FILM : ALEXANDRE BLOCH et l’ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE. « Bienvenue Maestro ! »

FILM : ALEXANDRE BLOCH et l’ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE. « Bienvenue Maestro ! » – présentation, annonce, critique. Au cours de sa première saison musicale (2017), le réalisateur Georges Tillard filme les premiers pas du nouveau directeur musical de l’Orch national de Lille : Alexandre Bloch… 40 premières secondes en guise de d’ouverture et de synthèse : on ne se rend pas compte souvent de la taille d’une partition d’orchestre : en grand format, la partition qui expose toutes les parties et pupitres de l’orchestre (cordes, bois, cuivres, percus…) demande a être étendue au sol… le chef agenouillé, consulte chaque page pour mieux en mesurer les enjeux, visualiser les points clés… rayant en crayon bleu les parties non retenues, comme un général qui organise l’avancée de ses troupes, ce travail préparatoire facilite l’exécution, avant le concert final. Sur la musique Happy de Pharrell Williams, le geste est clair, l’esprit affûté, et les intentions fermes et précises. Tout le chef est là dans ses premières secondes qui synthétisent sa personnalité : engageante, généreuse et d’un tempérament qui taille sur le vif pour mieux sublimer le travail orchestral. Tout en rondeur et en charme, le nouveau maestro sait aussi affirmer son point de vue…

 
 

bloch-alexandre-maestro-orchestre-national-de-lille-docu-film-presentation-annonce-critique-par-classiquenews

 
 

QUI EST-IL ? COMMENT CELA VA-T-IL MARCHÉ ? Adoubé par le fondateur de l’Orchestre, Jean-Claude Casadesus, dont on écoute la voix émue car c’est bien un jalon important de la vie de l’Orchestre lillois qui se joue, Alexandre Bloch ne pouvait pas rêver meilleur accueil… Prendre les rênes d’une phalange historique, pilier culturel des Hauts de France, ne s’improvise pas… Jean-Claude Casadesus, initiateur d’une épopée unique en France, rend ainsi hommage aux musiciens de son orchestre, complices et pairs plutôt qu’exécutants « dirigés ». La passation est ainsi réalisée, au nouveau maestro, directeur musical de l’ONL de relever le défi de la continuité et de la réinvention.
L’intention du film est bien de rencontrer le nouveau chef en lui souhaitant la meilleure réussite pour sa mission : « bienvenue maestro ! ».
Pour « rassurer » ceux qui doutent encore, Alexandre Bloch égrène lui-même les questions que tout un chacun s’est posé ou se pose encore : « vous êtes jeune… grâce à quoi vous pensez que cela va vraiment marcher ? ».
Etre le candidat parfait à la bonne place… voilà ce que le nouvel arrivant s’ingénie à démontrer non sans charme et décontraction, avec une claire envie de relever le défis des concerts parfois difficiles (selon les conditions de production) et dans des répertories nouveaux (créations, élargissement du répertoire historique de l’Orchestre). On suit pas à pas chaque avancée, chaque session de travail, accompagnant le chef et les musiciens dans leurs premières répétitions…
Alexandre Bloch travaille tout le temps les partitions : crayons de couleur en mains, au clavier… tout est bon pour visualiser les points à maîtriser, les nuances à apporter,… et dans l’opéra, résoudre les enchainements malgré la diversité des situations et des atmosphères… (ainsi la romance de Nadir par exemple, dans Les pêcheurs de perles, premier opéra réalisé avec l’Orchestre : VOIR notre reportage Les Pêcheurs de perles de Bizet – par le studio CLASSIQUENEWS, mai 2017).

 
 
fuchs-julie-et-alexandre-bloch-dans-les-pecheurs-de-perles-de-georges-bizet-lille-opera-compte-rendu-critique-par-classiquenewsAutre temps, autre lieu de répétition… Le défi est de trouver un son d’ensemble, uniquement avec les cordes : chercher, expérimenter, ciseler, colorer… « plus timbré s’il vous plaît… » et avec son assistant, après la répétition, encore régler les nuances, le tempo… Avec les solistes chanteurs, le chef prépare chaque partie au piano : comment exprimer la vérité de chaque personnage ? On passe des répétitions piano donc … aux premières sessions avec l’orchestre… l’auditeur pourra juger sur pièce car l’enregistrement est prévu courant 2017 : prochaine critique sur classiquenews (dans le mag cd dvd livres…). A suivre.

 
 
 
 

Bienvenue maestro
L’Orchestre national de Lille présente un premier film documentaire
dédié à son nouveau directeur musical, Alexandre Bloch, l’heureux successeur de Jean-Claude Casadesus

NOUVEAU MAESTRO OUVERT ET CONNECTÉ

 
 
 
 

bloch-alexandre-docu-bienvenue-maestro-avec-enfants-demos-presentation-critique-du-film-par-classiquenewsEt les musiciens que pensent-ils de leur nouveau chef ? Au départ il ne s’agissait pas d’un vote collectif d’adhésion, car à l’origine des premières sélections, le maestro n’a pas fait l’unanimité. Comment accepter ce nouveau chef, plutôt jeune… alors qu’il découvre des partitions que beaucoup de musiciens ont joué à plusieurs reprises. La difficulté est d’imposer son point de vue. « Parfois c’est sec, c’est comme ça », tranche Alexandre Bloch, sûr de lui. Mais sous le masque de la dureté claire, se cache aussi surtout l’évidence d’une pensée juste…

Peu à peu, la personnalité du chef se précise… malgré le cadre peu flexible des contraintes horaires imposées / défendues par les syndicats de musiciens, le chef doit faire travailler avec efficacité, rapidité, « rentablité » tous les musiciens… Côté instrumentiste, l’un des cornistes de l’orchestre explique son parcours comme musicien d’orchestre : de Douai à Lille, voici l’expérience d’un instrumentiste qui a fait sa place dans l’orchestre.

bloch alexandre docu film bienvenue maestro presentation annonce critique sur classiquenewsL’AVENIR AU QUOTIDIEN AVEC LES PLUS JEUNES… Plus décontractées, les séances de sensibilisation auprès des jeunes dans le cadre du projet DEMOS… 100 enfants, de 7 à 12 ans (issus de centres sociaux) , découvrent le travail de l’orchestre et du chef. Derrière cette approche nouvelle qui démocratise le classique et l’aventure orchestrale auprès des plus jeunes (les mélomanes et spectateurs de demain) se joue aussi la vie sociale d’aujourd’hui… car ici chaque enfant mesure ce qui crée le travail et l’entente collective : le respect de l’autre et l’estime de soi, l’écoute, le partage, le sens du collectif (trop peu favorisé à la faveur du plaisir individuel). Chaque enfant exprime par le corps sa participation au jeu de l’ensemble, trouve sa place et comprend en quoi chacun peut participer à l’unité globale. C’est l’une des séquences les plus vivantes du film.

LE CLASSIQUE ACCESSIBLE ET POPULAIRE. Porté par un feu exemplaire, Alexandre Bloch entend défendre l’accessibilité de la musique pour tous et surtout aux plus jeunes : voilà une ouverture et un chantier que le chef a bien raison de poursuivre encore et encore. Il faut absolument effacer l’image élitiste de la musique classique : à torts, considérée comme un loisirs pour riches, vieux et conservateurs. Le classique version Bloch, c’est au contraire le travail et la discipline, le plaisir aussi, l’ouverture et le renouvellement des répertoires. Sans omettre l’utilisation nouvelle des technologies digitales et connectées… Serait-ce là les premiers résultats prometteurs d’une arrivée réussie ?

 
 
 
 

————————

 
 

FILM : ALEXANDRE BLOCH et l’ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE. Bienvenue Maestro ! film documentaire 52 mn 2017 – réalisation : Georges Tillard / Première diffusion le 29 janvier 2017, après le «  Soir 3 » / A voir et à revoir sur hdf.france3.fr

 
 

Comments are closed.