Miguel Yisrael, luth baroque. Vienne 1700Paris, musée Carnavalet. Le 19 janvier 2011 à 16h

Miguel Yisrael

luth baroque


Récital Vienne 1700


Paris, Musée Carnavalet
Mercredi 19 janvier 2011 à 16h
Salon Bouvier, Musée Carnavalet

Interprète remarquablement inspiré dans l’art de toucher le luth, le jeune luthiste, élève d’Hopkinson Smith, Miguel Yisrael propose un programme événement et inédit dédié à la musique viennoise autour de 1700, en abordant plusieurs pièces de deux auteurs autrichiens: Lauffensteiner (proche de Weiss) et Weichenberger, deux créateurs de l’esthétique bientôt galante, d’un raffinement harmonique et contrapuntique sensible. Miguel Yisrael a publié récemment un excellent disque de luth dédié à la Cour de Bayreuth à l’âge baroque, dévoilant là encore plusieurs auteurs méconnus d’une perfection d’écriture singulière et captivante. Le récital parisien du 19 janvier 2011 souligne l’écriture très aboutie de deux viennois au tournant des deux siècles baroques (ornementation française, italianismes mélodiques…).

Miguel Yisrael, luth baroque. Vienne 1700. Musée Carnavalet, 23 rue de Sévigné, 75003 Paris. Prix: 8 et 5 euros.
Réservations conseillées à samadzadeh.hella@gmail.com

Lauffensteiner, Wolff Jacob (1676 – 1754)

Luthiste et compositeur autrichien, né à Steyr, baptisé le 28 avril 1676, et décédé à Munich le 26 mars 1754. En 1709 il s’établit à Graz comme luthiste. À partir de 1712 il devient valet et luthiste au service de la cour bavaroise. Il enseigne alors le luth entre autres instruments. En 1739, à la mort du duc Ferdinand, on lui attribue une pension. Pour ses services auprès de la Chambre électorale du duc Clemens, archevêque de Bavière de Cologne, on le nomme conseiller de Chambre. Les travaux de Lauffensteiner incluent plusieurs concertos ainsi que des pièces solo sous la forme de suite ou de partita. Sa musique, dans son ensemble, est fortement idiomatique pour le luth selon un modèle unissant les formes, les textures et les ornements français, avec une tendance vers le cantabile des mélodies italianisantes comportant une ligne de basse de support. En cela, ses pièces, dont plus de cent mouvements nous sont parvenus, sont assez proches de celles de S.L. Weiss, à qui sa musique est souvent attribuée à tort dans les sources manuscrites de l’époque.

Weichenberger, Johann Georg (1676 – 1740)

Luthiste et compositeur “amateur”, autrichien, né à Graz, baptisé le 11 décembre 1676, et décédé à Vienne en 1740. Il travaille dans le service de comptabilité du ministère des Finances autrichien. C’est également un luthiste amateur doué. Il a écrit un certain nombre de pièces pour le luth solo en forme de partitas,
ainsi que des concertos pour luth et cordes. Il est maître dans l’écriture polyphonique et l’écriture en accords. Sa musique plus tardive a cultivé le modèle galant français, rencontrant une grande popularité auprès de ses contemporains.

Comments are closed.