Placido Domingo: Verdi 2 cd Deutsche Grammophon

Placido Domingo: Verdi

Voix ardente, articulation féline et toujours dramatiquement maîtrisée, voici le grand Domingo dans ses emplois de ténor rayonnant et si musical au firmament de ses incarnations verdiennes: le Duc de Rigoletto (Giulini, 1979), Radamès (Aïda), Manrico (Il Trovatore), et aussi Riccardo (Un Ballo in maschera), sans omettre son Rodolfo légendaire (La Traviata aux côtés de Ileana Cotrubas en 1976 sous la direction de Claudio Abbado) ni un Otello ardent, crépusuculaire, dévoré par un feu intérieur (Chung, 1993, avec Studer en Desdemona)… intelligemment l’éditeur DG ressort plusieurs extraits des opéras moins connus dont l’excellent ténorissimo exprime les vertiges émotionnels avec autant de conviction musicale: Ismaele de Nabucco, Riccardo (Oberto), Ernani, Oronte (I Lombardi), Corrado (Il Corsaro). Le spectre est large et démontre la vitalité féline, ardente et brillante du comédien autant que du chanteur.


Domingo for ever

L’année 1976 est première et révèle ici le ténor dans Macduff (Macbeth) et donc La Traviata, deux accomplissement sous la baguette d’Abbado. Les deux rôles inaugurent l’âge d’or du ténor, celui des années 1980 et 1990: énergie et maturité.
Dans notre sélection personnelle, avouons notre préférence pour son Carlos (en français) selon la volonté visionnaire et si juste de Claudio Abbado: Fontainebleau ! Forêt immense… en 1983 et 1984: perfection de la diction pour un non francophone, sûreté et carrure de l’incarnation, justesse stylistique et riche intonation… Comme demeure impeccable et juvénile son autre Rodolfo, celui d’une fièvre idéale Schillérienne, de Luisa Miller (1979 Maazel).
Il ne manque qu’une facette à ce portrait déjà complet : l’évolution du ténor en baryténor qui chante aujourd’hui l’un des ses rôles verdiens d’ampleur et de grandeur: Simon Boccanegra aux côtés de Rigoletto. Et demain, l’infatigable ténor abordera-t-il Falstaff ? Si l’opéra figure ici aussi c’est non pour le rôle-titre mais bien pour celui plus aigu de Fenton (d’une brillance adolescente au souffle inouï, sous la direction de Gergiev en 2000 : étonnante longévité vocale!).

Placido Domingo: Verdi. 2 cd Deutsche Grammophon. Airs d’opéras de Verdi: Rigoletto, Aïda, Il Trovatore, Un ballo in maschera, Alzira, Ernani, Luisa Miller, Otello, I due Foscari, Macbeth, Don Carlos, La Traviata…

Comments are closed.