Opéra de Lille, saison 2016 – 2017. Temps forts

lilleopera-saison-lyrique-2016-2017-abonnez-vous-582-temps-forts-selection-operas-lille-classiquenews-582OPERA DE LILLE, saison 2016 – 2017. C’est à peine si avec des moyens plus importants, l’Opéra de Lille propose autant de productions prometteuses que son voisin…l’Atelier lyrique de Tourcoing. Certes l’accueil et les installations techniques permettent de sensibiliser davantage de publics, mais  à Tourcoing, grâce à l’intuition toujours intact de Jean-Claude Malgoire, pionnier et visionnaire, l’Atelier Lyrique pour sa nouvelle saison 2016 – 2017 offre autant de belles promesses lyriques (LIRE notre présentation de la nouvelle saison lyrique de l’Atelier Lyrique de Tourcoing); parlons de Lille car c’est le sujet de notre article ici : on distinguait plusieurs productions événements à Tourcoing… même constat artistique à Lille, et pour les amateurs du territoire, entre les deux villes, une offre artistique concertée qui complète astucieusement celle de Tourcoing, tout en l’enrichissant (ici comme là, un opéra de Rossini et de Vivaldi).

 

 

 

Rossini ainsi ouvre la saison lilloise (comme Tourcoing) mais avec un ouvrage plus connu : La Cenerentola (4-17 octobre 2016 / nouvelle production dirigée par Antonello Allemandi et mise en scène par Jean Bellorini). Avec Emily Fons (Angelina), surtout le Dandini (élégant, fluide, timbré) de l’excellent baryton Armando Noguera. Diffusion gratuite en plein air su la place du Théâtre, le 14 octobre à 20h.

 

Comme à Tourcoing, Lille affiche une création en 3 dates, les 6, 8 et 9 novembre 2016 : Le premier meurtre. Avec Vincent Le Texier (Gabriel). Lille retrouve ainsi le duo de la précédente création Fureurs (2012) : le compositeur Arthur Lavandier (né en 1987) et l’écrivain Federico Flamminio. Le spectacle annonce un dispositif orchestral « éclaté », surprenant (dans la fosse, dans la salle), s’appuyant entre autres sur la virtuosité millimétrée de l’ensemble Le Balcon et son chef, Maxime Pascal. Ted Huffman, remarqué pour sa réalisation à Aix puis Nantes de Svadba (épure allusive sur l’extrême sensibilité féminine) assure la mise en scène de cette création attendue…

 

 

Reprise de la création lyrique aixoise de juillet 2016 : l’opéra fable Kalîla wa damna de Moneim Adwan, les 11, 13 et 14 décembre 2016.

Autre reprise d’Aix 2016, un sommet du jeune Handel apprentis génial à Rome. Il trionfo del tempo e del disinganno : les 12, 14, 19 et 21 janvier 2017 : avec Franco Fagioli (Piacere), entre autres, dans la mise en scène du décalé provocateur plutôt pessimiste Krzysztof Warlikowski. Emmanuelle Haïm, direction.

 

 

On aurait pu enfin écouter une version sur instruments anciens (romantiques), mais l’Opéra de Lille préfère afficher Le vaisseau fantôme de Wagner sur instruments modernes (ceux de l’Orchestre national de Lille, dirigé par Eyvind Gullberg Jensen), avec Simon Neal (le Hollandais), Catherine Naglestad (Senta)… argument ou désavantage (car ses options peuvent être confuses ou délirantes…): la mise en scène d’Alex Ollé / La Fura des Baus (production crée à Lyon en 2014). A voir les 27, 30 mars puis 1er, 4,7,10 et 13 avril 2017.

 

 

Apport majeur de la jeune génération baroqueuse, l’œuvre du sicilien Falvetti dont l’oratorio Nabuco (autre révélation avec son formidable Il Diluvio), est défendu à Lille par Leonardo Garcia Alarcon et sa Capella Mediterranea (sans omettre l’excellent chœur de chambre de Namur), mardi 2 mai 2017.

 

 

Complémentaire à Tourcoing (signe d’une véritable intelligence artistique entre les deux maisons  ou hasard heureux des programmations?), l’Opéra de Lille affiche aussi un opéra de Vivaldi, l’impétueux vénitien… aux côtés du célèbre et irrésistible Orlando Furioso à Tourcoing, Lille programme donc la moins connue Arsilda (créée à Venise en 1716), ouvrage de la pleine maturité quand le Vénitien tente de rivaliser avec le théâtre des Napolitains… nouvelle production événement, défendue par le chef Vaclav Luks et son ensemble Collegium 1704 (choeur et orchestre sur instruments d’époque). Avec l’excellente Lucille Richardot (Lisea) entre autres, tempérament vocal généreux et voix puissante et sombre… Les 19, 21 et 31 mai 2017.

 

 

 

 

 

INFOS et RESERVATIONS
sur le site de l’Opéra de Lille, saison 2016 – 2017

 

lilleopera-saison-lyrique-2016-2017-abonnez-vous-582-temps-forts-selection-operas-lille-classiquenews-582

 

Comments are closed.