Piotr Illyitch Tchaikovski: le Lac des cygnes (1877)France 3, samedi 18 décembre 2010 à 00h15

Piotr Ilyitch Tchaïkovsky

Le Lac des Cygnes



France 3
Samedi 18 décembre 2010 à 00h15


Composé en 1876 par Tchaikovsky pour Mocou, le ballet n’est chorégraphié par Marius Petipa qu’en… 1895 à Saint-Pétersbourg: Tchaïkovski ne connaîtra pas le succès de son oeuvre: il était mort deux années auparavant. Cette version reste la plus jouée sur les scènes du monde: c’est elle qui assure à l’oeuvre son unité et la réussite de sa réalisation scénique. Elle amplifie la part onirique du conte imaginé par le compositeur russe qui y mêle, en résonance avec sa vie intime, tendresse maudite, mélancolie tragique, espoir vain, vies brisées… Odette appartient à un monde féerique inaccessible pour celui qui l’aime. La musique sublime le nouveau type de la princesse-cygne, création romantique la plus énigmatique et la plus troublante de l’âge romantique tardif. La chorégraphie de Rudolf Nourrev pour l’Opéra de Paris, conçue d’après Petipa, en 1984, souligne davantage le profil psychologique des deux amants éperdus mais si fragiles dont le destin bascule à cause de la trop grande crédulité du Prince (dont le rôle est renforcé, traité comme un personnage aussi important que le cygne Odette). Dans sa vision, les actes blancs, où paraît la femme cygne, belle inaccessible et fantasmatique, sont façonnés comme des rêves. Le songe permet au jeune homme de réaliser ce qui lui est interdit par essence: serait-ce l’expression de l’homosexualité refoulée du compositeur dont le mariage forcé avec une jeune admiratrice provoqua les pires conséquences dans sa vie personnelle et sociale?


La femme-cygne, mythe inaccessible

Au départ, Tchaïkovsky répond à une commande du Théâtre du Bolchoï à Moscou qui souhaite présenter un nouveau ballet romantique, fantastique et féerique. Le compositeur renouvelle avec génie le ballet pour une danseuse étoile, après Giselle d’Adam, 1841; Coppélia, 1870 et aussi Sylvia, 1876, ces deux derniers ballets mis en musique par Léo Delibes. Créé la même année que La Bayadère (Saint-Pétersbourg dans la chorégraphie de Petitpa et Minkus) dont le succès fut immense et immédiat, Le Lac des Cygnes lors de sa création en 1877 au Bolchoï (Moscou) suscite les plus vives critiques à cause essentiellement de la médiocrité de sa chorégraphie originelle signée Reisinger, bien inférieure à la beauté de la partition.

Le Prince Siegfried et son tuteur, Wolfgang festoient quand survient un messager de la Reine qui annonce sa venue imminente. La Reine souhaite trouver une jeune femme pour le Prince… contrariés, les convives partent chasser dans la forêt.

Dans sa course solitaire, le prince Siegfried surprend la nuit venue, sur un lac, des cygnes qui se transforment en jeunes filles ; l’une d’elles, la Princesse Odette, suscite immédiatement le désir du Prince. Elle lui apprend le maléfice perpétré par le magicien Rotbart : cygne le jour, femme la nuit, elle doit réaliser sa double nature à moins qu’un mariage ne rompe l’envoûtement.

Le bal : organisé par la Reine, le bal présente au Prince Siegfried un choix de princesses élues par sa mère.
Mais Siegfried rejette les six prétendantes. Paraît Rotbart avec sa propre fille, Odile, déguisée en Odette. Le Prince trompée, déclare immédiatement ses fiançailles avec Odile, la fausse Odette. Rotbart jubile, au moment où le Prince aperçoit le cygne Odette désemparé.

Siegfried regagne les bords du lac pour y retrouver celle qu’il aime; en cygne désespéré et blessé, Odette meurt dans ses bras. Accablé, le Prince jette sa couronne dans l’onde. Les eaux emportent les deux amants maudits. Puis, les autres cygnes nagent à la surface pour effacer le tumulte tragique qui vient de se répandre.

One thought on “Piotr Illyitch Tchaikovski: le Lac des cygnes (1877)France 3, samedi 18 décembre 2010 à 00h15

  1. Pingback: Tchaïkovski – Lac des Cygnes (partition interactive pour PIANO) | Classique News