Livre, compte rendu critique. JEAN-PHILIPPE LAFONT : Avec voix et éloquence (Editions Larousse)

LAFONT jean philippe avec voix et eloquence livre evenement la critique du livre par classiquenews livre opera critique par classiquenews 3617335-avec-voix-et-eloquence-de-jean-philippe-624x0-1Livre, compte rendu critique. JEAN-PHILIPPE LAFONT : Avec voix et éloquence (Editions Larousse). La voix, l’éloquence… surtout l’intégrité d’une personnalité hors norme, qui pour qui l’a approchée, diffuse une sagesse et une simplicité remarquables. Jean-Philippe Lafont, baryton discret mais voix intense, – rendu célèbre entre autres pour sa prestation dans le film culte Le Festin de Babette à l’écran avec Stéphane Audran, incarne un modèle d’artiste, d’une rondeur engageante, à la fois fraternelle et bienveillante dont la générosité égale l’engagement sur la scène. Le texte reflète cette âme admirable qui témoigne de sa vocation, son devenir de chanteur, et surtout de son métier, apprentissage continu dont le perfectionnement s’est réalisé grâce à une série bénéfique pour sa voix et sa maturité, de personnages dramatiques clés : Golaud (brutalité, force, fragilité, aveuglement), Wozzek (solitude, dénuement, suicide), Barak (humanité, compassion, fraternité : le rôle qui lui correspond le mieux), enfin Falstaff (auquel il apporte une profondeur irrésistible…) ; tous reflète une partie de la richesse des passions humaines qui n’en finit pas d’occuper la vie des théâtres, côté artistes et public. Pour chacun, il s’agit d’une rencontre forte, intense, exclusive au moment de travailler le rôle et d’en exprimer la « vérité » sur la scène. De tous, c’est comme on a dit celui de Barak, héros de l’opéra fabuleux, fantastique que Richard Strauss écrit et compose au moment de la première guerre mondiale, fresque tragique et fraternelle, la Femme sans ombre, où Jean-Philippe Lafont a incarné et assez tardivement, le personnage du teinturier, – le seul être à posséder une âme, donc à posséder un nom (à la différence de sa femme, de l’Empereur, l’Impératrice, sa nourrice : qui tous occupent / incarnent une fonction dans l’une des réalisations les plus impressionnantes de l’histoire de l’opéra). L’interprète et le chanteur délivrent des clés pour réussir dans le métier car c’est aussi un professeur qui sait placer la voix, et cultiver la technique avec constance, discipline, précision. Le souci du texte, de la clarté et de l’intelligibilité (à l’école de Molière par exemple, et du texte truculent, savoureux, efficace du Bourgeois Gentilhomme…) sont ici exemplaires : il fut un coach vocal pour le président de la République française actuel, à l’époque où ce dernier était encore candidat. Le ton est sincère, le texte d’une apport évident. On suit le jeune chanteur né à Toulouse dans ses découvertes du milieu, de monde des productions lyriques, dans le travail des rôles. Constamment, une importance est préservée à celle qui reste sa professeur et sa conseillère dans le choix des rôles justes : Denise Dupleix. La vision est précieuse ; elle est délivrée sans calcul, avec la sincérité d’une homme de coeur, d’une belle clairvoyance.

———————————

Livre événement, compte rendu critique. JEAN-PHILIPPE LAFONT : Avec voix et éloquence (Editions Larousse). 256 pages – 17, 95 € (prix indicatif).

Comments are closed.