Compte-Rendu, CONCERT. Avignon, Temple Saint-Martial, le 28 avril 2019. Œuvres de Jean-Philippe Rameau. Ensemble Amarillis, Mathias Vidal (ténor).

rameau jean philippe dossier classiquenews 582 822 dossierCompte-Rendu, CONCERT. Avignon, Temple Saint-Martial, le 28 avril 2019. Œuvres de Jean-Philippe Rameau. Ensemble Amarillis, Mathias Vidal (ténor). Désormais bien ancrée dans le paysage de la cité des Papes, l’Association Musique Baroque en Avignon, infatigablement dirigée par son fondateur Robert Dewulf, ne propose pas moins de huit concerts de prestige, lors de cette 19e édition, dans les lieux les plus emblématiques de la ville : en ce dimanche 28 avril, ce fût sous les voûtes du très beau Temple Saint-Martial, pour un concert entièrement dédié à l’œuvre de Jean-Philippe Rameau, par l’Ensemble Amarillis et le haute-contre français Mathias Vidal.

TENOR EN OR : Mathias Vidal éblouit chez MondonvilleChantant au même moment le rôle de Monostatos dans La Flûte enchantée à l’Opéra Bastille, Mathias Vidal (photo ci-contre) n’a pu proposer que deux cantates, afin de ménager sa voix pour les représentations parisiennes. Il ne s’est en revanche pas ménager dans l’exécution des deux pièces, Le Berger fidèle puis Orphée, dans lesquelles il a su distiller tout son art, témoignant d’une indéniable intelligence du texte, d’une grande distinction et d’une impeccable déclamation. Le reste du concert a été assuré par l’Ensemble Amarillis qui l’accompagnait. Les quatre artistes ont régalé l’auditoire avec les Deuxième et Cinquième Pièces de clavecin en concert de Rameau. Publiées par Rameau lui-même en 1741, à l’âge de 58 ans, les Pièces de clavecin en concert sont l’unique œuvre de musique de chambre du compositeur dijonnais, qui offre là une part de modernité manifeste dans l’écriture et dans l’instrumentation. Même si « le quatuor y règne le plus souvent » – selon les propos de Rameau lui-même dans son « Avis aux concertants » -, le clavecin (tenu ici par Violaine Cochard) se taille néanmoins la part belle, laissant son rôle de basse continue pour concerter avec ses acolytes. Les parties de violon assurées par Alice Pierlot alliées au hautbois baroque de Héloïse Gaillard sonnent de manière homogène et sensible, soutenue par la viole de gambe leste de Marianne Muller. Différents caractères animent ces pièces, tour à tour sensibles voire nostalgiques, autant de sentiments et atmosphères parfaitement rendus par le quatuor complice, suscitant chez les auditeurs une impression de bien-être, grâce à leur interprétation vivifiantes et délicates à la fois. En bis, ils interprètent d’abord la fameuse Ritournelle pour l’entrée des Incas tirée des Indes galantes, puis Mathias Vidal les rejoint pour livrer le non moins magnifique air de Michel Lambert « Vos mépris chaque jour », une pièce qui célèbre le bonheur qu’il y a à souffrir par amour…

Lecteurs, à vos agendas, le prochain et dernier concert de la saison réunira trois fabuleux artistes : la soprano Eugénie De Mey, le flûtiste Julien Lahaye et le percussionniste Pierre Hamon dans un programme de chansons du Moyen-âge des 12e et 13e siècles, dont le célèbre « L’on dit qu’Amors est dolce chose… ». Il se tiendra dans un autre lieu d’exception, la cour du Petit Palais, le dimanche 26 mai (à 18h30) !

_________________________________

Compte-Rendu, CONCERT. Avignon, Temple Saint-Martial, le 28 avril 2019. Œuvres de Jean-Philippe Rameau. Ensemble Amarillis, Mathias Vidal (ténor).

Approfondir

VIDEO. Amaryllis et Mathias VIDAL au Festival de Saintes / Programme Rameau (juillet 2015) in reportage exclusif Saintes : “La 3ème génération d’artistes au Festival de Saintes 2015″

Comments are closed.