CD, critique. REBEL, TELEMANN : TERPSICHORE (Jordi Savall, juil 2017, 1 cd)

Terpsichore danses louis xv telemann rebel jordi savall cd critique review cd classiquenewsCD, critique. REBEL, TELEMANN : TERPSICHORE (Jordi Savall, juil 2017, 1 cd). Saluons d’abord, la sonorité très chaleureuse, opulente même du chef catalan qui dessine et rappelle s’agissant de Rebel, le raffinement et la franchise directe d’une écriture très poétique presque diaphane, évanescente comme un glacis des paysages recomposés de Watteau… La caractérisation des danses, au caractère quasi pastorale – et l’on sait que ce vocable est essentiel dans l’esprit du temps, ce début XVIIIè encore très nostalgique-, est idéale, dans l’articulation, la détermination expressive, le détail du discours et des effets rhétoriques, ne serait ce que dans un seul épisode emblématique : Gigue, rigaudon, passepied, gavotte… résumé et synthèse de l’inclination de Rebel pour les univers poétiques et tendres, propre à sa suite Terpsichore de 1721.

rebel_watteau_gravure_musiqueLes Plaisirs champêtre de 1724 indiquent une autre sensibilité : plus élégiaque et d’un abandon sensuel qui convoque l’extase des bergers. Tout un monde rêvé par Boucher et bientôt mis en oeuvre par Marie-Antoinette dans son écrin illusoire de Trianon. L’évocation fourmille d’idées et de motifs caressants surtout portés par les hautbois. L’ivresse et ce désir d’oubli comme de réenchantement (sublime Chaconne, plage 33) dans l’esprit de Lully mais plus onctueuse encore et nerveuse aussi ; revivifiée même, comme une surenchère dans les autres Chaconnes, plage 39 et surtout 44 de la Fantaisie de 1729) se réalise grâce au geste souple et très caractérisé de Savall et des instrumentistes réunis autour de lui (les musiciens du Concert des Nations / Manfredo Kraemer, violon solo et leader). L’éloquence et la compréhension qu’apporte Savall, sa curiosité et sa restitution gourmande, gorgée de si délectables couleurs, composent ici le plus bel hommage à l’orchestre de Louis XV, un thème qu’il avait déjà traité dans un cycle tout aussi convaincant.

telemann-vignette-ovale-portrait-telemann-2017L’élégance et la virtuosité nerveuse voire la frénésie graduelle de Teleman s’exprime outrageusement dans la Suite La Bizarre, en particulier dans l’urgence trépidante du Rossignol. Puis la Partie III de Tafelmusik (1733) rappelle combien à l’époque du premier opéra visionnaire et scandaleux de Rameau (Hippolyte et Aricie), l’éclectique Telemann savait aussi, comme Rebel offrir une relecture personnelle et puissante du style versaillais lullyste (ouverture, plage 45). Cette séquence est la plus audacieuse de notre point de vue, fruit d’une pensée musicale qui interroge le sens même d’un cycle musical, à la pulsion débordante, voire frénétique, construite comme un vaste crescendo : de l’ouverture noble, au badinage fugace, contrastant avec des postillons enjoués et délurés; surtout vers la conclusion notée « furioso », comme une apothéose de la danse.
Les phrasés de cette séquence première, entre noblesse, élégance, abandon, détente, tension et réexposition sont tout simplement jubilatoires. Tout l’esprit de Terpsichore, de la danse souveraine, de la musique pure, de sa surenchère et parfois de son exaspération critique, se déploie en liberté. Quel génie, contemporain du déterminant Rameau. Il faut toute l’intelligence de Savall pour nous en révéler les subtilités chorégraphiques, sublimement musicale. Pas un Français dans l’Hexagone, ne serait capable d’une telle finesse d’intonation : là om les chefs gaulois actuels s’entêtent dans la dureté, la sécheresse souvent mécanique du geste, le catalan nous réapprend, à présent que Harnoncourt nous a quitté, toute la caresse d’un galbe interprétatif, entre abandon nostalgique, et vivacité poétique (« bergerie », plage 46). Le maestro sait faire chanter, nuances, accents, phrasés à l’envi, son cher orchestre. Superlatif. CLCI de CLASSIQUENEWS de novembre 2018

 
   
 
 
 

________________________________________________________________________________________________

CLIC D'OR macaron 200Cd événement, critique. TERPSICHORE : ballets de Telemann, Rebel, Apothéose de la Danse Baroque. Le Concert des Nations. Jordi Savall (Graz, juil 2017, 1 cd Alia Vox). CLIC de CLASSIQUENEWS de novembre et décembre 2018).

 
 
 

ALIA VOX
https://www.alia-vox.com/fr/catalogue/terpsichore/

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

 
 
 

Terpsichore danses louis xv telemann rebel jordi savall cd critique review cd classiquenews

 
 
 

Comments are closed.