LILLE. Jean-Claude Casadesus et l’ONL interprètent Prokofiev et Brahms

casadesus_603x380 Ugo ponte ONLLILLE, le 15 février 2018. Prokofiev : Alexandre Nevski, JC Casadesus. En février 2018, Jean-Claude Casadesus, chef fondateur du National de Lille propose un programme prometteur associant Brahms et Prokofiev… En 1938, le compositeur russe Sergueï Prokofiev écrit la musique du film de Sergueï Eisenstein : Alexandre Nevski qui relate la lutte du prince Nevski dans la Russie médiévale et sauvage du XIIIè. Prokofiev en conçoit une vaste fresque avec choeur et orchestre qui est aussi une cantate pour mezzo-soprano (en 7 parties, devenant à la suite de la musique intégrale pour le film originel, une oeuvre à parti entière).
sergei-prokofievProkofiev a déjà composé des musiques de films précédentes : Alexandre Nevski est son 3è opus pour le cinéma (après le Lieutenant Kijé d’Alexandre Feinzimmer, 1933 ; La Dame de pique de Mikhail Romm,1936) ; entre le réalisateur et le compositeur l’entente est idéale, Prokofiev louant entre autres la sensibilité musicale d’Einsenstein. Et ce dernier, le souffle d’une musique qui n’est pas qu’illustrative. De fait, leur coopération positive devait encore se concrétiser avec Ivan le Terrible. En 1938, quand menace le nazisme aux frontières de l’éternelle et splendide Russie, la fierté patriote se manifeste en particulier à travers des épisodes historiques, emblème d’une nation soudée et résistante contre toute invasion sur son territoire. L’épopée d’Alexandre Nevski contre les chevaliers Teutoniques au XIIIè, précisément la bataille sur le lac Peïpous où Nevski vainc les étrangers, se fait l’écho exemplaire de cette fierté russe contre l’Allemagne d’Hitler.
Au total, Prokofiev compose 21 sections musicales qui ponctuent l’action et le déroulement dramatique du film d’Einsenstein. Tableau majeur du film et de la partition (représentant le tiers de la durée), les images et la musique de la bataille sur la glace (qui marque la victoire de Nevski sur les Teutons) cristallise un mode opératoire entre les deux créateurs, idéalement complémentaires : chacun se montre ouvert et respectueux des idées de l’autre ; alternativement, c’est le montage final des images et le choix des plans enchaînés qui inspirent la musique, et inversement. Les deux auteurs travaillent de concert pour la fusion totale, visuel et musique. Dans le cas de la bataille, c’est la musique préalablement composée par Prokofiev qui a conduit le montage final d’Einsenstein.

 

 

alexander_nevskyCROISÉS TEUTONS CONTRE PEUPLE ET SOLDATS RUSSES… Il en découle une partition très élaborée, aussi fine et subtile que le langage cinématographique, où chaque option visuelle répond à une intention dramatique, où chaque couleur musicale, caractérise par contraste le profil des personnages opposés : trompettes et cuivres rauques voire « distordus » pour les Teutons (avec choeurs en latin, et dans un style heurté, dur proche de la Suite Scythe de 1914) ; somptueuses vagues mélodiques et harmonies riches pour les valeureux russes ; chants traditionnels et cloches pour le peuple russe… Prokofiev façonne une musique âpre, tendue, flamboyante aussi, dans un style « épique » qui préfigure évidemment son opéra fleuve à venir, « Guerre et Paix », autre réflexion sur l’histoire russe, transposée à l’opéra.
Les Russes savent exploiter les particularités du terrain ; retranchés sur la rive du lac, ils laissent les chevaliers teutons plus lourds, se fatiguer et finalement être engloutis par les eaux gelées dont la glace s’est brisées sous leur poids.
Le réalisme colore toute l’évocation : la victoire d’Alexandre Nevski, après le choc terrible de la bataille sur le lac gelé, offre un champs de ruine et de mort ; la guerre et son horreur barbare y sont dépeintes sans maquillage. Le chant de la soliste peut alors se déployer sur ce constat de douleur. Le lac devient alors le mausolée des victimes qui y ont été assassinées.

Créée en mai 1939, la cantate Nevski que Prokofiev tire de la musique du film, reprend les éléments dramatiques les plus significatifs, soit 7 séquences. Dédiée alors à Staline pour son anniversaire (60 ans), l’oeuvre est immédiatement applaudie, devenant un hymne de la Russie stalinienne, prête à en découdre contre l’Allemagne nazie.

 
 

 
 

————————

 

 

Synopsis de la cantate Alexandre Nevski
et texte chanté par la mezzo

 

1. « La Russie envahie et soumise au joug mongol »
2. « Chant sur Alexandre Nevski » : évocation de sa victoire sur les Suédois près de la Neva en 1240.
3. « Les croisés ou Chevaliers Teutoniques envahissent Pskov »
4. « Debout, peuple russe ! » / l’éveil de la résistance russe contre les envahisseurs
5. « La bataille sur la glace » : en avril 1242, chevaliers teutons et troupes d’Alexandre Nevski se battent sur le lac Peïpous alors saisi par la glace. L’aube sur le lac, la violence et la sauvagerie de la bataille… inspirent à Prokofiev l’une de ses partitions les plus spectaculaires et expressives jamais écrites.
6. « Le champ des morts » (ut mineur, pour mezzo-soprano). La fiancée éplorée mais digne cherche le corps de celui qu’elle aime et qui a donné sa vie pour sa liberté. C’est un hymne pour les « braves faucons », héros d’une terre meurtrie mais libérée.

“J’irai à travers le champ blanc de neige,
Je volerai à travers le champ de la mort,
Je rechercherai les glorieux faucons,
Mes prétendants, les jeunes preux.

L’un repose ici haché par les épées,
L’autre gît percé de flèches.
Ils ont donné à boire leur sang pourpre
A l’honorable terre russe.

Celui qui mourut noblement pour la Russie,
Je l’embrasserai sur ses yeux clos,
Et pour ce vaillant jeune homme qui resta en vie,
Je serai une épouse fidèle, une tendre compagne.

Je ne prendrai pas pour mari un homme beau –
La beauté terrestre a une fin,
Et je vais à la recherche d’un brave –
Répondez, purs faucons.”

7. « Victorieux, Alexandre Nevski entre dans Pskov  : il y est acclamé par le peuple comme un libérateur ».

 
 

 
 

———————

 

 

LILLE, Auditorium Le Nouveau Siècle.
Jeudi 15 février 2018, 20h :

Brahms : Rhapsodie pour contralto
Prokofiev : Alexandre Nevski – 1936

Jean-Claude Casadesus, direction
/ Elena Gabouri, mezzo-soprano
/ Chœur Philharmonique Tchèque de Brno)
Ochestre National de Lille

INFOS & RESERVATIONS :boutonreservation
http://www.onlille.com/saison_17-18/concert/alexandre-nevski/
RÉSERVEZ VOTRE PLACE

 

 
 

 
 

—————————

 

 

 

Approfondir :
VOIR sur YOUTUBE, l’épisode de la bataille sur le lac gelée, extrait du film d’Eisenstein, à 53’22 de l’intégrale surtitre en français : voir ici

 

+ d’infos sur le site de l’Orchestre National de Lille / page dédiée à la Cantate Alexandre Nevski de Prokofiev

 

  

 

Comments are closed.