alita Baldi (mise en scĂšne) et les chanteurs : Guillaume Andrieux (Aben Hamet), Marc Boucher (le duc de Santa Fe)…

Compte rendu, opéra. Tourcoing. Atelier Lyrique, le 16 mars 2014. Théodore Dubois : Aben Hamet. Guillaume Andrieux, Ruth Rosique, Nora Sourouzian, Hasnaa Bennani. Jean-Claude Malgoire, direction musicale. Alita Baldi, mise en scÚne

TOURCOING: Aben Hamet (1884) de ThĂ©odore Dubois, ressuscitĂ©!Initiative courageuse de la part de l’Atelier Lyrique de Tourcoing que de redonner vie au rarissime Aben Hamet de Theodore Dubois. CrĂ©Ă© dans la langue de Dante au ThĂ©Ăątre Italien de Paris le 16 dĂ©cembre 1884, avec dans le rĂŽle-titre le lĂ©gendaire Victor Maurel, crĂ©ateur pour Verdi des rĂŽles de Iago et Falstaff, et Ă  ses cĂŽtĂ©s rien moins qu’Edouard de ReszkĂ© et Emma CalvĂ©, cet ouvrage lyrique s’inspire du Dernier des AbencĂ©rages Ă©crit par ChĂąteaubriand. L’intrigue nous raconte comment Aben Hamet, fils du roi Boabdil, part vers Grenade pour soulever les musulmans demeurĂ©s en Espagne et reprendre le pouvoir. Suivi en secret par sa mĂšre Zulema et sa promise AlfaĂŻma, le jeune homme rencontre la belle Bianca, fille du Duc de Santa-Fe, dont il tombe instantanĂ©ment amoureux. Mais elle est catholique alors qu’il est musulman, et leur amour demeure impossible, la barriĂšre de la religion sĂ©parant leurs cƓurs.

Le maure oublié

ElĂšve de François Bazin et Ambroise Thomas, ThĂ©odore Dubois a dĂ©veloppĂ© dans cette Ɠuvre un vrai talent de mĂ©lodiste, puisant dans la grande tradition française, oĂč l’on reconnait parfois l’ombre de Gounod, l’air d’entrĂ©e d’Aben Hamet rappelant irrĂ©sistiblement Le Roi de Lahore de Massenet.
Quant Ă  l’orchestration, demeurĂ©e perdue – du moins jusqu’à quelques jours avant la premiĂšre reprĂ©sentation, la BNF annonçant qu’elle renfermait peut-ĂȘtre l’instrumentation originale –, elle a fait l’objet de toute l’imagination de Jean-Claude Malgoire et Vincent Boyer, tous deux ayant puisĂ© dans les traits d’harmonie de l’époque de Dubois, afin d’en restituer les couleurs de la façon la plus plausible. Un travail de titan qui se doit d’ĂȘtre saluĂ©, tant le rĂ©sultat se rĂ©vĂšle probant, faisant la part belle aux cordes, ainsi qu’au saxophone et aux percussions orientales.
AprĂšs une version de concert de l’autre cĂŽtĂ© de l’Atlantique, Ă  Saint-Lambert (Canada) en juin 2013, il Ă©tait temps d’offrir un Ă©crin scĂ©nique Ă  cette redĂ©couverte, utilisant la traduction française de l’original italien.
Alita Bladi fait de nécessité vertu, imaginant un cadre simple, délicatement orientalisant sans excÚs, laissant à la musique une place prépondérante.
Dans le rĂŽle-titre, Guillaume Andrieux fait de son mieux, et met son baryton lĂ©ger, presque tĂ©norisant parfois, au service d’une vocalitĂ© qui, Ă  notre sens, appelle un instrument plus large et plus vaillant – l’enregistrement qu’en a fait Jean NotĂ© dans les annĂ©es 1910 en donne un aperçu convainquant –, mais le jeune artiste se jette dans la bataille avec un enthousiasme communicatif et un beau sens musical.
Ruth Rosique incarne une sensible Bianca, le charnu et délicat soprano de la chanteuse espagnole convenant parfaitement à la vocalité du personnage, sensible sans miÚvrerie.
En mÚre autoritaire, Nora Sourouzian fait fulminer son mezzo corsé et donne un beau relief à Zulema, notamment dans son arioso du premier acte, tandis que la douce Alfaïma apparaßt sous les traits charmants et la vocalité pure de la jeune Hasnaa Bennani, dont nous suivons toujours de loin la carriÚre.
Aux cĂŽtĂ©s du Duc de Sante-Fe parfaitement Ă  sa place de Marc Boucher, les chƓurs participent avec passion Ă  ce moment important pour l’Atelier Lyrique de Tourcoing.
Toujours seul maütre à bord, Jean-Claude Malgoire galvanise les musiciens de sa Grande Ecurie et la Chambre du Roy, chacun mesurant l’enjeu de ce projet ambitieux.
Une redĂ©couverte courageuse, qui donne envie d’entendre l’Ɠuvre Ă  nouveau, cette fois avec l’orchestration originale de Dubois et les formats vocaux pressentis, le rĂŽle du Maure ne pouvant qu’intĂ©resser les barytons de notre Ă©poque, ainsi que – pourquoi pas ? – dans la version initiale en italien.

Tourcoing. Atelier Lyrique, 16 mars 2014. ThĂ©odore Dubois : Aben Hamet. Livret de LĂ©once DĂ©troyat et Achille de LauziĂšres. Avec Aben Hamet : Guillaume Andrieux ; Bianca : Ruth Rosique ; Zulema : Nora Sourouzian ; AlfaĂŻma : Hasnaa Bennani ; Le Duc de Sante-Fe : Marc Boucher. Ensemble Vocal de l’Atelier Lyrique de Tourcoing. La Grande Ecurie et la Chambre du Roy. Jean-Claude Malgoire, direction musicale. Mise en scĂšne : Alita Baldi ; ScĂ©nographie : Alain Lagarde ; Costumes : Christine Rabot-Pinson ; LumiĂšres : Enrico Bagnoli ; Orchestration : Jean-Claude Malgoire et Vincent Boyer ; Chef de chant : Martin Surot

VIDEO. Reportage : Platée de Rameau par Paul Agnew et Jean-Claude Malgoire (2013)

VIDEO. Reportage : PlatĂ©e de Rameau par Paul Agnew et Jean-Claude Malgoire. PlatĂ©e 2013
 Chef-d’oeuvre lyrique du rĂšgne de Louis XV, et Ă  vrai dire d’un genre poĂ©tique totalement inclassable, PlatĂ©e de Jean-Philippe Rameau (1745) reprend du service dans la mise en scĂšne et l’univers visuel du
chorĂ©graphe François Raffinot. Le crĂ©ateur plasticien avait dĂ©jĂ  rĂ©alisĂ© une premiĂšre production de l’ouvrage avec Jean-Claude Malgoire
 en 1988. Le directeur et fondateur de l’Atelier Lyrique de Tourcoing parle de “beautĂ© infernale”, soulignant le bouillonnement inventif et volcanique de l’orchestre ; François Raffinot s’intĂ©resse au profil humain, pathĂ©tique et touchant de PlatĂ©e comme Ă  la charge barbare et cynique de l’ouvrage oĂč s’impose la figure centrale et omniprĂ©sente de la Folie. Entre mouvements incessants des danseurs, superbe incarnation de Paul Agnew dans le rĂŽle-titre, et fosse d’une irrĂ©sistible invention, la nouvelle production de PlatĂ©e confirme le gĂ©nie inclassable de Rameau


VIDEO. TOURCOING: Jean-Claude Malgoire ressuscite Aben Hamet de Théodore Dubois (clip vidéo)

ABEN-HAMET_dubois_vignette_fond-noirTourcoing: ThĂ©odore Dubois, Aben Hamet, 1884.Les 14,16,18 mars 2014. CLIP VIDEO. D’aprĂšs Chateaubriand (Le dernier AbencĂ©rage), l’acadĂ©micien ThĂ©odore Dubois et ses librettistes abordent la passion amoureuse sur fond d’inquisition et de guerres religieuses. Aben Hamet poussĂ© par sa mĂšre ZulĂ©ma tente de reconquĂ©rir pour la foi de ses ancĂȘtres l’Espagne depuis Grenade : restaurer l’ancien Califat dont son pĂšre Ă©tait le roi. ChrĂ©tiens et musulmans s’affrontent mais le maure Aben tombe amoureux de la belle chrĂ©tienne Bianca : dĂ©fiant la fatalitĂ© des antagonismes hĂ©rĂ©ditaires, leur amour foudroyant sera cependant vaincu par l’opposition des religions.

 

 

ABEN-hamet-theodore-dubois-575-jean-claude-malgoire

 

 

 

CLIC_macaron_2014Audace et raffinement harmoniques, subtilitĂ© mĂ©lodique avec un usage trĂšs subtil des leitmotiv, puretĂ© stylistique et suprĂȘme Ă©lĂ©gance, l’opĂ©ra Aben Hamet (crĂ©Ă© en 1884) nous est restituĂ© dans une nouvelle orchestration, rĂ©alisĂ©e par Jean-Claude Malgoire d’aprĂšs la version chant / piano originale. C’est l’occasion de savourer cet orientalisme français d’une irrĂ©sistible sĂ©duction (oĂč rayonne le timbre de la harpe, du saxophone…) : Aben Hamet poursuit la claire et lumineuse vision de Carmen de Bizet. Mais Dubois y ajoute aussi sa parfaite connaissance de l’opĂ©ra hĂ©ritĂ© de Gounod, FaurĂ©, Saint-SaĂ«ns, Massenet. Sa sensualitĂ© et sa finesse annoncent mĂȘme Debussy. C’est dire l’importance de cette rĂ©surrection. A Tourcoing, Jean-Claude Malgoire  rĂ©unit une distribution convaincante oĂč rayonne le timbre clair et juvĂ©nile du baryton Guillaume Andrieux dans le rĂŽle-titre : Ă  Grenade, le jeune prince dĂ©couvre l’amour mais doit affronter l’extrĂ©misme : il mourra sur le champ de bataille. Dans une mise en scĂšne Ă©purĂ©e, Ă  la fois suggestive et abstraite (signĂ©e Alita Baldi), l’action lyrique suit son cours, sans faiblir jusqu’à la superbe scĂšne finale d’un romantisme prĂ©servĂ©. Production Ă©vĂ©nement, Tourcoing les 14, 16 et 18 mars 2014. CLIC de CLASSIQUENEWS.COM

 

Lire notre prĂ©sentation de l’opĂ©ra ABEN HAMET de ThĂ©odore Dubois (1884)

Toutes les infos sur le site de L’Atelier Lyrique de Tourcoing 

 

 

Théodore Dubois (1837-1924)
Aben Hamet, 1884
création mondiale
version réorchestrée (JC Malgoire)
livret en français

 

boutonreservation

 

Vendredi 14 mars 2014 Ă  20h
Dimanche 16 mars 2014 Ă  15h30
Mardi 18 mars 2014 Ă  20h
Tourcoing, Théùtre Municipal R. Devos

Billetterie / 03 20 70 66 66

Livret de LĂ©once DĂ©troyat et Achille de LauziĂšres d’aprĂšs la nouvelle de Chateaubriand : Les Aventures du dernier AbencĂšrage. OpĂ©ra crĂ©Ă© au ThĂ©Ăątre Italien Ă  Paris le 16 dĂ©cembre 1884

Jean Claude Malgoire et Vincent Boyer, orchestration
Jean Claude Malgoire, direction musicale
Alita Baldi, mise en scĂšne
Alain Lagarde, scénographie
Enrico Bagnoli, lumiĂšres
Christine Rabot-Pinson, costumes

Aben Hamet : Guillaume Andrieux, baryton
Bianca : Ruth Rosique, soprano
AlfaĂŻma : Hasnaa Bennani, soprano
Zuléma : Nora Sourouzian, mezzo-soprano
Le Duc de Santa-Fe : Marc Boucher, baryton-basse

Ensemble vocal de l’Atelier Lyrique de Tourcoing
La Grande Ecurie et la Chambre du Roy

 

RecrĂ©ation d’Aben Hamet de Dubois Ă  Tourcoing

ABEN-HAMET_dubois_malgoire_atelier_lyrique-de-Torucoing_affiche-petite-246Tourcoing : Aben Hamet de Dubois, recrĂ©ation. Les 14,16,18 mars 2014. CrĂ©ation mondiale en version scĂ©nique. AprĂšs en avoir proposĂ© la version de concert au Canada (en juin 2013 Ă  Saint-Lambert), Jean-Claude Malgoire et sa fidĂšle Ă©quipe (Atelier lyrique de Tourcoing, La Grande Ecurie et la Chambre du Roy) proposent en 3 soirĂ©es la crĂ©ation en français et mise en scĂšne de l’opĂ©ra Aben Hamet du compositeur classique acadĂ©mique ThĂ©odore Dubois. Le chant des amants contre la guerre religieuse. Le sujet brosse le portrait du dernier AbencĂ©rage (Aben Hamet, lui-mĂȘme fils du dernier roi des Maures, Boabdil); prĂȘt en accostant Ă  Grenade a reconquĂ©rir l’Espagne (malgrĂ© la dĂ©faite des Maures depuis 1492). Sur fond historique, exhalant parfums, couleurs et dĂ©cors orientalisants Ă  la maniĂšre du peintre GĂ©rĂŽme (lui-mĂȘme pompier et acadĂ©mique, ami proche de Dubois), le compositeur imagine vertiges et Ă©preuves d’un amour impossible, celui du musulman Aben Hamet passionnĂ©ment Ă©pris de la belle chrĂ©tienne Bianca, fille du gouverneur de Grenade… tout les sĂ©pare et pourtant ils ne peuvent vivre l’un sans l’autre. La loi des cƓurs contre la fatalitĂ© des conflits sĂ©culaires…  En mars 2014, Jean-Claude Malgoire ressuscite un opĂ©ra crĂ©Ă© en 1884 qui eut un immense retentissement et dont le sujet polĂ©mique (le chant de deux coeurs amoureux contre les antagonismes politiques et la barbarie de la guerre) explique qu’il fut scrupuleusement Ă©cartĂ© et mis dans l’ombre trĂšs vite. Le chef en propose sa version personnelle d’aprĂšs un long travail de recherche et de mise en forme respectueuse de l’esprit de l’oeuvre. L’opĂ©ra crĂ©Ă© en italien est ici chantĂ© en français. Et la partition d’orchestre a Ă©tĂ© totalement rĂ©Ă©crite Ă  partir d’une version chant piano, seule manuscrit parvenu, transmis par l’arriĂšre-petit fils du compositeur.

 

ABEN-HAMET_dubois_vignette_fond-noirRĂ©orchester Aben. A partir des traitĂ©s d’orchestration de Gounod et de Massenet, Jean-Claude Malgoire a rĂ©tabli une pĂąte sonore aux Ă©vocations orientales de Dubois ; le chef a aussi consultĂ© la matiĂšre disponible aujourd’hui, c’est Ă  dire les partitions des oratorios de Dubois :  Le Paradis Perdu rĂ©cemment ressuscitĂ©, Les Sept paroles du Christ en croix, de ses symphonies dont la Symphonie française. ThĂ©odore Dubois Ă©tait alors plus connu comme compositeur Ă  l’Ă©glise qu’auteur lyrique. Autant de sources permettant aujourd’hui de mieux connaĂźtre l’orchestrateur Ă©lĂ©gant, sensible, raffinĂ© et transparent que fut Dubois : une personnalitĂ© musicale du milieu parisien trĂšs estimĂ©e. Dans la fosse d’opĂ©ra, Ă  l’Ă©poque de Dubois se distinguent les cordes (dont la harpe inĂ©vitable alors), mais aussi l’importance du pupitre des vents (saxophone) et des cuivres (ophiclĂ©ide) sans omettre la richesse des percussions aux couleurs nettement orientalisantes (clochettes, castagnettes, tambour de basque …).

 

ABEN-HAMET_dubois_vignette_fond-noirL’amour ou le devoir. Jean-Claude Malgoire a resserrĂ© le livret français tout en adaptant les mots et les rĂ©fĂ©rences religieuses selon notre propre sensibilitĂ© ; s’agissant d’un terrain toujours polĂ©mique, les choix linguistiques et lexicaux ont Ă©tĂ© particuliĂšrement soignĂ©s afin d’inscrire le sujet et l’action de l’oeuvre de Dubois dans notre actualitĂ©. Pour se faire, la seconde version validĂ©e par l’auteur en 1888, – pour d’Ă©ventuelles reprises, aprĂšs la crĂ©ation de 1884, a Ă©tĂ© adoptĂ©e, dont les tailles dans l’acte III, mais aussi l’ajout d’une scĂšne ultime oĂč la mĂšre d’Aben, ZulĂ©ma, voix de la fatalitĂ© guerriĂšre et de la vengeance suicidaire, exhorte son fils Ă  rĂ©aliser par devoir, son destin politique : venger l’Ăąme de son pĂšre en conquĂ©rant Grenade : or comment pourrait-il honorer son pĂšre le roi Boabdil s’il Ă©pouse une chrĂ©tienne ? La violence du sujet vient du choix que fait Dubois : montrer l’impossibilitĂ© des deux amants de vivre leur amour face Ă  l’antagonisme religieux et politique hĂ©ritĂ© de leurs aĂźnĂ©s.

 

 

Théodore Dubois (1837-1924)
Aben Hamet, 1884
création mondiale
version réorchestrée (JC Malgoire)
livret en français

 

boutonreservation

 

Vendredi 14 mars 2014 Ă  20h
Dimanche 16 mars 2014 Ă  15h30
Mardi 18 mars 2014 Ă  20h
Tourcoing, Théùtre Municipal R. Devos

Billetterie / 03 20 70 66 66

Livret de LĂ©once DĂ©troyat et Achille de LauziĂšres d’aprĂšs la nouvelle de Chateaubriand : Les Aventures du dernier AbencĂšrage. OpĂ©ra crĂ©Ă© au ThĂ©Ăątre Italien Ă  Paris le 16 dĂ©cembre 1884

Jean Claude Malgoire et Vincent Boyer, orchestration
Jean Claude Malgoire, direction musicale
Alita Baldi, mise en scĂšne
Alain Lagarde, scénographie
Enrico Bagnoli, lumiĂšres
Christine Rabot-Pinson, costumes

Aben Hamet : Guillaume Andrieux, baryton
Bianca : Ruth Rosique, soprano
AlfaĂŻma : Hasnaa Bennani, soprano
Zuléma : Nora Sourouzian, mezzo-soprano
Le Duc de Santa-Fe : Marc Boucher, baryton-basse

Ensemble vocal de l’Atelier Lyrique de Tourcoing
La Grande Ecurie et la Chambre du Roy