Livres. Compte rendu critique. Henry Prunières (1886-1942), un musicologue engagé dans la vie musicale de l’entre-deux-guerres (Société française de musicologie).

prunieres henry editions symetrie critique compte rendu classiquenews isbn_978-2-85357-246-0Livres. Compte rendu critique. Henry Prunières (1886-1942), un musicologue engagé dans la vie musicale de l’entre-deux-guerres (Société française de musicologie). Dans la première moitié du XXème siècle, Henry Prunières (1886-1942) incarne un goût sûr et une culture ouverte dont la curiosité le conduit à poser les jalons d’une nouvelle musicologie à la française. Quand La Laurencie fonde en 1917, la Société française de musicologie, Prunières inspiré par Romain Rolland, soucieux de défendre une érudition accessible et généreuse, fonde de son côté la fameuse Revue Musicale en 1920 (avec le concours de son mécène Henry Le Bœuf) dont l’objectif est lié à ses propres affinités comme à sa démarche scientifique : développer la recherche musicale tout en la rendant facilement accessible par le grand public. A travers les divers chapitres de cette somme incontournable sur la sensibilité d’un homme que l’on peut considérer comme le fondateur de la musicologie moderne, se dessine une pensée unique par sa finesse et sa culture, un regard droit et distancié qui s’appuyant sur d’indéfectibles amitiés (“le mentor, l’ami” Rolland ; Ravel, Dukas, De Falla…) a fait fi des querelles intestines du petit milieu des chercheurs.

Henry Prunières, un musicologue moderne

CLIC_macaron_2014Ses champs d’exploration sont remarquablement étendus à l’époque où déjà règne pourtant la spécialisation du savoir : musique ancienne, musique contemporaine y sont bien présentes et sources équitablement servies. Prunières s’intéresse aux baroques vénitiens (en cela il poursuit l’interrogation de Romain Rolland), aux baroques français dont évidemment Lully (dont il réalise la première édition monumentale de l’œuvre ; terrain de dissensions à peine masquées avec La Laurencie) ; ses deux thèses sur L’Opéra italien en France avant Lully et Le Ballet de cour avant Benserade et Lully soulignent l’acuité de son exploration dans le passé ; surtout, sujet de développements passionnants ici : à Dukas “ce Degas de la musique” ; à Debussy (comme en témoigne ses positions explicitées à l’occasion des Affaires qui l’opposent à son “confrère”, Vallas, ainsi biographe décrié… ; mais aussi la danse, le jazz, le disque et les autres disciplines artistiques.
La diversité des facettes compose enfin une monographie complète sur la personnalité et les domaines investis par le chercheur, homme de presse, critique musical, collectionneur (de partitions des cantates italiennes entre autres…) et bien sûr le musicologue…

 
 
prunieres-henry-582-390-livre-editions-symetrie-compte-rendu-critique-CLASSIQUENEWS-Henry-Prunieres_1935
 
 
 

Livres. Compte rendu critique. Henry Prunières (1886-1942), un musicologue engagé dans la vie musicale de l’entre-deux-guerres ; ouvrage collectif coordonné par Myriam Chimènes, Florence Gétreau et Catherine Massip – ISBN 978-2-85357-246-0; 600 pages. Editions : Société française de musicologie. Prix public indicatif TTC : 48 €.

 

 

 

Comments are closed.